Crésus Salaires

×
  1. 0 - Table des matières
  2. 1 - Introduction
    1. 1.1 - Installer le logiciel
    2. 1.2 - Mettre à jour le logiciel
    3. 1.3 - Langue du logiciel
    4. 1.4 - Trouver des informations
  3. 2 - Première prise en main
    1. 2.1 - Concept général
    2. 2.2 - Ouvrir l’exemple
  4. 3 - L'environnement de travail
    1. 3.1 - L’écran d’accueil
    2. 3.2 - Le tableau général
    3. 3.3 - Éléments de base
    4. 3.4 - Enregistrer le fichier
    5. 3.5 - Identité de l’entreprise
    6. 3.6 - Calculer un salaire
    7. 3.7 - Calculer des salaires en série
    8. 3.8 - Imprimer un document
    9. 3.9 - Consulter un salaire
    10. 3.10 - Modifier un salaire
    11. 3.11 - Supprimer un salaire
    12. 3.12 - Supprimer plusieurs salaires
  5. 4 - Pour aller plus loin
    1. 4.1 - L’écran d’accueil en détail
    2. 4.2 - Créer des fiches d’employés
    3. 4.3 - Contrôler les données
    4. 4.4 - Modifier un employé
    5. 4.5 - Un employé quitte l’entreprise
    6. 4.6 - Réengager un employé
    7. 4.7 - Supprimer un employé
    8. 4.8 - Restreindre la liste des employés
  6. 5 - Paiements électroniques (fichiers ISO 20022)
  7. 6 - Comptabiliser les salaires
  8. 7 - Crésus Synchro - mécanisme de comptabilisation
    1. 7.1 - Crésus Synchro en bref
    2. 7.2 - Créer un nouveau mandat
    3. 7.3 - Utiliser un mandat à plusieurs
    4. 7.4 - Attacher des fichiers
    5. 7.5 - Nouvelle année
  9. 8 - Imprimer les certificats de salaire
  10. 9 - Exporter les décomptes par Swissdec
    1. 9.1 - Le concept de Swissdec
    2. 9.2 - Les dossiers Swissdec
      1. 9.2.1 - Vérification des données
      2. 9.2.2 - Préparation et transmission des dossiers
      3. 9.2.3 - Libération des données
      4. 9.2.4 - Réception et intégration de la réponse
      5. 9.2.5 - Transmission des données à l'OFS grâce à Swissdec
  11. 10 - Passer à l’année suivante
  12. 11 - Enregistrer / sauvegarder
    1. 11.1 - Enregistrer les données
    2. 11.2 - Sauvegarder les données
    3. 11.3 - Enregistrements automatiques
    4. 11.4 - Enregistrer sous
  13. 12 - Ouvrir / restituer
    1. 12.1 - Ouvrir une gestion de salaires
    2. 12.2 - Restitution
    3. 12.3 - Ouverture de secours
  14. 13 - Créer une gestion de salaires
  15. 14 - Reprise et migration de fichiers
  16. 15 - Comment passer d’une année à l’autre ?
  17. 16 - Exemples particuliers
  18. 17 - Rubriques
  19. 18 - Saisie
  20. 19 - Menu Entreprise
    1. 19.1 - Identité de l’entreprise
      1. 19.1.1 - Onglet Identité
      2. 19.1.2 - Onglet Mandataire
      3. 19.1.3 - Onglet Envoi par mail
      4. 19.1.4 - Onglet Banques
      5. 19.1.5 - Onglet Numéros de l’entreprise
      6. 19.1.6 - Onglet MEROBA
    2. 19.2 - Lieux de travail
    3. 19.3 - Assurances
    4. 19.4 - Dialogue de saisie
      1. 19.4.1 - L’assureur
      2. 19.4.2 - Groupes de personnes
      3. 19.4.3 - Taux de cotisation
      4. 19.4.4 - Développer / réduire une branche
      5. 19.4.5 - Supprimer une définition
    5. 19.5 - Les diverses assurances
      1. 19.5.1 - Onglet AVS/AC
      2. 19.5.2 - Onglet CAF
      3. 19.5.3 - Onglet LAA
      4. 19.5.4 - Onglet LAAC
      5. 19.5.5 - Onglet IJM
      6. 19.5.6 - Onglet LPP
      7. 19.5.7 - Onglet FT
      8. 19.5.8 - Onglet Spécial
    6. 19.6 - Coefficients
      1. 19.6.1 - Onglets Réglages 1 et 2
      2. 19.6.2 - Onglet AVS
      3. 19.6.3 - Onglet Chômage
      4. 19.6.4 - Onglet Déductions
      5. 19.6.5 - Onglet Indemnités journalières
      6. 19.6.6 - Onglet Certificat
      7. 19.6.7 - Onglet Employé par défaut
      8. 19.6.8 - Onglet Statistiques par défaut
      9. 19.6.9 - Onglet MEROBA
    7. 19.7 - Définition des rubriques
      1. 19.7.1 - Le numéro du genre de salaire
      2. 19.7.2 - Éléments communs
      3. 19.7.3 - Rubriques de type Données
      4. 19.7.4 - Rubriques de type Indemnités
      5. 19.7.5 - Rubriques de type Déductions
      6. 19.7.6 - Rubriques de type Bases
      7. 19.7.7 - Création de rubriques personnalisées
      8. 19.7.8 - Filtre
      9. 19.7.9 - Exporter / importer des rubriques
    8. 19.8 - Contrôle des données
    9. 19.9 - Définition des accès
    10. 19.10 - Impôt à la source
    11. 19.11 - Comptabilisation des rubriques
      1. 19.11.1 - Grouper des écritures
    12. 19.12 - Groupe
    13. 19.13 - Périodes
    14. 19.14 - Jours fériés
    15. 19.15 - Reprendre d’un autre fichier
    16. 19.16 - Mots de passe
    17. 19.17 - Espion
  21. 20 - Menu Employés
    1. 20.1 - Données des employés
      1. 20.1.1 - Identité
      2. 20.1.2 - Conjoint
      3. 20.1.3 - Paramètres
      4. 20.1.4 - Banque
      5. 20.1.5 - Impôt à la source
      6. 20.1.6 - Assurances
      7. 20.1.7 - Indemnités journalières
      8. 20.1.8 - Allocations
      9. 20.1.9 - Déductions
      10. 20.1.10 - Certificat
      11. 20.1.11 - Cotisations sociales étrangères
      12. 20.1.12 - Statistiques (OFS)
      13. 20.1.13 - Divers
      14. 20.1.14 - Indemnités spéciales
      15. 20.1.15 - Déductions spéciales
    2. 20.2 - Saisie d’un salaire
      1. 20.2.1 - Période
      2. 20.2.2 - Général
      3. 20.2.3 - Indemnités, primes et frais
      4. 20.2.4 - Allocations
      5. 20.2.5 - Indemnités journalières
      6. 20.2.6 - Indemnités service militaire
      7. 20.2.7 - Allocations de maternité
      8. 20.2.8 - Autres indemnités
      9. 20.2.9 - Indemnités de chômage partiel
      10. 20.2.10 - Déductions
      11. 20.2.11 - Déductions employeur
      12. 20.2.12 - Commentaires
      13. 20.2.13 - Bruts déterminants
      14. 20.2.14 - Indemnités spéciales et déductions spéciales
      15. 20.2.15 - Prestations en nature
      16. 20.2.16 - Voiture de service
    3. 20.3 - Bloquer / débloquer des salaires
    4. 20.4 - Importer des données
      1. 20.4.1 - Importation modèle d’employés
      2. 20.4.2 - Créer un masque d’importation
    5. 20.5 - Exporter des données
      1. 20.5.1 - Créer un masque d’exportation
      2. 20.5.2 - Les opérateurs spéciaux TOTEMPLOYESCSV() et TOTANNEECSV()
  22. 21 - Menu Options
    1. 21.1 - Dossier de travail
    2. 21.2 - Définitions
    3. 21.3 - Messages
    4. 21.4 - Outils Swissdec
    5. 21.5 - Affichage
    6. 21.6 - Mode complet, mode simplifié
  23. 22 - Swissdec
    1. 22.1 - Les outils Swissdec
      1. 22.1.1 - Modes de transmission
      2. 22.1.2 - Mode pause / mode travail
      3. 22.1.3 - Vérification de la connectivité
      4. 22.1.4 - Vérification des données
      5. 22.1.5 - Mode de travail
    2. 22.2 - Le processus normal
      1. 22.2.1 - Transmettre le décompte
      2. 22.2.2 - Libérer le dossier
      3. 22.2.3 - Dossier en attente
      4. 22.2.4 - Télécharger la réponse
      5. 22.2.5 - Une réponse est disponible
      6. 22.2.6 - Intégrer la réponse
      7. 22.2.7 - Fin du processus
    3. 22.3 - Situations spéciales
    4. 22.4 - L’état du dossier
    5. 22.5 - Les impôts à la source
    6. 22.6 - Mutations AVS
    7. 22.7 - Transfert des données pour la LPP
    8. 22.8 - Transmettre les décomptes de fin d’année
    9. 22.9 - Répondre à l'enquête de l’OFS
    10. 22.10 - Voir l’historique
  24. 23 - Crésus Partout
    1. 23.1 - Fonctions de Crésus Partout
    2. 23.2 - S'inscrire au service Crésus Partout
    3. 23.3 - Activer Crésus Partout
    4. 23.4 - Configurer l’e-mail
    5. 23.5 - Considérations légales
    6. 23.6 - Inviter un nouveau collaborateur à saisir ses données
    7. 23.7 - Préparer les données dans le nuage
    8. 23.8 - Inviter les employés
    9. 23.9 - Accéder aux données dans le nuage
    10. 23.10 - Synchroniser les données
  25. 24 - Envoi de documents par e-mail
    1. 24.1 - Configuration du mail sortant
    2. 24.2 - Tester l'envoi des mails
    3. 24.3 - Compléter les données des employés
    4. 24.4 - Paramétrer un envoi
    5. 24.5 - Envoyer les e-mails
  26. 25 - Produire des documents PDF
  27. 26 - Export au format csv
  28. 27 - Configurer la saisie
    1. 27.1 - Définition des onglets
    2. 27.2 - Rubriques de l’onglet
  29. 28 - Gestion des présentations
  30. 29 - Dialogue mode d’impression
    1. 29.1 - Types de présentations
      1. 29.1.1 - Présentation pour l’écran
      2. 29.1.2 - Présentation pour l’imprimante
      3. 29.1.3 - Présentation partielle
    2. 29.2 - Réglages
    3. 29.3 - Les zones d’impression
  31. 30 - Dessin des présentations
    1. 30.1 - Choix de la langue
    2. 30.2 - Valider les modifications
    3. 30.3 - Annuler les modifications
    4. 30.4 - Affichage de la grille
    5. 30.5 - Choix pour la grille
    6. 30.6 - Palette d’outils
      1. 30.6.1 - Sélectionner
      2. 30.6.2 - Texte fixe
      3. 30.6.3 - Rectangle
      4. 30.6.4 - Groupe
      5. 30.6.5 - Ligne
      6. 30.6.6 - Image
      7. 30.6.7 - Rubrique alphanumérique
      8. 30.6.8 - Rubrique oui/non
      9. 30.6.9 - Rubrique date
      10. 30.6.10 - Rubrique déterminant
      11. 30.6.11 - Rubrique monétaire
      12. 30.6.12 - Rubrique coefficient
      13. 30.6.13 - Les calculs
      14. 30.6.14 - Ligne conditionnelle
      15. 30.6.15 - Présentation partielle
    7. 30.7 - Les caractéristiques
      1. 30.7.1 - Justification
      2. 30.7.2 - Fonte
      3. 30.7.3 - Épaisseur
      4. 30.7.4 - Couleur
      5. 30.7.5 - Aspect
      6. 30.7.6 - Format des rubriques
      7. 30.7.7 - Format des dates
      8. 30.7.8 - Cumul sur l’année
      9. 30.7.9 - Cumul sur les employés
      10. 30.7.10 - Filtre
    8. 30.8 - Fonctions de modification
      1. 30.8.1 - Suppression d’un objet
      2. 30.8.2 - Aligner sur la grille
      3. 30.8.3 - Aligner à gauche ou à droite
      4. 30.8.4 - Aligner en haut ou en bas
      5. 30.8.5 - Même largeur / hauteur
      6. 30.8.6 - Déplacer à gauche, à droite, en haut, en bas
      7. 30.8.7 - Copier la sélection
  32. 31 - L’éditeur de calculs
    1. 31.1 - Opération
    2. 31.2 - Les totalisateurs
    3. 31.3 - Les tests
    4. 31.4 - Les conversions
    5. 31.5 - Les pourcentages
    6. 31.6 - Les dates
    7. 31.7 - Les chaînes de caractères
    8. 31.8 - Spécialités
  33. 32 - Calcul des impôts à la source
    1. 32.1 - Principe de base
    2. 32.2 - Le canton et la commune de perception
    3. 32.3 - Les barèmes
      1. 32.3.1 - Les barèmes usuels
      2. 32.3.2 - Les barèmes particuliers
      3. 32.3.3 - Les codes
      4. 32.3.4 - Quelques remarques
      5. 32.3.5 - Quel barème choisir ?
    4. 32.4 - Le calcul de l’impôt à la source
      1. 32.4.1 - Les paramètres liés aux cantons
      2. 32.4.2 - Détermination du taux d’imposition
      3. 32.4.3 - Calcul de la retenue
      4. 32.4.4 - Calcul de rétablissement
      5. 32.4.5 - Spécialités cantonales VD et GE des impôts à la source
    5. 32.5 - Méthodes de détermination du taux d’imposition
      1. 32.5.1 - Taux mensuel sans rectification
      2. 32.5.2 - Taux annuel rectifié chaque mois
      3. 32.5.3 - Taux annuel rectifié en fin d’année
      4. 32.5.4 - Inclure le 13e et les vacances dans le taux
      5. 32.5.5 - Taux rapporté à la durée de la période
      6. 32.5.6 - Taux rapporté au taux d’occupation
      7. 32.5.7 - Taux effectif rapporté à la période de travail
      8. 32.5.8 - Taux forcé manuellement
      9. 32.5.9 - Taux sur le salaire effectif uniquement
    6. 32.6 - Changements de situation
      1. 32.6.1 - Changement de barème
      2. 32.6.2 - L’employé n’est plus soumis
    7. 32.7 - Les décomptes d’impôt à la source
    8. 32.8 - Imposition des travailleurs frontaliers
  34. 33 - Modèles pour les paiements ISO
  35. 34 - Les extensions de Crésus Salaires

1Introduction

Ce site est le manuel d’aide conçu pour le logiciel Crésus Salaires. Il se base sur le fichier standard livré avec Crésus Salaires. Il a été écrit pour les versions Windows, mais l’utilisation est identique sous macOS et Linux, sous réserve de quelques particularités liées au système d’exploitation. Il est possible que certaines fonctionnalités ne soient pas disponibles. Dans la mesure où les logiciels Crésus continuent à évoluer, des écarts entre la documentation et le logiciel utilisé sont inévitables.

Dans la première partie du manuel, vous trouverez un exercice pratique sur la base d’un exemple, puis des indications sur la marche à suivre lors de la création de votre application.

Les paragraphes suivants décrivent les concepts de base, les rubriques particulières et les procédures à suivre dans certaines situations précises, ainsi que les outils mis à votre disposition pour paramétrer de manière plus approfondie votre application.

Consultez les explications accessibles par le bouton Aide dans les divers dialogues du logiciel, ou celles proposées dans l’aide en ligne du menu Aide. Vous trouverez des informations complémentaires sur support.cresus.ch : articles de la base de connaissance, réponses à des questions fréquentes (FAQ), possibilité de télécharger les dernières versions du logiciel, accès aux divers manuels.

Nous vous recommandons de vous inscrire au Bulletin Crésus afin de rester au courant des dernières nouveautés des logiciels Crésus. Consultez également nos propositions de contrats de service. Pour toutes les opérations en ligne liées à votre logiciel Crésus, vous avez besoin d’un compte Crésus.

Le compte Crésus vous identifie pour toutes les opérations administratives et d’assistance technique liées à vos logiciels Crésus. Retrouvez en ligne l’historique de vos commandes et téléchargements ainsi que les numéros d’identification de vos logiciels.

Pour créer un compte Crésus, rendez-vous sur cette page du site www.cresus.ch

1.1Installer le logiciel

Cliquez ici pour accéder au manuel relatif à la procédure d’installation.

Si Crésus Salaires est déjà installé sur votre ordinateur, vous pouvez passer au §1.2 Mettre à jour le logiciel.

L’installation se fait à partir de l’installeur téléchargé depuis www.cresus.ch. Elle nécessite une licence pour chaque poste de travail. Si vous souhaitez utiliser Crésus sur plusieurs machines, vous pouvez obtenir des licences supplémentaires à des conditions avantageuses.

Le numéro d’identification lié à la licence est demandé lors de l’installation de Crésus. Ce numéro est unique et personnel. Veuillez consulter nos conditions générales à ce sujet.

Une fois installé et activé, le logiciel est pleinement fonctionnel. Si vous avez acheté une version pleine de Crésus, vous avez droit aux mises à jour pendant 3 mois à partir de la date de la première installation. Au-delà de cette période, les mises à jour sont payantes. Consultez cette page du site www.cresus.ch.

En cas d’acquisition d’extensions, leurs numéros d’identification sont dépendants de la licence principale. Vous devez conserver les licences fournies si vous souhaitez pouvoir réinstaller le logiciel ultérieurement.

1.2Mettre à jour le logiciel

Une fois installé et activé, le logiciel est pleinement fonctionnel. Vous pouvez en tout temps souscrire à un abonnement aux mises à jour. Cet abonnement vous donne accès aux mises à jour mais également à divers services.

À chaque lancement du logiciel, celui-ci vérifie par Internet s’il existe une version plus récente. Le cas échéant, un dialogue s’affiche signalant si la mise à jour est gratuite ou payante. Il suffit de cliquer sur le bouton et de suivre les indications. Le fichier téléchargé doit ensuite être installé comme décrit dans au paragraphe précédent §1.2 Mettre à jour le logiciel.

Il faut quitter le logiciel Crésus avant d’installer la mise à jour téléchargée.

La mise à jour de Crésus Salaires installe une nouvelle version du programme sans modifier les données introduites. Toutes les présentations et fonctionnalités livrées avec le modèle standard sont adaptées lors de la mise à jour. Les adaptations particulières, les présentations personnalisées ainsi que toutes les modifications apportées dans votre fichier sont conservées.

Obtenir une mise à jour

Pour obtenir la mise à jour, utilisez la commande Aide > Mise à jour par Internet dans Crésus Salaires.

Mise à jour par Internet

…ou directement sur notre site.

1.3Langue du logiciel

L’environnement Crésus Salaires peut être en français ou en allemand.

L’installation se fait selon la langue du système.

Sous Windows, la langue de l’environnement est indépendante de la langue du système et peut être modifiée via l’utilitaire Crésus Langue disponible dans les téléchargements sur www.cresus.ch.

Dans cet exemple, Crésus Salaires s’exécutera en allemand.

Sous macOS, la langue de l’environnement dépend de la langue dans les préférences du système. Si la langue du système n’est ni le français, ni l’allemand, Crésus utilise la première des 2 langues rencontrée.

Dans cet exemple, la langue du système est l’anglais, mais Crésus tourne en français, car le français est prioritaire sur l’allemand dans la liste :

1.4Trouver des informations

Nous avons fait notre possible pour rendre l’utilisation de Crésus Salaires le plus intuitif et accessible possible.

Le menu Aide offre les possibilités habituelles d’aide en ligne.

L’aide contextuelle permet de désigner un élément d’une fenêtre ou d’un menu pour accéder directement à la rubrique concernée dans l’aide.

Dans tous les dialogues, le bouton Aide donne accès à l’aide en ligne du programme.

Le menu Aide permet également d’accéder aux manuels en ligne ou de poser une question à l’assistance technique de Crésus.

En cas de nécessité, vous pouvez aussi appeler directement notre assistance technique au 0848 27 37 89.

Nous organisons des cours et des formations pour les logiciels Crésus. Consultez www.cresus.ch > Service et support > Cours.

2Première prise en main

Ces quelques pages vous permettront de vous familiariser avec les notions générales et manipulations de base avant de créer votre propre gestion de salaires.

2.1Concept général

Le calcul de chaque salaire résulte de la combinaison des données propres à chaque employé avec des données liées à l’entreprise et aux assurances et caisses sociales et tout ceci rapporté au mois courant. Nous retrouverons ces 3 notions dans le programme :

  • Données et coefficients d’entreprise.
  • Données personnelles des employés.
  • Valeurs et paramètres du salaire courant.

Il s’agira de distinguer les valeurs ponctuelles, saisies dans chaque salaire, des paramètres propres à chaque employé et des coefficients liés à l’ensemble de l’entreprise.

Bien entendu, les paramètres et coefficients sont propres à chaque entreprise et doivent être adaptés selon votre situation avant de passer des salaires.

2.2Ouvrir l’exemple

En plus du logiciel, la procédure d’installation a copié sur votre disque dur un fichier d’exemple.

  • Lancez Crésus Salaires. Dans le menu Fichier, choisissez Ouvrir  . Si nécessaire, parcourez votre disque pour ouvrir le dossier Documents Crésus.

Si vous avez modifié le nom du dossier de stockage des documents lors de l’installation du programme, ouvrez le dossier que vous avez indiqué.

  • Ouvrez le dossier Exemples.
  • Sélectionnez le fichier Salaires-exemple dans la liste, puis appuyez sur la touche Entrée ou cliquez le bouton Ouvrir.

Le fichier Salaires-exemple est remplacé à chaque mise à jour du logiciel. Il est donc essentiel de créer un nouveau fichier pour votre application personnelle (§19.11 Comptabilisation des rubriques).

3L'environnement de travail

Cette section présente les principaux écrans de travail de Crésus Salaires.

3.1L’écran d’accueil

À l’ouverture du fichier, Crésus Salaires affiche un écran d’accueil :

Cet écran vous permet en particulier de choisir de travailler sur un ou plusieurs employés dans le tableau général, ou de passer à une vue à choix. L’essentiel du travail se fera dans le tableau général (§3.2 Le tableau général).

Pour passer directement au Tableau général depuis n’importe quelle vue, cliquez sur l’icône  ou appuyez sur la touche F5.

Pour revenir à l’écran d’accueil, cliquez sur l’icône  ou appuyez sur la touche F4.

3.2Le tableau général

Cliquez sur l’icône ou appuyez sur la touche F5.

La fenêtre montre alors le tableau général :

La liste de gauche présente les noms de tous les employés, classés par ordre alphabétique. La partie de droite résume les salaires déjà versés aux employés pour chaque mois.

Utilisez les barres de défilement pour parcourir la liste des employés et déplacer la partie montrant les mois.

Pour sélectionner la case correspondant à un employé et un mois, cliquez dessus. Vous pouvez également utiliser les touches de déplacement Ctrl+ ↑ , Ctrl+ ↓ , Ctrl+ et Ctrl+.

Ce symbole en regard d’un montant signifie que le salaire est bloqué (§20.3 Bloquer / débloquer des salaires).

Ce symbole en regard d’un montant signifie que le salaire a été comptabilisé (§6 Comptabiliser les salaires).

3.3Éléments de base

Pour traiter les données d’un employé, double-cliquez sur le nom de l’employé dans la colonne de gauche, ou utilisez la souris pour le sélectionner et cliquez sur l’icône . Vous pouvez également utilisez la commande Employés > Modifier l’employé ou le raccourci clavier Ctrl+M

Pour traiter un salaire, double-cliquez sur la case du tableau général correspondant à l’employé et au mois. Vous pouvez aussi utiliser la souris pour sélectionner la case puis cliquer sur l’icône  ou appuyer sur la touche Enter, ou encore utiliser la commande Employés > Salaire du mois.

Pour accéder aux données et aux coefficients de l’entreprise, utilisez les commandes du menu Entreprise (§19 Le menu entreprise).

Il existe deux niveaux d’utilisation : en mode simplifié, certaines fonctions ne sont pas accessibles. Pour passer au mode complet, déroulez le menu Options et sélectionnez Mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié), ou alors employez le raccourci clavier Ctrl+Y pour changer de mode. Le mode de travail actuel est affiché dans la barre de titre de la fenêtre.

 

3.4Enregistrer le fichier

Lorsque vous apportez des modifications, il faut mettre à jour le fichier : cliquez sur l’icône après chaque modification importante. Ctrl+S et la commande Fichier > Enregistrer sont équivalents. Attention, à ne pas confondre avec la sauvegarde du fichier (§11 Enregistrer / sauvegarder).

3.5Identité de l’entreprise

Utilisez la commande Entreprise > Identité et changez le nom et les coordonnées de l’entreprise.

3.6Calculer un salaire

  • Double-cliquez sur la case du mois de novembre pour l’employé Bernard AUMOIS. Vous pouvez également sélectionner la case puis presser la touche Entrée ou cliquer sur l’icône , ou encore choisir la commande Employés > Salaire du mois.

Le dialogue vous propose alors plusieurs onglets. Pour la description complète des onglets, voyez le §20.2 Saisie d’un salaire.

  • Introduisez la Date d’établissement du salaire, qui figurera à titre indicatif sur le bulletin de salaire.
  • Cliquez sur OK : le salaire versé à l’employé apparaît alors dans le tableau général.
  • Générez le salaire de novembre pour l’employé BOSS et parcourez les divers onglets avant de le valider. Les éléments de salaire sont regroupés par genres.

L’onglet Bruts déterminants vous montre les bases et déterminants pour les déductions et allocations diverses. Il vous permet de vérifier le paramétrage, en particulier si de nouvelles rubriques sont ajoutées.

Certaines rubriques sont le résultat d’un calcul faisant intervenir un Déterminant (montant unitaire, base déterminante) et un Coefficient (quantité, taux). Les montants pris en compte dans le calcul du total versé à l’employé sont affichés dans la colonne Valeur des dialogues.

Il arrive qu’une valeur soit utilisée pour un calcul, mais pas versée à l’employé par le biais du salaire, par exemple les prestations en nature, soumises à l’AVS et autres charges, ou les allocations enfants, soumises à l’impôt à la source, mais versées directement à l’employé par la caisse d’allocations familiales. Dans ce cas, le montant figure à droite de la colonne Valeur des dialogues, signifiant qu’il n’est pas compris dans le total versé.

  • Passez le salaire de novembre pour Aline CERVOISE.

Les éléments variables (salarié à l’heure, au jour, part au chiffre, absences, etc.) doivent être introduits au moment de la saisie du salaire.

  • Dans l’onglet Période, saisissez la Date d’établissement du salaire, puis indiquez le nombre d’Heures travaillées, ainsi que le nombre de Jours de vacances pris ce mois.

Il vous est possible d’introduire des données manuellement dans toutes les rubriques des onglets, à l’exception des cases grisées. Dans ce cas, la donnée s’affiche avec une petite étoile (astérisque) pour signaler que la valeur a été introduite à la main.

3.7Calculer des salaires en série

La commande Employés > Faire tous les salaires du mois permet de générer tous les salaires d’un groupe ou de l’entreprise en une seule opération.

  • Spécifiez le mois et le groupe d’employés concernés (§19.12 Groupe) ainsi que la date qui doit figurer dans la rubrique Date d’établissement du salaire de l’onglet Période du salaire, puis cliquez OK : les salaires sont créés sans passer par les divers dialogues.

Les salaires existants ne sont pas modifiés lors d’une création en série.

3.8Imprimer un document

Crésus utilise des présentations tant pour afficher l’information à l’écran que pour l’imprimer. Il s’agit de masques définissant l’emplacement des rubriques dans le document.

La commande Fichier > Aperçu avant impression ou un clic sur l’icône  permet de montrer à l’écran le document tel qu’il apparaîtra sur l’imprimante.

Les présentations d’impression sont proposées dans quatre listes :

  • Modèles : ce sont des présentations génériques qui peuvent être utilisées telles quelles dans les cas simples, ou être adaptées selon les besoins particuliers de votre entreprise (§28 Gestion des présentations).
  • swissdec (ou Standard) : ce sont des présentations qui répondent à la norme swissdec et qui ne peuvent être ni modifiées, ni copiées.
  • Perso : ce sont vos propres présentations, créées de toutes pièces ou à partir de la copie d’une présentation modèle (§30 Dessin des présentations).
  • Favoris : ce sont les présentations que vous avez choisies de mettre dans cette liste.

  • Dans le dialogue, affichez au besoin l’onglet Favoris et choisissez Bulletin de salaire (+vacances)
  • Vérifiez que la période sélectionnée concerne le mois de novembre.
  • Cliquez sur le bouton Aperçu. Crésus vous présente alors le bulletin de salaire de l’employé sélectionné.
  • Fermez la fenêtre de prévisualisation.
  • Utilisez à nouveau la commande Fichier > Aperçu avant impression.
  • Précisez que vous voulez afficher le bulletin de salaire pour tous les employés, et pour les mois de septembre à novembre.

Le bulletin de salaire s’adapte naturellement selon que l’employé est payé au mois ou à l’heure, ou selon le contenu des diverses positions du salaire.

Le mois proposé par défaut est celui où se trouve le curseur dans le tableau général. Seuls les employés ayant un salaire calculé ce mois sont imprimés. Il est possible d’imprimer le document pour un employé donné en le choisissant dans la liste. Si l’en-tête du document ne fait pas apparaître le nom de votre société, vous n’avez pas introduit vos données personnelles dans la commande Entreprise > Identité (§3.5 Identité de l’entreprise et §19.1 Identité de l’entreprise)

  • Pour effectivement imprimer le document, cliquez sur le bouton Imprimer dans la fenêtre de prévisualisation.
  • Utilisez la commande Fichier > Imprimer (Ctrl+P) ou cliquez sur l’icône si vous voulez imprimer un document sans passer par un aperçu avant impression.

Les présentations peuvent être définies en 4 langues qui s’adaptent automatiquement à la langue de l’employé (mode Automatique). Vous pouvez également choisir de forcer l’une des langues en utilisant le menu déroulant.

Pour l’italien et l’anglais, ainsi que pour les rubriques personnalisées, l’utilisateur doit traduire les noms des genres de salaire dans ces langues (Entreprise > Rubriques §19.7 Définition des rubriques).

3.9Consulter un salaire

Vous pouvez revenir dans le dialogue du salaire de n’importe quel mois pour en voir le détail.

  •  Double-cliquez sur le salaire du mois de juillet pour l’employé BOSS. Vous pouvez aussi sélectionner la case du salaire et appuyer sur la touche Entrée ou cliquer sur le billet.

Vous pouvez maintenant parcourir les divers onglets.

3.10Modifier un salaire

Tant que le salaire n’a pas été bloqué par le calcul du salaire du mois suivant ou une comptabilisation (§6 Comptabiliser les salaires), il peut être modifié. Il suffit de double-cliquer sur le salaire pour revenir dans le dialogue. Vous pouvez alors intervenir sur les valeurs à corriger. Tous les composants sont recalculés automatiquement.

  • Sélectionnez le salaire de novembre de Bernard AUMOIS et rajoutez une avance sur salaire de 1250.00 (onglet Général), puis visualisez son bulletin de salaire.

Les valeurs modifiées manuellement sont marquées d’un astérisque, comme ici l’avance sur salaire :

  • Revenez dans le salaire de novembre de Bernard AUMOIS, affichez l’onglet Général et modifiez le salaire mensuel pour le passer à 2000.
  • Cliquez dans un des autres champs : le montant modifié s’affiche avec un astérisque.

Un clic sur l’astérisque affiche une liste qui présente la valeur modifiée (signalée par l’astérisque) et la valeur ordinaire. Pour revenir d’une valeur modifiée à celle proposée par Crésus, il suffit de la sélectionner dans la liste.

Vous pouvez également effacer le montant introduit à la main, et changer de champ.

  • Passez dans l’onglet Déductions du salaire de novembre de Bernard AUMOIS et corrigez le montant de la cotisation LPP à 285.00

Comme la valeur saisie manuellement ne correspond pas au résultat du calcul, le Déterminant et le Coefficient sont biffés. Ils ne sont pas imprimés sur le bulletin de salaire.

Pour mettre manuellement une valeur nulle, il faut explicitement introduire le chiffre 0.

Le programme s’appuie sur les définitions d’entreprise (§19.3 Assurances et §19.6 Coefficients) et de l’employé (§20 Menu Employés) pour calculer les salaires. Si vous apportez des modifications aux coefficients de base, les salaires existants ne sont pas recalculés. Pour qu’un salaire prenne en compte les modifications, il faut supprimer le salaire en question (§3.11 Supprimer un salaire) et le refaire, ou le débloquer (§20.3 Bloquer / débloquer des salaires) et le modifier. À l’inverse, s’il ne faut pas qu’un salaire existant soit modifié par les changements apportés aux coefficients, il faut le bloquer (§20.3 Bloquer / débloquer des salaires).

3.11Supprimer un salaire

  • Sélectionnez le salaire de novembre pour Bernard AUMOIS et utilisez la commande Employés > Supprimer le salaire sélectionné. La combinaison de touches Ctrl+Delete est équivalente.
  • Faites la même opération pour son salaire de juillet : le salaire est bloqué car des salaires ont été passés après juillet. Il n’est possible de supprimer le salaire qu’en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié).
  • Supprimez aussi le salaire de novembre de Quitte GRATTE.

Si un salaire a été comptabilisé, vous ne pouvez pas le supprimer. Il faut d’abord annuler la comptabilisation (§6 Comptabiliser les salaires).

3.12Supprimer plusieurs salaires

La commande Employés > Supprimer des salaires, disponible en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié), permet d’effacer plusieurs salaires, pour un ou plusieurs employés, pour une ou plusieurs périodes.

Sans l’option Efface les salaires bloqués, seuls les salaires débloqués seront supprimés.

Efface les salaires comptabilisés doit être utilisé avec l’option Efface les salaires bloqués. Si vous travaillez en comptabilisation sécurisée (§19.11 Comptabilisation des rubriques), un message s’affiche vous obligeant à les décomptabiliser d’abord (§6 Comptabiliser les salaires). Si vous n’utilisez pas le mode sécurisé, les salaires concernés sont supprimés.

Vide également les données présaisies efface les valeurs introduites manuellement dans les tableaux détaillés des rubriques.

Les salaires avec de l’impôt à la source qui ont déjà été annoncés à l’autorité fiscale par Swissdec ne peuvent pas être supprimés (§22 Swissdec).

4Pour aller plus loin

Cette section présente les principales fonctions de Crésus Salaires plus en détail.

4.1L’écran d’accueil en détail

L’écran d’accueil est le point d’entrée de votre application, il vous permet également d’accéder à certaines fonctions spécifiques.

Pour y revenir, cliquez sur l’icône ou appuyez sur la touche F4.

Pour passer au tableau général ou à la vue de votre choix, sélectionnez l’accès dans la liste de droite et cliquez sur le bouton Accéder, ou double-cliquez sur l’accès.

En fonction du critère défini dans l’accès, l’écran affiche tous les employés ou une sélection d’employés, ou même des informations autres que le montant versé affiché dans le Tableau général (§3.2 Le tableau général)

Toutes les manipulations décrites ci-dessous sont prévues pour l’écran d’accueil.

  • Pour chercher un employé dans la liste, tapez une partie du nom ou du prénom de l’employé dans la case prévue. La liste se restreint au fur et à mesure de votre frappe.
  • Pour passer dans le tableau général, cliquez sur le bouton Extraire. Seuls les employés listés sont affichés.
  • Pour sélectionner un employé, tapez une partie de son nom ou de son prénom, utilisez les touches flèches  ↑  ou  ↓ .
  • Si vous avez sélectionné un employé dans la liste, cliquez sur le bouton Extraire ou appuyez sur la touche Entrée et vous passez dans le tableau général. Seul l’employé sélectionné s’affiche.
  • Si vous sélectionnez un employé de la liste puis cliquez sur le bouton Sélectionner, vous passez dans le tableau général. L’employé est sélectionné dans la liste parmi tous les employés.
  • Si vous double-cliquez sur un employé de la liste, vous accédez au dialogue de définition de ses données personnelles (§4.4 Modifier un employé et §20.1 Données des employés).
  • Cliquez sur le bouton Ajouter un employé pour ouvrir le dialogue de saisie des données d’un nouvel employé (§4.2 Créer des fiches d’employés et §20.1 Données des employés).
  • Cliquez sur le bouton Modifier pour accéder aux données de l’entreprise (§19 Le menu entreprise).

Vous pouvez protéger votre fichier par un mot de passe (§19.16 Mots de passe). Pour ce faire, avant de quitter votre place de travail, verrouillez l’application en cliquant sur le bouton Enregistrer le fichier et verrouiller le logiciel.

Votre écran d’accueil affiche le résumé des données de l’entreprise et des notifications mais vous propose aussi plusieurs raccourcis pour la gestion de situations particulières, comme un déménagement ou d’autres changements personnels encore. Sélectionnez l’employé concerné, puis cliquez sur la commande de votre choix.

Si vous préférez que Crésus Salaires s’ouvre sur un autre environnement que l’écran d’accueil, déroulez la liste au bas de la fenêtre et sélectionnez l’accès que vous souhaitez.

4.2Créer des fiches d’employés

Pour ajouter un employé depuis l’écran d’accueil, cliquez sur le bouton Ajouter un employé. Pour l’ajouter depuis le tableau général, utilisez la commande Employés > Nouvel employé, ou le raccourci clavier Ctrl+N.

Les champs en rouge sont des champs obligatoires, Crésus leur associe un point d’exclamation :

  • Si ce symbole est rouge vif, il ne sera pas possible de valider la saisie de la fiche tant que le champ n’est pas renseigné correctement.
  • Si le symbole est rose, le champ pourra être renseigné ultérieurement, mais il sera nécessaire de le faire, en particulier avant de pouvoir générer les rapports de fin d’année ou les fichiers pour utiliser Swissdec.

Lorsque vous survolez un champ marqué d’un point d’exclamation ou d’un , une bulle d’aide affiche un texte le concernant.

Le dialogue des données des employés est décrit en détail au §20 Menu Employés.

Vous pouvez redimensionner le dialogue. Vous pouvez aussi afficher les lignes cachées du dialogue au moyen de l’ascenseur.

Exemple : introduisons un nouvel employé avec un salaire mensuel.

  • Dans l’onglet Identité, introduisez le Nom et le Prénom : CIPOLATA Antoine.
  • Le Nom usuel et le Prénom usuel peuvent être différents des données officielles et seront utilisés pour l’affichage dans la liste de gauche et l’adresse d’envoi des documents.
  • Sélectionnez le Sexe de l’employé. Le titre Monsieur ou Madame vient alors automatiquement, mais peut être remplacé.
  • Cliquez dans le champ Adresse :

  • Utilisez le champ Complément pour saisir un lieu dit, une entrée spécifique.
  • La Rue et le N° de rue sont saisis séparément.
  • S’il y a une Case postale, il faut inclure le texte dans le champ (CP, Postfach ou autre).
  • Le NPA (numéro postal) est obligatoire. S’il s’agit d’un NPA suisse, Crésus complète automatiquement la Ville et le Canton de résidence.

Si l’adresse est à l’étranger, il faut d’abord changer le pays. Dans ce cas la localité ne sera pas reconnue en fonction du NPA, il faudra la saisir manuellement. Le canton de résidence doit alors être noté EX.

  • La Date de naissance est obligatoire.
  • Les dates peuvent être saisies au clavier, ou dans le calendrier qui s’affiche en cliquant sur la flèche.

  • Complétez l’Etat civil (célibataire) et la Nationalité (Suisse).
  • Il est obligatoire d’indiquer N° d’assurance sociale (n° AVS). Si vous ne le connaissez pas, cochez la case N° assurance sociale inconnu. Il sera nécessaire de compléter ce numéro avant de générer les décomptes de fin d’année ou le certificat de salaire. L’accès N° assurance sociale manquant disponible dans l’écran d’accueil permet d’afficher les employés concernés.

Pour la Suisse, les numéros d’assurance sociale commencent par 756. Le dernier nombre sert de contrôle et permet de vérifier si le numéro est valide.La bulle d’aide signale si le numéro est incomplet ou incorrect et dès que le numéro est correct, l’astérisque passe au vert.

  • Le Lieu de travail mentionne par défaut le Siège principal. S’il y a plusieurs succursales, il faut les définir sous Entreprise – Lieux de travail (§19.2 Lieux de travail)
  • La Date d’entrée est obligatoire. Entrez la date du 01.11.
  • Choisissez le Groupe Prod (§19.12 Groupe).
  • Dans l’onglet Paramètres, introduisez un salaire mensuel fixe de 5000.
  • Cliquez sur le bouton OK pour valider les données. Crésus exige encore d’autres informations et présente un dialogue qui résume les informations manquantes :

Tant qu’il y a un avertissement rouge vif, il ne sera pas possible de valider la saisie.

  • Le bouton Retour permet de revenir au dialogue complet.
  • Crésus exige en particulier le code LAA. Pour l’exemple, dans la rubrique Code LAA de l’employé de l’onglet Assurances, sélectionnez l’assurance A2:Bureaux (§20.1.6 Assurances).
  • Vous pouvez maintenant valider la saisie de ce nouvel employé.
  • Passez le salaire de novembre pour Cipolata (§3.6 Calculer un salaire) et visualisez son bulletin de salaire (§3.8 Imprimer un document).

4.3Contrôler les données

En tout temps, la commande Entreprise > Contrôle des données permet d’afficher les éléments qu’il faut compléter ou corriger.

L’accès N° assurance sociale manquant affiche les employés dont le nouveau n° AVS doit être renseigné : déroulez la liste au sommet dans la barre d’icônes.

4.4Modifier un employé

Pour modifier les données d’un employé, double-cliquez sur le nom de l’employé dans la colonne de gauche. Vous pouvez aussi le sélectionner dans la liste de gauche et cliquer sur l’icône , ou encore employer le raccourci clavier Ctrl+M.

Si ce dialogue s’affiche, cliquez sur Editer :

S’il y a déjà un salaire pour l’employé pour le mois sélectionné, Crésus demande si vous voulez Editer les données pour y apporter des modifications pour les futurs salaires ou Consulter les données utilisées pour calculer le salaire existant.

  • Dans l’onglet Assurances de la fiche de CIPOLATA, complétez les champs LAAC (assurance accidents complémentaire), IJM (indemnités journalières maladie) et LPP (prévoyance professionnelle) : pour chaque saisie, déroulez la liste et cliquez sur l’assurance voulue.
  • Double-cliquez sur le salaire de novembre de CIPOLATA : Crésus signale les changements qui vont affecter le salaire (ici, les primes d’assurances).

Si vous apportez des modifications à la fiche de l’employé, elles ne seront pas répercutées sur les salaires déjà introduits, mais prendront effet pour les nouveaux salaires. Si vous devez modifier un salaire existant qui est bloqué pour qu’il prenne en compte de nouveaux paramètres, il faut passer en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié) pour débloquer le salaire (§20.3 Bloquer / débloquer des salaires) ou le supprimer (§3.11 Supprimer un salaire) puis le créer à nouveau. Dans ce cas, il est recommandé de bloquer à nouveau les salaires avec la commande Employés > Bloquer les salaires du mois après l’intervention (§20.3 Bloquer / débloquer des salaires).

4.5Un employé quitte l’entreprise

Lorsqu’un employé quitte l’entreprise, il suffit d’indiquer la Date de sortie dans l’onglet Identité des données de l’employé. Lorsque vous passez son dernier salaire, Crésus régularise toutes les rubriques concernées.

  • Modifiez les données de GRATTE Senva et indiquez une date de sortie au 15.11, puis passez son salaire.
  • Consultez les divers montants : ils sont tous calculés au prorata de la durée de cette période.
  • Le 13e salaire est versé automatiquement avec ce salaire.

4.6Réengager un employé

Votre employé a quitté l’entreprise et vous avez indiqué une date de sortie dans ses données. Pour le réintégrer dans l’entreprise, sélectionnez sa fiche, puis utilisez la commande Employés > Réengager l’employé.

  • Mme Elvire VOLT a déjà 2 périodes d’engagement cette année. Elle a quitté l’entreprise à fin mai. Sélectionnez son nom dans la colonne de gauche (sans entrer dans ses données), puis utilisez la commande Employés – Réengager l’employé. Introduisez le 10.11 dans la date d’entrée (correspondant à son nouvel engagement) et passez son salaire de novembre.

Dans les documents ou exportations concernés, comme les décomptes de fin d’année pour les assurances, cette employée sera traitée plusieurs fois. Par contre, elle n’aura qu’un seul certificat de salaire ou bulletin de salaire annuel.

Cette méthode ne s’applique pas si vous avez supprimé la fiche de l’employé. Dans ce cas, il est possible de récupérer les données d’un employé depuis un autre fichier. Consultez le passage Reprendre d’un autre fichier du §15 Comment passer d’une année à l’autre ?.

4.7Supprimer un employé

Passez en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié). Il suffit alors de sélectionner l’employé, puis utiliser la commande Employés > Supprimer l’employé.

  • Essayez avec COHEN.
  • Essayez de supprimer CIPOLATA : on ne peut pas supprimer un employé de la liste s’il y a un salaire à son intention. Si un employé quitte l’entreprise, sa fiche doit rester dans la liste jusqu’à la fin de l’exercice, à cause des décomptes AVS et autres documents récapitulatifs. Vous pourrez supprimer sa fiche lors du passage à la nouvelle année.

Il existe aussi une commande Employés > Supprimer des employés s’il faut supprimer plusieurs fiches d’un coup.

4.8Restreindre la liste des employés

Le menu déroulant au milieu de la barre d’icônes permet de choisir un accès qui modifie la liste des employés selon le critère défini.

L’accès peut également trier les employés dans un ordre différent, voire même changer le contenu affiché à l’écran.

  • Sélectionnez l’accès Montants bruts : le tableau montre les salaires bruts, avant déduction des charges sociales et autres retenues.
  • Sélectionnez l’accès Canton de résidence : GE : le tableau n’affiche plus que les employés habitant à Genève.
  • Sélectionnez l’accès Par numéro d’employé : le tableau affiche tous les employés, mais le classement a changé.

L’écran d’accueil permet également de passer dans l’un des accès proposés (§4.1 L’écran d’accueil en détail).

En mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié), il est possible de créer ses propres accès (§19.8 Contrôle des données).

5Paiements électroniques (fichiers ISO 20022)

Crésus vous permet d’établir des ordres de paiements électroniques. Une fois les paramètres entrés pour l’entreprise (onglet Banques de la commande Entreprise > Identité, §19.1.4 Onglet Banques et dans la fiche de chaque employé concerné (onglet Données, §20.1.4 Banque), la commande Fichier > Paiements ISO… sert à générer le fichier à transmettre à la banque ou la poste. Il faut bien entendu que les salaires aient été calculés.

Cliquez sur l’icône  ou utilisez la commande Fichier > Paiements ISO….

Le 1er dialogue propose de choisir l’opération, le compte par lequel se fait le paiement, la période et le groupe concernés, ainsi que la date de traitement (la date à laquelle les versements seront effectués par l’institut financier).

Le système propose en standard le paiement des salaires ou des avances de salaire.

Il est possible d’ajouter des définitions de paiements, par exemple pour verser les retenues OP directement à l’office des poursuites (§33 Modèles pour les paiements ISO).

Si vous avez paramétré 2 comptes sous Entreprise > Identité > Banques (§19.1.4 Onglet Banques), l’ordre de paiement peut être émis sur l’un des comptes à choix :

Cliquez sur OK

Le 2ème dialogue montre les versements proposés et permet de choisir de les effectuer ou non, en modifiant la coche dans la colonne action.

Cliquez sur le bouton OK pour générer le fichier ISO et l’enregistrer sur le disque à l’emplacement prédéfini (voir Emplacement du fichier enregistré ci-dessous).

C’est le fichier enregistré ici qu’il faut envoyer par Internet à la banque ou à PostFinance en passant par le portail e-banking ou e-finance. Le mécanisme conserve le chemin et le nom du fichier généré dans le presse-papiers : si vous vous connectez au portail tout de suite après avoir enregistré le fichier, il suffit de coller le contenu du presse-papiers dans le champ du fichier à transmettre.

Réémettre un paiement

S’il est nécessaire de réémettre un ordre de paiement pour des salaires qui ont déjà été traités, il faut activer la case Refait des paiements déjà générés dans le dialogue Paiement des salaires.

Crésus présente alors la liste en mettant en évidence en noir les paiements à faire, et en vert les paiements qui ont déjà été traités. Cochez l’option Action des paiements à refaire.

Emplacement du fichier enregistré

Crésus prépare des fichiers de paiements électroniques selon la norme internationale ISO-20022 connue sous le nom « pain.001 ».

Par défaut, les fichiers générés sont enregistrés dans le même dossier que le fichier de salaires, mais vous pouvez forcer Crésus à les enregistrer dans le dossier de votre choix en cliquant sur le bouton Choix dossier ‘ISO’ dans le dialogue des Définitions générales :

En mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié), utilisez la commande Options > Définitions :

6Comptabiliser les salaires

Une fois les salaires calculés, il suffit d’utiliser ou la commande Fichier > Comptabiliser pour générer les écritures comptables.

Dans le premier dialogue, on choisit la période à comptabiliser, ainsi que le groupe d’employés à traiter et la date de comptabilisation. Le numéro de pièce est le même pour toutes les écritures générées. Crésus propose par défaut l’identificateur S-, suivi du mois comptabilisé.

La première fois que l’on comptabilise, le logiciel demande quel est le fichier de comptabilité cible. C’est également le cas lorsque le fichier a été enregistré sous un autre nom. Si nécessaire, utilisez le bouton Parcourir pour ouvrir le dossier Exemples et sélectionnez le fichier Démo français.cre.

  • Faites l’essai pour le mois de novembre et tous les employés (vérifiez que la date de comptabilisation est conforme à l’année du fichier de comptabilité).

Le dialogue suivant s’affiche :

  • Comptabiliser prépare les écritures à destination de Crésus Comptabilité. Il faudra alors importer les écritures par la commande Fichier > Comptabiliser dans le logiciel Crésus Comptabilité.
  • Définir sert à créer des groupements d’écritures avant de les passer en comptabilité.
  • Visualiser montre les écritures générées et les écritures groupées.
  • Annuler quitte l’opération sans générer d’écriture et ne marque pas les salaires comme étant comptabilisés.

Une fois comptabilisés, les salaires sont bloqués et ne peuvent plus être modifiés . En cas de nécessité, il faut annuler la comptabilisation :

Pour imprimer une pièce comptable ou générer les écritures pour Crésus Comptabilité, il est nécessaire de définir les comptes à débiter et à créditer pour chaque rubrique. Cela se fait une fois pour toutes à l’aide de la commande Entreprise > Comptabilisation décrite au §19.11 Comptabilisation des rubriques.

Comment annuler une comptabilisation ?

Il peut arriver qu’il soit nécessaire de décomptabiliser des salaires. Pour annuler dans la comptabilité des écritures provenant de la gestion des salaires, il faut le faire à partir du logiciel Crésus Salaires. La procédure est différente selon que vous travaillez en mode sécurisé (recommandé) ou non.

En mode sécurisé
  • Passez en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié).
  • Utilisez la commande Fichier > Annuler la comptabilisation. Un dialogue demande confirmation puis la liste des écritures sont présentées (par séries).
    • Choisissez d’annuler la ou les dernières séries depuis le n° de série concerné.
    • Confirmez l’opération.
  • Il est possible de répéter l’opération pour supprimer encore d’autres séries.

Note: Si la liste des écritures à retirer est vide (série de 0 à 0), alors le logiciel propose de marquer tous les salaires comme étant non comptabilisés.

L’opération supprime les écritures dans le fichier d’échange, mais ne les retire pas de la comptabilité. Pour terminer la procédure, dans le logiciel Crésus Comptabilité, utilisez la commande Fichier > Comptabiliser pour que la comptabilité reflète ces changements.

En mode non sécurisé
Comment savoir si je suis en mode sécurisé ou non sécurisé ?

7Crésus Synchro - mécanisme de comptabilisation

Le mécanisme de comptabilisation intégré à la Ligne Crésus permet à des fichiers Crésus Facturation ou Crésus Salaires de produire des écritures comptables pour une comptabilité Crésus. Tous les fichiers doivent être enregistrés sur la même machine ou sur des machines dans le même réseau local.

Par ailleurs, le comptable doit lancer l’opération de comptabilisation pour vérifier s’il y a ou non des écritures en attente en provenance de la facturation ou de la gestion de salaires.

Grâce à Crésus Synchro, il n’est plus nécessaire que les fichiers soient dans le même réseau, il suffit que chacune des machines concernées soit connectée à Internet : la comptabilisation passe désormais par le Cloud. D’autre part, Crésus Comptabilité est notifié chaque fois que des écritures ont été générées ou modifiées dans Crésus Facturation ou Salaires.

Crésus Synchro nécessite une connexion Internet, un compte client Crésus et une licence valide pour les logiciels amenés à comptabiliser.

Cliquez ici pour consulter la présentation en ligne de Crésus Synchro.

7.1Crésus Synchro en bref

Le mandat
  • Lie un ou plusieurs fichiers de facturation ou de salaires à une comptabilité.
  • Il ne peut y avoir qu’une seule comptabilité par mandat, mais plusieurs périodes comptables.
  •  Le mandat peut être local si tous les fichiers sont enregistrés sur la même machine et ne sont accédés que par un utilisateur.
  • Le symbole  désigne un mandat local.
  • Le mandat doit être partagé si les fichiers sont enregistrés sur des machines distinctes ou sont accédés par différents utilisateurs. On peut aussi utiliser un mandat partagé pour des fichiers enregistrés sur la machine locale.
  • Le symbole  désigne un mandat partagé.

Un mandat partagé nécessite une connexion Internet, un compte client Crésus et des licences valides.

Les étapes essentielles
  • Créer le mandat local.
  • Partager le mandat si nécessaire et y inviter des participants.
  • Attacher les fichiers au mandat.
Les effets

Crésus Synchro notifie Crésus Comptabilité lorsque Crésus Facturation ou Crésus Salaires ont généré ou supprimé des écritures. L’utilisateur reçoit un automatiquement avertissement dans sa comptabilité.

C:\Users\David\AppData\Local\Temp\SNAGHTML276ebd3c.PNG

7.2Créer un nouveau mandat

Un nouveau mandat se définit depuis Crésus Comptabilité.

Un nouveau mandat est toujours local : il ne peut être utilisé que dans la session de travail de l’utilisateur courant.

  • Ouvrez la comptabilité.
  • Utilisez la commande Fichier > Crésus Synchro > Attacher à un mandat.
  • Dans le dialogue, sélectionnez l’option Nouveau mandat.

  • Cliquez sur ATTACHER.
  • Entrez le nom du mandat à créer.

  • Cliquez sur CRÉER ET ATTACHER.

Il y a 2 situations :

  1. La comptabilité est déjà liée à une facturation ou une gestion de salaires : Crésus Synchro affiche le nouveau mandat, le fichier de comptabilité et les fichiers de facturation ou de salaires qui y sont liés.
  2. La comptabilité n’est pas encore liée à une facturation ou une gestion de salaires : Crésus Synchro affiche le nouveau mandat et le fichier de comptabilité. Il faut alors y attacher les autres fichiers du mandat (voir ci-dessous).

7.3Utiliser un mandat à plusieurs

Pour que d’autres utilisateurs puissent utiliser le mandat, que ce soit dans d’autres sessions sur la même machine ou à distance, il doit être mis à disposition des autres utilisateurs : il faut le partager. Il faut ensuite fournir aux autres utilisateurs un ticket qui leur donne accès au mandat.

Ces opérations nécessitent un accès internet et ne peuvent se faire que si on est connecté à un compte client Crésus.Si l’accès à internet est impossible, Crésus Synchro le signale.Si vous n’êtes pas connecté à votre compte client Crésus, Crésus Synchro vous propose de le faire.

Partager un mandat
  • Ouvrez la comptabilité de base.
  • Utilisez la commande Fichier > Crésus Synchro > Inviter un participant.
  • Validez le dialogue qui signale qu’il faut d’abord partager le mandat.
  • Cliquez sur PARTAGER.

Inviter des participants à un mandat

Pour que d’autres utilisateurs puissent se joindre à un mandat partagé, il faut les y inviter : cela se fait par le biais d’un ticket généré dans Crésus Synchro qu’il faut transmettre à l’invité sur un support comme une clé USB.

Pour des raisons de sécurité, il n’est pas recommandé d’envoyer le ticket en pièce jointe à un mail.

  • Ouvrez la comptabilité de base.
  • Utilisez la commande Fichier > Crésus Synchro > Inviter un participant.
  • Enregistrez le ticket.
  • Faites parvenir le ticket à l’invité.
S’abonner à un mandat

Pour utiliser un mandat partagé depuis une autre session de travail, que ce soit sur le même poste de travail ou sur une autre machine, il faut s’y abonner via le ticket reçu.

Dans la session de travail du nouvel utilisateur :

  • Double-cliquez sur le ticket reçu.
  • Si Crésus Synchro le demande, connectez-vous à votre compte client Crésus.

Le mandat s’ouvre dans Crésus Synchro et affiche les fichiers qui y sont attachés, ainsi que les utilisateurs qui y sont abonnés.

Pour des raisons de sécurité, nous vous recommandons de supprimer le ticket après l’avoir utilisé pour s’abonner au mandat. Vous pourrez toujours le régénérer depuis Crésus Synchro.

7.4Attacher des fichiers

Les fichiers attachés au mandat sont affichés dans Crésus Synchro.

  • Ouvrez le fichier de facturation ou de salaires à attacher dans Crésus Facturation ou Crésus Salaires.
  • Utilisez la commande Fichier > Crésus Synchro > Attacher à un mandat.
  • Sélectionnez le mandat.
  • Cliquez sur ATTACHER.

Cette méthode s’applique également à une comptabilité existante qui doit être liée au même mandat pour une autre période comptable.

Pour attacher des fichiers qui se trouvent sur des ordinateurs distants, il faut s’être abonné au mandat partagé selon les indications ci-dessus.

7.5Nouvelle année

Lorsqu’on utilise la commande Rouvrir dans Crésus Comptabilité pour créer une nouvelle période comptable, le nouveau fichier est automatiquement attaché au même mandat que la comptabilité source.

De même la commande Nouvelle année dans Crésus Salaires attache le nouveau fichier au mandat.

8Imprimer les certificats de salaire

À la fin d’un exercice, il faut imprimer divers documents à remettre aux employés. Les documents officiels sont proposés dans l’onglet Swissdec du choix pour l’impression (ou Standard si l’exportation pour Swissdec n’a pas été activée §21.2 Définitions).

Dans l’exemple, nous avons ajouté plusieurs décomptes dans l’onglet Favoris.

Crésus permet entre autres d’imprimer le certificat de salaire avec le code à barres demandé par les administrations cantonales des impôts (ACI).

Choisissez la présentation 3-1 : Certificat de salaire et cochez la case Avec code-barres 2D :

Si le code barre ne s’affiche pas, vous avez probablement omis de fournir des informations indispensables à l’établissement du certificat de salaires. Pour revoir la liste des avertissements, utilisez la commande Entreprise > Contrôle des données.

Règles cantonales

Cantons acceptant une transmission électronique des certificats

Vous pouvez utiliser Swissdec pour transmettre les certificats aux administrations cantonales des impôts, ce qui rend l’envoi papier de ces certificats inutile. Les cantons qui sont en mesure de recevoir les certificats par voie électronique sont les suivants :

  • BE – Berne
  • BS – Bâle-Ville
  • FR – Fribourg
  • JU – Jura
  • LU – Lucerne
  • NE – Neuchâtel
  • SO – Soleure
  • VD – Vaud
  • VS – Valais

Si le canton de résidence de votre collaborateur ne fait pas partie de cette liste (Genève, par exemple), vous devrez envoyer une copie papier du certificat de salaires avec code-barres 2D au fisc.

9Exporter les décomptes par Swissdec

L’utilisation détaillée des fonctionnalités Swissdec est documentée dans la section §22 Swissdec.

9.1Le concept de Swissdec

La norme ELM permet d’envoyer les données par Internet au répartiteur Swissdec. Celui-ci distribue les données aux différentes caisses et assurances concernées, pour autant qu’elles soient membres du pool Swissdec. Vous trouverez la liste des assurances et caisses équipées pour ces transferts sur le site www.swissdec.ch, sous Destinataires des données salariales.

Pour que l’exportation soit possible, il est indispensable d’avoir complété les identifications de l’entreprise dans l’onglet Numéros de l’entreprise sous Entreprise > Identité (§19.1.1 Onglet Identité) ainsi que le numéro d’assureur, votre numéro de client et numéro de contrat pour chaque assurance (§19.3 Assurances).

Il faut activer l’option Utilise l’exportation Swissdec dans Options > Définitions, disponible en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié). On choisit également ici si on veut utiliser l’exportation Swissdec pour les décomptes d’impôts à la source et/ou pour répondre à l’enquête de l’OFS sur la structure des salaires.

Malheureusement, toutes les caisses d’assurances sociales et de LPP ne sont pas affiliées à Swissdec. Renseignez-vous directement auprès de vos caisses.

9.2Les dossiers Swissdec

Cliquez sur l’icône ou utilisez la commande Fenêtre > Interface avec Swissdec.

La transmission de données prépare des dossiers distincts pour chaque destinataire.

  • Impôts à la source : dossiers transmis tous les mois.
    • Pour pouvoir transmettre les données du mois en cours, il faut valider l’option Tous les salaires du mois sont complets et définitifs, ce qui bloque les salaires du mois.

Si un employé est soumis à l’impôt à la source, il faut générer le salaire de chaque mois, même s’il ne touche pas de salaire.
Même si vous n’avez plus d’employé soumis, il faut également continuer à transmettre tous les mois jusqu’à la fin de l’année.

  • AVS : les mutations (entrée ou sortie de collaborateur) sont usuellement envoyées lorsque le cas se présente. La réponse de la caisse AVS inclut une attestation d’assurance sous forme de document PDF à remettre aux collaborateurs.
  • La caisse de pension (LPP) : l’annonce des données des collaborateurs et la demande des cotisations doivent être transmises en fin d’année, pour l’année suivante.
    • On envoie d’abord la liste des collaborateurs.
    • La demande de cotisations se fait depuis le fichier de la nouvelle année.
  • Les assurances sociales : décomptes à envoyer uniquement en fin d’année.
    • Pour pouvoir transmettre les décomptes de fin d’année, il faut valider l’option Tous les salaires de l’année sont complets et définitifs, ce qui bloque les salaires.
  • OFS : les données statistiques pour l’enquête sur la structure des salaires sont transmises dans le courant du 1er trimestre : il faut ouvrir le fichier de l’année concernée.

Seules les entreprises qui ont été tirées au sort doivent répondre à cette enquête. N’envoyez pas les données si vous n’y avez pas été invités par l’OFS.

9.2.1Vérification des données

Lors de chaque opération Swissdec, Crésus procède à une vérification des données d’entreprise et des employés. Le cas échéant, il présente une liste des éléments à corriger. Certaines erreurs peuvent empêcher la génération du fichier Swissdec et seront répertoriées dans une section « obligatoire ».

La commande Entreprise > Contrôle des données permet de lancer cette vérification à tout moment.

9.2.2Préparation et transmission des dossiers

Crésus génère un fichier, puis le parcourt et signale les éventuelles erreurs techniques. Si les erreurs sont bloquantes, le fichier ne peut pas être transmis à Swissdec.

Si le fichier est considéré comme valide, le processus chiffre et signe numériquement les données et transmet le dossier au répartiteur, qui le fait suivre aux destinataires finaux.

Les dossiers transmis sont affichés dans l’historique du transmetteur.

9.2.3Libération des données

Pour les assurances, le processus nécessite de valider le dépôt des données sur le site du destinataire. Dans ce cas, le bouton Libérer vous connecte à la page de login du site de l’assureur. Il faut alors suivre la procédure pour voir et valider les données du dossier concerné. Cette procédure est propre à chaque caisse.

Si la libération est nécessaire, elle doit se faire sous 24 heures, faute de quoi l’envoi est supprimé.

Lorsque l’opération est complétée auprès du destinataire, si nécessaire, validez le dialogue J’ai libéré les données.

Les données sont libérées automatiquement lorsque le standard Swissdec le permet, par exemple lors de l’envoi des décomptes d’impôts à la source ou des certificats de salaire.

9.2.4Réception et intégration de la réponse

Dans certains cas le destinataire fournit une réponse qui doit être téléchargée.

Le processus complet nécessite alors d’intégrer la réponse dans Crésus.

9.2.5Transmission des données à l'OFS grâce à Swissdec

Tous les deux ans, l’OFS tire au sort un certain nombre d’entreprises qui doivent remplir et renvoyer le questionnaire sur la structure des salaires (ESS) de l’année précédente. Si votre entreprise a été retenue, vous devez livrer les données d’ici au 31 mars 2019. Avec Crésus Salaires et Swissdec, vous remplissez et renvoyez le questionnaire en seulement 3 clics.

Consultez le §22.9 Envoyez les informations à l’OFS pour des explications détaillées.

Pour de plus amples informations, nous vous laissons le soin de vous référer à l’article Participer à l’enquête de l’OFS sur la structure des salaires.

10Passer à l’année suivante

À la fin d’un exercice, il faut ouvrir le fichier pour l’année suivante.

Comme certaines valeurs sont calculées à la fin de l’exercice et doivent se reporter sur l’exercice suivant (13e salaire, vacances, etc. .), il est préférable de ne faire cette ouverture qu’après avoir terminé l’exercice en cours, sinon il faudra reporter ces valeurs à la main dans les fiches des employés concernés.

  • Depuis le fichier de l’année en cours, utilisez la commande Fichier – Nouvelle année.

Votre fichier actuel est mis à jour (enregistré) avant de créer le nouveau fichier.

Le dialogue qui s’affiche permet d’introduire le nom du nouveau fichier de gestion des salaires. L’opération incrémente le nom du fichier actuel. Il est donc avantageux d’adjoindre l’année concernée au nom du fichier : par exemple Salaires 2014 deviendra automatiquement Salaires 2015.

Le nouveau fichier reprend les données des employés, les coefficients d’entreprise et les présentations personnelles.

Si le 13e salaire ou le droit aux vacances n’a pas été soldé dans l’année en cours, Crésus passera le solde sous forme de Report 13e salaire ou Report indemnités vacances dans l’onglet Paramètres des données de chaque employé (§20.1.3 Paramètres). Il le signale lors de l’ouverture de la nouvelle année.

Le nombre de jours de vacances restant à prendre est également reporté dans la rubrique correspondante de l’onglet Divers des données de l’employé (§20.1.13 Divers).

Crésus identifie les employés qui ont quitté l’entreprise, et propose de conserver leurs données dans le fichier. Pour éviter de garder la fiche d’un employé qui a quitté l’entreprise, il suffit de décocher la case en regard de son nom :

  • Les coefficients officiels sont adaptés s’il y a lieu (§19.6 Coefficients).
  • Le nouveau fichier s’ouvre évidemment sans aucun salaire.
  • Comme il n’est pas possible d’activer les fonctionnalités swissdec en cours d’année, si ce n’est pas encore le cas, Crésus propose de le faire au moment d’ouvrir la nouvelle année (§9 Exporter les décomptes par Swissdec).
Reprendre de l’année précédente

Cette commande du menu Entreprise est disponible en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié). Elle permet de reprendre les données d’un employé à partir d’un autre fichier de salaires. Les employés sont identifiés par leur Numéro d’assurance sociale.

Si vous importez un employé déjà existant dans la base, ses données seront remplacées. Les salaires éventuels pour l’année en cours sont aussi importés :

11Enregistrer / sauvegarder

Cette section présente les fonctions de d’enregistrement, de sauvegarde et de restitution.

11.1Enregistrer les données

Lorsque vous apportez des modifications à vos données, il faut enregistrer votre fichier pour le mettre à jour. Cliquez sur l’icône , utilisez la commande Fichier > Enregistrer  ou la combinaison de touches Ctrl+S.

Lorsque vous fermez le logiciel, vous pouvez enregistrer les modifications apportées. Si vous répondez Non, votre travail n’est pas enregistré et vous perdez toutes les modifications.

La commande Options > Définitions (§21.2 Définitions) propose l’option Enregistre toujours le fichier : lorsque vous quittez Crésus Salaires, il enregistre le fichier sans demander confirmation.

11.2Sauvegarder les données

Il peut arriver qu’un disque dur soit défectueux ou qu’un ordinateur rencontre un problème lors de l’écriture des données. Il est donc essentiel de faire des archivages réguliers de votre gestion de salaires, qu’il est recommandé de stocker sur un support séparé.

Un environnement Crésus Salaires se compose de plusieurs fichiers, notamment s’il est lié à une comptabilité, si vous utilisez la transmission Swissdec ou si vous utilisez un logo. Il ne suffit donc pas de copier le fichier *.salx pour faire une sauvegarde de ses données, c’est pourquoi il existe une commande Fichier > Sauvegarder.

La commande Fichier > Sauvegarder rassemble toute l’information en un seul fichier compact. Le dialogue permet de choisir si la sauvegarde doit être faite dans le dossier courant, ailleurs sur la machine ou le réseau, ou même envoyée par e-mail à un destinataire à choix.

Epsitec SA propose également le service d’archivage Crésus Safe. Visitez la page Crésus Service de notre site www.cresus.ch.

  • Le champ Commentaire associé à la sauvegarde est disponible pour joindre une remarque, qui sera visible lors de la restitution des données.
  • Le bouton Détails affiche la liste des fichiers qui sont archivés.
  • Une fois le dialogue validé, suivez les instructions.

La reprise d’une sauvegarde est décrite au §12.2 Restitution.

11.3Enregistrements automatiques

Le programme fait automatiquement des enregistrements provisoires. En cas de problème technique, si Crésus trouve un enregistrement provisoire, il propose de l’ouvrir ou de retourner à la version précédemment enregistrée volontairement.

En cours de travail, Crésus génère des copies intermédiaires. Mais ces copies ne sont utilisées que s’il faut faire une ouverture de secours d’un fichier (§12.3 Ouverture de secours).

Une copie du fichier précédent est conservée en permanence, il est donc toujours possible de repartir de la version précédente si l’on veut ignorer la dernière saisie de données ou en cas de problème. Dans ce cas, utilisez la commande Fichier > Ouvrir SOS (§12.3 Ouverture de secours).

11.4Enregistrer sous

La commande Fichier > Enregistrer sous n’est disponible que dans le mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié). Elle permet d’enregistrer le fichier sous un autre nom ou dans un autre dossier.

Si vous avez défini un lien comptable avec Crésus Comptabilité, le fait d’enregistrer votre fichier sous un autre nom ou dans un autre dossier casse le lien et empêche la comptabilisation de se dérouler correctement.Par ailleurs, vous vous retrouvez avec 2 occurrences du même fichier, avec des noms différents, ce qui amène souvent à des confusions. Il est donc fortement déconseillé d’utiliser cette fonction. Si c’est vraiment nécessaire, il est préférable au préalable d’annuler toutes les comptabilisations (§6 Comptabiliser les salaires).

12Ouvrir / restituer

Cette section présente comment ouvrir un fichier salaires et comment en restituer un.

12.1Ouvrir une gestion de salaires

Au démarrage, Crésus Salaires reprend d’office le dernier fichier salaires utilisé.

  • Pour ouvrir un autre fichier de salaires, cliquez sur l’icône d’ouverture  ou utilisez la commande Fichier > Ouvrir. Sélectionnez alors le fichier voulu (*.salx) dans le dialogue.
  • Vous pouvez aussi ouvrir un ancien fichier : pour ouvrir des fichiers générés avec une ancienne version du logiciel (voir la note au §14 Reprise et migration de fichiers), choisissez les fichiers d’anciennes versions Crésus Salaires *.sal6 ou *.sal. Attention, après avoir enregistré un fichier ancien avec une version récente de Crésus Salaires, vous ne pourrez plus l’ouvrir avec une version plus ancienne.

12.2Restitution

La reprise d’une sauvegarde (§11.2 Sauvegarder les données) se fait par la commande Fichier > Restituer

  • Utilisez le bouton Parcourir pour sélectionner le fichier de sauvegarde à restituer. Les sauvegardes salaires portent l’extension .sk1.
  • Une fois le fichier sélectionné, cliquez sur OK.
  • Un 2e dialogue s’affiche :

  • Le commentaire affiché est celui saisi lors de la génération de la sauvegarde (§11.2 Sauvegarder les données).
  • Le bouton Détails montre la liste des fichiers de l’archive.
  • Crésus propose de restituer le fichier à son emplacement d’origine. Vous pouvez changer son nom et son emplacement en utilisant le bouton Parcourir.
  • Validez le dialogue, et suivez les instructions.

Si vous utilisez le mode comptabilisation sécurisée (§19.11 Comptabilisation des rubriques), il ne faut pas changer le nom ou les chemins d’accès aux divers fichiers, sous peine de rompre les liens entre les salaires et la comptabilité générale. Lisez la note du §11.4 Enregistrer sous.

12.3Ouverture de secours

L’ouverture de secours est lancée automatiquement si l’ouverture du fichier demandé s’avère impossible, par exemple en cas de fichier corrompu. Elle propose de tenter d’ouvrir la version précédente si c’est possible, ou d’effectuer une des opérations à choix :

On peut également faire appel à cette ouverture spéciale pour repartir sur la version précédente et annuler les modifications faites depuis le dernier enregistrement, ou encore restituer l’une des sauvegardes automatiques précédentes, en utilisant l’option Restituer une version antérieure.

Pour accéder volontairement à l’ouverture de secours, utilisez la commande Fichier > Ouvrir s.o.s…

Crésus affiche alors la liste des derniers fichiers traités. Il suffit de sélectionner le fichier à récupérer :

L’option <fichier de salaires quelconque> permet de parcourir votre environnement pour reprendre un fichier qui n’a pas été traité récemment sur votre machine.

Salaires conserve la version précédente de votre fichier dans le fichier *.sa~x
Les fichiers de sauvegarde automatique se nomment Autosave et sont numérotés de 0 à n, Autosave0 étant le plus récent. Ils sont enregistrés dans le dossier caché *.sav

13Créer une gestion de salaires

Pour créer une nouvelle gestion de salaires :

  • Assurez-vous d’avoir fermé tous les fichiers ouverts, ou d’être en mode complet.
  • Utilisez la commande Fichier > Nouveau.
  • Sélectionnez le modèle à utiliser.
    Habituellement, on utilise le Modèle universel, d’autres modèles peuvent être disponibles dans quelques cas particuliers.
    La liste peut ne comporter que le modèle universel.

  • Vérifiez que l’année correspond à l’année désirée.
  • Définissez le nombre de périodes de salaire.
    La liste déroulante permet de choisir le nombre de périodes dans l’année : 12 mois pour un paiement mensuel des salaires (avec gratification ou 13e salaire optionnels en décembre), 13 mois pour séparer le 13e salaire sur une feuille de paie indépendante, 15 jours pour travailler par demi-mois, 10 jours pour 3 salaires chaque mois, 1 semaine pour faire les salaires tous les 7 jours. Voir aussi la commande Entreprise > Périodes (§19.13 Périodes).
  • Définissez le nom du fichier. Nous vous conseillons d’inclure l’année dans le nom de fichier, par exemple Mon entreprise – Salaires 2019, le passage à la nouvelle année sera plus aisé.
  • Utilisez le bouton Changer de dossier… pour définir l’emplacement où le fichier sera enregistré.
  • Cliquez sur le bouton Créer. Si le fichier à créer existe déjà, Crésus signale l’erreur, et propose de le remplacer. Le fichier existant sera bien entendu écrasé et ses données perdues.
Paramétrer la nouvelle gestion de salaires

Procédez dans l’ordre suivant :

Les coefficients et paramètres du modèle ne sont que des exemples et ne correspondent pas aux valeurs actuellement en vigueur. Ils doivent impérativement être vérifiés.

  • Imprimez le document Swissdec 1. Genres de salaire : il vous permettra de vérifier l’affectation des éléments de salaire aux diverses retenues sociales (§19.7 Définition des rubriques).

Une fois qu’une rubrique a été utilisée, il n’est plus possible de modifier son rôle pour les retenues sociales. Il est donc très important de régler ceci correctement avant de commencer.

14Reprise et migration de fichiers

Fichiers récents

La migration d’un fichier de la version 10 ou 11 à la version actuelle ne demande pas de travail préliminaire. Il faudra toutefois compléter les données des employés pour satisfaire aux exigences des nouvelles normes ELM 4.

  • Ouvrez le fichier à migrer.
  • Crésus affiche un résumé des données à compléter.

Si les codes d’impôt à la source utilisés ne correspondaient pas à la nouvelle nomenclature, il est important de recalculer les salaires existants pour qu’ils soient compatibles, mais en prenant soin de forcer manuellement les montants d’impôt retenus de manière à ne pas altérer le montant de salaire versé.

Si le fichier migré correspond à une année bouclée, il n’est pas nécessaire de modifier les données avant d’ouvrir la nouvelle année. Vous ne pourrez toutefois pas procéder au transfert de données par swissdec.

Un fichier enregistré avec la version 12 ne pourra pas être ouvert avec une version plus ancienne de Crésus Salaires.

Fichiers anciens

La version certifiée Swissdec de Crésus Salaires comporte des différences importantes par rapport aux versions  historiques, en particulier liées aux contraintes imposées par la norme. Aussi la reprise des fichiers enregistrés avec ces anciennes versions est conditionnelle.

Il peut s’avérer nécessaire de migrer en plusieurs étapes (version 4.6, puis 7, puis 9). La migration d’un fichier de la version 7 à 10 passe obligatoirement par la version 9. Consultez la rubrique « Migration de la version 7 à la version 10 »  et si nécessaire, contactez Epsitec SA

15Comment passer d’une année à l’autre ?

Il est préférable d’avoir terminé les salaires de l’année en cours avant de créer la nouvelle année. Les modifications apportées ultérieurement dans l’année en cours ne sont pas reportées automatiquement dans la nouvelle année.

Pour ouvrir la nouvelle année :

  1. Utilisez la commande Fichier > Nouvelle année.
  2. Après avoir vérifié l’année, le nom et l’emplacement proposés, cliquez sur le bouton Créer. Les présentations personnelles sont reprises dans le nouveau fichier, ainsi que les noms et les données des employés.
  3. D’éventuels montants de 13ème salaire ou d’indemnités vacances non versés dans l’année en cours sont reportés dans les données de la nouvelle année. Le dialogue affiche les noms et montants concernés. Ces montants seront inclus dans le premier versement de 13ème ou d’indemnités vacances de la nouvelle année. S’il y a lieu, vous pourrez modifier ultérieurement le montant des reports dans l’onglet Paramètres des données de chaque employé (§20.1.3 Paramètres).
  4. La liste des employés qui ont quitté est affichée. Vous pouvez choisir de les conserver ou non.
  5. Utilisez la commande Entreprise > Contrôler les données et prenez note des éléments à compléter.
  6. Utilisez la commande Entreprise > Assurances, complétez les assurances, corrigez les taux.
  7. Utilisez la commande Entreprise > Coefficients et réglez les divers nouveaux taux pour l’AVS, l’AC, l’assurance maternité, etc. en fonction des besoins. Selon la version du logiciel que vous utilisez, certains coefficients sont automatiquement ajustés (notamment AVS, AC, assurance maternité), mais il vous incombe de les vérifier.
  8. Avant de calculer des salaires, assurez-vous que les réglages des rubriques sont corrects. Dans l’année source, imprimez le document modèle 1-1. Genres de salaires (rubriques utilisées uniquement) qui récapitule comment chaque élément de salaire est pris en compte pour les charges sociales. En cas de nécessité, modifiez les fanions des rubriques §19.7 Définition des rubriques.

Pour créer une nouvelle année, n’utilisez en aucun cas la commande Nouveau du menu Fichier. Cette commande sert uniquement à créer un nouveau fichier de salaires repartant à zéro, par exemple pour une nouvelle société.

Reprendre d’un autre fichier

Si vous modifiez les salaires de l’année d’origine après avoir créé la nouvelle année, il est possible de synchroniser les données.
Dans la nouvelle année :

  • Passez en mode complet
  • Utilisez la commande Entreprise > Reprendre d’un autre fichier.
  • Utilisez le bouton Parcourir pour naviguer jusqu’au fichier source.
  • Cochez les employés concernés.
  • Sélectionnez l’opération voulue :
    • Récupérer les données des périodes importe dans la nouvelle année les montants et valeurs de chaque période de paie de l’année précédente.
    • Remettre l’état initial des employés corrige les reports de 13ème et/ou d’indemnités vacances.

Cette commande s’utilise également pour créer la fiche d’un employé qui n’existe pas encore dans l’année courante, mais dont les données existent dans un autre fichier. Le mécanisme vérifie s’il existe un employé dans le fichier de destination avec le même numéro AVS. Si oui, les données importées remplacent les données existantes. Sinon, l’employé importé est ajouté au fichier de destination. Le fichier source ne doit pas nécessairement correspondre à la même société. Après avoir repris les données du nouvel employé, il est indispensable d’ouvrir sa fiche et d’y vérifier / compléter les données.

Astuce : vous pouvez utiliser la commande Entreprise > Reprendre d’un autre fichier pour réengager un ancien collaborateur qui ne serait plus présent dans le fichier de l’année en cours.

16Exemples particuliers

Dans le fichier Salaires-Exemple fourni avec Crésus Salaires (§2.2 Ouvrir l’exemple), vous trouverez quelques situations particulières. Les éléments à relever sont indiqués ici, avec la référence aux paragraphes concernés dans la notice.

Les coefficients d’entreprise sont proches de la réalité, mais ne peuvent en aucun cas être considérés comme exacts, puisque ces valeurs peuvent changer d’un canton à l’autre, d’une caisse d’assurance à l’autre, d’une entreprise à l’autre.

Nous avons essayé de couvrir une palette de cas divers. Il est peu vraisemblable de rencontrer un tel mélange dans une entreprise. Certains aspects sont carrément impossibles.

Pour chaque employé nous vous proposons de passer le salaire de décembre, et d’observer les points mis en avant ci-après. Si nécessaire, supprimez tous les salaires de décembre en utilisant la commande Employés > Effacer des salaires (§3.12 Supprimer plusieurs salaires).

Les salaires à l’heure ou à la journée doivent impérativement être complétés pour passer le nombre d’heures / de jours travaillés. Idem pour INTER E-C. qui touche une part au chiffre d’affaires (voir ci-dessous).

Visualisez divers documents pour ces employés, par exemple le Certificat de salaires ou le Compte salaire perso (§3.8 Imprimer un document).

Bernard AUMOIS touche un salaire mensuel régulier, y compris un 13e salaire à 100%.

Louise HALLEURE est salariée à l’heure. Elle a droit à 8.33% d’indemnités vacances (inclus dans le salaire : on ne paie donc pas les jours de vacances), et un 13e salaire payés chaque mois. Pensez à préciser le nombre d’heures travaillées lorsque vous saisissez son salaire.

Vari AUMOIS touche un salaire mensuel irrégulier, calculé selon son taux de travail.

  • Données de l’employé, onglet Paramètres (§20.1.3 Paramètres) : Salaire à 100% pour salaire mensuel variable, Taux 13e, Paie le 13e chaque mois.
  • Saisie du salaire, onglet Indemnités : le coefficient du salaire mensuel variable correspond à son taux d’activité du mois.

Harry VEZ a rejoint l’entreprise au début du mois de juillet, et quitte en octobre.

  • Données de l’employé, onglet Identité (§20.1.1 Identité) : date d’entrée / date de sortie.
  • On obtient un message si on essaie de passer un salaire avant le mois de juillet ou après le mois d’octobre.
  • Saisie du salaire, onglet Indemnités (§20.2.3 Indemnités, primes et frais) : le 13e (au mois d’octobre) est calculé automatiquement sur 4 mois.

Ella QUITTEZ est partie le 13 septembre.

Kelb OJOUR a un salaire à la journée.

Les quatre sœurs GRATTE touchent toutes le même salaire, y compris un 13e salaire, mais Annuelle le reçoit en décembre, Incluse le reçoit chaque mois, Modifiée a reçu une avance sur 13e en octobre, Senva a quitté l’entreprise en cours d’année. Le 13e se calcule sur le total des salaires de l’année et tient compte des éventuels versements faits comme avances sur le 13e.

BOSS Faure touche un salaire mensuel, mais nous avons omis d’introduire le taux de 13e salaire dans ses données. Avant de passer son salaire, ouvrez le dialogue des données de l’employée, passez dans l’onglet Paramètres, introduisez 100% dans le taux pour 13e  et calculez son salaire en y versant le 13e : le montant ne correspond qu’au 13e salaire du mois courant.

Retournez dans les données de l’employée et spécifiez que le taux de 13e doit être modifié à partir du 1er janvier. Recalculez son salaire : le 13e salaire correspond au

Accide DANTE est absent pour accident 10 jours en septembre et 10 jours en octobre. L’entreprise couvre le 100% du salaire (soumis aux charges sociales) pour les 3 premiers jours, puis l’assurance couvre le 80% du salaire pour les jours suivants (non soumis aux charges sociales). On n’utilise pas les automatismes pour la gestion des jours et des indemnités, aussi on a coché l’option Indemnités versées hors période maladie ou accident pour introduire directement les montants des corrections et indemnités.

Axis DENT a été victime du même accident que ci-dessus en septembre. On utilise les automatismes en introduisant la date de début d’accident en septembre puis la date de fin en octobre. Pour cet employé, la perte de salaire est couverte par une indemnité complémentaire.

Else MARILLER s’est mariée en juillet. Elle s’appelait Else PHIANCEY. Elle a un enfant en août.

INTER E.–C. touche un salaire fixe et une part sur le chiffre d’affaires (prise en compte pour le 13e).

HOMM A.–G. atteint l’âge de la retraite en juin mais continue à toucher un salaire. Dès juillet on déduit la franchise de son salaire AVS pour calculer la cotisation et la cotisation AC n’est plus prélevée.

ERRA Tic reçoit son salaire de façon irrégulière. Son salaire est calculé manuellement à chaque fois selon un arrangement spécifique non défini dans la fiche personnelle.

  • Saisie du salaire : établi pour plus d’une période.
  • Saisie du salaire, onglet Période (§20.2.1 Période) : Période de travail.
  • Le nombre total de jours ne peut pas dépasser 360 jours sur l’année :
    • Janvier : 30 jours.
    • Avril : 90 jours (3 mois à 30 jours).
    • 10 septembre : 130 jours (4 mois à 30 jours + 10 jours)
    • 20 novembre : 70 jours
    • Décembre : 40 jours (10 jours en novembre + 1 mois)

GROSSOU Lala touche un salaire qui dépasse les plafonds et reçoit une indemnité fixe pour frais de représentations. Dès le mois de septembre, elle bénéficie d’un véhicule d’entreprise d’une valeur de 35’000.–.

BOSS Faure utilise dans le privé un véhicule d’entreprise qui lui est facturé à raison de 150.–/mois et –.50/km.

VIENG Delaba est soumis un impôt à la source.

Elvire VOLT quitte l’entreprise à fin mars et revient début octobre. Vous pouvez créer 2 fiches séparées, qui seront considérées comme 2 employés séparés. Dans ce cas, il faut ajouter un commentaire dans l’onglet Certificat de ses données (§20.1.10 Certificat), sous Observations mentionnant qu’elle a 2 certificats de salaire.

L’autre solution consiste à lui passer une date de réengagement, ce qui a été fait ici :

  • Données de l’employé, onglet Identité (§20.1.1 Identité) : il y a une date d’entrée correspondant au réengagement, la période précédente est mentionnée.

On apporte une correction de prime LPP en novembre :

JEUNET Bo est un employé de 17 ans donc sans AVS ou AC, par contre le plan LPP prévoit de cotiser dès 17 ans.

17Rubriques

On appelle Rubrique chaque champ pouvant recevoir une valeur ou du texte. Les rubriques monétaires associées aux salaires sont parfois nommées Genre de salaire.

Dans Crésus, l’utilisateur peut changer le nom de chaque rubrique. Les libellés qui apparaissent dans ce manuel peuvent donc avoir été modifiés et ne plus correspondre. Au besoin, vous pouvez remettre les textes standard (§19.7 Définition des rubriques)

Dans Crésus, on distingue 4 types de rubriques : indemnités, déductions, données et bases. Pour différencier ces catégories, les noms des rubriques sont précédés d’un préfixe (voir ci-dessous).

La valeur des rubriques est souvent le résultat d’un calcul faisant intervenir une donnée de base et un multiplicateur ou un taux. On distingue alors le Déterminant et le Coefficient identifiés par leur préfixe.

Les déductions peuvent avoir une part employé et/ou une part employeur, calculés sur le même Déterminant, mais avec des Coefficients différents. Les éléments liés à l’employeur sont référencés par un @E.

Ci-dessous, les termes en italique sont des exemples illustrant le point concerné.

Les différents préfixes sont :

  • @Ind:indemnités et allocations calculées chaque mois (@Ind:Salaire horaire). En général, une indemnité est calculée à partir du Déterminant et du coefficient qui lui correspondent, mais ce n’est pas toujours le cas; une indemnité peut aussi être un montant fixe (@Ind:Salaire mensuel) ou saisi manuellement chaque mois (@Ind:Commission).
  • @Déd: déductions et retenues calculées chaque mois (@Déd:Cotisation AVS). En général, une déduction est calculée à partir du Déterminant et du Coefficient qui lui correspondent, mais ce n’est pas toujours le cas; une déduction peut aussi être un montant fixe (@Déd:Cotisation LPP, si elle est fixe) ou saisi manuellement chaque mois (@Déd:Rattrapage LPP).
  • @Déterm: Déterminants des indemnités et déductions. Chaque indemnité et chaque déduction peut avoir un Déterminant qui lui est propre (@Déterm :Salaire par heure = salaire pour une heure, @Déterm :Prime AAP = montant soumis à la cotisation LAA).
  • @Coef:coefficients des indemnités et déductions. Chaque indemnité et chaque déduction peut avoir un coefficient qui lui est propre. Les coefficients peuvent être une quantité (@Coef:Nb de repas, midi), un nombre de jours (@Coef:Jours de vacances pris), un nombre d’heures (@Coef:Heures travaillées) ou encore un pourcentage (@Coef:Taux AVS).
  • @E.Déd: part employeur des déductions. Chaque déduction peut avoir (ou non) une part employeur (@E.Déd :Cotisation AVS). En général, la part employeur est calculée à partir du Déterminant et du Coefficient employeur qui lui correspondent, mais ce n’est pas toujours le cas.
  • @E.Coef: Coefficients des parts employeur. Chaque déduction peut avoir une part employeur et un coefficient employeur qui lui est propre. Les coefficients peuvent être une quantité, un nombre de jours, un nombre d’heures, mais en général pour les parts employeur, il s’agit d’un pourcentage (@E.Coef :Taux AVS).
  • @Brut: Bruts déterminants. En général, les bruts sont calculés par le cumul des indemnités marquées comme étant liées à cette base (@Brut:Base AVS) mais cette catégorie contient également des montants qui ne doivent pas figurer dans les indemnités ou les déductions à l’impression (@Brut:Variation du salaire) ou des valeurs annualisées (@Brut:Base taux d’impôt source).
  • @Donnée:regroupe toutes les données, coefficients ou taux de base. Il peut s’agir de
    • rubriques de texte (@Donnée:Adresse de l’employé)
    • valeurs (@Donnée:Salaire mensuel fixe)
    • dates (@Donnée:Date d’entrée de l’employé)
    • cases à cocher (@Donnée:Paie les vacances chaque mois)
    • taux (@Donnée:Taux allocations partielles).

Ces données peuvent être liées à un employé, mais aussi être des paramètres généraux (@Donnée:Age retraité AVS, @Donnée:Taux AC). Il existe également des données spéciales permettant de connaître les paramètres du logiciel (@Donnée:Mois sélectionné, @Donnée:Numéro page courante)

  • @E.Donnée: Comme @Donnée:mais concerne les données propres à l’employeur (@E.Donnée:Nom de l’entreprise, @E.Donnée: Taux contribution ALFA). Notez que @E.Donnée:Taux AC concerne le taux de la part employeur à l’AC alors que @Donnée:Taux AC concerne la part de l’employé.

Dans les dialogues de saisie, le nom de la rubrique est affiché sans le préfixe. Il y a alors souvent plusieurs colonnes pour la saisie. Une colonne peut recevoir la valeur pour le Déterminant (@Déterm:Salaire horaire), une autre colonne le coefficient (@Coef:Heures travaillées) et une autre encore le montant résultant, appelée Valeur (@Ind:Salaire horaire).

Seuls les montants figurant dans la colonne marquée Valeur dans la saisie des salaires sont ajoutés ou retranchés du montant total à verser. Si la valeur figure dans une colonne séparée, à droite, ce n’est pas un montant versé à l’employé, mais un montant qui peut intervenir dans d’autres calculs : cela peut être, par exemple, les allocations familiales versées directement à l’employé par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) ou des prestations en nature.

Le déterminant (@Déterm) est commun pour la déduction employé et pour la part de l’employeur.La part employeur est toujours liée à une déduction pour l’employé. Il est toutefois possible de désactiver la déduction employé pour ne garder qu’une cotisation de l’employeur (@E.Déd:AVS frais administration)

18Saisie

Saisie des données

La saisie des données pour l’entreprise, pour les employés et les salaires se fait dans des dialogues uniformisés et configurables (§27 Configurer la saisie).

Ces dialogues sont redimensionnables, ce qui permet de visualiser plus de lignes ou d’afficher des colonnes supplémentaires. Un ascenseur est affiché dès que le nombre de rubriques dans le dialogue l’exige. Si vous avez un écran suffisamment grand, vous pouvez agrandir le dialogue pour afficher toutes les rubriques et faire disparaître l’ascenseur.

Utilisez les onglets pour passer d’un groupe de rubriques à un autre. Vous pouvez aussi modifier le contenu des onglets, ou même ajouter des onglets personnalisés. Attention, les onglets ne peuvent pas mélanger des rubriques de types différents (§19.7 Définition des rubriques).

Dans un onglet, chaque ligne représente une rubrique. Certaines rubriques proposées peuvent être affichées ou cachées selon les circonstances.

Les cases de saisie peuvent recevoir, selon le type de rubrique, du texte, un montant, une quantité, un taux ou une date. Certaines cases sont protégées et ne peuvent pas être modifiées.

Lorsque l’utilisateur a saisi une valeur dans une case, le logiciel le signale en ajoutant une étoile (astérisque) devant la valeur. Donc si une valeur n’est pas précédée de l’étoile, c’est soit une valeur par défaut, soit une valeur calculée. Si la valeur est héritée du mois précédent, elle est également marquée d’un astérisque.

Pour revenir d’un contenu forcé au contenu par défaut de la rubrique (par exemple le résultat du calcul, un Déterminant ou un Coefficient trouvé dans les données de l’employé), cliquez sur l’astérisque. La liste propose alors la valeur forcée, signalée par l’astérisque, et la valeur par défaut. Il est également possible de supprimer le contenu introduit manuellement, et de changer de case.

Si vous modifiez le contenu d’une case, ce contenu manuel est prioritaire sur les valeurs trouvées dans les données ou calculées. Crésus le signale en biffant les autres composants de la rubrique. Les éléments biffés ne sont pas imprimés.

Il arrive qu’une valeur soit différente pour les hommes et les femmes. Dans ce cas, il y a deux colonnes nommées Homme et Femme et deux cases pour en saisir la valeur. S’il n’y a pas de case dans la colonne Femme, c’est que la valeur de la colonne Homme sert pour les 2 sexes. Si l’utilisateur n’introduit pas de valeur dans la colonne Femme, la valeur saisie pour les hommes y est mise par défaut.

Certains coefficients concernent aussi bien les employés que l’employeur. Dans ce cas, la valeur pour l’entreprise apparaît dans une colonne supplémentaire E.Valeur ou dans deux colonnes E.Homme E.Femme si le sexe est concerné. Il peut être nécessaire d’élargir le dialogue pour faire apparaître la colonne E.Femme.

Lors de la saisie des salaires, plusieurs colonnes peuvent apparaître. Elles concernent le Déterminant, le Coefficient, la Valeur de l’indemnité ou de la déduction :

  • La colonne E.Valeur donne la part employeur.
  • Les colonnes AVS, LAA, IMP, MAL, etc. affichent les valeurs qui sont soumises aux diverses charges.

Voir aussi § Crésus Salaires.

En mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié), le bouton Configurer (§27.2 Rubriques de l’onglet) vous permet de modifier les onglets ou de créer des onglets personnels afin d’adapter la saisie à vos besoins.

Dans ces dialogues, les noms de certaines rubriques apparaissent en bleu. Passez au-dessus et le pointeur de la souris se transforme en doigt. Cliquez et vous accédez aux valeurs associées à chaque période : vous pouvez ainsi consulter les valeurs des salaires déjà saisis, ou d’introduire des valeurs à l’avance. Cette méthode est générale : pour prendre un exemple extrême, vous pouvez changer le nom de l’entreprise à partir d’un mois donné !

Cases à cocher

Les rubriques de type oui/non apparaissent sous forme de case à cocher. Elles peuvent prendre les 3 états suivants :

  • La valeur a été réglée par l’utilisateur sur « non » (la case est décochée et le champ est précédé d’un astérisque)

  • La valeur a été réglée par l’utilisateur sur « oui » (la case est cochée et le champ est précédé d’un astérisque)
  • La valeur n’a pas été modifiée par l’utilisateur (le champ n’est pas précédé d’un astérisque). Dans ce cas, la case peut apparaître cochée ou non cochée selon la valeur par défaut pour la rubrique.

Pour passer du mode oui/non forcé à la valeur par défaut, cliquez sur l’astérisque et sélectionnez la valeur sans astérisque dans la liste. Vous pouvez également appuyer sur la touche Ctrl du clavier et cliquer sur la case à cocher. L’astérisque disparaît et la case prend la valeur par défaut.

Dialogues de saisie

Les champs de saisie affichent de petites icônes sur la gauche. Ces icônes informent sur l’état de la rubrique. Par exemple, à la création d’un nouvel employé l’affichage sera le suivant:

Cela signifie que le nom de l’employé doit impérativement être introduit. Une fois le nom saisi, l’affichage sera alors ainsi:

L’étoile montre que le nom a été saisi manuellement. Le prénom n’est pas obligatoire, ce qui ne doit pas vous empêcher de l’introduire. Le genre de l’employé étant la prochaine information obligatoire à renseigner.

Voici les différents cas qui peuvent se présenter:


  • Rubrique non saisie, avec une valeur par défaut.

  • Rubrique saisie manuellement. L’étoile peut également apparaître en vert (format correct contrôlé) ou en bleu (avec une bulle d’aide d’information).

  • Information: une bulle d’aide explique à quoi sert cette rubrique facultative.

  • Avertissement: cette rubrique devrait être complétée.
  • https://www.cresus.ch/support/faq/images/fs11-input15.png
    Attention: cette rubrique doit être complétée.

  • Erreur: cette rubrique doit obligatoirement être complétée ou corrigée, sans quoi le dialogue ne peut pas être validé. Dans cet exemple, il s’agit d’une date qui est par défaut en 2013.

Lorsque vous validez un dialogue de saisie, les rubriques auxquelles il faut faire attention sont résumées. Vérifiez alors si les données sont correctes, corrigez-les au besoin.
Si une donnée impossible est signalée, le bouton OK va réafficher ces données à vérifier, il faut mettre une valeur acceptable pour pouvoir valider.

Saisies avec effet rétroactif

Certaines rubriques peuvent être modifiées en indiquant la date à partir de laquelle la modification s’applique. Ceci est important pour les impôts à la source pour permettre de changer le barème avec un effet rétroactif.

C’est également le cas pour le taux du 13ème salaire. Par exemple, si le taux n’a pas été introduit dès le début il est possible de l’introduire dans les données de l’employé en indiquant la date à partir de laquelle il est valable.

19Menu Entreprise

Dans les descriptions qui suivent, nous ne nous arrêterons que sur les rubriques dont le comportement n’est pas implicite. Comme les rubriques et onglets sont configurables, il est possible que les noms et dispositions ci-dessous ne soient pas identiques à ce que vous trouverez dans votre application.

Ce menu donne accès au paramétrage de toutes les données propres à l’entreprise, la définition des assurances, les coefficients de base pour le calcul des indemnités, allocations et déductions, les rubriques qui entrent dans la composition d’un salaire et leur prise en compte, la comptabilisation. On y trouve également la gestion des impôts à la source, des groupes, des périodes et des jours fériés.

19.1Identité de l’entreprise

Commande Entreprise – Identité.

19.1.1Onglet Identité

Les données saisies ici sont réutilisées dans les diverses présentations proposées pour l’impression des documents.

Nom, prénom et téléphone du titulaire : ces indications figurent au bas du certificat de salaire.

Le champ adresse est structuré. Le nom de rue et le numéro de rue sont séparés. Pour les adresses hors de Suisse, en lieu et place du canton, il convient de mettre EX (hors de Suisse).

19.1.2Onglet Mandataire

Cet onglet permet de définir les coordonnées du mandataire chargé, pour l’entreprise ou organisme, de gérer les salaires.

Outres ces coordonnées, le numéro UID du mandataire est demandé.

19.1.3Onglet Envoi par mail

Les documents produits par Crésus peuvent être envoyé par courriel aux collaborateurs. En particulier, les bulletins de salaire et les certificats de salaires.

Cet onglet permet de définir les paramètres d’expédition de ces mails, en particuliers le serveur SMTP pour l’envoi de mail et le port utilisé pour la communication avec le serveur de courrier sortant. 

Il est possible de tester vos paramètres de configuration. Se référer à  (§24 Envoi de documents par e-mail)

 

19.1.4Onglet Banques

Crésus Salaires permet de définir deux banques (A et B) pour assurer le paiement des salaires. Les données introduites ici servent pour les paiements électroniques comme décrit au §5 Paiements par DTA et/ou OPAE et l’ordre de bonification.

Le N° de compte bancaire de l’entreprise est à mettre sous forme d’IBAN.

Entrez le nom de la banque. S’il s’agit d’un compte Postfinance, le nom est proposé automatiquement.

Le Clearing/BIC est calculé automatiquement par le système.

Pour donner des ordres de paiement électroniques, il faut aussi compléter les données de la relation financière de chaque employé concerné (§20.1.4 Banque).

19.1.5Onglet Numéros de l’entreprise

Les 3 numéros UID-OFS, UID-OFRC et REE sont gérés par l’Office Fédéral des Statistiques (OFS) pour l’Office Fédéral du Registre du Commerce (OFRC).

Numéro d’identification des entreprises (UID-OFS), introduit en 2011, il commence par CHE. Ce numéro est recommandé pour l’envoi par swissdec.

Exemple[1] : CHE-999.999.996

Consultez le site de l’administration fédérale www.uid.admin.ch.

Numéro fédéral attribué par l’Office Fédéral du Registre du Commerce (UID-OFRC), numéro recommandé pour l’envoi par swissdec.

Exemple : CH-100.3.032.254-8 ou CH-550-0076437-6

Consultez le site du registre du commerce www.zefix.ch, ou interrogez directement le registre sous www.uid.admin.ch.

Numéro du Registre des Entreprises et des Établissements (REE), attribué par l’Office Fédéral des Statistiques et utilisé pour les relevés statistiques.

Exemple : 72829391

Consultez www.cresus.ch/info/ree ou adressez-vous à l’Office Fédéral de la Statistique, Espace de l’Europe 10, 2010 Neuchâtel, 032 713 60 11, infobur@bfs.admin.ch, www.statistique.admin.ch.

Numéro de membre AVS ou numéro de décompte, attribué par la caisse de compensation.

Exemple : 100-9976.9

Numéro de la caisse de compensation, il doit être de la forme nnn.nnn (n étant un chiffre de 0 à 9), par exemple la caisse 22.4 est à saisir 022.004.

Consultez www.cresus.ch/info/avs pour accéder à la liste de ces numéros.

  1. Ce numéro est identique au n° TVA, sans l’extension « TVA » (CHE-999.999.996 TVA).
19.1.6Onglet MEROBA

Cet onglet ne s’affiche que si vous avez entré un n° de client dans l’onglet MEROBA de l’Identité de l’entreprise (§19.1.6 Onglet MEROBA). Les valeurs qui y figurent sont propres à cette caisse.

Les documents Meroba doivent être adaptés à chaque situation spécifique. Si nécessaire, contactez notre assistance technique.

La caisse de compensation de la Fédération Romande de Métiers du Bâtiment – MEROBA peut affilier des entreprises qui exercent leur activité dans les métiers de ferblanterie, installations sanitaires, électricité, télécommunications, serrurerie, constructions métalliques, store, chauffage, ventilation, climatisation, isolation, ramonage, menuiserie, peinture et plâtrerie. Elle a définit des exigences particulières.

19.2Lieux de travail

Chaque société a un siège principal, dont vous pouvez saisir les données directement dans l’onglet Identité de la commande Entreprise > Identité.

Lorsqu’une société est répartie sur plusieurs sites, il y a lieu de créer les définitions lieu de travail. La commune de chaque lieu de travail est obligatoire. Le canton de travail ne peut plus être choisi autrement qu’avec le lieu de travail de l’employé.

Note : à l’ouverture d’un ancien fichier qui comporte des cantons de travail différents du canton de l’entreprise, le logiciel va créer un lieu de travail pour chaque canton non répertorié. L’utilisateur doit compléter ce lieu de travail avec l’adresse et la commune correspondantes.

  • Cliquez sur le bouton + pour ajouter un lieu de travail. Les données sont reprises du siège principal.

  • Les nouveaux employés sont automatiquement rattachés au siège principal.
  • La rubrique Lieu de travail est disponible dans l’onglet Identité des données de chaque employé (§20.1 Données des employés).
  • Cliquez sur le bouton  pour supprimer la succursale affichée. Les employés du lieu de travail supprimé sont automatiquement rattachés au siège principal.

19.3Assurances

Introduction

Commande Entreprise – Assurances.

Ce dialogue rassemble les définitions des assurances suivantes :

  • Caisses Assurance Vieillesse et Survivants (AVS/AC)
  • Caisses d’Allocations Familiales (CAF),
  • Assurances Accident (LAA),
  • Assurances Accident Complémentaires (LAAC),
  • Indemnités Journalières Maladie (IJM),
  • Caisses de Prévoyance Professionnelle (LPP) et
  • Frais de Traitement (FT).

Dans chaque domaine d’assurance, l’entreprise souscrit à des polices pour chaque secteur d’exploitation ou type de contrat (groupe d’employés ou classe de risque) :

  • Il peut y avoir plusieurs assureurs pour le même type de risque.
  • Il peut y avoir plusieurs polices d’assurance auprès d’un même assureur.

Dans chaque police, il peut y avoir différents taux de cotisation, qui s’appliquent sur tout ou partie du salaire soumis. Par exemple pour l’assurance complémentaire de perte de gain en cas d’accident, on distingue l’assurance complémentaire de base – qui couvre les 20% du salaire plafonné à 148’200 par an non assurés par l’assurance accidents de base – et l’assurance sur-complémentaire, qui prend en charge la part de salaire dépassant le seuil de 148’200 par an.

Ces polices d’assurances sont référencées par un code composé de lettres et/ou de chiffres.

Par exemple A0, B2, 11 ou 2F.

  • Le premier caractère du code identifie le secteur d’exploitation ou classe de risque.
  • Le deuxième caractère distingue les catégories.

Dans le cas de l’assurance accidents de base (LAA), les catégories sont codées comme suit :

  • x0 : l’employé n’est pas soumis.
  • x1 : l’employeur paie la part professionnelle, l’employé paie la part non professionnelle.
  • x2 : l’employeur paie les parts non professionnelle et professionnelle.
  • x3 : l’employé travaille moins de 8 heures par semaine et n’est pas soumis à la cotisation non professionnelle, l’employeur paie la part professionnelle.

Exemple : A1 signifie que l’employé est rattaché à la classe de risque A et qu’il paie sa prime non professionnelle.

Dans le cas des assurances LAAC ou IJM, on distingue 3 catégories :

  • Catégorie 1 : cotisation calculée sur la part de salaire entre 0.– et un 1er plafond.
  • Catégorie 2 : cotisation calculée sur la part de salaire supérieure au 1er plafond et inférieure au 2e plafond.
  • Catégorie 3 : cotisation calculée sur la base du salaire AVS plafonné.
  • Catégorie Non soumis ou fixe : le taux de cette catégorie est toujours à 0%.
    On spécifiera manuellement le montant du prélèvement à pratiquer. L’ajout d’un nouveau groupe de personnes crée toujours un code correspondant à la catégorie Non soumis ou fixe.

On peut créer plusieurs codes pour une même catégorie, selon la nomenclature communiquée par l’assureur. Ainsi, 21 pourrait faire référence à l’assurance accidents complémentaire de base de la classe de risque 2.

Les caisses communiquent habituellement ces identificateurs. Si ce n’est pas le cas, utilisez un code de votre choix.

19.4Dialogue de saisie

La définition des assurances et caisses sociales se fait dans le dialogue de la commande Entreprise – Assurances.

On y traite dans des onglets séparés les données des caisses AVS, caisses d’allocations familiales (CAF), assurance accidents (LAA), assurance accidents complémentaires (LAAC), indemnités journalières maladie (IJM), frais de traitement (FT) et de prévoyance professionnelle (LPP).

19.4.1L’assureur
Définition d’un assureur

Si aucun assureur n’a été saisi, ou pour ajouter un assureur, cliquez sur <Nouvel assureur> :

Certaines données sont obligatoires ou sont soumises à une structure rigide. Tant que la donnée n’est pas saisie correctement, Crésus affiche le champ en rouge et ne permet pas de passer dans un autre onglet ou de valider le dialogue.

Les données de base

Pour toutes les caisses, il faudra compléter le nom de l’assurance et ses coordonnées. Celles-ci seront utilisées pour l’impression des décomptes et du fichier d’entreprise.

Mode de transmission : Si l’assureur est équipé pour recevoir les transmissions de données par swissdec et que votre machine est connectée à internet, vous pourrez envoyer vos décomptes et formulaires d’annonce en ligne.

  • Si vous choisissez de faire ces transmissions en ligne, sélectionnez le mode Utilise swissdec en ligne (PIV) proposé par défaut.
  • Si vous préférez utiliser l’accès manuel au portail swissdec, sélectionnez le mode Utilise swissdec hors ligne (EIV) crypté.
  • Si l’assureur n’accepte pas les fichiers au format swissdec, sélectionnez le mode N’utilise pas la transmission.

Pour de plus amples informations concernant la transmission des décomptes, consultez la section consacrée aux outils swissdec disponible sous §22 Swissdec.

Nom court : abréviation proposée par Crésus qui identifie l’assureur. Il n’y a en général pas besoin de la modifier.

Numéro swissdec : chaque caisse associée au mécanisme swissdec a un numéro d’identification qui lui est propre. Votre assureur doit pouvoir vous le fournir. On trouve la liste des caisses enregistrées auprès de swissdec sur le site www.swissdec.ch.

Si vous avez choisi de ne pas utiliser la transmission ou que l’assureur n’est pas connecté à la plate-forme swissdec, ce numéro n’est pas nécessaire.

Numéro de membre ou numéro de client,  Numéro de contrat : il s’agit de vos numéros d’identification auprès de la caisse en question. Ce champ est obligatoire pour faire des transmissions swissdec. Si vous n’avez qu’un numéro, saisissez-le à la fois sous le numéro de client et le numéro de contrat

Conflit

Si on crée une nouvel assureur en saisissant les mêmes numéro swissdec, numéro de client et numéro de contrat, Crésus signale le conflit.

C:\Users\David\AppData\Local\Temp\SNAGHTML18487295.PNG

Un clic sur le bouton Réunir ajoute un groupe à l’assureur déjà configuré.

19.4.2Groupes de personnes

Les groupes de personnes correspondent aux différentes classes de risque, aux différents secteurs d’activités ou aux polices d’assurance.

La création d’un nouvel assureur ajoute automatiquement un groupe :

Le groupe de personnes est référencé par la première position du code. Il faut saisir cette lettre ou ce chiffre ici.

L’assurance vous communique les codes qu’elle utilise.

Complétez le nom du groupe de personnes. Il s’agit d’un nom indicatif, choisissez un terme qui caractérise facilement le groupe, par exemple « Administration » ou « Chauffeurs ».

Pour ajouter un groupe de personnes auprès d’une caisse existante, sélectionnez la caisse et cliquez sur <Nouveau groupe>.

Catégorie

Pour un même groupe, il peut y avoir une ou plusieurs catégories en fonction du mode de prélèvement des primes ou des montants soumis aux cotisations. Les catégories sont référencées par un chiffre ou une lettre.

Lorsqu’on ajoute un nouvel assureur, le mécanisme crée automatiquement un groupe (sans code) et la catégorie 0 (zéro) du groupe.

Pour ajouter une catégorie dans un groupe, sélectionnez le groupe et cliquez sur <Nouveau code>.

La 2ème position du code permet de référencer le type de salaire soumis aux cotisations et le taux de primes à prélever, par exemple les salaires entre 0.- et 148’200.- ou les salaires supérieurs à 148’200.-

19.4.3Taux de cotisation
Définition des taux

Le taux de cotisation dépend bien entendu de votre négociation avec les caisses d’assurances.

Vous serez amené à préciser les montants soumis et les taux à appliquer, pour la part employé et pour la part employeur.

  • Les seuils et plafonds peuvent être saisis sous la forme de montants mensuels ou annuels.
  • Les taux des primes sont entrés en pourcent. Attention, certaines caisses communiquent leurs taux en pour-mille.

La catégorie fixe ou non assuré – habituellement codée 0 – ne permet pas de définir un taux, puisqu’on spécifiera un montant fixe de cotisation à prélever directement dans l’onglet Assurances des données de l’employé.

Calcul sur base annuelle

Si l’option Calcule sur base annuelle est activée, les déductions pour l’assurance seront calculées en tenant compte du cumul des salaires et des cotisations des mois précédents.

Si l’option est désactivée, le calcul des cotisations ne se fait qu’en tenant compte des valeurs du mois courant.

Cette option n’est pas applicable à toutes les assurances.

Paramètres de l’employé

Les différentes assurances définies figurent dans les listes disponibles dans l’onglet Assurances des données de l’employé.

19.4.4Développer / réduire une branche

Si vous avez plusieurs assurances pour le même domaine, ou plusieurs groupes auprès du même assureur, utilisez les symboles + et – pour développer ou réduire une branche de la vue hiérarchique :

19.4.5Supprimer une définition

Pour supprimer une définition d’assurance, il faut passer en mode complet (Options – Mode complet).

Cliquez sur le bouton Supprimer, puis sélectionnez le code, le groupe ou l’assurance à supprimer :

Validez la suppression.

Si l’objet à supprimer est utilisé, vous ne pouvez pas le sélectionner.

19.5Les diverses assurances

Pour toutes les caisses, il faut saisir les coordonnées de l’assureur ainsi que les numéros de police et de client. Nous ne décrirons donc ci-dessous que les singularités propres à chaque assurance.

19.5.1Onglet AVS/AC
Mode de transmission

En plus des modes de transmission habituels, les caisses AVS peuvent également traiter les annonces d’entrée et de sortie.

  • L’option Utilise Swissdec en ligne (PIV) sans E/S n’intègre pas les entrées et sorties dans le fichier.
  • Si l’assureur accepte les fichiers au format Swissdec via son propre portail, sélectionnez le mode Utilise l’exportation hors ligne (EIV) non cryptée.
Numéro Swissdec

Le numéro des caisses de compensation doit toujours être saisi selon le format nnn.nnn, par exemple 022.000.

Habituellement, la caisse AVS et la caisse AF sont la même. Lorsqu’une caisse AVS et une CAF portent le même numéro Swissdec, Crésus les associe.

Dans ce cas, la transmission du décompte annuel émet simultanément les données des deux caisses.

Tant que la caisse correspondante n’a pas été créée, ce message le signale.

S’il s’agit de caisses séparées, vous pouvez ignorer ce message.

Coefficients

Les coefficients AVS – taux et âges – sont les mêmes pour toutes les caisses, et sont mises à jour par Crésus en début d’année s’il y a lieu. C’est pourquoi ces paramètres ne sont pas saisis ici, mais sont accessibles quand on passe sur Réglages. Il suffit de cliquer sur le lien Réglages globaux :

Spécifiez aussi le taux pour les frais administratifs à la charge de l’employeur.

19.5.2Onglet CAF
Mode de transmission

Les modes de transmission sont les mêmes que pour les caisses AVS.

La transmission du décompte annuel par swissdec envoie simultanément les données AVS et CAF d’une même caisse de compensation.

Numéro swissdec

Habituellement, la caisse d’allocations familiales est la même que la caisse AVS (voir ci-dessus). Les spécificités du numéro swissdec et le lien s’appliquent.

Code

Lorsque vous créez la caisse, vous devez référencer le canton par son abréviation officielle. C’est ce code qui sert de lien entre l’employé et la caisse qui verse les allocations familiales (AF).

Allocations

Bien que pour la plupart des cantons on ne distingue que les allocations pour enfants en âge de scolarité obligatoire et les allocations pour les enfants en formation secondaire supérieure, Crésus propose 3 catégories, par exemple pour Soleure.

Vous pouvez lier les taux d’allocations à des catégories d’âge. L’enfant est automatiquement affecté à la bonne catégorie en fonction de la date de naissance introduite dans l’onglet Allocations des données de l’employé.

L’enfant change de catégorie le mois qui suit son anniversaire. Si vous ne précisez pas les tranches d’âge dans la définition de la caisse, vous devez spécifier la catégorie de chaque enfant manuellement dans l’onglet Allocations des données de l’employé : utilisez le champ Allocation pour.

Dans certains cas, les allocations sont versées au prorata du temps de travail ou du % de l’engagement professionnel. Le taux pour ces allocations partielles est introduit dans la fiche de chaque employé.

Contribution

La contribution à la caisse AF est habituellement uniquement à la charge de l’employeur, toutefois il est possible qu’une partie soit imputée aux employés, par exemple en Valais. La contribution est calculée en % sur le salaire AVS.

Mode de versement

Selon les caisses, les allocations enfants sont versées directement à l’employé par la caisse ou versées par l’employeur avec le salaire. Réglez l’option Allocations familiales versées directement par la CAF en conséquence.

Paramètres de l’employé

La définition des enfants qui donnent droit à des AF se fait dans l’onglet Allocations des données de l’employé. C’est le nombre d’enfants A, B ou C qui détermine le montant total des AF, y compris les familles nombreuses. Nous vous recommandons d’utiliser les champs à disposition pour saisir les données de chaque enfant.

19.5.3Onglet LAA
Numéro swissdec – La Suva

Le numéro swissdec de la SUVA est S999. Lorsque vous ajoutez un assureur avec ce numéro, il n’y a pas lieu de compléter le nom et l’adresse, le cas de la SUVA est traité de manière spéciale par swissdec.

Code et catégorie

L’AA comporte une part professionnelle, toujours payée par l’employeur, et une part non professionnelle qui est habituellement à la charge de l’employé, mais qui peut être payée par l’employeur. Si l’employé travaille moins que 8 heures par semaine, il n’y a pas lieu de prélever la part non professionnelle. Il peut arriver que l’AA ne soit pas prélevée du tout sur le salaire de l’employé.

La création d’un nouveau groupe de personnes auprès d’un assureur accidents génère automatiquement les 4 catégories suivantes :

  • 0 : personnes non soumises
  • 1 : part non professionnelle prélevée sur le salaire de l’employé
  • 2 : part non professionnelle non prélevée sur le salaire de l’employé
  • 3 : pas de part non professionnelle
Taux

Les taux de cotisation se définissent alors qu’on a sélectionné le code 1.

Lorsque l’employeur paie la part non professionnelle, il ne faut pas saisir le taux de la part non professionnelle dans le taux employeur, mais bien dans le taux pour l’employé. C’est lors du choix du code LAA dans les données de l’employé qu’il faudra sélectionner le code 2, par exemple A2.

Il arrive que la part non professionnelle soit partiellement prise en charge par l’employeur. Dans ce cas, on répartira le taux total sur les parts employé et employeur. Dans cet exemple, la prime AANP est de 1.15%, dont 0.65% à la charge de l’employé et 0.5% à la charge de l’employeur :

19.5.4Onglet LAAC

On traite 3 catégories de primes :

  • Cat. 0 (non assuré ou fixe) : les primes ne sont pas calculées en % du montant soumis, mais sont des primes fixes saisies directement dans les données de l’employé. La prime fixe peut être de 0.–
  • Cat. 1 : primes calculées sur la part de salaire comprise entre 0.– et le plafond LAA (148’200.– en 2017). Le plancher ne peut être modifié.
  • Cat. 2 : primes de l’assurance sur-complémentaire, habituellement calculées sur la part de salaire comprise entre le seuil de 148’200.– et un plafond. Le seuil peut être modifié. S’il n’y a pas de plafond, entrez 0.–
  • Cat. 3 : primes calculées sur la base du salaire AVS généralement entre 0.- et un plafond donné.

Si les employés ne cotisent pas à une assurance, il est souhaitable de les affecter à la catégorie 0 d’une LAAC (donc sans primes), ces employés figurent ainsi dans le groupe de personnes, mais dans la catégorie « non soumis ». Si vous avez une assurance accident complémentaire auprès de 2 assurances différentes pour une même personne, il faut définir les 2 caisses en spécifiant des taux employé / employeur correspondants, et leur rattacher l’employé en utilisant les 2 positions LAAC(1) et LAAC(2). Dans un tel cas, les sur-complémentaires ne sont pas utilisables.

19.5.5Onglet IJM
Définitions

IJM signifie Indemnités Journalières Maladie. Ce terme remplace l’appellation APG maladie qui portait à confusion avec l’APG militaire.

Code et catégorie

Les remarques concernant les catégories de l’AAC (§19.5.4 Onglet LAAC) s’appliquent par analogie.

19.5.6Onglet LPP

Le second pilier est destiné à compléter la rente AVS qu’on touche à la retraite. C’est pourquoi la prime n’est pas calculée sur la base AVS, mais sur un montant communément appelé salaire coordonné.

La plupart des caisses communiquent le montant des primes à prélever sur la base d’un salaire annuel approximatif annoncé en début d’année. La prime fixe à prélever est entrée directement dans l’onglet Assurances §20.1.6 Assurances des données de l’employé. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de remplir les champs permettant de calculer le salaire coordonné.

Lorsque la caisse communique les taux de cotisation, il faut définir le salaire coordonné qui est le montant sur lequel la prime sera retenue.

Définir le salaire coordonné

La prime LPP n’est prélevée que sur le salaire coordonné. Le salaire soumis est la part de salaire AVS comprise entre un seuil et un montant maximum. Le salaire coordonné se définit en déduisant le montant de coordination du salaire soumis.

Si le montant calculé est inférieur au salaire coordonné minimal, la prime est calculée sur le salaire coordonné minimal :

  • Soumis à partir de : seuil au-dessous duquel l’employé n’est pas astreint à la LPP
  • Jusqu’au maximum de : plafond du montant soumis à la LPP
  • Montant de coordination : montant à déduire du montant soumis à la LPP
  • Salaire coordonné minimal : montant minimum soumis à cotisation
  • Âge maximum hommes/femmes : âge limite de l’assujettissement

Les montants ci-dessus sont les valeurs imposées par la Confédération pour 2019.

Tranches d’âge

La prime LPP est prélevée chez tous les collaborateurs, habituellement dès 18 ans et jusqu’à l’âge de la retraite.

Lorsqu’on crée un nouveau code, il faut saisir l’âge maximum au-delà duquel on ne prélève plus de cotisations, en principe l’âge de la retraite.

Crésus propose d’office une 1ère tranche d’âge dont l’âge de début est 18 ans.

On utilise ensuite Nouvelle tranche d’âge pour ajouter 4 tranches d’âge, de 25 à 34 ans, 35 à 44 ans, 45 à 54 ans, 55 à l’âge de la retraite, en spécifiant uniquement l’âge de début de la tranche.

L’employé sera automatiquement rattaché à la tranche d’âge correspondante en début d’année.

Taux

Pour chaque tranche d’âge, les taux sont définis pour la part employé et la part employeur.

Les jeunes de moins de 25 ans ne paient pas de cotisations de prévoyance, mais uniquement une prime de risque, le taux est alors très bas.

Les taux minimum fixés par la Confédération pour 2019 sont

Tranche d’âge Taux
25-34 ans 7%
35-44 ans 10%
45-54 ans 15%
55-65(64) ans 18%

La part de prime supportée par l’employeur doit être au moins égale à la part employé.

Il est possible qu’une caisse ne traite pas les 5 tranches d’âge ou ne calcule pas le salaire coordonné comme ci-dessus, par exemple pour prendre un taux identique pour tous les employés, dès le 1er franc de salaire soumis. Certaines caisses pratiquent une 6e tranche d’âge pour les employés qui travaillent au-delà de l’âge de la retraite.

19.5.7Onglet FT

Dans certains cas, il est nécessaire de retenir des cotisations à une assurance maladie collective ou privée couvrant les frais de traitement (FT).

Pour ajouter une définition d’assurance, cliquez sur le bouton Créer.

Codes et catégories

Il n’y a pas de code ou de catégorie pour ce type d’assurance, on ne trouvera que le nom de l’assurance dans la rubrique FT dans l’onglet Assurances des données de l’employé.

Coefficients

  • Age minimum : âge à partir duquel l’employé est soumis à la cotisation.
  • Taux (%) : taux pour le calcul des cotisations par rapport à la base pour maladie.
  • Fixe : somme en francs prélevée chaque mois de manière fixe. La retenue totale se composera de la somme du montant fixe et de la cotisation selon le taux défini ci-dessus.
  • Fractionnement : cette valeur détermine si la somme fixe doit être prélevée partiellement pour un employé qui n’a pas travaillé 30 jours. Voici 3 exemples de valeurs de fractionnement :

1 : La somme fixe est prélevée intégralement, quel que soit le nombre de jours travaillés dans le mois.

2 : La moitié de la somme est due pour une occupation de 1 à 15 jours et

la totalité de la somme est due pour une occupation de 16 à 31 jours.

30 : La somme est retenue au prorata du nombre de jours travaillés.

  • Plafond max : limite de salaire soumis aux cotisations en pourcentage. La part de salaire qui dépasse ce plafond est ignorée.
19.5.8Onglet Spécial

Cet onglet permet de reprendre des définitions d’assurances depuis un autre fichier ou de traiter des données ‘en masse’, sans avoir à passer dans les données de chaque employé.

Importer des définitions d’assurance

Pour importer les définitions d’assurance, il faut cocher le genre d’assurance à importer, en conservant les numéros ou non :

Cliquez sur le bouton Importer pour sélectionner le fichier Crésus Salaires duquel vous voulez reprendre les définitions d’assurances.

Vous ne pouvez importer que les données d’une assurance qui n’a pas encore de définition dans votre application courante.

Assigner les assurances aux employés

L’assignation des assurances aux employés peut être faite en masse. Dans cet exemple, nous allons assigner l’IJM, Exploitation cat. 1 à plusieurs employés.

Après avoir sélectionné l’assurance, un clic sur le bouton Assigner affiche la liste des employés. Il suffit d’y sélectionner les employés concernés et de cliquer sur OK.

Cliquez sur l’en-tête d’une colonne pour classer les employés selon la colonne choisie.

L’assurance choisie remplace l’assurance actuellement définie. La nouvelle assurance s’appliquera dès le prochain salaire calculé, la modification n’a pas d’effet rétroactif.

Attention : cette opération est irréversible.

19.6Coefficients

Lors du calcul d’un salaire, les coefficients et taux sont lus en priorité dans le salaire du mois, puis dans les données de l’employé, dans les données du groupe de l’employé, dans les coefficients d’entreprise. Les taux introduits dans les coefficients d’entreprise peuvent donc être substitués par les taux saisis directement dans le salaire ou dans les données de l’employé ou dans le groupe de l’employé.

Le dialogue est accessible par la commande Entreprise – Coefficients.

Dans la description des onglets, nous ne détaillerons que les paramètres particuliers.

Nous mentionnons le nom du brut déterminant qui sert de base aux différents calculs (regroupés dans l’onglet Bruts déterminants lorsqu’on introduit un salaire).

  • Les taux de la part employé sont entrés dans la colonne Valeur.
  • Les taux de la part employeur sont entrés dans la colonne E.Valeur.

Les coefficients d’entreprise fournis avec le modèle sont parfois proches de la réalité, mais ne peuvent en aucun cas être considérés comme exacts, puisque ces valeurs peuvent changer d’un canton à l’autre, d’une caisse d’assurance à l’autre, d’une entreprise à l’autre.Les déductions de primes et cotisations sont arrondies à 0.05. Il se peut donc que l’annualisation de la cotisation provoque des différences de 0.05 d’un mois à l’autre. Pour éviter ces fluctuations dues aux arrondis, Crésus peut corriger les variations de salaire à l’aide de la rubrique @Déd: Correctif pour les arrondis (§19.1.1 Onglet Identité et §20.2.10 Déductions)

19.6.1Onglets Réglages 1 et 2

Ces onglets permettent de définir des éléments tels que le nombre de jours travaillés par mois ou par semaine, le nombre d’heures de travail par jour et le nombre de jours par mois.

Réglages 1

  • Nb de jours travaillés par mois est la base pour le calcul des jours de travail.
    Par défaut, Crésus se base sur des mois de 30 jours et des années de 365 jours.
    Si votre entreprise se base sur un autre quota, changez ces valeurs.
    Le nombre de jours est proposé dans l’onglet Période lors de la création des salaires (§20.2.1 Période). Les valeurs qui dépendent de la durée de travail sont calculées au prorata du nombre de jours travaillés.
    Exemple :
    Salaire brut = Jours de travail × Salaire mensuel fixe / Jours par mois
  • Nb d’heures de travail par jour permet de convertir les jours d’indemnité accident, maladie, maternité ou militaires, ainsi que les jours de vacances et fériés en heures.
    Dans la pratique, cela veut dire que lorsque l’on fait un salaire, on peut introduire dans l’onglet Période le nombre de jours concernés, et le nombre d’heures correspondant est automatiquement complété.
  • Nb moyen de jours travaillés par mois (habituellement 21.7) sera utilisé pour déterminer la valeur d’un jour de vacances non payé.

Réglages 2

  • Taux de majoration des heures supplémentaires A et B.
  • Montant correctif maximum : il arrive fréquemment qu’un salaire varie de quelques centimes d’un mois à l’autre à cause des arrondis cumulés. Crésus offre la possibilité de compenser ces variations afin que le montant versé soit toujours le même. La variation du mois est passée dans la rubrique 5999 Correctif pour les arrondis de l’onglet Déductions du dialogue Salaire du mois, (§20.2.10 Déductions)
    La rubrique Montant correctif maximum permet de définir quel est l’écart maximum accepté. Si l’écart excède ce montant, le salaire sera passé avec sa variation. Si vous introduisez 0 ici, aucune correction pour les arrondis ne sera effectuée.

    N’oubliez pas de définir le compte dans lequel vous voulez passer ce montant dans la comptabilité (§19.11 Comptabilisation des rubriques).

  • Enregistre toujours le fichier : lorsque ce mode est actif, Crésus Salaires enregistre votre fichier sans demander la confirmation lorsque vous quittez l’application. Identique au réglage dans Options – Définitions (§21.2 Définitions).
  • Imprime les compléments d’adresse : une adresse est toujours composée d’un nom et numéro de rue, mais peut également inclure un complément. Cette option permet de spécifier si les compléments doivent être imprimés ou non.
  • Imprime le logo Crésus Salaires sur les décomptes swissdec (s’affiche si l’option Utilise l’exportation swissdec est activée) : le logo Crésus est imprimé sur les présentations certifiées swissdec swissdec2 . Ce logo donne l’assurance aux réviseurs que le document a été vérifié lors de la certification. Le logo ne peut pas être imprimé sur une présentation non certifiée.
  • Bulletin de salaire avec tableau IS rétroactif : le calcul des impôts à la source implique souvent une correction rétroactive. Les bulletins de salaire modèles peuvent inclure un tableau récapitulatif des retenues et corrections pour l’impôt à la source.
  • Convention salariale : indique quel est le type de convention salariale qui vous lie à vos employés.
  • Durée hebdomadaire de travail / en leçons convenue : nombre d’heures de travail à effectuer ou de cours à donner par semaine pour un emploi à 100%. Vous pouvez entrer des nombres à virgule, par exemple, 40.5 pour signifier 40 heures et 30 minutes (ou aussi 40:30). Ce nombre d’heures est la référence considérée par le champ Durée hebdomadaire de travail dans les données de chaque employé
  • Commentaire global : ce commentaire apparaîtra au bas de tous les bulletins de salaire de tous les employés. Il s’agit d’une rubrique qui peut avoir un contenu différent chaque mois : pointez sur la rubrique, la souris se transforme en doigt. Lorsque vous cliquez, vous pouvez entrer un texte par mois.
  • Cours de change : dans le cas de paiement de charges sociales étrangère, le cours de change peut être enregistré dans chaque salaire et/ou repris de la valeur enregistrée ici. Il faut cliquer sur le libellé du champ pour accéder au cours de chaque mois.
  • Dossiers liés au fichier : ces dossiers permettent d’organiser vos données sur le disque de stockage et peuvent être utilisés notamment lors de la production de documents PDF. Consultez le §25 Produire des documents PDF.
    • Dossier associé à l’entreprise : dossier global
    • Dossier d’échange : utilisé en cas d’importation de données d’heures ou personnelles
    • Dossier pièces comptables : utilisé lors de la génération PDF de la pièce comptable mensuelle
    • Dossier PDF : dossier général pour les documents PDF
19.6.2Onglet AVS

Données pour le calcul des cotisations de l’Assurance Vieillesse et Survivants (AVS). La cotisation et les frais sont calculés sur le salaire AVS déterminant.

  • Frais administratifs AVS : pourcentage versé par l’employeur pour couvrir les frais administratifs.
    NB : le taux s’applique sur la masse salariale soumise à l’AVS. Si votre caisse vous communique un taux sur la cotisation AVS, il faut appliquer une règle de trois :
    Taux pour frais administratifs = taux communiqué * taux AVS total / 100
    Exemple : si le taux communiqué est de 2.5% sur la somme des cotisations, le taux à saisir dans Crésus Salaires est
    2.5 * 10.25 / 100 = 0.25625%
  • Age retraité AVS : âge donnant naissance au droit aux allocations AVS. Dès le mois qui suit, l’employé bénéficie d’une déduction sur la base pour AVS pour obtenir le salaire AVS soumis à la cotisation.
  • Déduction AVS retraité : somme soustraite de la base pour AVS pour obtenir le salaire AVS pour les employés ayant dépassé l’âge de la retraite. En 2019, cette franchise est de 16’800.00 par année. Le calcul de la déduction tient compte du cumul des mois précédents.
  • Seuil d’exonération AVS : si le salaire annuel de l’employé n’excède pas ce seuil, il n’est pas soumis à l’AVS / AC. Sauf exception, une personne dont le salaire n’excède pas 2’300.– dans l’année n’est pas astreinte à la cotisation AVS / AC. La cotisation n’est due que dès que le salaire annuel a dépassé ce seuil, ce qui induit une retenue importante le mois concerné.
  • Si le salaire est inférieur au seuil : Crésus propose 3 comportements
    • Cotisations retenues même si le seuil n’est pas atteint : la cotisation est prélevée tous les mois sans restriction. C’est la situation à appliquer pour le personnel de maison ou pour les personnes qui ont demandé à être soumises.
    • Cotisations retenues mais remboursées si le seuil n’est pas atteint : Crésus retient la cotisation tous les mois et rembourse les montants en cas de sortie de l’employé ou en fin d’année.
    • Cotisations retenues seulement après que le seuil soit atteint : les cotisations ne sont perçues que lorsque le salaire cumulé dépasse le seuil. Le prélèvement de la cotisation se fait alors rétroactivement sur le total soumis. Le rattrapage représente une charge importante lorsque c’est le cas.
  • Cette option peut être définie individuellement pour chaque employé dans l’onglet Paramètres des données de l’employé (§20.1.3 Paramètres).
  • Taux de contribution LPCFam (VD) : ne concerne que les entreprises vaudoises.
  • Employé(s) soumis à la LPCFam (VD) : par défaut, Crésus soumet les employés d’une entreprise vaudoise à cette contribution. En désactivant l’option ici (la case vide doit être précédée d’un astérisque), seuls les employés dont l’option a été activée manuellement seront soumis. A l’inverse, il serait possible de prélever la contribution à tous les employés d’une entreprise dont le siège n’est pas dans le canton de Vaud en activant cette option. L’option peut être choisie individuellement dans les données de chaque employé (§20.1.3 Paramètres).
  • Taux assurance maternité : ne concerne que les entreprises genevoises.
  • Employé(s) soumis à l’assurance maternité : si cette option est active, tous les employés seront soumis à la cotisation au taux ci-dessus, sauf si l’option est désactivée dans les données de l’employé (§20.1.3 Paramètres).
19.6.3Onglet Chômage

Données concernant le calcul de l’Assurance Chômage (AC). La cotisation est calculée sur le salaire AC.

  • Plafond AC annuel : le montant annuel soumis à la cotisation ordinaire est plafonné. En 2019, le plafond se monte à 148’200.00
  • Taux AC complémentaire : le salaire dépassant le plafond ci-dessus est soumis à la cotisation AC solidarité.

Le calcul de la cotisation chômage se fait chaque mois, mais en considérant les limites sur l’année entière.Par exemple :

Janvier :

Salaire 12’000.00, inférieur au plafond de 12’350.00
Cotisation AC ordinaire : 1.1% de 12’000.00 = 132.00

Février :

Salaire 13’000.00
Salaire cumulé : 12’000.00 + 13’000.00 = 25’000.00
Plafond : 2 x 12’350.00 = 24’700.00
Salaire AC : 24’700.00
Salaire AC complémentaire : 25’000.00 ./. 24’700.00 = 300.00
Cotisation AC ordinaire cumulée : 1.1% de 24’700.00 = 271.70
Cotisation AC ordinaire déjà retenue en janvier : 132.00
Cotisation AC ordinaire à retenir en février : 271.70 ./. 132.00 = 139.70
Cotisation AC complémentaire : 0.5% de 300.00 = 1.50

Mars :

Salaire 9’000.00
Salaire cumulé : 12’000.00 + 13’000.00 + 9’000.00 = 34’000.00, inférieur au plafond de 3 x 12’350.00 = 37’050.00
Salaire AC : 34’000.00
Salaire AC complémentaire : 0.00
Cotisation AC ordinaire 1.1% de 34’000.00 = 374.00, dont 271.70 déjà retenus en janvier et février. Retenue en mars : 374.00 ./. 271.70 =102.30
Cotisation AC complémentaire : 0.5% de 0.00 = 0.00, dont 1.50 retenus en février. Retenue ce mois : -1.50 (remboursement)

Avril :

Salaire 18’000.00
Salaire cumulé : 52’000.00, plafonné à 4 × 12’350.00 = 49’400.00
Salaire excédentaire : 52’000.00 ./. 49’400.00 = 2’600.00
Cotisation AC ordinaire : 1.1% de 49’400.00 = 543.40, dont 374.00 déjà prélevés. Retenue ce mois : 169.40
Cotisation AC complémentaire : 0.5% de 2’600.00 = 13.00

19.6.4Onglet Déductions

Taux de diverses retenues.

Les cases à cocher de cet onglet sont reprises dans les données des groupes et des employés, selon le mode actif ou neutre décrit au § Crésus Salaires.

19.6.5Onglet Indemnités journalières

Les paramètres dans cet onglet déterminent de quelle manière les salaires et indemnités en cas de maladie ou d’accident sont proposés par Crésus.

Le traitement des indemnités est décrit en détail aux paragraphes §20.2.5 Indemnités journalières à §20.2.9 Indemnités de chômage partiel.

Le salaire versé à l’employé en cas d’absence se compose du salaire dû pour le travail effectué, du montant couvert par l’employeur pour les premiers jours et des indemnités versées après ces premiers jours. L’assurance de base ne couvre pas la totalité du salaire. Certaines entreprises versent du salaire complémentaire, d’autres contractent une assurance complémentaire pour couvrir tout ou partie de la part non couverte par l’assurance de base. Les montants versés par l’employeur sont libellés Salaire premiers jours, Salaire complémentaire, les montants versés par les assurances sont libellés Indemnités jours suivants, Indemnités complémentaires.

Une des difficultés liées aux indemnisations d’absence est de déterminer la valeur d’un jour de travail pour un salarié mensualisé, que ce soit pour le montant de salaire à retenir pour les jours d’absence ou pour le montant de l’indemnité journalière à lui verser. En général, les assurances versent des indemnités calculées sur le salaire annuel divisé par 365. Il est par conséquent logique d’appliquer le même raisonnement pour la correction de salaire. Toutefois, cette logique n’est pas la seule, c’est pourquoi vous pouvez déterminer de quelle manière Crésus doit estimer la valeur d’un jour d’indemnisation et un jour de correction de salaire.

D’autre part, il est important de pouvoir spécifier si les indemnités versées par l’entreprise (salaire premiers jours) et les indemnités versées par l’assurance (indemnités jours suivants) doivent inclure ou non le droit au 13e salaire et/ou aux indemnités vacances.

Il faut veiller à ce que l’affectation des indemnités et des corrections de salaire soit réglée correctement dans Entreprise – Rubriques (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités) : si les indemnités comprennent le droit au 13e, il ne faut pas qu’elles soient incluses dans la Base pour 13e et vice-versa. Il en va de même pour les vacances.

  • Calcule les indemnités et corrections de salaire sur 365 jours : si les cases sont cochées, Crésus estime la valeur d’un jour d’absence, respectivement d’un jour d’indemnité, à 1/365e du salaire annuel. Si les cases ne sont pas cochées, l’estimation est faite sur 1/360e du salaire annuel.
  • Nb de premiers jours : nombre de jours, habituellement à la charge de l’employeur, avant que l’assurance ne verse des indemnités. On parle également de jours de carence.
  • Taux premiers jours : part du salaire couvert pendant les premiers jours. Indiquez 100% si l’employé a droit à la totalité de son salaire.
  • Nb maximum de premiers jours accident dans l’année : nombre maximum de premiers jours cumulés sur l’ensemble de l’année. S’il n’y a pas de limite, laissez la case vide.
  • Taux jours suivants : taux en % de l’indemnité versée par l’assurance.
  • Nb maximum de jours suivants dans l’année : nombre maximal de jours payés par l’assurance, au-delà de cette période aucune indemnité n’est calculée. S’il n’y a pas de limite, laissez vide.
  • Taux indemnités complémentaires : taux en % de la couverture par une assurance complémentaire de la part non couverte par l’assurance de base pendant les jours suivants.
  • Taux salaire complémentaire : taux en % de la couverture par l’employeur de la part non couverte par l’assurance de base pendant les jours suivants.
  • Taux de couverture de la perte de salaire : si le cumul du salaire premiers jours et des indemnités jours suivants ne couvre pas la totalité du salaire ordinaire, il est possible de couvrir tout ou partie de la perte de salaire. Crésus calcule la différence entre le salaire brut ordinaire et le cumul ci-dessus. Un taux de 100% couvre l’entier de la perte. Cette couverture est soumise à l’option Perte de salaire couverte dans les données de l’employé (§20.1.7 Indemnités journalières).
  • Inclut le 13e dans le dét sal 1ers jours /
  • Inclut les vacances dans le dét sal 1ers jours : si l’option est active, Crésus inclut le droit au 13e, resp. aux indemnités vacances, dans le montant proposé pour le salaire premiers jours. Habituellement, ce n’est pas le cas, le 13e et/ou les indemnités vacances dus en cas d’absence sont versés avec le 13e et/ou indemnités vacances ordinaires.
  • Inclut le 13e dans le dét sal jours suivants/
  • Inclut les vacances dans le dét sal jours suivants : si l’option est active, Crésus inclut le droit au 13e, resp. aux indemnités vacances, dans le montant proposé pour les indemnités d’assurance. Habituellement, c’est le cas.
  • Allocation de maternité, nb maximal de jours : Crésus plafonne le nombre d’indemnités proposées en cas de maternité. D’ordinaire, ce nombre de jours est de 98, soit 14 semaines.
  • Allocation de maternité, indemnité journalière maximale : le montant de l’allocation journalière doit être introduit dans les données de l’employée. Crésus signale si le montant introduit dépasse le plafond introduit ici. En 2014, le plafond est fixé par la Confédération à 196.–/jour
  • Allocation de maternité complémentaire, indemnité par jour : ne s’utilise que dans le cas du versement forfaitaire d’une indemnité complémentaire en cas de maternité. Cette indemnité est habituellement introduite dans les données de l’employée.

Les paramètres liés au service militaire répondent à la même logique que pour les absences maladie ou accident.

Les réglages effectués ici concernent tous les employés. Les montants proposés peuvent être remplacés individuellement dans les données de l’employé ou lors de la saisie d’un salaire avec un cas d’absence.

19.6.6Onglet Certificat

Réglages pour le certificat de salaire.

Il est indispensable de vérifier l’affectation des divers éléments de salaire aux divers points du CS. Imprimez le document swissdec 1.1 Genres de salaire, et – si nécessaire – utilisez la commande Entreprise – Rubriques pour spécifier la position dans le CS (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités et §19.7.6 Rubriques de type Bases). En cours d’année, utilisez le document modèle 1-1 : Genres de salaire (rubriques utilisées uniquement) qui n’imprime pas les rubriques inutilisées dans l’exercice, ou le document modèle 3-0b : Vérification des composants du certificat – total entreprise qui montre tous les montants cumulés dans les divers points du certificat.

Les cases à cocher sont auto-explicatives. Pour de plus amples informations, consultez le Guide du certificat de salaire proposé par la Conférence suisse des impôts, que vous pouvez télécharger sur www.cresus.ch/info/certificat-salaire.

Certaines rubriques affichent des options complémentaires si elles sont activées.

  • Nom du responsable : s’imprime au bas du certificat.
  • Règlement de frais approuvé : activez cette option si l’entreprise a établi un règlement de frais approuvé par l’Administration Cantonale des Impôts. Les montants des remboursements de frais effectifs de voyage, repas et nuitées ne seront pas imprimés sous rubrique 13.1.1 du certificat. La phrase officielle sera imprimée sous ch. 15 du certificat. Il faut également compléter les rubriques Canton d’approbation du règlement de frais et Date d’approbation du règlement de frais.
  • Conditions du ch. marg. 52 sont remplies : si cette case est cochée, les remboursements de frais effectifs ne sont pas imprimés sous rubrique 13.1.1, selon les indications du ch. marg. 52 du Guide d’établissement du certificat de salaire.
  • Certificat pt 15. Observation générale : le texte entré ici s’imprimera au pt 15 du certificat de tous les employés.

Il est également possible de définir ces points pour chaque groupe d’employés (§19.12 Groupe) ou pour chaque employé (§20.1.10 Certificat).

19.6.7Onglet Employé par défaut

Les données saisies dans cet onglet sont utilisées par défaut pour tous les employés. Si Crésus trouve une donnée entrée dans le champ correspondant dans les données de l’employé ou de son groupe, elle aura priorité sur la donnée introduite ici. Les divers taux portent des noms explicites. Ce sont les coefficients des rubriques concernées.

Les cases à cocher de cet onglet ne sont prises en compte que si la case à cocher correspondante dans les données de l’employé ou du groupe est à l’état « neutre » comme expliqué au § Crésus Salaires.

  • Comptabilisation, Analytique : liste de comptes et codes analytiques à utiliser pour la comptabilisation lorsque le compte ou le code n’est pas spécifié dans les données de l’employé ou du groupe d’employés (§19.11 Comptabilisation des rubriques).
19.6.8Onglet Statistiques par défaut

Si vous avez choisi d’exporter les données pour l’enquête sur la structure des salaires en Suisse de l’OFS avec Swissdec (§21.4 Outils Swissdec), vous devez compléter les données de chaque employé. Le contenu introduit ici sera utilisé par défaut pour tous les employés si vous n’avez pas introduit une valeur spécifique dans les données de l’employé ou dans les données du groupe de l’employé (§19.12 Groupe).

  • La Profession exercée doit être saisie sous forme de texte libre, il n’y a pas de liste de professions standard.

Vous trouverez des indications complémentaires concernant tous les points liés à la statistique directement auprès de l’OFS. Visitez le portail www.bfs.admin.ch.

Tous ces champs peuvent être complétés individuellement dans les données des employés (§20.1.12 Statistiques).

19.6.9Onglet MEROBA

Cet onglet ne s’affiche que si vous avez coché, en mode complet, l’option Utilise le mode MEROBA dans Options > Définitions. Les valeurs qui figurent ici sont propres à cette caisse.

Les documents Meroba doivent être adaptés à chaque situation spécifique. Si nécessaire, contactez notre assistance technique.

19.7Définition des rubriques

La commande Entreprise – Rubriques ouvre un dialogue qui affiche la liste de toutes les rubriques intervenant dans le calcul du salaire.

  • Les libellés des rubriques peuvent être modifiés. Il suffit de saisir leur nouvelle désignation dans la ligne prévue à cet effet.
  • Il faut différencier les rubriques modèles des rubriques utilisateurs.
  • Les rubriques modèles sont prédéfinies et ne peuvent être que partiellement modifiées. Il est possible de les renommer, ainsi que de changer les déterminants et l’emplacement pour le certificat de déclaration.
    Tous les éléments non modifiables sont grisés dans le dialogue.
  • L’utilisateur peut créer ses propres rubriques qu’il peut configurer à volonté (§19.7.7 Création de rubriques personnalisées).

S:\projets\été 2009\Manuels Salaires\images\Entreprise-rubrique-type.png

Il y a 4 types de rubriques : les données, les indemnités, les déductions et les bases (§ Crésus Salaires). Choisissez le type à afficher.

Il peut s’avérer nécessaire de créer de nouvelles rubriques ou bases pour s’adapter aux cas spécifiques de votre application.

  • Les boutons Créer et Dupliquer ajoutent une nouvelle rubrique du type actuellement choisi. La création des rubriques est décrite au §19.7.7 Création de rubriques personnalisées.
  • Cliquez sur le bouton Supprimer pour détruire une rubrique personnelle. Ce bouton est grisé si la rubrique provient du modèle, ou si la rubrique contient déjà un montant.
  • Utilisez les boutons Monter / Descendre pour déplacer la rubrique sélectionnée vers le haut ou vers le bas de la liste. L’ordre des rubriques détermine leur position dans les dialogues de saisie, lors de l’impression de certains documents et dans les listes où il faut choisir une rubrique. Ces boutons sont grisés si le filtre est actif (§19.7.8 Filtre).
  • Les séparateurs peuvent servir à espacer deux rubriques à l’impression, ou à afficher des résultats intermédiaires. Cliquez sur le bouton Séparateur pour ajouter une ligne de texte à la suite de la rubrique actuellement sélectionnée. Ce bouton est grisé si le filtre est actif (§19.7.9 Exporter / importer des rubriques).
  • Cliquez sur le bouton Importer pour reprendre une ou plusieurs rubriques à partir d’une liste exportée au préalable (§19.7.9 Exporter / importer des rubriques)
  • Cliquez sur le bouton Exporter pour enregistrer la liste de toutes les rubriques (des 4 types) dans un fichier. Ce fichier permettra d’importer des rubriques à choix (§19.7.9 Exporter / importer des rubriques)

Vous pouvez configurer les onglets de saisie des paramètres et des salaires pour ne pas afficher les rubriques que vous n’utilisez pas; vous pouvez également créer vos propres onglets (voir §27 Configurer la saisie). La norme Swissdec implique que le Numéro du genre de salaire (§19.7.1 Le numéro du genre de salaire) et les fanions Déterminant pour affichés en gras ne peuvent plus être modifiés lorsqu’une rubrique a été utilisée. Les modifications apportées à une rubrique ne changent jamais le montant d’un salaire calculé précédemment. Il est donc essentiel de vérifier toutes les caractéristiques des rubriques avant de commencer à passer des salaires.

19.7.1Le numéro du genre de salaire

Le Numéro du genre de salaire (GS) est le n° d’identification de la rubrique qui se trouve dans les divers onglets de saisie et sur les documents imprimés.

Ce numéro est unique et obligatoire.

Lorsque vous créez une nouvelle rubrique, vous serez amené à lui affecter un GS. Il n’y a pas de norme absolue, toutefois nous vous recommandons de vous conformer aux GS fournis par Swissdec.

Si une rubrique a été utilisée, il n’est pas possible de modifier son GS.

Les rubriques dont la racine du GS est semblable sont liées entre elles. Dans cet exemple, les rubriques

1000. Salaire mensuel

1000.1 Salaire mensuel variable

1000.2 Salaire mensuel auxiliaire

sont liées par le GS 1000. Les modifications essentielles apportées à l’une ces rubriques (cumul dans le certificat de salaire, déterminant pour …, code statistique) seront reportées sur les autres. Si vous modifiez un des membres de ce groupe, Crésus affiche un message signalant que les modifications sont reportées sur les autres rubriques du même genre :

19.7.2Éléments communs

Dans les différents onglets du dialogue Définition des rubriques, certains éléments se retrouvent quel que soit le type de la rubrique.

Onglet de base

Le nom des rubriques peut être introduit et modifié librement.

Texte standard d’origine n’apparaît que pour les rubriques modèles. Le cas échéant, les boutons Remettre et Remettre tous les textes permettent de restaurer les textes tels qu’ils sont proposés dans le modèle fourni par Crésus Salaires.

Comme Crésus Salaires est multilingue, chaque rubrique a son libellé dans chacune des 4 langues. Il suffit de choisir la langue voulue dans la liste déroulante. Si vous désirez imprimer des documents en anglais ou en italien, vous devrez traduire les noms des rubriques que vous utilisez.

  • Cette indemnité doit être cumulée au point suivant du certificat de salaire : spécifie sous quel point du certificat de salaire l’indemnité sera imprimée. Les montants sont automatiquement cumulés pour tous les éléments d’un même point.
  • Code IS : lors du transfert de données par Swissdec (§9 Exporter les décomptes par Swissdec), les indemnités sont référencées par un code spécial, lié à leur position dans le certificat de salaire. Par exemple, les rubriques figurant au point 1. Salaire du certificat portent le code A : Salaire IS.

Dans la majorité des cas, ce code est toujours le même pour un point donné du certificat, mais il y a des exceptions :

  • Pour les rubriques figurant au point 3. Prestations non périodiques du certificat, où il peut s’agir du code E : Prestations non périodiques ou D : Indemnités de départ.
  • Pour les rubriques qui ne figurent aps dans le certificat, il peut s’agir du code H : Allocations familiales ou du code C :Impôt ecclésiastique GE.

Si vous décidez de cumuler une rubrique dans un autre point du certificat que celui qui est actuellement défini, ou si vous créez une rubrique personnelle (§19.7.7 Création de rubriques personnalisées), il faut sélectionner le code dans la liste déroulante si elle s’affiche Si elle ne s’ouvre pas, c’est qu’il n’y a en principe pas de doute quant au code à affecter.

  • Code statistique pour Swissdec swissdec2 : est une notion nécessaire pour l’envoi des informations à l’Office Fédéral des Statistiques (OFS). Vous devez affecter vos rubriques personnelles à l’un des codes proposés, selon les normes de l’OFS. Consultez le paragraphe 6.5.3 et suivants des Directives sur la norme suisse en matière de salaire (ELM) que vous pouvez télécharger sur le site www.swissdec.ch dans le menu déroulant CONCEPTEURS DE LOGICIELS.
Onglets Calculs et Employeur

L’onglet Employeur n’est visible que pour les déductions

Les rubriques sont composées des éléments suivants (§17 Rubriques) :

  • Déterminant : valeur de base, valeur unitaire
  • Coefficient : coefficient, taux, multiplicateur, diviseur
  • Valeur (montant) : valeur de l’indemnité ou de la déduction résultant du calcul
  • Coefficient employeur : coefficient de la part employeur de la déduction
  • Valeur employeur (montant) : valeur à la charge de l’employeur résultant du calcul

Donné par calcul : permet d’introduire une formule pour définir le paramètre. S’il n’y a pas de calcul, la valeur doit être introduite par l’utilisateur.

Pour désactiver le mode calculé, il faut utiliser l’éditeur pour effacer la formule.

  • Modifiable : autorise l’utilisateur à remplacer la valeur calculée pour imposer un autre montant.
  • Les boutons Calcul accèdent à l’éditeur de formules décrit au §31 L’éditeur de calculs.
  • Déterminant / Coefficient : il est possible d’afficher un libellé spécial pour une rubrique. Par exemple, le coefficient de la rubrique Cotisation AVS se nomme Taux AVS.

Onglet Modes

Saisie : choix de l’automatisme de mémorisation des données.

  • Individuelle : le montant introduit ne l’est que pour l’employé courant.
  • Par groupe d’employés : le montant saisi est mémorisé pour tout le groupe.
  • Globale : le montant saisi est mémorisé pour tous les employés.

Dialogue de saisie : permet de déterminer dans quelles conditions cette rubrique apparaît dans le dialogue de saisie correspondant.

  • Toujours affiché : la ligne est affichée inconditionnellement.
  • Affiché si non nul : la rubrique ne s’affiche que si elle n’est pas nulle.
  • Affiché sous condition : la ligne est affichée si la formule retourne 1 ou plus.

Impression : permet de paramétrer l’impression de la rubrique.

  • Toujours imprimé : la ligne est imprimée inconditionnellement.
  • Imprimé si non nul : les valeurs nulles ne s’impriment pas.
  • Imprimé sous condition : la ligne est imprimée si la formule retourne 1 ou plus.

Pour qu’une rubrique ne soit jamais affichée ou imprimée, il suffit d’éditer un calcul pour Affiché (Imprimé) sous condition et d’y mettre la valeur 0.

Nom de la rubrique modifiée par calcul : permet de modifier le nom de rubrique qui s’affiche en utilisant une formule.

Obligatoire selon calcul : si la formule retourne un texte non vide, le dialogue où l’on saisit la valeur ne peut pas être validé et le texte retourné est affiché comme un message d’erreur.

19.7.3Rubriques de type Données

Les données regroupent toutes les données d’entreprise, les données des employés et des rubriques système. Elles peuvent être mises à la disposition de l’utilisateur dans Entreprise – Identité ou Entreprise – Coefficients ou encore Employés – Modifier l’employé.

Onglet Définition

Employez cet onglet pour définir le type de la rubrique :

  • Numérique : la rubrique contient une valeur (montant ou quantité).
  • Nombre entier : la rubrique contient une valeur (montant ou quantité) positive ou négative, sans partie fractionnaire.
  • Alphanumérique : la rubrique contient du texte. Il est possible de préciser si la rubrique doit être enregistrée en majuscules et la longueur max qui va limiter la grandeur de la case pour la saisie. Une longueur max de 0 signifie qu’il n’y a pas de maximum.
  • Les rubriques alphanumériques peuvent être présentées sous forme de boutons :
    • Parcourir : ouvre le dialogue Windows qui permet de sélectionner un répertoire. Le répertoire choisi est mémorisé dans la rubrique.
    • Ouvrir : prend le contenu de la rubrique comme étant une ligne de commande Windows.
  • Date : la rubrique contient une date.
  • Oui/Non : la rubrique est une case à cocher.
  • % : la rubrique est un taux.
  • Adresse : la rubrique est une adresse composée. Pour la saisie, vous employez un dialogue spécifique.
  • Liste : la rubrique contient une liste de valeurs à choix. Elle s’affiche dans les dialogues de saisie sous forme d’une liste déroulante. Pour compléter la liste des valeurs proposées, cliquez sur le bouton Liste et utilisez la fonction LISTEDEF() dans l’éditeur de calculs (§31 L’éditeur de calculs). Une liste est composée de plusieurs éléments de type texte, associés à une valeur numérique quelconque. Il est possible d’accéder soit à la chaîne de caractères, soit à la valeur associée.
  • Par exemple, pour obtenir cette liste déroulante Type activité

  • Voici comment définir la rubrique (bouton Liste) :

Les valeurs numériques peuvent être consécutives ou non, classées ou non.

Dans les dialogues de saisie, cette rubrique s’affiche sous la forme

Dans le dessin d’un document imprimé ou d’un masque d’affichage à l’écran (§28 Gestion des présentations), si on place la rubrique elle-même, elle affiche le texte de la rubrique.

Dans un calcul (§31 L’éditeur de calculs), on peut accéder au texte choisi par la fonction CHAINE(@Liste). Dans notre exemple, CHAINE(@Donnée:Type activité) retourne Externe.

Dans un calcul (§31 L’éditeur de calculs), on peut accéder à la valeur numérique associée au texte choisi par la fonction NOMBRE(@Liste). Dans notre exemple, NOMBRE(@Donnée:Type activité) retourne 2.

Si aucun choix n’a été fait, la case reste vide et la valeur retournée est -1.

Les autres paramètres possibles sont :

  • Donnée pour les employés : il y a une valeur pour chaque employé ou bien la rubrique concerne le calcul des déductions à charge des employés.
  • Donnée pour l’employeur : il n’y a qu’une seule valeur pour l’ensemble de l’entreprise ou bien la rubrique concerne le calcul de la part employeur.
  • Nom de la rubrique employeur : permet de spécifier si le nom de la donnée pour l’employeur doit être différent du nom de la donnée pour les employés.
Onglet Calculs

Utilisez l’éditeur de calcul (§31 L’éditeur de calculs) pour déterminer une valeur par défaut pour la rubrique. Cette valeur peut être modifiée manuellement par la suite.

Les paramètres permettent aussi de déterminer si la valeur doit être lue dans les :

  • Données de l’employé concerné
  • Données du groupe de l’employé concerné
  • Données globales de l’entreprise

Si les 3 possibilités sont activées, vous pouvez introduire une valeur dans les données d’entreprise ou/et dans les données de chaque groupe ou/et dans les données de chaque employé. Lors du calcul d’un salaire, la valeur sera lue en priorité dans les données de l’employé, à défaut dans les données du groupe ou à défaut, dans les données générales.

  • Report de mois en mois : voir ci-dessous.
  • Valeur globale uniquement : cette donnée a une valeur qui est la même toute l’année. Si l’option n’est pas cochée, la donnée peut prendre une valeur différente pour chaque période de paie.
  • Calcul temporaire : si cette option est activée, le résultat du calcul ne sera pas enregistré mais sera recalculé chaque fois que cette rubrique est utilisée.
19.7.4Rubriques de type Indemnités
  • Report de mois en mois : les valeurs modifiées (Déterminant, Coefficient, Valeur) lors de la saisie du salaire d’un mois sont reportées telles que modifiées le mois suivant.
  • Déterminant reporté : seul le Déterminant introduit lors de la saisie du salaire d’un mois est reporté dans le salaire suivant.
  • Négatif : lorsqu’une indemnité est négative, elle vient diminuer les bases auxquelles elle est affectée, ce qu’une déduction ne peut pas faire (voir Cette indemnité est déterminante pour ci-dessous).
  • Cette indemnité est déterminante pour : les bases totalisent les montants pour le calcul des déductions et retenues. Les cases à cocher indiquent si la rubrique sélectionnée doit être ajoutée à la base mentionnée. Par exemple, si la coche 9010 Base AVS est activée, la valeur sera ajoutée au montant total soumis à la retenue AVS. Si l’indemnité porte l’attribut Négatif décrit ci-dessus, le montant sera déduit des bases cochées.

La liste des bases donnée ici peut varier, d’une part si l’utilisateur a modifié le nom des bases, d’autre part si de nouvelles bases ont été ajoutées. Les noms des bases sont auto-explicatifs, nous ne mentionnons ici que les particularités.

L’affection à une base dont le nom est en gras ne peut pas être modifiée si la rubrique contient une valeur. Il est donc essentiel de paramétrer les rubriques avant de faire des salaires. Il est vivement recommandé d’imprimer le document Swissdec Genres de salaire pour vérifier l’affectation des rubriques aux différentes bases (§3.8 Imprimer un document).

Les 3 fanions 5000, 6500 et 6600 sont liés les uns aux autres et concernent tous les montants qui sont effectivement versés avec le salaire. Le fanion 6500 induit le fanion 6600, et le fanion 5000 induit les fanions 6500 et 6600. Ces fanions permettent de différencier la nature des montants, et influent sur leur emplacement dans le bulletin de salaire (voir la note ci-dessous).

  • 5000 Salaire brut : identifie les éléments de salaire pur (salaire, 13e, indemnités vacances, etc. .).
  • 6500 Montant net : identifie les éléments liés à la fonction de l’employé dans l’entreprise qui ne sont pas du salaire pur (primes, frais remboursés ou forfaitaires).
  • 6600 Montant versé : identifie les montants hors salaire versés par le biais du salaire (allocations enfants – s’ils ne sont pas payés directement par la CAF, remboursements divers).

Si le fanion 6600 n’est pas activé, le montant est indicatif et n’entre pas dans le calcul du montant versé (par exemple les allocations familiales versées directement à l’employé par la caisse), mais peut figurer sur certains documents. C’est le cas pour les prestations en nature ou autres prestations qui ne sont pas versées en espèces. C’est également le cas pour les montants soumis aux impôts à la source qui ne sont pas versés avec le salaire.

Les présentations Bulletin de salaire fournies avec le modèle de base de Crésus Salaires regroupent les éléments selon leur type.La 1ère zone mentionne tous les éléments de type 5000.La 2e zone mentionne les cotisations et retenues. On obtient le salaire net.La 3e zone comprend tous les éléments de type 6500, mais pas 5000. On obtient le montant net.La 4e zone comprend les éléments de type 6600, mais ni 6500, ni 5000. On obtient alors le montant versé. Les éléments qui n’ont pas le fanion 6600 sont mentionnés sous le montant versé, dans une zone intitulée Montants particuliers.

  • 9020 Base AC : par défaut, la base AC est identique à la base AVS. Cette case est cachée, à moins de passer dans le mode spécial qui dissocie la base AC de la base AVS (§21.2 Définitions)
  • Base pour Contribution Professionnelle : par défaut, la base pour la contribution professionnelle est identique à la base AVS. Cette case est cachée, à moins de passer dans le mode spécial qui dissocie cette base de la base AVS (§21.2 Définitions)

L’annonce des salaires à la caisse LPP pour déterminer les retenues LPP fixes se base sur des montants annualisés sur les rubriques marquées LPP.

  • LPP : rubrique prévisionnelle : si cette coche est activée, la rubrique est considérée comme du salaire mensuel. Si la rubrique est déterminante pour la Base pour 13e salaire, elle est multipliée par 13 pour être annualisée, sinon par 12.Si cette coche n’est pas activée, la rubrique est considérée comme du salaire horaire. L’annualisation tient compte du nombre d’heures effectué par l’employé dans l’exercice précédent.
  • LPP : montant annuel unique : ces rubriques sont considérées comme des primes exceptionnelles et sont ajoutées une seule fois au montant annualisé ci-dessus.

Le montant annuel total soumis à la LPP est proposé dans les données de l’employé sous Montant annuel soumis à la LPP calculé. Le montant transmis à la caisse LPP lors de la demande de cotisation par Swissdec étant le Montant annuel soumis à la LPP déclaré.

  • Base pour frais forfaitaires AVS : dans certaines situations, une partie des frais forfaitaires n’est pas soumise à l’AVS. Crésus déduit de la base AVS un pourcentage de cette base pour frais forfaitaires, selon le taux défini dans les données de l’employé (voir §20.1.13 Divers).
  • Base pour allocations : regroupe les montants des allocations pour enfants

Les allocations enfants sont détaillées lors de la saisie, mais elles figurent sous 1 seul montant total dans les divers décomptes, sous la rubrique 3000 Allocations enfants. Pour créer une nouvelle rubrique qui doit être comprise dans ce total, dupliquez une rubrique allocation enfants existante, puis apportez-y les modifications nécessaires.

  • IS : Indemnité proportionnelle : dans le cadre du calcul de l’impôt à la source, ce montant sera mensualisé/annualisé en fonction du taux d’occupation de l’employé et du nombre de jours de la période.
  • IS : Salaire horaire de base : dans le cadre du calcul de l’impôt à la source, tous les montants horaires qui doivent être pris en compte pour déterminer le taux à appliquer doivent être affectés à cette base.
  • IS : N’influence pas le taux : s’utilise pour les montants soumis aux impôts à la source, mais qui ne sont pas pris en compte pour déterminer le taux d’imposition. Par exemple une rétro allocation-enfants.
  • Raison (ne s’applique que si vous avez entré un n° de client Meroba, §19.1.6 Onglet MEROBA) : précisez ici quelle est la raison de travail des diverses rubriques.
  • Base pour Correction de salaire : en raison d’une absence, la rubrique doit diminuer le salaire calculé. Elle viendra en diminution des bases spécifiées pour la rubrique
  • 2051.(-) Correction de salaire
  • Base pour Correction indemnités de tiers : la rubrique est une prestation de tiers, elle viendra en déduction sur les bases spécifiées pour la rubrique
  • 2052.(-) Correction indemnités de tiers.
  • Voir aussi (-) Correction de salaires et (-) Correction prestation d’assurance (§20.2.5 Indemnités journalières).

Les corrections de salaire accident / maladie sont détaillées lors de la saisie, mais sont regroupées sous une rubrique Correction de salaires unique lors de l’impression de documents.

Onglet Calculs

Les calculs des rubriques modèles ne sont pas éditables. Pour obtenir des informations concernant les calculs des rubriques, consultez le §19.6.3 Onglet Chômage.

Si nécessaire, vous pouvez modifier le n° et le libellé qui s’affichent dans les dialogues de saisie pour le Déterminant (Paramètre) et le Coefficient (Quantité, Taux) de chaque rubrique.

À propos des indemnités vacances et jours fériés

Selon que les indemnités vacances doivent être calculées en tenant compte des indemnités pour jours fériés ou qu’à l’inverse les indemnités pour jours fériés doivent être calculées sur les indemnités vacances, il faut ajuster la Base pour jours fériés pour la rubrique Indemnités vacances (%) et la Base pour vacances pour la rubrique Indemnités jours fériés (%). Par défaut, le modèle propose le calcul des vacances sur les jours fériés.

À propos des participations facultatives

Lorsque l’employeur paie les primes d’assurances ou autres charges dues par l’employé, cette participation facultative de l’employeur est soumise aux impôts et, selon le cas, aux charges sociales. Ceci peut être géré de 2 manières distinctes :

  • Le montant de la participation est ajouté à toutes les bases, y compris le montant brut total, puis le montant de la participation est déduit sous forme de retenue.
  • Le montant de la participation est ajouté aux bases concernées, mais ne fait pas partie du montant brut total. Il n’y a donc pas lieu de le déduire sous forme de retenue.

Les rubriques modèles de participation facultative sont gérées par défaut selon la première méthode, et sont retenues automatiquement dans les déductions.

Dans cet exemple, la Participation facultative employeur IJM est soumise aux impôts. Elle est ajoutée au montant total et à la base impôts, puis elle est déduite.

Si l’on modifie la définition de la rubrique pour qu’elle ne soit plus liée au montant versé, elle est considérée hors salaire et il n’y a pas lieu de le retenir sur le salaire versé. Dans cet exemple, la même Participation facultative employeur IJM est prise en compte hors salaire. Elle est tout de même incluse dans la base impôt.

Ceci fonctionne pour les rubriques modèles ci-dessous. Si vous ajoutez une indemnité personnalisée, il faut créer vous-même la rubrique de correction.

Les avantages en nature peuvent eux aussi être gérés selon les 2 méthodes décrites ci-dessus.

Dans le modèle, les indemnités suivantes sont traitées automatiquement selon qu’elles sont affectées à la base 6600 ou non :

  • Utilisation privée du véhicule d’entreprise, Options de collaborateurs et Actions de collaborateurs sont retenues dans la déduction Correction avantage en argent.
  • Part facultative employeur complément LAA est retenue dans la déduction Correction avantage en argent LAA.
  • Part facultative employeur IJM est retenue dans la déduction Correction avantage en argent IJM.
  • Part facultative employeur LPP est retenue dans la déduction Compensation cotis. LPP employeur.
  • Part facultative employeur rachat LPP est retenue dans la déduction Compensation rachat LPP.
  • Les avantages Logement gratuit, Repas gratuit et Réduction loyer logement locatif sont gérés selon la première méthode, et se retrouve dans la déduction Correction prestations en nature.
A propos de l’utilisation privée du véhicule d’entreprise

Lorsqu’un employé bénéficie d’un véhicule d’entreprise pour ses besoins privé, c’est une prestation en nature soumise aux charges sociales et impôts à la source. Elle est régie comme décrit au §20.1.10 Certificat

Le montant soumis aux charges est traité dans le champ Utilisation privée du véhicule d’entreprise.

La rubrique Mise à disposition du véhicule d’entreprise lui est liée mais ne figure pas dans le bulletin de salaire et autres décomptes ; elle sert uniquement à la comptabilisation de la diminution de la charge et de la TVA.

19.7.5Rubriques de type Déductions
Onglet Employeur

La part employeur pour la déduction est définie par calcul (§31 L’éditeur de calculs).

Le Déterminant de la part employeur est le même que celui de la part employé.

A propos des avantages en argent

Les champs Correction prestation en nature, Correction avantage en argent, Compensation cotis. LPP employeur et Compensation rachat LPP employeur correspondent aux retenues des avantages en argent ou en nature décrits dans le paragraphe précédent.

19.7.6Rubriques de type Bases

Les bases sont les cumuls de montants soumis aux diverses charges et retenues, par exemple Base AVS.

Code pour les accumulations (s’il y a lieu) : si un code alphanumérique est introduit, alors la base apparaît dans la partie Cette indemnité est déterminante pour de l’onglet des indemnités. Ce code est également utilisé dans les formules pour les fonctions CUMUL, SISOUMIS, SINONSOUMIS (§31.2 Les totalisateurs et §31.8 Spécialités).

Mis par défaut aux nouvelles indemnités : toute nouvelle indemnité créée sera automatiquement affectée à cette base.

19.7.7Création de rubriques personnalisées

Il est possible d’ajouter des rubriques dans votre application.

Utilisez le bouton Dupliquer pour faire une copie de la rubrique actuellement sélectionnée. Ce bouton est grisé si le filtre est actif (§19.7.8 Filtre).

  • La nouvelle rubrique est placée directement à la suite de la rubrique source.
  • Elle sera affichée dans les mêmes onglets que la rubrique source.
  • Le nom de la rubrique n’est pas copié.
  • Les rubriques créées par duplication portent un Numéro du genre de salaire lié à la rubrique originale (§19.7.1 Le numéro du genre de salaire).

Lorsque vous dupliquez une rubrique, il est important de vérifier les calculs associés au Déterminant et au Coefficient.

Cliquez le bouton Créer pour ajouter une nouvelle rubrique ou base. Ce bouton est grisé si le filtre est actif (§19.7.8 Filtre).

  • La nouvelle rubrique est placée directement à la suite de la rubrique sélectionnée.
  • Selon le cas, elle sera automatiquement affichée dans l’onglet Indemnités spéciales ou Déduction spéciales.
  • Les rubriques créées portent un Numéro du genre de salaire aléatoire (§19.7.1 Le numéro du genre de salaire).

Pour les rubriques du type Indemnité ou Déduction, un assistant vous permet de régler rapidement les cas les plus communs :

S’il s’agit d’une déduction, vous pourrez définir si elle comporte une part employeur.

Une indemnité ou une déduction comporte habituellement une Valeur qui est le montant ajouté ou enlevé au salaire. La Valeur peut être saisie directement au clavier lors du calcul du salaire, ou être le résultat d’un calcul faisant intervenir un Déterminant et/ou un Coefficient (§17 Rubriques). La valeur est habituellement obtenue en multipliant le Déterminant par le Coefficient. Le Déterminant est souvent entré dans les données de l’employeur ou de l’employé (§20.1.14 Indemnités spéciales et §20.1.15 Déductions spéciales), alors que le Coefficient est entré en général lors de la saisie du salaire.

Si vous cochez les deux options Utilise un déterminant et Utilise un coefficient, Crésus crée automatiquement un calcul pour la valeur qui multiplie le Déterminant par le Coefficient. Vous pouvez bien sûr modifier ce calcul par la suite (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités§19.7.5 Rubriques de type Déductions et §31 L’éditeur de calculs).

Si votre rubrique est calculée selon un %, vous pourrez choisir la base dans la liste déroulante. Vous retrouverez cette base dans le calcul pour le Déterminant de la rubrique.

Le Déterminant et le Coefficient des rubriques sont affichés dans le dialogue des données de chaque employé, dans l’onglet Indemnités spéciales ou Déductions spéciales (§20.1.14 Indemnités spéciales et §20.1.15 Déductions spéciales). Le Déterminant, le Coefficient et la Valeur sont ajoutés dans le dialogue des saisie du salaire, onglet Indemnités spéciales ou Déductions spéciales (§20.2.14 Indemnités spéciales et déductions spéciales).

Si la valeur n’est pas le résultat d’un calcul, mais doit être entrée à la main lors de la saisie du salaire, vous pouvez enlever les coches Utilise un déterminant et Utilise un coefficient. La rubrique n’apparaît alors pas dans les données des employés, mais seulement dans l’onglet correspondant lors de la saisie du salaire.

Si le montant est une constante, par exemple des frais forfaitaires, n’activez que l’option Utilise un déterminant. Il suffira alors d’entrer le Déterminant dans les données de l’employé pour retrouver cette valeur lors de la saisie du salaire.

Après avoir utilisé l’assistant pour créer une nouvelle rubrique, vous pouvez bien entendu modifier tous les réglages la concernant dans la commande Entreprise – Rubriques (§19.7 Définition des rubriques) et définir dans quels onglets des dialogues de saisie elle doit être disponible (§27 Configurer la saisie).

Comme les onglets sont configurables (§27 Configurer la saisie), il est possible que des rubriques modèle ne soient pas affichées. Avant de créer une nouvelle rubrique, nous vous recommandons de parcourir la liste existante pour voir si une rubrique adéquate n’existe pas déjà.

19.7.8Filtre

L’option filtre icone filtre n’est disponible que pour les éléments @Ind:* et @Déd:* (rubriques monétaires). Le dialogue permet d’introduire un critère de sélection des bruts déterminants dont dépend ou non chaque indemnité.

Voici quelques exemples :

BRUT Seulement les rubriques entrant dans le Salaire brut.

!BRUT Les rubriques non comprises dans le Salaire brut.

BRUT&AVS Les rubriques soumises à la fois au brut et à l’AVS.

BRUT&!AVS Les rubriques soumises au brut mais pas à l’AVS.

AVS|LAA Les rubriques soumises à l’AVS ou à la LAA.

!AVS|LAA Les rubriques non soumises à l’AVS ou soumise à la LAA.

10.1|10.2 Seulement les déductions figurant aux points 10.1 ou 10.2 du nouveau certificat de salaires.

Vous trouverez une liste des termes qui peuvent être utilisés au §31.2 Les totalisateurs.

19.7.9Exporter / importer des rubriques

Le bouton Exporter permet d’enregistrer l’ensemble des rubriques dans un fichier .srb. Toutes les caractéristiques sont mémorisées, y compris la position dans la liste, les onglets où la rubrique est affichée et la comptabilisation.

Le bouton Importer reprend un fichier .srb dans une application.

Le dialogue propose la liste des rubriques. Crésus évalue chaque rubrique à importer et détermine :

  • si elle est nouvelle ;
  • si elle existe déjà, mais est différente de la rubrique existante ;
  • si elle est identique à une rubrique existante ;
  • si elle existe déjà mais est plus ancienne que la rubrique existante du même nom.

Dans le cas où une rubrique importée entre en conflit avec une rubrique existante, la partie droite du dialogue affiche les composants de la rubrique à importer et la rubrique existante, ainsi que les rubriques qui entrent dans le calcul de la rubrique.

Il suffit de cocher les rubriques voulues pour les importer dans l’application courante.

Les cases à cocher au bas du dialogue mettent les coches à toutes les rubriques qui correspondent au critère.

19.8Contrôle des données

Cette commande parcourt les données d’entreprise et des employés, puis affiche un résumé des erreurs et points à vérifier. Les messages sont classés en 4 groupes, et dans chaque groupe Crésus sépare les erreurs bloquantes qu’il faut impérativement corriger et les omissions qu’il faut compléter avant la fin de l’année.

19.9Définition des accès

Les accès qu’on atteint par la liste dans l’écran principal permettent d’afficher rapidement et simplement des vues différentes de vos employés, selon des critères de tri et d’extraction paramétrables. Les valeurs affichées sont le résultat d’un calcul, il est donc possible d’exploiter la vue principale de Crésus pour afficher autre chose que le montant de salaire net.

Les accès prédéfinis peuvent être modifiés, et il est possible de créer des accès personnalisés. Utilisez la commande Entreprise – Définition des accès :

La liste de gauche présente les accès existants, y compris ceux du modèle standard.

Vous pouvez modifier les accès standards. La modification ne touchera que le fichier courant. Si vous supprimez un accès standard, il sera repris depuis le modèle à la prochaine ouverture de votre fichier.

  • Les boutons Créer, Dupliquer et Supprimer permettent d’ajouter de nouveaux accès ou d’en enlever.
  • Nom : saisissez le nom global de l’accès.
  • Nom selon calcul : si cette option est utilisée, la définition de l’accès donnera plusieurs choix dans la liste déroulante.
    Par exemple le calcul « Canton :  » + @Données :Canton de travail affichera un accès pour chaque canton de travail référencé dans les données des employés.

Les employés répondant au critère donné dans le nom de l’accès sont directement extraits, dans cet exemple pour chaque canton, sans avoir à mettre un calcul pour extraction.

Extraction/Tri calculé : utilisez cette option si vous souhaitez extraire des employés ou/et les trier autrement que par nom. Le calcul introduit peut retourner soit un résultat numérique, soit une chaîne de caractères.

  • Résultat numérique : le calcul est évalué pour chaque employé. Si le résultat est nul ou vide, l’employé sera caché.
  • La liste gauche affichera le nom et prénom des employés qui seront triés par valeurs croissantes des résultats (en cas d’égalité, trié alors par noms).
  • Pour avoir un tri alphabétique normal, faites en sorte que le calcul rende 0 ou 1 uniquement, par exemple avec TOTANNEE(rubrique) > 0.
  • Résultat alphanumérique : le calcul est évalué pour chaque employé. Si le résultat est une chaîne vide, l’employé sera caché. La liste gauche affiche le résultat du calcul à la place du nom et prénom habituel. La liste est présentée par ordre alphabétique.

Affichage tableau : cette option permet de présenter dans le tableau autre chose que le montant versé. Le calcul peut retourner un montant ou une chaîne de caractère. Comme il y a peu d’espace dans le tableau, il faut que les textes rendus soient très courts.

Consultez les définitions des accès standard, ils vous serviront d’exemples.

19.10Impôt à la source

Crésus permet de gérer automatiquement les impôts à la source à l’aide des tabelles d’imposition fournies par les administrations cantonales.

Les réglages et modes de calcul des impôts à la source sont détaillés au §32 Calcul des impôts à la source.

La manière de calculer les déductions pour l’impôt à la source diffère considérablement d’un canton à l’autre. Par exemple, dans le canton de Vaud, le barème appliqué considère le salaire brut annuel ; dans les cantons de Neuchâtel et de St-Gall, le barème est appliqué uniquement sur le salaire du mois ; dans le canton de Genève, le taux est mensuel, mais un rétablissement est appliqué en fonction du salaire annuel à la fin de l’année, pour autant que l’employé ait travaillé toute l’année dans l’entreprise.

Toutes ces particularités sont liées à l’interprétation des directives, et ne sont pas importées avec la tabelle cantonale. Par conséquent, il est indispensable de vérifier les modes de déduction déterminés dans ce dialogue.

Consultez le §32.4.1 Les paramètres liés aux cantons qui détaille ce dialogue.

Les barèmes sont automatiquement adaptés lorsque vous changez d’année, à condition que Crésus Salaires soit à jour.

19.11Comptabilisation des rubriques

Définitions

Dans le dialogue de la commande Entreprise > Comptabilisation accessible en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié), il faut définir les comptes servant générer les écritures comptables pour le logiciel Crésus Comptabilité. Les écritures peuvent aussi être consignées dans un fichier *.txt. Les comptes seront également utilisés lors de l’impression d’une pièce comptable.

Filtre : saisissez tout ou partie de n’importe quel critère (GS, nom, compte) pour limiter la liste au résultat obtenu.

Rubrique : la liste présente toutes les rubriques monétaires. Cliquez dans l’entête des colonnes Index, GS, Nom de la rubrique, … et vous classez la liste dans l’ordre croissant de la colonne concernée.

Pour définir les comptes, sélectionnez la rubrique désirée et introduisez le numéro du compte dans le Compte Débit et le Compte Crédit.  Les écritures peuvent également être des écritures multiples. Le compte de la partie collective est alors codé par 3 points « … ».

Il est possible de spécifier un Code TVA à imputer à l’écriture générée, ainsi qu’un Code analytique.

Les comptes et codes doivent exister dans la comptabilité cible, sinon l’importation des écritures ne sera pas possible.

Les numéros de compte ou les codes peuvent être le résultat d’un calcul édité à l’aide des boutons Calcul (§31 L’éditeur de calculs).

Un mécanisme de substitution décrit ci-dessous permet d’imputer un élément de salaire à des comptes différents selon l’employé ou le groupe d’employés concerné.

Le mécanisme de substitution ou de calcul s’applique également au code analytique.

Écritures pour

  • Total des employés : sélectionnez cette option pour ne générer qu’une écriture comptable pour l’ensemble des employés.
  • Chaque employé : sélectionnez cette option pour générer une écriture comptable pour chaque employé.
  • Groupe d’employés : sélectionnez cette option pour générer une écriture comptable pour chaque groupe d’employés (§19.12 Groupe).
  • Le bouton Pour toutes applique le mode de comptabilisation affiché à tous les champs.

L’outil de comptabilisation sécurisée FSC propose aussi des mécanismes de regroupement d’écritures décrit au §19.11.1 Grouper des écritures.

  • Libellé à utiliser : par défaut, c’est le nom de la rubrique qui est utilisé comme libellé de l’écriture. Vous pouvez spécifier un autre libellé.
  • Code TVA : le cas échéant, spécifiez le code TVA à passer à la comptabilité Crésus liée à vos salaires.
  • Code analytique : le cas échéant, spécifiez le code analytique à utiliser avec Crésus Comptabilité. Le code analytique peut être général, ou lié à un groupe ou à un individu en utilisant le mécanisme de substitution décrite ci-dessous pour les numéros de comptes.
  • Comptabilisation sécurisée : Crésus Salaires peut préparer des écritures pour Crésus Comptabilité. Il est conseillé d’utiliser le mode sécurisé, puisque le mécanisme permet de visualiser les nouvelles écritures, de contrôler les dates de l’exercice et l’existence des comptes paramétrés. En mode non sécurisé, les écritures sont générées sans aucune vérification. Le mode sécurisé est décrit au §6 Comptabiliser les salaires.

Il est également nécessaire de mettre votre fichier Crésus Comptabilité dans le mode sécurisé (commande Options > Définitions, onglet Général dans Crésus Comptabilité).

Le bouton Vider toutes les définitions sert à supprimer en masse les définitions existantes.

Utilisez les boutons Exporter / Importer pour enregistrer la définition de la comptabilisation ou récupérer une définition enregistrée sur le disque.

Les définitions de comptabilisation correspondant aux plans comptables standards de Crésus Comptabilité sont fournies avec Crésus Salaires. Pour importer les réglages prédéfinis pour les plans Plan comptable abrégé pour PME ou Plan comptable général pour PME, cliquez sur le bouton Importer qui ouvre le dossier d’installation de Crésus Salaires (C:\Program Files(x86)\Cresus\Salaires sous Windows, …Bottles/salaires/drive_c/Program Files/Cresus/Salaires sous OS X).

Il n’est pas nécessaire de vider les définitions avant d’en importer de nouvelles, elles seront remplacées par les définitions importées.

Mécanisme de substitution

Le compte à imputer est souvent le même pour tous les employés. Il suffit d’en introduire le numéro dans le champ concerné. Mais il est parfois dépendant d’un employé ou d’un groupe d’employés. Dans ce cas, il faut mettre la chaîne de substitution <1> ou <2>, etc. . où <1> correspond au 1er numéro introduit dans la rubrique Compta de l’employé (§20.1.13 Divers) ou du groupe (§19.12 Groupe), <2> correspond au 2e, et ainsi de suite. Crésus remplacera le <1>, <2>, etc. . au moment de la comptabilisation.

Dans l’exemple ci-dessous, le compte à débiter pour le salaire mensuel sera le 1er numéro de compte trouvé dans les données de l’employé ou de son groupe, en l’occurrence le numéro 5200.2 et le code analytique sera ADMIN.

Une chaîne de substitution <2> dans le compte à débiter aurait été remplacée par le compte 6410, puisque c’est le 2e numéro de la liste.

L’élément que le paramètre représente n’est pas forcément un n° de compte complet, ça peut aussi être une portion du n° de compte, et contenir des caractères alphanumériques. Par exemple, si vous mettez compte au débit : <2> et compte au crédit <1>.01, pour un employé dont la rubrique Comptabilisation contient 1010 4002 1100 4050. L’écriture aura pour débit 4002 et crédit 1010.01Les chaînes de substitution sont prises prioritairement dans les définitions de l’employé (§20.1.1 Identité), puis dans le groupe (§19.12 Groupe), puis selon les indications de l’onglet Divers des coefficients d’entreprise (§ Crésus Salaires).

Comptabilisation en mode non sécurisé

Les réglages suivants ne sont utilisés que dans le mode dit non-sécurisé (déconseillé si vous travaillez avec Crésus Comptabilité, puisque dans ce mode aucun contrôle ne sera fait). Cette méthode permet de générer un fichier de type texte tabulé.

  • Dossier Compta : utilisez le bouton Parcourir pour sélectionner le dossier où vous voulez stocker les fichiers d’écritures. Si vous utilisez Crésus Comptabilité en mode non-sécurisé, il faut indiquer le dossier où se trouve votre fichier de comptabilité.
  • Numéro du prochain fichier : dans ce mode, chaque comptabilisation à partir de Crésus Salaires génère un fichier unique numéroté (SAL00001.TXT) dans le dossier défini ci-dessus. Le numéro est automatiquement incrémenté à chaque fois, mais vous pouvez changer le numéro utilisé pour le prochain fichier.
Comptabilisation standard

Il n’y a pas de règle absolue quant à la méthode de comptabilisation. Nous décrivons ci-après le concept que nous proposons :

  • Les éléments de salaire, indemnités et autres montants versés à l’employé sont passés au débit des comptes de charge, la contrepartie étant imputée à un compte de passage Ecritures de regroupement Salaires.
  • La part employé des charges sociales est passée au crédit des comptes Créanciers charges sociales du bilan, la contrepartie étant imputée au compte de passage.
  • La part employeur des charges sociales est passée au débit des comptes de charge, la contrepartie étant imputée aux comptes Créanciers charges sociales.
  • Les diverses retenues sont passées au crédit des comptes de produit ou de charge concernés, la contrepartie étant imputée au compte de passage.
  • Le montant net à verser à l’employé est passé au crédit du compte d’attente Salaires à payer, la contrepartie étant imputée au compte de passage.
  • Le compte de passage se trouve automatiquement balancé, sous réserve des éventuels montants non comptabilisés, qu’il faut traiter manuellement.
  • Les comptes de charge présentent ainsi la charge réelle après chaque comptabilisation.
  • Les factures des divers créanciers sont passées par les comptes d’attente du bilan.

La comptabilisation définie lors de la création d’un nouveau fichier correspond au Plan comptable abrégé pour PME de Crésus Comptabilité.

19.11.1Grouper des écritures

Il est possible d’agir sur les écritures individuelles générées par la comptabilisation sécurisée pour regrouper plusieurs montants en une seule écriture.

Dans cet exemple, nous cherchons à ne passer en comptabilité qu’une écriture avec la somme des salaires mensuels et des salaires mensuels variables.

Dans le dialogue de comptabilisation, cliquez sur le bouton Définir

Ou dans le dialogue de visualisation des écritures générées, cliquez sur le bouton Groupements…

Le dialogue suivant sert à définir les critères qui déterminent les écritures à grouper :

Dans notre exemple, ce sont les écritures au débit du compte 5200 et au crédit du compte 9905, dont le libellé contient le terme ‘mensuel’ :

De plus, nous voulons que l’écriture générée soit libellé Salaires mensuels.

Il serait encore possible de forcer ici un n° de pièce et/ou un code analytique sur l’écriture regroupée.

Notez l’utilisation des jokers * qui remplacent un ou plusieurs caractères dans le libellé à traiter. Sans ces jokers, le mécanisme ne trouve aucune écriture à grouper, parce qu’aucune écriture n’est libellé strictement ‘mensuel’.

Cliquez sur le bouton OK, Visualise… pour afficher le résultat :

Il est possible de traiter plusieurs définitions de groupement.

Cliquez sur le bouton Ajouter pour créer de nouveaux critères ou sur le bouton Dupliquer pour créer un nouveau critère semblable au critère sélectionné.

Ici, les écritures créditées au compte 2273 sont regroupées, quelque soit leur libellé.

On n’a spécifié que le compte à créditer, le mécanisme cumule donc séparément les écritures de chaque compte à débiter.

Les groupements sont traités dans l’ordre où ils apparaissent dans la liste. Pour déplacer un groupement vers le haut ou le bas, sélectionnez-le et cliquez sur les boutons Monter ou Descendre.

Avant d’être regroupées, les écritures générées peuvent être triées en cliquant sur le bouton Définir les critères de tri… Ce tri se répercute sur les écritures qui seront passées en comptabilité.

Critères à disposition pour classer les écritures :

  • non trié: les écritures restent dans l’ordre où elle ont été générées par Crésus Salaires.
  • par date: les écritures reçues sont classées par date croissante.
  • par débit: les écritures sont classées par numéro de débit croissant.
  • par crédit: les écritures sont classées par numéro de crédit croissant.
  • par pièce: les écritures sont classées par numéro de pièce croissant.
  • par libellé: les écritures sont classées alphabétiquement par libellé.
  • par montant: les écritures sont classées par montant croissant.
  • par employé: uniquement pour Crésus Salaires, les écritures sont classées par numéro d’employé croissant.
  • par ordre: uniquement pour Crésus Salaires, les écritures sont classées par numéros d’ordre associés aux rubriques dans le dialogue « Comptabilisation ».

Le tri s’opère d’abord sur le Premier critère, en cas d’égalité sur le Second critère et en cas d’égalité sur le Troisième.

Pour obtenir d’autres informations, cliquez sur le bouton Aide dans le dialogue de groupement.

19.12Groupe

Vous pouvez rattacher chaque employé à un groupe (§20.1.1 Identité). Vous pourrez ensuite afficher un groupe, établir des listes pour un groupe à choix, effectuer des opérations ciblées, tester l’appartenance dans les calculs.

Un employé ne peut appartenir qu’à un seul groupe.

Pour chacun de ces groupes, vous pouvez saisir certaines informations que vous n’aurez plus à entrer pour chaque employé individuellement.

À chaque groupe correspond un onglet. Le premier onglet concerne les employés qui n’ont pas été rattachés à un groupe spécifique. Pour chacun des groupes, vous pouvez remplir plusieurs rubriques, qui serviront de valeurs par défaut pour les employés du groupe tant qu’aucune autre valeur n’est spécifiée directement dans les données de l’employé.

Cliquez le bouton Configurer pour ajouter ou supprimer des onglets (et donc des groupes), changer leur nom ou déterminer les rubriques qui apparaissent dans l’ensemble des onglets (§27 Configurer la saisie).

Si vous supprimez un groupe, les employés de ce groupe seront considérés comme non groupés.

19.13Périodes

Par défaut, Crésus propose 12 périodes de paie correspondant aux 12 mois commerciaux de l’année. Il est toutefois possible de modifier les périodes définies, voire de définir d’autres périodes de paie.

  • Titre de la colonne : texte affiché au sommet des colonnes du tableau général.
  • Début de la période : date du début de la période sélectionnée dans la liste. Par exemple, il est possible de travailler avec 12 mois, mais entre le 21 du mois précédent et le 20 du mois courant.

Il est fortement déconseillé de traiter des périodes à cheval sur 2 années, les décomptes pour les assurances et autres caisses doivent habituellement se rapporter aux années civiles.

  • Fin de la période : correspond au début de la période suivante moins un jour.
  • Durée : nombre de jours considéré dans la période. Comme Crésus travaille avec 12 mois de 30 jours (année légale de 360 jours), la durée ne correspond pas au nombre de jours exact de la période. Lorsque l’on travaille par semaine, la dernière semaine de l’exercice aura une durée variable, de façon à ce que l’année civile soit complète.

Les périodes ne doivent pas obligatoirement avoir des durées identiques, ou des dates de début semblables. On peut par exemple avoir une période qui commence le 3 avril, la suivante le 15 mai et la suivante le 31 mai. Le nombre de jours total de l’année ne peut excéder 360 jours.

  • Le bouton Insérer ajoute une nouvelle période de paie sous la période sélectionnée. La période créée a forcément 0 jour car les 360 jours de l’année sont répartis sur les périodes précédentes. Changez les dates de début des périodes pour modifier la répartition. Un exercice peut compter au maximum 52 périodes.
  • Le bouton Enlever supprime la période sélectionnée. Il n’est pas possible d’avoir moins que 12 périodes. On ne peut pas enlever les périodes de base.
  • Le bouton Remettre propose des répartitions prédéfinies de 12 mois, 13 mois, 15 jours, 10 jours, 1 semaine. Cette fonction remplace la définition existante.
  • Paie les vacances : le salaire des mois où ce fanion est activé inclut automatiquement les indemnités de vacances cumulées auparavant. Le droit aux vacances du mois courant est également inclus si on a activé l’option y compris mois courant, sinon il sera cumulé dans le prochain versement.
  • Paie le 13e salaire : par défaut, le logiciel verse le 13e mois en décembre, mais il est possible de le verser à d’autres périodes.
  • Cumulé pour le mois de : comme la plupart des présentations pour l’impression ont été faites pour des mois, des trimestres ou des semestres, il est indispensable de dire à quel mois correspond la période donnée. Par exemple, si l’on imprime une présentation avec les salaires résumés de janvier, c’est en fait le total des périodes ayant le mois de janvier sous cette rubrique qui apparaîtra.

19.14Jours fériés

Cette fonction permet de définir la liste des jours fériés de l’année en cours. Ces jours seront traités lors de la création d’un salaire pour un employé payé à la journée ou à l’heure.

  • Le bouton Ajouter insère un nouveau jour férié dans la liste.
  • Le bouton Enlever supprime l’entrée sélectionnée de la liste.
  • Si l’option payé par défaut est activée, le jour férié sera pris en compte d’office lors de la création du salaire. Sinon, il faut activer manuellement la case à cocher lors de la saisie du salaire.

19.15Reprendre d’un autre fichier

Il est possible de reprendre les données d’un employé dans le fichier choisi pour les copier dans le fichier actuel.

Utilisez le bouton Parcourir pour sélectionner le fichier source et validez par OK.

Dans la liste, sélectionnez les employés à copier du fichier source dans le fichier courant, puis cliquez OK.

L’employé est introduit dans la liste comme si vous aviez saisi toutes ses données à la main.

  • Si des salaires ont été calculés pour l’employé dans le fichier source, ils seront également importés s’ils correspondant à l’année du fichier actuel.
  • Si l’employé existe déjà, il ne sera pas remplacé.

19.16Mots de passe

Vous pouvez protéger l’accès à votre fichier de salaires à l’aide de trois mots de passe. Ils ne garantissent pas la sécurité du fichier d’un point de vue cryptographique, mais permettent d’éviter qu’un collaborateur ne fasse des erreurs.

  • Mot de passe pour consultation : ce mot permet à une personne d’ouvrir le fichier pour le consulter ou imprimer des documents, mais empêche toute modification.
  • Mot de passe pour modification : la personne qui introduit ce mot de passe ne peut accéder qu’au mode simplifié, elle peut donc créer des salaires, ajouter des employés, configurer les taux de base, mais elle ne peut pas retoucher les rubriques ni procéder à la configuration avancée du fichier.
  • Mot de passe pour le mode complet : la personne qui introduit ce mot peut accéder au mode complet (menu Options – Mode complet, §21.6 Mode complet, mode simplifié), elle peut donc exécuter toutes les fonctions possibles sur le fichier, y compris changer les mots de passe.

19.17Espion

Cet outil sert à rechercher une rubrique selon le critère introduit dans le filtre.

En sélectionnant l’un des résultats, le dialogue affiche les endroits où cette rubrique est utilisée.

On peut encore afficher le détail concernant chaque élément du champ trouvé.

20.1Données des employés

On accède au dialogue des données de l’employé lors de la création d’une nouvelle fiche ou de la modification d’une fiche existante.

Pour créer une nouvelle fiche, utilisez la commande Employés – Nouvel employé ou le raccourci clavier Ctrl+N.

Pour modifier les données d’un employé, il faut le sélectionner dans la liste de gauche et cliquer l’icône  dans la barre d’outils, utiliser la commande Employés – Modifier employé ou le raccourci clavier Ctrl+M. Mais le plus simple est certainement de double-cliquer le nom de l’employé dans la liste de gauche.

  • Si le curseur est sur une case vide du tableau général, le dialogue des données de l’employé s’affiche directement.
  • Si le curseur est sur un salaire déjà calculé, un dialogue signale que des données ont déjà été enregistrées.

  • Le bouton Consulter affiche les données de l’employé utilisées pour calculer le salaire du mois (il n’est pas possible de les modifier).
  • Le bouton Editer entre dans le mode de modification des données de l’employé. Les nouvelles données ne seront prises en compte que pour les salaires futurs.

Le dialogue affiché comporte plusieurs onglets, dont le contenu peut être adapté selon vos besoins (§27 Configurer la saisie).

Certaines rubriques doivent obligatoirement être renseignées pour assurer un comportement correct. Crésus vous les signale en rouge. Il est possible d’ignorer les avertissements, qui seront repris dans un onglet récapitulatif. Les messages en rouge vif doivent impérativement être corrigés, sinon la saisie ne peut pas être validée. Les avertissements roses devront être résolus avant de pouvoir traiter les documents de fin d’année (§4.2 Créer des fiches d’employés).

Dans les lignes qui suivent, nous ne détaillerons que les rubriques dont le contenu ou le comportement n’est pas implicite.

20.1.1Identité
  • Nom / Nom usuel : Il arrive que le nom figurant dans les papiers officiels diffère  de celui utilisé pour les envois. C’est le Nom qui figure dans les listes et décomptes, alors que le Nom usuel sera imprimé dans l’adresse ou affiché dans la liste de gauche.
  • Prénom / Prénom usuel : comme ci-dessus.
  • Adresse de l’employé :
    • Utilisez le champ Complément pour saisir un lieu dit, une entrée spécifique.
    • La Rue et le N° de rue sont saisis séparément.
    • S’il y a une Case postale, il faut inclure le texte dans le champ (CP, PO box ou autre).
    • Le NPA (numéro postal) est obligatoire. S’il s’agit d’un NPA suisse, Crésus complète automatiquement la Ville et le Canton de résidence.

    Si l’adresse est à l’étranger, il faut d’abord changer le pays. Dans ce cas la localité ne sera pas reconnue en fonction du NPA, il faudra la saisir manuellement. Le canton de résidence doit alors être noté EX.

  • Email / Mot de passe pour les PDF par mail :
    Crésus peut envoyer des documents joints par Email (§24 Envoi de documents par e-mail).
  • Dossier associé à l’employé : utilisez le bouton Parcourir pour sélectionner le dossier dans lequel vous avez stocké divers documents relatifs à l’employé. Le bouton Ouvrir vous permet d’accéder à ce dossier depuis la fiche de l’employé.
  • Langue de l’employé : Crésus gère 4 langues. Les documents peuvent être adaptés à chaque langue, et l’impression fournira le document dans la langue de l’employé.
  • N° d’assurance sociale (NSS) : souvent appelé nouveau n° AVS, parfois N° de sécurité sociale (= NSS), et contrairement à l’ancien n° AVS, ce numéro est anonyme et ne peut pas être déterminé à partir du nom et de la date de naissance, ni inversement. Le 1er bloc de 3 chiffres correspond au pays (756=Suisse), le dernier bloc est un nombre de contrôle. Si le numéro entré n’est pas correct, Crésus vous le signale par un message d’erreur.
  • N° assurance sociale inconnu : Cochez la case si l’employé ne vous a pas encore fourni son NSS. Ainsi, il est possible de valider la saisie des données bien que le champ impératif NSS ne soit pas renseigné. L’accès N° assurance sociale manquant met en évidence toutes les fiches d’employés à compléter (§4.8 Restreindre la liste des employés).
  • Numéro d’employé : Crésus utilise un numéro unique pour identifier chaque employé. Ce numéro est incrémenté à chaque nouvel employé. En général, il n’y a pas lieu de modifier ce numéro, mais vous pouvez le faire, par exemple, pour commencer à numéroter à partir de 1001 ou pour se conformer à une numérotation existante. Bien entendu, chaque employé doit avoir un numéro et 2 employés ne peuvent pas avoir le même numéro. Si vous modifiez le numéro d’un employé en cours d’année, tous les enregistrements sont corrigés.
  • Groupe de l’employé : choisissez ici le nom du groupe auquel l’employé appartient. Par défaut, un employé est non groupé (§19.12 Groupe).

Toutes les dates doivent être entrées sous le format (jj.mm.aaaa), avec jj pour jour, mm pour mois et aaaa pour année. Elles peuvent être saisies au clavier ou en utilisant le calendrier.

20.1.2Conjoint

Cet onglet permet de saisir les coordonnées relatives au conjoint ou au partenaire enregistré. Pour les employés soumis à l’impôt à la source, ces données sont obligatoires : lors de transmission Swissdec, ces données sont contrôlées par l’administration cantonale des impôts et si elles ne sont pas remplies, la transmission peut être rejetée.

20.1.3Paramètres

Cet onglet regroupe les données plus spécifiques au calcul du salaire de l’employé.

  • Si le salaire est inférieur au seuil AVS
    Lorsque le salaire annuel d’un employé n’excède pas le seuil introduit dans les coefficients d’entreprise (§19.6.2 Onglet AVS), sauf exception, il n’est pas soumis aux cotisations AVS et AC. La liste propose alors 3 choix :

    • Cotisations AVS même si le salaire n’excède pas le seuil : la cotisation AVS est retenue même si le salaire annuel de l’employé ne dépasse pas le seuil défini dans les coefficients d’entreprise.
    • Cotisations AVS retenues mais remboursées en fin d’année si le seuil n’est pas atteint : les cotisations sont retenues chaque mois. Lorsque l’employé quitte l’entreprise, ou en fin d’année, si le salaire de l’employé n’atteint pas le seuil, Crésus passe une déduction négative (donc un remboursement) correspondant au montant des cotisations. De cette manière, on évite une retenue de rattrapage lorsque le salaire annuel franchit le seuil.
    • Cotisations AVS retenues seulement après que le seuil soit atteint (avec rattrapage) : tant que le salaire cumulé est inférieur au seuil, il n’y a pas de retenue AVS. Dès que le salaire cumulé dépasse le seuil, Crésus effectue un rattrapage pour que les cotisations AVS soient calculées sur le total du salaire soumis. Le montant du rattrapage peut être important, le salaire versé peut même être négatif.
  • Taux d’occupation : ce taux est utilisé pour calculer le taux d’imposition à la source et la correction de salaire. Il sert également à déterminer le nombre d’heures de travail par jour et par semaine. Le taux d’occupation introduit dans les données de l’employé est repris automatiquement à la création des salaires.
  • Dans le cas d’un employé qui n’a pas un taux d’occupation fixe, cochez l’option Employé avec travail irrégulier. Dans cette situation, le taux d’occupation est calculé chaque mois en fonction du nombre d’heures effectué.
  • Salaire mensuel fixe : salaire fixe pour un employé payé au mois. Vous pouvez également indiquer ici le salaire d’un employé à temps partiel. Par exemple pour un employé qui touche 4’200.– en travaillant à 60%.
  • Salaire horaire de base : prix d’une heure de travail pour les employés payés à l’heure.

Veillez à n’entrer qu’un type de salaire. Par exemple, n’indiquez pas un salaire mensuel et un salaire horaire, ce qui peut poser des problèmes pour l’estimation du salaire annuel.

  • Salaire heure en sus à 100%, Salaire heure supplémentaire 125% / 150% (le pourcentage est défini dans l’identité de l’entreprise, §19.1.1 Onglet Identité) : partant du salaire horaire de base ou du salaire mensuel fixe, Crésus calcule automatiquement la base horaire pour les heures supplémentaires. Vous pouvez aussi entrer le montant manuellement, qui remplacera celui proposé.
  • Heures de nuit, Heures de week-end : valeur unitaire pour ces heures particulières.
  • Taux pour 13e salaire : ce taux s’exprime en pourcentage du 1/12e du total versé pour l’année. Si l’employé a droit à un 13e salaire complet, mettez 100 %. 0 % correspond à aucun 13e salaire. Les valeurs intermédiaires correspondent à un 13e partiel : il est possible de ne verser qu’un demi 13e en entrant 50%, ou un double 13e avec 200%. Le taux s’applique sur la Base pour 13e salaire.

Ce taux est mémorisé chaque mois, il est donc possible de faire les salaires de janvier à mars avec 50%, puis d’avril à décembre avec 100%, le montant de l’indemnité en décembre sera alors basé sur 3 mois à 50% et 9 mois à 100%. Ce taux peut être modifié avec un effet rétroactif à la date saisie.Pour les entreprises qui ne versent pas 1/12 du salaire (8.333333%) mais par exemple 8.3% seulement, il faut mettre 8.3 × 12, soit 99.60%

  • Si le taux doit être modifié rétroactivement, saisissez la date dans le champ Taux du 13ème modifié à partir du
  • Paie le 13e chaque mois : si cette fonction est activée, le 13e sera ajouté au salaire versé chaque mois. Dans le cas contraire il est calculé uniquement pour les périodes choisies (§19.13 Périodes) ou lorsque l’employé quitte l’entreprise (§20.1.1 Identité). Dans tous les cas, il est possible de modifier le montant de 13e dans le salaire du mois, pour faire des avances ou des retenues de 13e. Crésus rétablit le total annuel lors du calcul en fin d’année (voir les exemples au §16 Exemples particuliers).
  • Report 13e salaire de l’année précédente : introduisez ici le solde de 13e dû en début d’année à l’employé. Ce montant sera ajouté au prochain 13e calculé. En fin d’année, le logiciel reporte automatiquement le solde de 13e impayé sur l’année suivante. Il convient de corriger ce report si nécessaire.
  • Vacances payées à la journée : par défaut, Crésus propose une indemnité vacances en pourcentage du salaire versé, mais certaines entreprises paient chaque jour de vacances pris. Le cas échéant, il faut cocher cette option et indiquer le taux d’un jour de vacances par rapport à un jour de travail normal. Si les jours de vacances sont payés au même tarif que les jours de travail, entrez 100%. Si chaque jour de vacances est payé au ¾ d’un jour de travail, entrez 75%.
  • Taux indemnités vacances (%) : permet de calculer les indemnités dues pour vacances en pourcentage du salaire payé. Si l’option ci-dessus est activée, le taux est appliqué sur le salaire horaire, sinon, le taux est appliqué sur le cumul des éléments de salaire qui donnent naissance aux indemnités, soit la Base vacances (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités et §19.7.7 Création de rubriques personnalisées).
  • Paie les vacances chaque mois : voir Paie le 13e chaque mois ci-dessus.
  • Report indemnités vacances de l’année précédente : voir Report 13e salaire de l’année précédente ci-dessus.
  • Taux pour indemnités jours fériés et Jours fériés payés à la journée : s’utilisent comme les rubriques vacances ci-dessus.
  • Prime annuelle estimée : l’ajout de cette information permet d’anticiper le versement d’une prime, qui sera prise en compte pour le calcul du salaire annuel imposable (§32.5.8 Taux forcé manuellement).

Selon que les indemnités vacances sont calculées en tenant compte des jours fériés ou qu’à l’inverse les indemnités jours fériés se basent sur les vacances, il y a lieu de modifier les bases des rubriques concernées (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités). Par défaut, les jours fériés sont pris en compte dans la base pour les vacances.

  • Employé soumis à l’AVS / à l’AC : ces cases ne doivent être désactivées que dans de très rares cas où l’employé ne paie effectivement pas de cotisations retenues sur le salaire. Crésus tient compte de l’âge de l’employé en fonction des paramètres fixés dans les coefficients d’entreprise (§19.6.2 Onglet AVS). Il ne faut donc pas enlever la case à cocher pour les employés trop jeunes pour cotiser, ni pour ceux qui atteint l’âge de la retraite, cela se fera automatiquement.
  • Employé soumis à l’assurance maternité (ne concerne que les employés d’une entreprise genevoise) : détermine si la cotisation à l’assurance maternité dont le taux est spécifié dans les coefficients d’entreprise doit être retenue.
  • Employé soumis la LPCFam (ne concerne que les employés d’une entreprise vaudoise) : détermine si la cotisation à la LPCFam dont le taux est spécifié dans les coefficients d’entreprise doit être retenue.
  • L’employé est soumis à l’impôt à la source : les paramètres liés à cette option sont décrits au §20.1.5 Impôt à la source.
  • Employé assujetti aux cotisations sociales étrangères : dans certaines situations, l’employé ne paie pas les charges sociales en Suisse, mais sont soumis aux conditions de leur pays de résidence. Dans ce cas, les options Employé soumis à l’AVS et l’AC sont désactivées automatiquement. Consultez le §20.1.11 Cotisations sociales étrangères.

Un certain nombre de rubriques existantes ne sont pas disponibles par défaut lorsqu’on crée un nouveau fichier. Il faut passer en mode complet et utiliser la configuration de l’onglet pour les mettre à disposition (§27 Configurer la saisie). Par exemple :

  • Salaire à 100% pour salaire mensuel variable : peut être utilisé dans le cas d’un employé qui travaille à temps partiel ou variable. Indiquez ici ce qu’il toucherait s’il travaillait à 100%. Le salaire sera corrigé en fonction du taux d’occupation. Par exemple un salaire à 100% de 7’000.– avec un taux d’occupation de 60% donne un salaire mensuel de 4’200.–. Le taux d’occupation saisi dans les données de l’employé est reporté automatiquement dans chaque salaire, où il peut être modifié.
  • Salaire à la journée : somme payée pour une journée de travail, pour les employés salariés à la journée.
  • Montant annuel soumis à la LPP calculé : Crésus évalue ce montant sur la base des rubriques soumises à la LPP (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités). C’est ce montant qui est proposé lors de la gestion de l’annonce des salaires pour la LPP.
  • Montant annuel soumis à la LPP déclaré : c’est ce montant qui est transmis à l’assurance LPP lors de la demande des cotisations par swissdec. Il s’agit donc du salaire estimé pour l’année future. Vous pouvez indiquer un montant manuel autre que la valeur calculée ci-dessus.
20.1.4Banque

Les données financières de l’employé sont obligatoires si vous désirez utiliser des moyens de paiement électroniques. Ces informations peuvent également être reprises dans divers documents, comme l’ordre de bonification.

  • Utilise un compte PostFinance : cochez cette option si vous souhaitez effectuer le virement du salaire sur le compte postal de l’employé. Si la case n’est pas cochée, Crésus estime que le n° de compte postal est celui de la banque de l’employé.
  • Compte bancaire de l’employé : doit être donné de préférence sous forme de n° IBAN (p ex : CH17 0076 7000 K080 8186 7). Ce n° IBAN peut bien entendu représenter un compte PostFinance.

La syntaxe des numéros de comptes bancaires pour le paiement électronique est très stricte et dépend de chaque banque. Veillez en particulier à respecter les caractères de séparation.Pour que Crésus puisse générer des paiements électroniques, il convient également de compléter les coordonnées financières de l’entreprise (§19.1.4 Onglet Banques)

Une fois toutes ces données introduites, il suffira d’utiliser la commande Fichier – Fichier DTA/OPAE pour créer un fichier de paiements à transmettre à votre banque ou à PostFinance (§5 Paiements par DTA et/ou OPAE).

20.1.5Impôt à la source

Consultez le §32 Calcul des impôts à la source de ce manuel pour des explications détaillées et des exemples de réglages pour les impôts à la source.

Si un employé est soumis à l’impôt à la source, pour la transmission du décompte par swissdec (§9 Exporter les décomptes par Swissdec), il faut générer le salaire de chaque mois, même s’il ne touche pas de salaire.

  • Si l’employé a un statut de réfugié, il n’est pas imposé à la source, mais selon la procédure normale. Cochez l’option Réfugié si elle s’applique.
  • Si le conjoint de l’employé est suisse, au bénéfice d’un permis de séjour C ou qu’il a le statut de réfugié, l’employé n’est pas soumis à l’impôt à la source. Dans ce cas, cochez l’option Conjoint suisse / Permis C / Réfugié.
  • Cochez la case L’employé(e) est soumis à l’impôt à la source si Crésus doit opérer une retenue pour l’impôt à la source.

Code d’impôt à la source : choisissez dans cette liste déroulante le barème d’imposition. Le code est uniforme pour toute la Suisse, c’est le canton de perception qui détermine la méthode de calcul et le taux d’imposition.

Si l’employé est frontalier et retourne tous les jours à son domicile en France, il est peut-être imposé en France et pas en Suisse. Dans ce cas, il doit fournir une Attestation de résidence fiscale française. Il faut alors choisir l’option Accord spécial avec la France.

  • Date de changement de barème IS : en cas de changement de code d’imposition, il convient d’indiquer la date du changement, qui est toujours au 1er du mois. Le changement peut avoir un effet rétroactif.Crésus calcule la différence et l’applique dans le champ Correction rétroactive de l’impôt à la source du salaire du mois.
  • Taux d’impôt à la source : Crésus détermine le taux pour chaque salaire en fonction des méthodes de calcul propres au canton de perception. Vous pouvez entrer un taux préférentiel, mais Crésus utilise le taux du barème lors du calcul du salaire. Si vous avez forcé un taux pour le calcul d’un mois, le mois suivant, Crésus calcule une correction rétroactive basée sur le taux réel du barème, à moins de désactiver l’option Calcule l’impôt source rétroactivement.
  • Inclut le 13ème dans la base impôt.
  • Inclut les vacances dans la base impôt : pour éviter de fortes variations de taux lors du versement du 13ème salaire ou des indemnités vacances, Crésus peut évaluer les montants à recevoir sur l’année et les inclure dans le montant déterminant pour le taux d’imposition même s’ils n’ont pas encore été versés.
  • Calcule l’impôt selon le salaire horaire de base : cochez cette case si vous voulez que Crésus applique le taux correspondant à un salaire théorique à 100% sur le montant soumis. Si la case n’est pas cochée, Crésus détermine le taux à appliquer en fonction du salaire effectif de l’employé, en tenant compte de son taux d’occupation.
  • Salaire horaire déterminant pour l’impôt : c’est ce montant horaire que Crésus utilise pour déterminer le taux d’imposition à appliquer sur le montant soumis. Le montant proposé se base sur le salaire horaire, le taux de 13ème et d’indemnités vacances. Si l’employé touche plusieurs salaires horaires, la valeur proposée tient compte des diverses rubriques affectées à la base IS : salaire horaire de base (§17 Rubriques). Vous pouvez forcer un autre montant.
  • Le Salaire annuel approximatif est calculé sur la base du salaire mensuel ou horaire et du taux d’occupation, et tient compte du taux de 13ème et des allocations enfants. Il inclut la Prime annuelle estimée s’il y a lieu.
  • Calcule l’impôt selon le salaire annuel approximatif : dans ce mode, le taux annuel est déterminé sur le montant calculé dans la rubrique Salaire annuel approximatif. En fin d’année, le calcul de rétablissement se fait quand même selon le salaire effectif, à moins de désactiver l’option Fait le calcul rétroactif de l’impôt source lors du calcul du dernier salaire (§20.2.10 Déductions).
  • Dérogation : calcule l’impôt selon le salaire effectif : le taux d’imposition final est déterminé selon le salaire effectif, sans tenir compte du taux d’occupation de l’employé, ni de la durée totale des périodes de paie (nécessite une dérogation).
  • Impôt source : nb enfants à charge : ce champ tient automatiquement compte des enfants définis dans l’onglet Allocations de la fiche de l’employé, en fonction de la Date de fin de droit IS (§20.1.8 Allocations). Si le code choisi ne correspond pas au nombre d’enfants à charge, Crésus le signale.

Les enfants mineurs donnent automatiquement droit au coefficient familial. Dès l’année de leur majorité, il faut vérifier avec le canton s’ils doivent être pris en compte pour le coefficient. Dans certains cas, le droit est prolongé jusqu’à 25 ans, par exemple si l’enfant suit des études ou un apprentissage. Consultez l’ACI pour vérifier que l’employé bénéficie de la prolongation.

  • Code spécial convenu avec l’ACI : dans certains cas, l’ACI peut accorder à l’employé un code d’imposition qui diffère de la norme, par exemple pour un célibataire ne faisant pas ménage commun avec ses enfants, mais dont il assume la charge ou un employé soumis au barème C dont le taux doit être ajusté (canton de Genève). Il faut alors cocher cette option.
  • Commune de perception : il s’agit de la commune fiscale, à ne pas confondre avec la localité. Chaque commune fiscale porte un numéro, et regroupe plusieurs localités. Habituellement, une localité n’appartient qu’à une commune fiscale, mais il y a des exceptions.Une même commune fiscale peut regrouper plusieurs NPA, comme Lausanne et sa région, dont la plupart des NPA sont rattachés à la commune fiscale 5586. Il arrive aussi qu’un NPA unique soit rattaché à plusieurs communes fiscales, comme c’est le cas pour « 1032 Romanel-sur-Lausanne », qui peut être rattaché aux communes fiscales 5586 ou 5592.

Si l’employé est marié ou vit en concubinage, il y a lieu de fournir des renseignements concernant son conjoint.

Si l’employé n’est plus soumis à l’impôt à la source, veillez à ce que le code IS soit réglé sur <non soumis> et désactivez l’option L’employé est soumis à l’impôt à la source. Si le changement doit être appliqué avec un effet rétroactif, précisez la date de changement de barème. Lors du calcul du prochain salaire, Crésus signale la sortie de l’employé, datée à la fin du salaire précédent.

20.1.6Assurances

Chaque employé doit être rattaché aux assurances AA (assurance accident), AAC (assurance accident complémentaire), IJM (indemnisation journalière maladie, FT (assurance pour frais de traitement) ou LPP (caisse de prévoyance). Ces assurances sont définies sous Entreprise – Assurances (§19.3 Assurances et suivants).

Utilisez le mécanisme d’assignation en masse pour les modifications d’assurances touchant plusieurs employés (§19.5.8 Onglet Spécial)

Sélectionnez chaque assurance dans la liste déroulante correspondante.

Au cas où l’employé ne cotise pas à l’une des assurances, il est souhaitable de le rattacher la Cat. 0 correspondante, ainsi il figure dans la liste concernée comme non cotisant.

  • Code LAA de l’employé : il est obligatoire de rattacher l’employé à une classe de risque de votre assurance accidents, sinon vous ne pourrez pas valider la saisie de ses données, ni saisir un salaire. La cotisation à l’assurance accidents professionnelle est toujours à la charge de l’employeur. La cotisation à l’assurance accidents non-professionnelle est habituellement à la charge de l’employé, mais il peut y avoir des exceptions. C’est le code intégré à la définition de l’assurance qui détermine comment l’employé cotise à la part non-professionnelle de l’assurance accidents obligatoire.

Le code est formé d’une lettre et d’un chiffre (§19.5.3 Onglet LAA). La lettre correspond à la classe de risque. Le chiffre indique la manière dont la cotisation à l’assurance accidents non professionnelle est retenue :

  • 0 = il n’y a ni part non professionnelle, ni part professionnelle.
  • 1 = cotisation non professionnelle payée par l’employé.
  • 2 = cotisation non professionnelle payée par un tiers.
  • 3 = pas de cotisation non professionnelle, l’employé travaille moins de 8 heures par semaine.

L’employé peut être affilié à 2 assurances accidents complémentaires. La 1ère est l’assurance complémentaire, qui couvre la part de salaire LAA (plafonné à 126’000.– / an) non couverte par l’assurance de base, la 2èmeAssurance LAAC et Assurance LAAC (2ème) —est habituellement la sur-complémentaire, qui couvre le salaire excédentaire.

La 2ème assurance ne peut être sélectionnée que si la 1ère est définie. La cotisation à l’AAC(2ème) ne sera calculée que sur la part de salaire qui dépasse le seuil (§19.5.4 Onglet LAAC). Si l’assurance sélectionnée est une catégorie Somme fixe, les rubriques pour le montant fixe à retenir chaque mois s’affichent. La première colonne concerne les valeurs pour la part à la charge de l’employé, la seconde, libellée E.Valeur propose les valeurs pour la part à la charge de l’employeur.

  • Assurance IJM et Assurance IJM (2ème) : les employés sont généralement assurés contre les pertes de gain en cas de maladie. Il peut y avoir une assurance complémentaire IJM(2ème). Les données sont introduites comme pour l’AAC ci-dessus.
  • Assurance LPP et Assurance LPP (2ème) : sélectionnez dans la liste déroulante le nom de l’assurance pour le second pilier de l’employé. Si les classes d’âge ont été définies (§19.5.6 Onglet LPP), le passage d’une classe à l’autre se fait automatiquement. L’employé peut être rattaché à 2 assurances de prévoyance.
  • LPP montant fixe et LPP complémentaire montant fixe : si l’assurance ne vous communique pas les taux, mais les montants des primes, introduisez la cotisation mensuelle à retenir. Dans la première colonne, entrez la part à charge de l’employé, et dans la colonne E.Valeur, la part à charge de l’employeur. Si vous avez fait une déclaration des salaires prévus par le répartiteur swissdec, les montants fixes sont introduits par le mécanisme d’intégration du fichier retourné par votre caisse (§9 Exporter les décomptes par Swissdec).

Si vous avez introduit un montant fixe, les valeurs calculées en fonction des taux liés à l’assurance LPP seront ignorées.La cotisation fixe est ramenée au prorata de la période du salaire. Si l’employé entre ou quitte l’entreprise en cours de mois, la cotisation sera calculée en fonction de la date de départ. Il n’y aura pas de retenue LPP pour une période de durée nulle, par exemple si le 13e salaire est versé à part.

20.1.7Indemnités journalières

En cas d’absence, le salaire versé à l’employé se compose généralement d’une part versée par l’employeur et d’une part versée par une assurance. Le calcul de ces montants dépend du fonctionnement de l’entreprise et de l’assurance. Les montants exacts peuvent être saisis manuellement ou modifiés directement lors de la saisie du salaire concerné.

Le §20.2.5 Indemnités journalières explique comment saisir les données du mois en cas d’absence maladie ou accident.

Les valeurs affichées sont proposées en fonction des taux et paramètres saisis sous Entreprise – Coefficients / Indemnités journalières (§19.6.5 Onglet Indemnités journalières)

  • Saisie par heures pour les indemnités maladie et accident : cette option est proposée pour les employés avec un salaire horaire. Si elle est activée, il est possible de saisir les indemnités en nombre d’heures. Dans le cas contraire, on saisit un nombre de jours et le salaire horaire est transformé en salaire à la journée.
  • Déterminant pour corrections de salaire à la journée : en cas d’absence maladie, accident, maternité ou militaire, il convient de soustraire au salaire mensuel de l’employé le montant de salaire correspondant aux jours non travaillés. Crésus propose une valeur journalière calculée sur le salaire annuel divisé par 365 ou 360 jours, selon le réglage d’entreprise (§19.6.5 Onglet Indemnités journalières).
  • Référence prioritaire mal / acc à la journée (ou à l’heure) : utilisez ces paramètres pour imposer la valeur d’un jour (resp. une heure) d’indemnisation à 100%. Elle sera multipliée par le taux défini dans les coefficients d’entreprise. Si la rubrique est vide, Crésus proposera une valeur calculée sur le salaire annuel divisé par 365 ou 360 jours, selon le réglage d’entreprise (§19.6.5 Onglet Indemnités journalières).
  • Sal. journalier accident, 1ers jours,
    Ind. journalière accident, jours suivants,
    Ind. journalière accident complémentaire,
    Sal. journalier accident complémentaire
    : Crésus calcule automatiquement la valeur d’un jour d’indemnité en fonction du salaire mensuel, du taux vacances, du taux 13e mois et du nombre de jours par mois, en tenant compte de la Référence prioritaire décrite ci-dessus et des taux spécifiés dans les réglages d’entreprise (§19.6.5 Onglet Indemnités journalières). Elle sert pour le calcul des indemnités journalières et peut être modifiée à la main.
  • Le salaire premiers jours correspond à la part couverte par l’employeur pendant la période de carence, avant que l’assurance ne prenne en charge l’indemnisation.
  • L’indemnité jours suivants est la part payée par l’assurance de base.
  • L’indemnité complémentaire est le montant payé par l’assurance couvrant la part non couverte par l’assurance de base.
  • Le salaire complémentaire est le montant payé par l’employeur couvrant la part non couverte par l’assurance.
  • Sal. horaire accident, 1ers jours : cette valeur s’affiche si la case Saisie par heures pour les indemnités maladie et accident est cochée et correspond au Sal. journalier accident, 1ers jours ci-dessus.
  • Ind. horaire accident, jours suivants : cette valeur s’affiche si la case Saisie par heures pour les indemnités maladie et accident est cochée et correspond à l’Ind. journalière accident, jours suivants ci-dessus.
  • Perte de salaire couverte (accidents) : Lors d’une absence pour accident, le salaire pour les premiers jours et les indemnités d’assurance ne couvrent en général pas l’entier du salaire (§19.6.5 Onglet Indemnités journalières). Il y a alors une perte de salaire pour l’employé qui est calculée et affichée dans la rubrique correspondante de l’onglet Accident / Maladie / Maternité du salaire (§20.2.5 Indemnités journalières). L’entreprise peut verser le complément du salaire (résidu). Pour que le programme complète automatiquement la rubrique Compensation perte de salaire, il faut activer cette option.

Les descriptions ci-dessus s’appliquent également aux rubriques concernant l’indemnisation en cas de maladie.

20.1.8Allocations

Les taux des allocations enfants sont définis dans l’onglet CAF de la commande Entreprise – Assurances (§19.5.2 Onglet CAF), et le nombre d’enfants donnant droit aux allocations est saisi dans les données de l’employé (§20.1.8 Allocations).

Toutes les allocations enfants sont regroupées sous l’appellation Allocations enfants (tous) dans le bulletin de salaire et pour la comptabilisation.

On distingue les allocations versées directement à l’employé par la caisse des allocations versées par l’employeur. Quel que soit le mode, il est nécessaire d’en connaître le montant dans le cas où l’employé est soumis aux impôts à la source (§ Crésus Salaires).

20.1.9Déductions

Ce sont les montants affichés dans la colonne Valeur qui seront déduits du salaire brut de l’employé. Ces montants sont généralement calculés sous forme d’un pourcentage de la base soumise, selon les taux définis pour chaque assurance (§19.3 Assurances). On trouve la base dans la colonne Déterminant et le taux dans la colonne Coefficient. La colonne E.Valeur montre les montants à charge de l’employeur, ces montants peuvent être changés ici aussi bien que dans l’onglet Déductions employeur. Si vous modifiez la valeur proposée ici par Crésus sur la base des coefficients d’entreprise, vous devrez peut-être aussi modifier la part employeur des rubriques concernées (§20.2.11 Déductions employeur).

Les cotisations d’assurance peuvent également être des montants fixes, dont les montants sont saisis dans l’onglet Assurances des données de l’employé (§20.1.6 Assurances).

  • Rattrapage AA, IJM ou LPP : si vous devez appliquer rétroactivement une retenue, utilisez de préférence cette rubrique plutôt que de modifier le montant de la cotisation ordinaire, le bulletin de salaire montre ainsi le détail.
  • Retenue impôt à la source : la somme est déduite en fonction du barème introduit dans les données de l’employé (§ Crésus Salaires). Les valeurs introduites manuellement lors de la saisie du salaire du mois sont automatiquement corrigées le mois suivant en fonction du barème, sous réserve de l’option Fait le calcul rétroactif décrit ci-après.
  • Fait le calcul rétroactif de l’impôt source : les impôts à la source doivent souvent tenir compte du salaire annuel, ce qui provoque un calcul de rétablissement de l’impôt en fonction des montants soumis et retenus les mois précédents. Si cette option est désactivée, le calcul de rétablissement ne se fait pas ce mois.
  • Correction rétroactive de l’impôt à la source : montant de la correction liée à l’annualisation de l’impôt à la source et à l’option Fait le calcul rétroactif ci-dessus.
  • Repas matin/midi/soir : nombre de repas pris par l’employé, intervient dans le calcul de la déduction suivante.
  • Nourriture et logement : sommes prélevées pour le logement et les repas. Le logement est un fixe mensuel défini dans la fiche de l’employé, le prix des repas résulte de la multiplication des montants unitaires par le nombre de repas (§20.1.9 Déductions).

Les primes versées par l’employeur directement aux assurances de l’employé sont des prestations soumises aux charges sociales. Les corrections ci-dessous correspondent aux montants figurant sous Participation facultative employeur qu’on trouve dans l’onglet des Indemnités spéciales (§20.2.14 Indemnités spéciales et déductions spéciales). Le concept de ces avantages en argent est décrit au §19.7.5 Rubriques de type Déductions.

  • Correction prestation en nature : compense l’indemnité Logement gratuit.
  • Correction avantage en argent IJM : compense l’indemnité Part facultative employeur IJM.
  • Compensation cotis. LPP employeur : compense la Part facultative employeur LPP.
  • Compensation rachat LPP employeur : compense la Part facultative LPP rachat.
  • Correction avantage en argent autres : compense les indemnités Part privée voiture de service, Options de collaborateurs et Actions de collaborateurs.
  • Correctif pour les arrondis : les montants d’un salaire, en particulier les cotisations aux charges sociales, sont arrondis à 5 centimes près chaque mois. Le cumul des arrondis provoque souvent une variation de 5 centimes d’un mois à l’autre. Pour éviter que le montant versé ne fluctue, cette rubrique permet de compenser les arrondis. Dans le dialogue Entreprise – Identité, la rubrique Montant correctif maximum permet de spécifier le montant maximum de variation admis (§19.1.1 Onglet Identité).
20.1.10Certificat

Ces réglages sont les mêmes que ceux décrits au §19.6.6 Onglet Certificat à propos de l’onglet Certificat de la commande Entreprise – Coefficients.

L’activation de certaines des rubriques de cet onglet affiche d’autres rubriques liées.

Les points particuliers sont :

  • Attestation de rentes : Crésus ne gère pas les attestations de rentes.
  • Le cas échéant, cochez l’option L’employé dispose d’un véhicule de service pour afficher les champs liés à cette prestation en nature.
  • Conditions du ch. marg. 52 sont remplies : si cette case est cochée, Crésus imprime un X dans la case 13.1.1 du certificat de salaire et n’imprime pas les remboursements de frais.
Voiture de service
  • Valeur du véhicule de service :  équipements spéciaux compris.

Valeur du véhicule de service

  • Pourcentage de l’activité externe : figure  au point 15 Observations du certificat. Saisissez l’information dans l’onglet Certificat de l’employé :Part effective de l’activité externeLe certificat de salaire contient alors l’observation suivante :

    Certificat de salaire, point 15

    Pour plus de détails, référez-vous à la communication de l’AFC du 15 juillet 2016 ainsi qu’à la FAQ Certificat de salaire 2016 et voiture de service.

    Si la détermination annuelle exacte de ce pourcentage entraîne une trop lourde charge administrative pour l’employeur, il est possible d’utiliser les forfaits définis par l’AFC.

    (%) : si l’autorité fiscale l’accepte, une part calculée en % de la valeur du véhicule peut être considéré comme étant à la charge de l’entreprise et le montant soumis aux charges sociales pour l’employé sera diminué d’autant.

 

  • Part considérable frais véhicule à charge de l’employé : cochez cette case si l’employé paie les frais pour le véhicule de service et ne doit pas payer les charges sociales sur la prestation en nature liée.
  • Part privée voiture de service agréée : cochez cette option si l’utilisation du véhicule d’entreprise est soumise à un règlement approuvé par l’autorité fiscale du canton.
Note concernant le pourcentage d’activité externe

La mention du pourcentage de l’activité externe dans le certificat de salaire permet au collaborateur-contribuable de calculer la valeur de la prestation en nature découlant de la mise à disposition du véhicule pour effectuer le trajet du domicile au lieu de travail. Cette valeur est désormais considérée fiscalement comme un salaire en nature uniquement pour la part qui n’est pas dévolue au service externe.

Par exemple, pour un collaborateur domicilié à 20 km de son lieu habituel de travail et disposant d’une voiture de service, le salaire en nature sera de 6’160 francs, soit 20 km * 2 * 220 jours / an * 0.70 cts/km.

Si la part de service externe de ce collaborateur est de 30%, ce salaire en nature est réduit d’autant. La prestation imposable résultante est de 4’312 francs, soit 70% de 6’160.

Comme relevé ci-dessus, pour l’impôt fédéral direct, les 3000 premiers francs sont exonérés, ainsi son revenu imposable pour cette part de l’utilisation du véhicule d’entreprise est de 1’312 francs, soit 4’312 – 3’000. Dans le canton de Genève, seuls les premiers 500 francs sont exonérés. Naturellement, ces derniers calculs ne concernent pas l’employeur mais le collaborateur-contribuable et sa déclaration d’impôts.

Comment déterminer le pourcentage ?

Le pourcentage de l’activité peut être déterminé sur la base des heures de travail effectuées par le collaborateur.
Si la détermination annuelle exacte de ce pourcentage entraîne une trop lourde charge administrative pour l’employeur, ce dernier peut utiliser les forfaits définis par l’Administration fédérale des contributions dans l’Annexe à la communication-002-D-2016-f du 15 juillet 2016 disponible sur le site de l’administration fédérale des contributions.

20.1.11Cotisations sociales étrangères

Depuis 2012 et la signature de l’Accord sur la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’Union Européenne(ALCP), les salariés domiciliés hors de Suisse qui, en parallèle de leur emploi sur le territoire helvétique, touchent des allocations de chômage dans leur pays de résidence ou y exercent une activité substantielle (supérieure à 25%, même sous forme de télétravail) ne sont plus soumis aux charges sociales suisses.

Les employeurs ne paient dès lors plus les charges sociales en Suisse, mais s’acquittent de l’ensemble des charges sociales étrangères.

L’employé n’est plus soumis aux charges sociales obligatoires suisses (AVS, AC, assurance maternité, LPCFam VD). Crésus crée au besoin les définitions d’assurances correspondantes pour l’étranger (code EX) et affiche un onglet Cotisations ME pour le salaire de chaque mois.

Règles d’assujettissement

Comme principe de base, l’assujettissement a lieu dans le pays où l’activité est exercée. Lorsque le salarié n’a qu’un seul employeur et exerce son activité exclusivement dans l’entreprise de celui-ci, la situation est simple : l’assujettissement a lieu dans le pays où il travaille, qu’il y soit domicilié ou non.

La situation devient cependant beaucoup plus complexe pour les personnes travaillant simultanément ou en alternance dans deux ou plusieurs États. Dans ce cas, si une partie substantielle des activités salariées – c’est-à-dire une activité dont le temps de travail (ou la rémunération) représente 25% ou plus de l’ensemble des activités – est exercée dans l’État de résidence, ce sont les charges sociales de ce dernier qui s’appliquent et ce pour toutes les assurances concernant les régimes obligatoires (assurance vieillesse et survivant, assurances accident ou invalidité, assurances maladie, maladies professionnelles ou maternité, le chômage et les prestations familiales. NB. Les éléments sur-obligatoires échappent à ces accords).

Quelques références
  • Les Directives sur l’assujettissement aux assurances AVS et AI (DAA). Ces directives présentent entre autres en Annexe 9, p.145 les divers cas.
  • La Circulaire N° 19 Assurance accidents – accords sectoriels avec l’Union européenne définit les cas pour la LAA.
  • Le Bulletin AVS no 194 explique comment traiter les salariés qui sont par ailleurs inscrits à un office de chômage étranger (par exemple Pôle emploi).
Que doivent faire les employeurs suisses ?

Les entreprises qui emploient des salariés en situation de pluriactivité doivent s’affilier auprès des services compétents de chaque pays concerné.

L’employeur ne doit alors plus payer les cotisations sociales obligatoires suisses (AVS, AI, APG, AA, LPP-part obligatoire, AF, cotisations cantonales LPCFam, FFPP, etc.), mais doit payer toutes les cotisations sociales (part employeur et part employé) dans le pays de résidence.

Typiquement, les employeurs suisses de salariés français doivent s’affilier auprès du Centre national des firmes étrangères de l’URSSAF à Strasbourg (www.urssaf.fr).

Quel est le montant des charges sociales ?

Les charges sociales sont à calculer en monnaie étrangère, sur la base des salaires en francs suisses convertis en en monnaie étrangère en fonction du taux journalier publiés par la Banque centrale européenne.

Qu’est-ce que ça implique dans Crésus Salaires ?

Si la situation d’un employé l’exige, passez dans l’onglet ‘Paramètres’ de ses données personnelles et cochez l’option ‘Employé soumis aux cotisations sociales étrangères’;:

travailleur etranger

Les options ‘Employé soumis à l’AVS / AC / Assurance maternité et LPCFam’ sont automatiquement décochées.

Si elles n’existent pas encore, le mécanisme crée des assurances AVS, CAF, LAA et LPP avec le code EX que vous trouverez dans Entreprise – Assurances. L’employé y est automatiquement rattaché (onglet Assurances des données de l’employé). Vous pourrez imprimer la liste des employés affiliés à une assurance hors de Suisse pour chacun des décomptes habituels.

Si nécessaire, vous pouvez créer manuellement d’autres assurances afin d’y rattacher les employés.

Crésus Salaires vous permet maintenant de saisir dans le salaire du mois les cotisations sociales en monnaie étrangère calculées comme décrit ci-dessus et d’indiquer le cours de change utilisé :

travailleur etranger

Nous mettons à disposition 4 rubriques dans lesquelles vous pourrez saisir manuellement, pour chaque période, des cotisations employeur et employé, et les convertir en francs suisses. Les parts à la charge de l’employé sont alors déduites en francs suisses du salaire.

Ainsi, vous disposez de toutes les informations salariales dans Crésus et pouvez aisément assurer tant le paiement des salaires et que leur comptabilisation. Notez également que ces déductions sociales sont reportées sous chiffre 9 du Certificat de salaire.

Quelques liens utiles :

Cette problématique étant assez complexe et évolutive, nous vous recommandons de vous informer attentivement.

Informations générales :

Office fédéral des assurances sociales
Effingerstrasse 20
CH-3003 Berne
Tél. +41 58 462 90 11
www.ofas.ch, Thème Affaires internationales.
Contact par mail : International@bsv.admin.ch

Demande détachement :

www.ofas.ch, Thème Affaires internationales -> Détachements

Formulaire de demande

Législation applicable :

Formulaire d’aide à la détermination de la législation applicable en cas de pluriactivité.

Guide pratique sur la législation applicable.

Informations concernant le formulaire A1 et son utilisation.

Annonce de l’employé frontalier en cas de pluriactivité :

Coordonnées des caisses primaires d’assurance-maladie dans les différents départements français.

Annonce de l’indépendant en cas de pluriactivité :

Régime social des indépendants.

Affiliation de l’employeur suisse en France :

URSSAF : Centre national des firmes étrangères – CNFE
67945 Strasbourg cedex 9
Tél. : 00 33 (0)810 09 26 33 (France et étranger) – (service 0,05 € TTC/min + prix d’appel)
Fax : 00 33 (0)3 69 32 30 08 (France et étranger)

www.alsace.urssaf.fr

Contact par mail : cnfe.strasbourg@ursaff.fr

Convention de représentation en matière déclarations et versements des contributions et cotisations sociales françaises :

site de l’URSSAF.

Adhésion au Titre firmes étrangères :

site de l’URSSAF.

Cotisations sociales françaises :

www.cleiss.fr

site de l’URSSAF.

20.1.12Statistiques (OFS)

L’office fédéral de la statistique (OFS) mène plusieurs enquêtes sur les salaires en Suisse. Crésus Salaires vous permet de répondre à ces enquêtes sans avoir à remplir des tableaux ou des questionnaires en ligne.

Statistique de l’emploi (STATEM)

LOFS demande tous les trois mois de remplir la statistique de l’emploi (STATEM) du trimestre écoulé. Pour cela, vous devez déterminer le nombre de salariés soumis à l’AVS en les ventilant selon 4 taux d’occupation, séparément pour les hommes et les femmes :

  • Plein temps (90% ou plus).
  • Temps partiel I (50-89%).
  • Temps partiel II (15-49%).
  • Temps partiel III (mois de 15%).

Crésus Salaires détermine automatiquement ces valeurs pour vous. Pour cela, sélectionnez un salaire de la période qui vous intéresse et utilisez l’aperçu avant impression :

7-3: Décompte trimestriel STATEM

L’aperçu produit alors le tableau suivant et il suffit de reporter les chiffres vers le formulaire de l’OFS :

Exemple de décompte STATEM

Enquête suisse sur la structure des salaires (ESS)

Tous les 2 ans, l’OFS mène une vaste Enquête sur la structure des salaires (ESS). Cette enquête se conduit les années impaires avec les données des années paires. Les entreprises sélectionnées pour l’échantillonnage sont contactées directement par l’OFS : ne retournez pas ces données si vous n’avez pas été requis pour le faire. Pour plus d’informations, visitez cette page de l’OFS.

Crésus Salaire transmet via Swissdec les données pour le recensement sur la structure des salaires à l’OFS. Le traitement de ces données ne se fait que si le mode Utilise l’exportation Swissdec pour l’OFS a été enclenché dans les définitions générales (§21.2 Définitions).

L’activation du mode nécessite de compléter le Numéro REE de l’entreprise dans l’onglet Numéros de l’entreprise du dialogue Entreprise > Identité.

Le bouton Ouvrir affiche la page du portail de l’OFS à propos du REE.

Les données des employés doivent être complétées dans l’onglet Statistiques de la fiche de chaque collaborateur.

Sélectionnez l’option voulue dans chacune des listes déroulantes. Comme partout, les données en rouge sont obligatoires. Si elles n’ont pas été saisies, la transmission par Swissdec n’est pas possible. Le contrôle des données les signale le cas échéant.

Le taux d’occupation

Le taux d’occupation saisi ici est le même que celui saisi dans l’onglet Paramètres des données de l’employé.

Dans le cas d’un emploi irrégulier, cochez l’option Employé avec travail irrégulier. Le taux est calculé automatiquement par Crésus chaque mois. Le calcul se base sur le nombre d’heures saisi dans le salaire du mois et le Nombre d’heures de travail par jour défini dans l’onglet Réglages 1 du dialogue Entreprise > Coefficients.

C’est le nombre d’heures travaillées et le taux d’occupation du mois d’octobre qui est transmis à l’OFS.

Profession exercée

La profession doit être saisie librement, il n’y a pas de liste pré-définie.

Droit annuel aux vacances

L’OFS s’intéresse au droit pour un poste à 100%. Même si l’employé a un emploi à temps partiel ou un travail irrégulier, il faut saisir le nombre de jours pour un poste à temps complet.

Nous vous renvoyons à la documentation Swissdec et aux instructions de l’OFS. La section §19.1.5 Onglet Numéros de l’entreprise donne plus d’informations sur les numéros demandés par Crésus Salaires pour Swissdec et des liens vers le site de l’OFS. Le §22.9 Envoyez les informations à l’OFS fournit les explications pour l’envoi des données par Swissdec.

Voyez le chapitre 5 du document Directives pour le traitement des données salariales pour plus d’informations.

20.1.13Divers
  • Taux pour frais forfaitaires AVS : cas particulier pour les entreprises ayant une convention avec la caisse AVS permettant déduire une partie des frais forfaitaires du salaire AVS (en pourcent). Le montant se calcule sur les indemnités rattachées à la Base pour frais forfaitaires AVS (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités)
  • Divers1, Divers2, Divers3 et Notes : textes à votre disposition que vous pouvez faire apparaître sur divers documents, ou reprendre dans les différents calculs que vous introduisez pour calculer le salaire.
  • Comptabilisation : permet d’introduire des numéros de comptes particuliers pour cet employé. Les écritures comptables sont générées en utilisant ces numéros particuliers (§19.11 Comptabilisation des rubriques). Les comptes spécifiés ici ont priorité sur ceux définis pour le groupe (§19.12 Groupe).

Les différents numéros de comptes doivent être séparés par un seul espace.

  • Analytique : permet de spécifier des codes analytiques particuliers pour cet employé (pour la comptabilisation avec Crésus Comptabilité). Les écritures comptables sont générées en utilisant ces codes analytiques particuliers (§19.11 Comptabilisation des rubriques). Ces codes seront prioritaires sur ceux spécifiés dans le groupe (§19.12 Groupe).
  • Jours vacances par mois et Jours de vacances par année : lors de la saisie du salaire, vous pouvez indiquer le nombre de jours vacances pris dans la période (§20.2.10 Déductions), ce qui débouche sur l’affichage d’un tableau récapitulatif au bas du bulletin de salaire. Ce tableau ne s’affiche que si vous avez complété le nombre de jours de vacances par mois ou par année dans les données de l’employé.

Les jours introduits dans les champs par mois et par année sont additionnés. Il ne faut renseigner qu’un des champs.Si l’employé entre dans l’entreprise en cours d’année, indiquez le nombre de jours contractuel pour une année entière : Crésus calcule le droit effectif au prorata du nombre de jours de travail.

  • Solde jours vacances en début d’année : Crésus remplit cette case automatiquement lors du passage à une nouvelle année. Vous pouvez bien entendu corriger le nombre à la main.
20.1.14Indemnités spéciales

En plus des rubriques modèles, cet onglet reprend automatiquement les indemnités que vous créez vous-même. Il permet d’introduire des valeurs dans les Déterminants et/ou Coefficients, selon les réglages effectués lors de la définition des rubriques (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités et §19.7.7 Création de rubriques personnalisées).

Les rubriques qui n’ont qu’un Déterminant (comme les Frais de téléphone) sont reportés dans chaque salaire et sont considérés comme des montants forfaitaires.

Le montant des rubriques qui font intervenir un Déterminant et un Coefficient (comme le Remboursement de km) est le résultat d’une formule, en général la multiplication du Déterminant par le Coefficient. Les déterminants et coefficients peuvent être introduits individuellement dans les données de chaque employé, ou dans les données de chaque groupe. Il est également possible de les introduire lors de la saisie de chaque salaire.

Après avoir défini une rubrique spéciale, vous pouvez régler la manière dont ses différents composants apparaissent dans les dialogues de saisie (§27 Configurer la saisie).

  • Allocations enfants : permet de spécifier un montant unitaire pour les allocations enfants. Ce montant a priorité sur le montant défini dans l’onglet CAF de la commande Entreprise – Assurances (§19.5.2 Onglet CAF)
  • Frais de repas : le montant d’une indemnité de repas peut être défini pour toute l’entreprise ou pour un groupe dans la rubrique @Donnée:Montant par repas (panier). Si cette donnée n’est pas accessible, il faut l’ajouter, par exemple dans l’onglet Divers sous Entreprise – Coefficients (§27 Configurer la saisie).
20.1.15Déductions spéciales

En plus des rubriques modèles, cet onglet reprend automatiquement les déductions que vous créez vous-même. Il se comporte de manière similaire à celui des indemnités spéciales (§20.1.14 Indemnités spéciales).

Les rubriques qui n’ont qu’un déterminant (comme la Retenue Office des poursuites) sont reportés dans chaque salaire et sont considérés comme des montants forfaitaires.

La saisie des données des employés nécessite un nombre important d’informations qu’il faut obtenir auprès des collaborateurs.
L’extension Crésus Partout permet aux collaborateurs de compléter eux-mêmes leurs données par Internet (§34 Les extensions de Crésus Salaires).

20.2Saisie d’un salaire

Pour calculer un nouveau salaire, il faut sélectionner la case correspondant à l’employé et au mois désiré dans le tableau général, puis cliquer le billet  ou appuyer sur la touche Entrée. Vous pouvez également double-cliquer la case du salaire à faire (§3.6 Calculer un salaire).

Crésus affiche alors un dialogue avec plusieurs onglets. Chaque onglet regroupe une partie des valeurs intervenant dans le salaire de l’employé.

Les onglets sont configurables. Nous vous recommandons de les adapter à vos besoins, en particulier de masquer les rubriques que vous n’utilisez pas (§27 Configurer la saisie).

Les rubriques peuvent apparaître dans plusieurs onglets. Il n’est pas nécessaire de passer dans les divers onglets lorsqu’on apporte une modification à une rubrique visible à plusieurs endroits.

Colonnes Déterminant, Coefficient et Valeur : pour la plupart des rubriques, la Valeur résulte d’un calcul impliquant un Déterminant et un Coefficient. Les montants proposés peuvent être modifiés manuellement, ils sont alors précédés d’un astérisque. Si vous modifiez la valeur, Crésus biffe les composants, montrant ainsi que le montant n’est pas le résultat du calcul automatique, mais une valeur forcée. Les éléments biffés ne sont pas imprimés.

Les montants figurant dans la colonne Valeur sont ajoutés au salaire. Les montants figurant dans les colonnes à droite de la valeur sont indicatifs. Il peut s’agir de montants soumis à l’AVS, de montants versés par un tiers, de parts employeur, etc. .

Certaines rubriques sont affichées ou cachées en fonction de conditions spéciales : type de rémunération (au mois, à l’heure, à la journée), existence d’une date, etc.

Le nombre de champs d’un dialogue est souvent trop grand pour qu’ils puissent être tous affichés simultanément. Le cas échéant, Crésus affiche le total des montants des champs non affichés dans un totalisateur Cumul des lignes précédentes / suivantes.

La description qui suit n’est pas une revue exhaustive des divers éléments de salaire, mais décrit les rubriques dont le comportement est particulier.

Si un employé est soumis à l’impôt à la source, pour la transmission du décompte par swissdec (§9 Exporter les décomptes par Swissdec), il faut générer le salaire de chaque mois, même s’il ne touche pas de salaire.

20.2.1Période

Données correspondant à l’occupation de l’employé durant la période.

  • Date d’établissement du salaire : par défaut, cette rubrique contient la date du jour, mais vous pouvez introduire une autre date. Cette date apparaît sur certains documents, entre autres le bulletin de salaire, mais ne conditionne aucun calcul.
  • Ce salaire est (peut-être) le dernier de l’année : cette option doit être cochée pour le dernier salaire que l’employé reçoit cette année et peut avoir une influence sur le calcul de plusieurs valeurs comme le 13e ou les indemnités de vacances, et surtout sur les valeurs qui sont calculées sur la base du salaire moyen en cours d’année avec un ajustement en fin d’année en fonction du salaire effectif. La coche se met automatiquement si la période correspond à la date de sortie de l’employé ou si c’est le dernier salaire de l’année.
  • Nombre de jours travaillés hors de Suisse, Nombre de jours travaillés en Suisse : si l’employé qui est domicilié à l’étranger et soumis à l’impôt à la source effectue une partie de son travail à l’étranger, seul le salaire payé pour les jours travaillés en Suisse est soumis aux impôts à la source. La durée d’un mois complet est de 20 jours. Les jours travaillés hors de Suisse sont déduits des 20 jours.
  • Jours travaillés : pour les employés payés à la journée, introduisez le nombre de jours à payer.
  • Heures travaillées : cette rubrique apparaît seulement si un salaire horaire de base a été introduit dans les données de l’employé. Entrez le nombre d’heures travaillées ce mois-ci. La colonne Déterminant propose le salaire par heure tel qu’il a été saisi dans les données de l’employé (§20.1.3 Paramètres). Le montant est affiché dans l’onglet Indemnités du salaire (§20.2.3 Indemnités, primes et frais).
  • Heures suppl. : la valeur unitaire est calculée sur le salaire horaire ou salaire mensuel selon le taux défini dans Entreprise – Identité, (§19.1 Identité de l’entreprise). Cette valeur peut également être saisie dans les données de l’employé (§20.1.3 Paramètres). Le montant est affiché dans l’onglet Indemnités du salaire (§20.2.3 Indemnités, primes et frais).
  • Jours de vacances / Heures de vacances prises : introduisez le nombre de journées prises par l’employé à titre de vacances. Pour les employés dont les vacances sont payées à la journée, cela détermine les indemnités vacances correspondantes. Pour les salariés au mois ou les salariés qui touchent des indemnités vacances au %, ce nombre est indicatif, il ne calcule pas d’indemnité. Ce nombre de jours peut être imprimé pour information sur les bulletins de salaire, à condition d’avoir complété le nombre de jours de vacances par année dans les données de l’employé (§20.2.11 Déductions employeur).
  • Nb de jours fériés : nombre de jours donnant droit au paiement de jours fériés. Si vous avez défini des jours fériés pour la période actuelle dans le dialogue Entreprise – Jours fériés (§19.14 Jours fériés), ils apparaissent ici individuellement sous forme de cases à cocher. Le nombre dans le champ Nb de jours fériés est alors calculé automatiquement en fonction des coches, mais vous pouvez modifier sa valeur à la main. Ainsi, vous pouvez payer des jours fériés spécifiques à certains employés en fonction de leur religion ou culture. Le montant est affiché dans l’onglet Indemnités du salaire (§20.2.3 Indemnités, primes et frais).
  • Heures pour jours fériés : c’est la traduction en heures du nombre de jours fériés cochés.

Pour la plupart des champs, le nombre de jours est automatiquement traduit en nombre d’heures. Le nombre d’heures travaillées par jour est donné dans les coefficients (§ Crésus Salaires). Le nombre d’heures est calculé au prorata du taux d’occupation de l’employé (§20.1.3 Paramètres).

  • Début de la période, Fin de la période : ces dates se basent sur les périodes définies dans le dialogue Entreprise – Périodes (§19.13 Périodes) et sont impactées le cas échéant par les dates d’entrée ou de sortie de l’employé (§20.1.1 Identité), ainsi que par la date de fin du salaire précédent. Le nombre de jours dans la colonne Coefficient est ensuite calculé automatiquement sur la base d’une année de 360 jours. Sauf pour février, Crésus considère que le dernier jour du mois est le 30 : si l’employé commence le 30 janvier, la durée de la période ne sera que d’un jour. Cette valeur peut être adaptée à la main si nécessaire.

Le nombre de jours de la période a une influence non seulement sur le salaire, mais aussi sur les plafonds des différentes cotisations d’assurances sociales et la mensualisation des impôts à la source.

  • Impôt GE : calcul avec le code final : cette option ne s’affiche que si le salaire est le dernier de l’année, et si l’employé est soumis aux impôts à la source sur Genève. Par exemple, l’employé se marie en août, son code passe de A0N à B0N en septembre. Si la case est cochée, Crésus calcule le rétablissement annuel en appliquant le code B0N sur toute l’année. Sinon, Crésus applique le taux A0N mensuellement de janvier à août, puis B0N dès septembre.
Saisie d’un salaire après sortie

Il arrive fréquemment de devoir régulariser le salaire d’un employé après son départ. Il suffit de générer un salaire et d’accepter le message signalant que l’employé n’est pas dans l’entreprise.

Dans ce cas, les dates de début et de fin de période correspondent aux dates de son engagement, mais le nombre de jours de la période est nul. Dans cet exemple, l’employé a quitté l’entreprise le 28 février et on lui prépare un complément de salaire au mois d’avril :

20.2.2Général

Dans la récapitulation proposée, on différencie les étapes suivantes qui amènent au montant versé.

  • Total brut : cumul des salaires mensuel et horaire, des allocations et autres indemnités cumulées dans la base 5000 Salaire brut (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités), avant les déductions.
  • Total des déductions : regroupe les sommes prélevées à titre de déductions. Voir les onglets Déductions (§20.2.7 Allocations de maternité) et Déductions spéciales (§20.2.11 Déductions employeur).
  • Total net : salaire effectif, déductions faites.
  • Total des frais remboursés et forfaitaires : somme des montants cumulés dans la base 6500 Montant net, mais pas dans la base 5000 (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités)
  • Total à payer: Total brut, moins Total des déductions, plus Total des frais remboursés.
  • Remboursements divers hors salaire : s’utilise pour inclure un montant quelconque dans le versement du mois. Par défaut, ce champ n’est pas soumis aux charges sociales ni aux impôts à la source (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités).
  • 6510 (-) Avance sur salaire : introduisez ici les sommes ayant été payées à l’employé à titre d’avance sur salaire. Ce montant est retranché après le calcul du salaire payé.
  • 6003 (-) Retenues sur salaire : champ à disposition pour retenir une somme quelconque sur le salaire de l’employé. Ce montant est retranché après le calcul du salaire payé.
  • Montant à verser : somme finalement versée à l’employé. C’est ce montant qui est traité par le paiement électronique Paiement des salaires (§5 Paiements par DTA et/ou OPAE).

Le Tableau général affiche par défaut le Total à payer. Utilisez les accès pour afficher le salaire brut ou le montant versé (§4.8 Restreindre la liste des employés)

20.2.3Indemnités, primes et frais

Ces montants peuvent être le résultat d’un calcul, ou des montants fixes hérités des données de l’employé, ou encore des montants entrés manuellement directement dans le salaire.

  • Salaire mensuel : si la durée de la période n’est pas 30 jours (1 mois commercial complet), Crésus propose un Déterminant correspondant au salaire pour un jour, soit le salaire mensuel divisé par 30, et un Coefficient correspondant au nombre de jours de la période.
  • Salaire mensuel variable : le Déterminant représente le salaire mensuel à 100%, le Coefficient correspond au taux d’occupation défini dans les données de l’employé (§20.1.3 Paramètres) ou saisi ce mois. Cette rubrique n’est pas proposée en standard, il faut la mettre à disposition en utilisant la configuration de l’onglet (§27 Configurer la saisie).
  • Paie les indemnités vacances (%) ce mois : avec cette option, les indemnités acquises sont payées avec le salaire du mois. Cette option est automatiquement activée si l’option correspondante est cochée dans Entreprise – Périodes (§19.13 Périodes) ou dans les données de l’employé (§20.1.3 Paramètres) pour la période du salaire, ou si l’employé quitte l’entreprise. Vous pouvez l’activer ou la désactiver à volonté.
  • Paie les vacances ce mois : avec cette option, les indemnités vacances (%) acquises sont payées avec le salaire du mois. Cette option est automatiquement activée si l’option correspondante est cochée dans Entreprise > Périodes (§19.13 Périodes) ou dans les données de l’employé (§20.1.3 Paramètres) pour la période du salaire, ou si l’employé quitte l’entreprise. Vous pouvez l’activer ou la désactiver à volonté.
  • Indemnités vacances (%),
    Indemnités vacances (à la journée)
    : on différencie les indemnités calculées en pourcent du salaire donnant naissance au droit aux vacances, du paiement des jours effectifs. Le mode dépend du paramétrage entré dans les données de l’employé (§20.1.3 Paramètres).
  • Jours de vacances non prises payés,
    Paiement des vacances non prises : si l’employé ne peut prendre la totalité des vacances auxquelles il a droit, il est possible de lui payer les jours dus. Le nombre de jours est transformé en heures pour le paiement. Le coefficient pour le paiement est entré en heures. Le déterminant d’un salaire mensuel est également ramené à la valeur d’une heure. Les vacances payées sont prises en compte dans le tableau récapitulatif des vacances dans les bulletins de salaire et dans le Solde de jours de vacances en début d’année (§20.1.13 Divers).
  • Indemnités pour jours fériés (%),
    Indemnités pour jours fériés (à la journée) : on distingue les indemnités calculées en pourcent du salaire, du paiement des jours effectifs. Le mode dépend du paramétrage entré dans les données de l’employé (§20.1.3 Paramètres).
  • Paie le 13e salaire ce mois : voir Paie les vacances ce mois ci-dessus.
  • 13e salaire : le montant proposé résulte du cumul du droit non payé des périodes précédentes. Vous pouvez modifier le montant, il sera automatiquement pris en compte lors du décompte final.

Lors de l’ouverture de la nouvelle année (§10 Passer à l’année suivante), le 13e salaire et les indemnités vacances impayés en fin d’année sont automatiquement reportés dans le Report 13e salaire (ou vacances) de l’année précédente dans l’onglet Paramètres des données de l’employé (§20.1.3 Paramètres) et seront inclus dans le versement de 13e ou d’indemnités vacances de la nouvelle année.

Les déterminants des frais remboursés ou forfaitaires sont définis dans l’onglet Indemnités spéciales des données des employés (§20.1.14 Indemnités spéciales). Certains déterminants peuvent être saisis dans les données des groupes (§19.12 Groupe) ou de l’employé par défaut (§19.6.7 Onglet Employé par défaut).

20.2.4Allocations

Les taux des allocations enfants sont définis dans l’onglet CAF de la commande Entreprise – Assurances (§19.5.2 Onglet CAF), et le nombre d’enfants donnant droit aux allocations est saisi dans les données de l’employé (§20.1.8 Allocations).

Toutes les allocations enfants sont regroupées sous l’appellation Allocations enfants (tous) dans le bulletin de salaire et pour la comptabilisation.

On distingue les allocations versées directement à l’employé par la caisse des allocations versées par l’employeur. Quel que soit le mode, il est nécessaire d’en connaître le montant dans le cas où l’employé est soumis aux impôts à la source (§ Crésus Salaires).

20.2.5Indemnités journalières
Salaire du mois

En cas d’accident ou de maladie, vous êtes amené à verser des prestations d’assurance à vos employés. Certaines opérations peuvent être rendues automatiques, mais les pratiques d’indemnisation peuvent varier fortement d’une assurance à l’autre, d’une entreprise à l’autre. C’est pourquoi il est possible d’utiliser et modifier les valeurs proposées par Crésus, ou de traiter les cas d’indemnisation entièrement à la main.

Si un employé est absent, il s’agit de décomposer son salaire en une part due pour les jours de travail, et une part due à titre d’indemnités.

Salaire du mois = Salaire pour jours travaillés + Indemnités

Pour un employé payé à l’heure ou à la journée, il suffit de verser le montant dû pour son travail et de le compléter par les indemnités dues par l’entreprise et par l’assurance.

Si l’employé touche un salaire mensuel, il faut ramener son salaire au montant dû pour les jours de travail. Ceci peut se faire en modifiant manuellement le nombre de jours de travail payés ou le montant du salaire, mais il est préférable d’utiliser les rubriques Correction de salaire. Ces champs traitent le montant à déduire du salaire en ordinaire pour déterminer le salaire dû pour les jours travaillés. Les corrections de salaire sont calculés automatiquement par Crésus en fonction des dates.

Salaire du mois = Salaire mensuel – Corrections + Indemnités

Le montant total de correction est automatiquement déduit du salaire de base et de toutes les bases servant à calculer les charges sociales et autres retenues, en fonction des fanions entrés dans le dialogue Entreprise – Rubriques (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités).

Dans le cas d’une correction de salaire comme décrite ci-dessus, il est possible de mentionner séparément le montant de la correction de tiers et celui de la correction de salaire.Salaire du mois = Salaire mensuel – Correction de tiers – Correction de salaire + Indemnités. Vous pouvez obtenir cette distinction en affectant les indemnités d’assurance à la Base pour Correction indemnités de tiers dans le dialogue Entreprise – rubriques (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités).

En cas d’accident ou de maladie, on distingue le montant versé pour les premiers jours – habituellement par l’employeur – et les montants versés par l’assurance pour les jours suivants. Pour marquer la distinction, on parle de Salaire premiers jours et d’Indemnités jours suivants.

Salaire du mois = Salaire mensuel – Correction + Salaire premiers jours + Indemnités jours suivants

Comme les assurances de base ne couvrent généralement pas la totalité du salaire, Crésus propose des champs Indemnités complémentaires pour la part résiduelle couverte par une assurance complémentaire ou Salaire complémentaire pour la part résiduelle couverte par l’employeur.

Salaire du mois = Salaire mensuel – Correction + Salaire premiers jours + Indemnités jours suivants + Indemnités ou salaire complémentaires

Le nombre de premiers jours couverts par l’employeur et le taux de couverture de ces premiers jours, le taux de couverture des indemnités d’assurance, la prise en charge de la part non couverte varient d’une entreprise à l’autre, d’une assurance à l’autre (les conventions collectives donnent en général des règles strictes à ce propos). Ces valeurs sont définies dans le dialogue Entreprise – Coefficients, onglets Indemnités journalières (§19.6.5 Onglet Indemnités journalières).

Il faut également déterminer si les montants proposés par Crésus doivent tenir compte du 13e salaire et/ou des vacances, tant pour les salaires premiers jours que les indemnités jours suivants.

Les montants versés par l’employeur sont soumis aux charges sociales, celles versées par les assurances ne le sont en principe pas. Il est essentiel de vérifier les définitions des champs dans le dialogue Entreprise – rubriques (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités).Vérifiez également les bases 13e et vacances, selon la méthode choisie pour le versement du 13e salaire et de l’indemnité vacances (§19.6.5 Onglet Indemnités journalières).

Indemnités versées hors période maladie ou accident : généralement, il est possible d’indiquer les dates de début et de fin de l’incapacité de travailler. Dans ce cas, Crésus calcule automatiquement les différentes indemnités à partir de ces dates. Si ce n’est pas le cas, ou si vous préférez traiter les cas sans calcul automatique, cochez cette option, et vous pourrez entrer directement des montants d’indemnités sans entrer les dates correspondantes.

Absence accident ou maladie

La description des champs suivants s’applique pour une absence accident ou maladie.

  • Date de début : entrez la date du début de l’incapacité de travailler. Dès qu’une date est entrée dans ces rubriques, d’autres rubriques apparaissent où vous pouvez saisir les informations complémentaires. La date de début peut se situer dans une période autre que la période courante.
  • Date de fin : saisissez la date de fin de l’incapacité de travailler. Dès qu’une date est saisie ici, Crésus calcule le nombre de jours total de l’arrêt de travail. Vous pouvez laisser cette case vide dans le cas où l’arrêt de travail se prolonge au-delà de la fin du mois. Dans ce cas, l’arrêt de travail est automatiquement reporté au mois suivant. Vous pouvez également saisir une date qui se situe dans une période autre que la période courante.
  • Taux d’incapacité : si l’arrêt de travail est partiel, indiquez ici le pourcentage que représente l’arrêt de travail.
  • Date de début/suite : entrez la date de début d’une 2e ou une 3e absence dans le mois. Si vous n’avez pas entré de date de fin, la date spécifiée ici marque la date à partir de laquelle le taux d’incapacité change, par exemple en cas de reprise à temps partiel.

Dans cet exemple, l’employé est absent à 100% dès le 1er février. Le 11 février, il reprend à 75%, et son absence se termine le 15 février.

Il s’agit d’une seule absence dont le taux d’incapacité change : les premiers jours ne sont donc comptés qu’une seule fois.

Nous n’avons pas introduit le 10.02.2014 dans la date de fin d’accident mais seulement indiqué le 11.02.2014 dans la date de suite accident et Crésus a calculé la date du 10.02.2014.

Dans la situation suivante, les 2 absences sont des cas séparés, du 1er au 10 février (à 100%) et du 21 au 25 février (à 50%). Ils comportent chacun des premiers jours et des jours suivants.

  • Nombre de jours déjà traités : permet à Crésus de déterminer combien de jours premiers doivent encore être traités dans le mois courant. Pour un cas qui se prolonge d’un mois à l’autre, Crésus a connaissance du nombre de jours traités auparavant, mais vous pouvez spécifier manuellement ce nombre de jours.

Les Déterminants et Coefficients des rubriques suivantes sont proposés en fonction des taux définis dans les coefficients d’entreprise (§19.6.5 Onglet Indemnités journalières) ou des valeurs saisies dans les données de l’employé (§20.1.7 Indemnités journalières). Il est possible de modifier manuellement n’importe laquelle des valeurs en fonction du décompte réel de l’assurance.

  • Salaire premiers jours : montant payé par l’employeur. Le coefficient correspond au nombre de jours depuis la date de début d’incapacité, plafonné au nombre maximum de jours premiers.
Rechute

Si le cas est une rechute, il n’y a probablement pas de premiers jours à la charge de l’entreprise. Il faut alors forcer les premiers jours à zéro.

  • Indemnités jours suivants : montant versé par l’assurance de base. Le coefficient correspond à la durée totale de l’absence, diminué du nombre de jours premiers.
  • Indemnités complémentaires : montant versé par une assurance pour couvrir la part non couverte par l’assurance de base. Le coefficient correspond au nombre de jours suivants.
  • Salaire complémentaire : montant versé par l’employeur pour couvrir la part non couverte par l’assurance de base. Le coefficient correspond au nombre de jours suivants.
  • Compensation perte de salaire : ne s’affiche que si l’option Perte de salaire couverte est active dans les données de l’employé (§20.1.7 Indemnités journalières). Dans ce cas, Crésus propose ici la différence entre le salaire brut ordinaire et le cumul du salaire premiers jours et des indemnités. Ainsi, le montant brut total du salaire du mois ne change pas. Par contre, le montant net versé est plus élevé, puisque les indemnités d’assurance ne sont pas soumises aux charges sociales. Cette compensation est désactivée automatiquement pour les employés payés à l’heure.
  • Correction de salaire : le montant de la diminution de salaire pour un employé payé au mois est calculé individuellement pour chaque cas dans le salaire du mois, puis cumulé dans la rubrique Correction de salaire.
  • Correction indemnités de tiers : la diminution de salaire peut être répartie sur Correction de salaire et Correction indemnités de tiers. Dans ce cas, Correction indemnités de tiers correspond au total des indemnités d’assurances, et Correction de salaire correspond au montant de la perte effective de salaire (l’assurance ne couvre souvent que le 80% du salaire). Le bulletin de salaire affiche les 2 montants séparément.

Il est possible d’automatiser la rubrique Correction indemnités de tiers : utilisez la commande Entreprise – Rubriques, et cochez l’option Base pour Correction indemnités de tiers pour les indemnités concernées. Les fanions des bases Brut, AVS, LAA, LPP, Impôt, Maladie et pour 13e de la rubrique (-)Correction indemnités de tiers (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités) doivent être cochés, de manière à ce que le montant de la correction soit déduit de ces bases. Ainsi toute indemnité d’assurance sera automatiquement reportée dans Correction indemnités de tiers et la perte effective de salaire dans Correction de salaire.

20.2.6Indemnités service militaire

Les taux doivent être entrés dans l’onglet Indemnités journalières des coefficients d’entreprise (§19.6.5 Onglet Indemnités journalières).

La saisie de la date de début du service affiche les rubriques comme ci-dessus.

20.2.7Allocations de maternité

Dans le cas d’une maternité, Crésus tient compte pour l’allocation de maternité ordinaire du nombre maximal de jours d’indemnisation défini dans l’onglet Indemnités journalières des coefficients d’entreprise (§19.6.5 Onglet Indemnités journalières). Le nombre de jours n’est pas plafonné pour l’allocation complémentaire ou l’allocation genevoise.

La valeur de l’allocation journalière et de l’allocation complémentaire est à indiquer dans les données de l’employée, onglet Allocations (§20.1.9 Déductions).

20.2.8Autres indemnités

Pour permettre de traiter des cas divers, Crésus propose les champs suivants :

  • Autre correction de salaire : le montant est déduit du salaire ordinaire, comme les corrections automatiques décrites ci-dessus.
  • Autres APG non soumises : le montant n’est soumis à aucune charge sociale.
  • Autres APG soumises, sauf AA : le montant est soumis aux charges sociales à l’exception de la cotisation AA et AAC.
  • Autres APG soumises : le montant est soums à toutes les charges sociales.
20.2.9Indemnités de chômage partiel

En cas de réduction de l’horaire de travail (RHT), l’employé touche un salaire pour le travail effectif, ainsi qu’une indemnité pour les heures chômées. Les indemnités versées couvrent généralement le 80% du salaire normal. Les cotisations aux charges sociales sont dues comme si le salaire était versé à 100%.

Vous trouverez les rubriques nécessaires dans l’onglet Chômage partiel (RHT) lors de la saisie du salaire. Les valeurs unitaires peuvent être saisies au moment d’établir le salaire, ou dans l’onglet Indemnités spéciales des données de l’employé (§20.1.14 Indemnités spéciales). Comme la méthode pour déterminer la valeur unitaire de l’indemnité diffère d’une entreprise à l’autre, Crésus ne fait pas de proposition de base.

Le paiement d’indemnités de chômage partiel diffère selon que l’employé touche un salaire à l’heure (ou à la journée) ou un salaire mensuel.

Pour un salaire horaire ou à la journée, on paie le travail effectif et on verse une indemnité pour les jours chômés.

  • Le salaire effectif est passé dans les rubriques habituelles.
  • Utilisez la rubrique Indemnité RHT/ITP (sal. horaire/journée) pour le montant à 80% correspondant aux heures chômées.
  • La rubrique Perte effective de gain RHT/ITP (sal. horaire/journée) sert à passer le montant correspondant aux 20% non compensés, mais qui sont tout de même soumis aux charges sociales.

Pour un salaire mensuel, on procède comme pour les indemnités accident/maladie : on déduit du salaire normal le montant correspondant aux jours chômés pour ne payer que les jours travaillés, puis on verse une indemnité pour les jours chômés.

  • Passez l’entier du salaire mensuel dans les rubriques habituelles.
  • Utilisez la rubrique (-) Déduction RHT/ITP (sal. mensuel) pour saisir la diminution de salaire correspondant aux heures chômées.
  • Saisissez le montant de l’indemnité chômage dans la rubrique Indemnité RHT/ITP (sal. mensuel).
20.2.10Déductions

Ce sont les montants affichés dans la colonne Valeur qui seront déduits du salaire brut de l’employé. Ces montants sont généralement calculés sous forme d’un pourcentage de la base soumise, selon les taux définis pour chaque assurance (§19.3 Assurances). On trouve la base dans la colonne Déterminant et le taux dans la colonne Coefficient. La colonne E.Valeur montre les montants à charge de l’employeur, ces montants peuvent être changés ici aussi bien que dans l’onglet Déductions employeur. Si vous modifiez la valeur proposée ici par Crésus sur la base des coefficients d’entreprise, vous devrez peut-être aussi modifier la part employeur des rubriques concernées (§20.2.11 Déductions employeur).

Les cotisations d’assurance peuvent également être des montants fixes, dont les montants sont saisis dans l’onglet Assurances des données de l’employé (§20.1.6 Assurances).

  • Rattrapage AA, IJM ou LPP : si vous devez appliquer rétroactivement une retenue, utilisez de préférence cette rubrique plutôt que de modifier le montant de la cotisation ordinaire, le bulletin de salaire montre ainsi le détail.
  • Retenue impôt à la source : la somme est déduite en fonction du barème introduit dans les données de l’employé (§ Crésus Salaires). Les valeurs introduites manuellement lors de la saisie du salaire du mois sont automatiquement corrigées le mois suivant en fonction du barème, sous réserve de l’option Fait le calcul rétroactif décrit ci-après.
  • Fait le calcul rétroactif de l’impôt source : les impôts à la source doivent souvent tenir compte du salaire annuel, ce qui provoque un calcul de rétablissement de l’impôt en fonction des montants soumis et retenus les mois précédents. Si cette option est désactivée, le calcul de rétablissement ne se fait pas ce mois.
  • Correction rétroactive de l’impôt à la source : montant de la correction liée à l’annualisation de l’impôt à la source et à l’option Fait le calcul rétroactif ci-dessus.
  • Repas matin/midi/soir : nombre de repas pris par l’employé, intervient dans le calcul de la déduction suivante.
  • Nourriture et logement : sommes prélevées pour le logement et les repas. Le logement est un fixe mensuel défini dans la fiche de l’employé, le prix des repas résulte de la multiplication des montants unitaires par le nombre de repas (§20.1.9 Déductions).

Les primes versées par l’employeur directement aux assurances de l’employé sont des prestations soumises aux charges sociales. Les corrections ci-dessous correspondent aux montants figurant sous Participation facultative employeur qu’on trouve dans l’onglet des Indemnités spéciales (§20.2.14 Indemnités spéciales et déductions spéciales). Le concept de ces avantages en argent est décrit au §19.7.5 Rubriques de type Déductions.

  • Correction prestation en nature : compense l’indemnité Logement gratuit.
  • Correction avantage en argent IJM : compense l’indemnité Part facultative employeur IJM.
  • Compensation cotis. LPP employeur : compense la Part facultative employeur LPP.
  • Compensation rachat LPP employeur : compense la Part facultative LPP rachat.
  • Correction avantage en argent autres : compense les indemnités Part privée voiture de service, Options de collaborateurs et Actions de collaborateurs.
  • Correctif pour les arrondis : les montants d’un salaire, en particulier les cotisations aux charges sociales, sont arrondis à 5 centimes près chaque mois. Le cumul des arrondis provoque souvent une variation de 5 centimes d’un mois à l’autre. Pour éviter que le montant versé ne fluctue, cette rubrique permet de compenser les arrondis. Dans le dialogue Entreprise – Identité, la rubrique Montant correctif maximum permet de spécifier le montant maximum de variation admis (§19.1.1 Onglet Identité).
20.2.11Déductions employeur

Les parts de charges sociales payées par l’employeur sont détaillées dans cet onglet dédié. Elles sont également traitées dans la colonne E.Valeur en regard des déductions de l’employé dans l’onglet Déductions.

20.2.12Commentaires

Commentaire mensuel : permet d’introduire un texte à faire apparaître sur la fiche de salaire ou tout autre document. Vous pouvez introduire un texte lors de la saisie du salaire. Utilisez la rubrique Commentaire dans les données de l’employé pour entrer un texte pour toute l’année, ou utilisez le tableau détaillé pour introduire à l’avance un texte mensuel qui sera repris lors de la saisie du salaire (§20.1.13 Divers).

Vous trouverez un Commentaire global qui s’appliquera pour tous les employés dans les données d’entreprise (§19.1.1 Onglet Identité).

20.2.13Bruts déterminants

Le cumul des indemnités soumises aux diverses bases est affiché dans l’onglet Bruts déterminants. Ces bruts sont les Déterminants des diverses retenues. Les composants des bruts sont gérés dans la commande Entreprise – Rubriques (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités).

  • Salaire brut, Montant net, Montant versé : Crésus permet de distinguer les éléments de salaire pur des montants liés à l’activité de l’employé et des montants annexes versés avec le salaire (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités). On retrouve cette distinction dans l’onglet Général du salaire (§20.2.2 Général).
  • Base AVS : cumul des indemnités et allocations soumises à l’AVS, duquel on déduit le montant de l’abattement pour les personnes ayant atteint l’âge de la retraite ou pour les personnes dont le salaire annuel n’atteint pas le seuil (§19.6.2 Onglet AVS) pour définir le Salaire AVS. Ce montant est nul pour les personnes non soumises à l’AVS.
  • Non soumis AVS : part de salaire non soumis si l’employé n’est pas encore dans sa 18e année, a atteint l’âge de la retraite ou n’est pas soumis à l’AVS, ou si le salaire annuel n’atteint pas le seuil (§19.6.2 Onglet AVS).
  • Montant exonéré AVS : part du salaire exonérée de la cotisation AVS si l’employé a atteint l’âge de la retraite.
  • Base LPCFam (VD) : dès octobre 2011, les vaudois paient une cotisation en faveur des prestations complémentaires pour les familles et la rente pont. Cette base nécessaire pour le traitement des exceptions en 2011 est caduque dès 2012.
  • Base AC : cumul des montants soumis à la cotisation assurance chômage (en général identique à la base AVS) plafonné pour définir le Salaire AC et le Salaire AC complémentaire (§19.6.3 Onglet Chômage).
  • Base LAA : cumul des montants soumis à la prime AA. Ce montant est ensuite plafonné pour définir le Salaire LAA déterminant pour le calcul de la prime (§19.5.3 Onglet LAA).
  • Base LAAC : cumul des montants soumis à la prime AA complémentaire. Ce montant est plafonné pour déterminer le Salaire LAAC (cat. 1) déterminant pour le calcul de la prime AA complémentaire, le montant dépassant le plafond détermine le Salaire LAAC cat. (2) servant au calcul de la cotisation LAA surcomplémentaire (§19.5.4 Onglet LAAC et §20.1.6 Assurances)
  • Base IJM, Salaire IJM (cat. 1) et Salaire IJM (cat. 2) : idem pour le calcul des primes de l’assurance IJM et IJM complémentaire (§19.5.5 Onglet IJM et §20.1.6 Assurances)
  • Base LPP, Salaire LPP et Salaire coordonné : cumul des rubriques soumises au 2e pilier. Ce montant est limité au seuil et au plafond, puis diminué du montant de coordination pour définir le Salaire coordonné, montant servant au calcul de la prime la LPP (§19.5.6 Onglet LPP et §20.1.6 Assurances).
  • Base LPP avec limitations : idem mais avec plafonnement et adaptation à un palier le cas échéant.
  • Base FT : brut déterminant pour l’assurance frais de traitements (§19.5.6 Onglet LPP et §20.1.6 Assurances).
  • Base IMPOT à la source : le salaire brut soumis à l’impôt est ramené au 100% théorique pour définir la Base annualisée taux d’impôt source en tenant compte des indemnités vacances prévues, du 13e salaire éventuel et des indemnités proportionnelles. Ce montant annuel sert à déterminer le taux à appliquer pour l’impôt à la source (§19.8 Contrôle des données et §32 Calcul des impôts à la source)
  • Base Contribution Professionnelle : brut pour le calcul du salaire déterminant pour la contribution professionnelle, en général identique au salaire AVS (536).
  • Base vacances / Base jours fériés / Base pour 13e salaire : cumul des montants servant au calcul des indemnités vacances payées en pourcentage et du 13e salaire (§20.1.3 Paramètres).
  • Base pour frais forfaitaires AVS : montant servant à calculer la part non soumise à l’AVS (§20.1.13 Divers)

Dans certains cas, les bases AVS, AC et contribution professionnelle peuvent être différentes les unes des autres. Dans ce cas, utilisez la commande Options – Définitions pour dissocier les bases.

20.2.14Indemnités spéciales et déductions spéciales

En plus de quelques rubriques particulières, ces onglets présentent d’office les indemnités et déductions ajoutées par l’utilisateur pour répondre aux besoins spécifiques de l’entreprise. La définition des rubriques spéciales se fait avec la commande Entreprise – Rubriques. Un assistant permet très facilement d’ajouter de nouvelles indemnités ou déductions (§19.7.7 Création de rubriques personnalisées). Les paramètres pour ces indemnités ou déductions apparaissent le cas échéant dans les données de l’employé (§20.1.14 Indemnités spéciales et §20.1.15 Déductions spéciales).

20.2.15Prestations en nature

Certains avantages sont fournis sous forme de prestation et non de montant, comme la gratuité du logement, l’utilisation privée d’un véhicule de service. La valeur de ces prestations peut être soumise aux charges sociales ou aux impôts. Le montant n’est pas versé avec le salaire, mais doit être pris en compte dans les divers bruts déterminants (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités). Les §19.7.4 Rubriques de type Indemnités et §19.7.5 Rubriques de type Déductions décrivent le concept des avantages en argent.

20.2.16Voiture de service

La valeur du véhicule de service est définie dans l’onglet Certificat de l’employé. Depuis 2016, la valeur s’entend équipements spéciaux compris.

Valeur du véhicule de service

Le pourcentage de l’activité externe doit elle aussi figurer au point 15 Observations du certificat. Saisissez l’information dans l’onglet Certificat de l’employé :

Part effective de l’activité externe

Le certificat de salaire contient alors l’observation suivante :

Certificat de salaire, point 15

Pour plus de détails, référez-vous à la communication de l’AFC du 15 juillet 2016

Si la détermination annuelle exacte de ce pourcentage entraîne une trop lourde charge administrative pour l’employeur, il est possible d’utiliser les forfaits définis par l’AFC.

20.3Bloquer / débloquer des salaires

Afin d’éviter de faire des modifications aux salaires introduits, la création d’un salaire bloque automatiquement tous les salaires précédents pour cet employé. Il est possible de bloquer manuellement les salaires existants en utilisant la commande Employés – Bloquer les salaires.

Les salaires bloqués sont signalés par le symbole d’un cadenas fermé:  .

Si nécessaire, il est possible de les débloquer en utilisant la commande Employés – Débloquer des salaires, disponible en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié)

Déterminez le salaire – ou les salaires – à bloquer/débloquer, pour un ou plusieurs employés, pour une ou plusieurs périodes à choix.

Lorsque vous utilisez la commande Employés – Débloquer des salaires, ceux qui ont été comptabilisés en mode sécurisé ne seront pas débloqués. Si vous devez y apporter une correction, vous devez d’abord annuler la comptabilisation (§6 Comptabiliser les salaires).

En mode complet, on peut supprimer un salaire bloqué (mais non comptabilisé) : Crésus affiche un message demandant la confirmation de la suppression.

20.4Importer des données

Dès la version LARGO de Crésus Salaires, la commande Employés – Importer permet d’importer les données des employés ou les valeurs servant au calcul du salaire.

Le fichier à importer doit être enregistré au format texte seul.

Chaque ligne représente un employé, les éléments sont séparés par un caractère unique à choix, habituellement un tabulateur ou un point-virgule.

L’ordre des champs contenus dans le fichier d’importation doit être rigoureusement respecté, et doit correspondre à l’ordre des rubriques défini.

  • Choisissez le modèle d’importation « Salaires du mois » dans la liste de gauche.
  • Utilisez le bouton Parcourir pour sélectionner le fichier « Salaires à importer 2014 ». L’année doit correspondre à l’année du fichier exemple.
  • Spécifiez la période concernée et la date des salaires, qui figurera sur les bulletins de salaire.

Renomme le fichier en .old : si l’option est activée, le fichier traité est renommé après l’importation.

Si le fichier importé contient des salaires qui entrent en conflit avec des salaires existants, Crésus affiche la liste des salaires concernés.

Vous pouvez sélectionner les salaires à refaire. Ctrl+clic permet de sélectionner plusieurs salaires.

Vous pouvez préciser si les données importées doivent :

  • Effacer les salaires sélectionnés avant d’importer : remplace intégralement les salaires existants (chaque salaire est supprimé puis importé à nouveau)
  • Remplacer les valeurs des rubriques importées sans effacer : complète les salaires existants (les données des rubriques importées remplacent les données existantes, mais les données qui ne figurent pas dans le fichier importé ne sont pas supprimées). Par exemple si vous avez déjà commencé la saisie du salaire en indiquant des remboursements de frais dont les données ne figurent pas dans le fichier importé.
20.4.1Importation modèle d’employés

Le masque « Importation d’employés » livré avec le modèle permet de reprendre des données d’employés d’une base de données quelconque, dont le contenu a été exporté dans un fichier texte, par exemple un tableau Excel enregistré au format texte tabulé.

Le séparateur des champs doit être un tabulateur.

La première ligne importée est ignorée. Elle peut contenir le nom des champs ou n’importe quelle autre information.

L’ordre des champs décrit ci-dessous doit être respecté scrupuleusement. Si l’information n’existe pas, le champ peut être laissé vide, mais doit exister :

  1. Numéro de l’employé : nombre entier unique

si ce champ est vide, Crésus attribue un numéro automatiquement

2. Sexe : 0 ou 1

0=Masculin

1=Féminin

si le champ est vide, Crésus met Masculin par défaut

3. Titre (politesse) :

si ce champ est vide, Crésus met Monsieur ou Madame selon le sexe importé

4. Nom

5. Prénom

6. Adresse

7. Numéro postal

8. Localité

9 Canton de résidence : selon les plaques minéralogiques, en majuscule

par exemple VD

EX si c’est à l’étranger

10. Pays de résidence : code ISO sur 2 lettres

par exemple FR pour France

si le champ est vide, Crésus met « CH – Suisse »  par défaut

11. Type de frontalier : nombre entier de 0 à 2

0 = Habite en Suisse

1 = Retourne à l’étranger chaque jour

2 = Dispose d’une adresse CH durant la semaine

si le champ est vide, ou si le canton de résidence n’est pas EX, Crésus utilise « Habite en Suisse » par défaut

12. Téléphone fixe

13. Téléphone mobile

14. Adresse mail

15. Nationalité : code ISO sur 2 lettres

par exemple FR pour France

si le champ est vide, Crésus laisse <à préciser>

16. Langue de l’employé : nombre entier de 0 à 3

0 = Français

1 = Allemand

2 = Anglais

3 = Italien

Autre ou vide = par défaut

17. Etat civil : l’un des modes suivants, orthographié exactement comme ci-dessous

Célibataire

Marié

Divorcé

Veuf

Séparé

En partenariat enregistré

Partenariat dissous judiciairement

Partenariat dissous par décès

Partenariat dissous ensuite de déclaration d’absence

18. Date de naissance : au format jj.mm.aaaa

par exemple 12.05.1990

19. N° AVS

20. N° d’assurance sociale (nouveau numéro AVS)

21. Date d’entrée : au format jj.mm.aaaa

par exemple 01.05.2013

22. Date de sortie : au format jj.mm.aaaa

par exemple 12.05.1990

23. Compte IBAN

À la fin de l’importation, Crésus affiche un résumé des erreurs et champs à compléter.

Utilisez la commande Entreprise – Contrôle des données pour forcer une vérification des données (§19.8 Contrôle des données).

20.4.2Créer un masque d’importation

En mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié), vous pouvez créer, modifier un masque d’importation.

  • Cliquez le bouton Renommer pour changer le nom du masque sélectionné.
  • Cliquez le bouton Supprimer pour effacer le masque sélectionné.
  • Cliquez le bouton Définition du modèle pour modifier un masque existant.
  • Cliquez le bouton Créer pour définir une nouvelle importation de toutes pièces ou le bouton Dupliquer pour définir une nouvelle importation semblable au modèle choisi.

Le dialogue permet de définir l’ordre des rubriques.

Par défaut, Crésus propose les rubriques de référence.

Le <mode d’importation> est facultatif. Il spécifie comment Crésus doit agir si le salaire importé existe déjà :

  • 0 : Compléter – crée uniquement les nouveaux salaires, les salaires existants ne sont pas modifiés.
  • 1 : Fusionner – conserve les données des champs qui ne figurent pas dans le fichier importé, les valeurs importées écrasent les valeurs existantes.
  • 2 : Remplacer – les salaires importés se substituent entièrement aux salaires existants ; les salaires existants sont supprimés avant l’importation. Les salaires existants qui ne figurent pas dans le fichier importé ne sont pas modifiés.
  • 3 : Supprimer – les salaires qui figurent dans le fichier importé sont effacés ; les nouveaux salaires ne sont pas importés.
  • 4 : Ignorer – ne fait rien.

Le Numéro d’employé est obligatoire, c’est le seul moyen de lier les données importées à un employé de la base.

  • Les rubriques Année courante et Mois courant sont optionnelles. Elles servent à s’assurer que la donnée importée correspond bien à la période sélectionnée au moment de l’importation.

Si l’un des autres boutons ronds que Référence est activé, la liste de gauche propose l’ensemble des rubriques susceptibles d’être importées.

  • Cliquez le bouton Met>> pour inclure la rubrique sélectionnée dans la liste des rubriques traitées.
  • Cliquez le bouton <<Enlève pour sortir la rubrique sélectionnée de la liste.
  • Utilisez les boutons Monte et Descend pour modifier l’ordre des rubriques dans la liste.
  • Si l’une des colonnes du fichier importé doit être ignorée, même si elle contient une valeur, utilisez le bouton Ignore la colonne.

S’il y a lieu, vous pouvez importer le Déterminant et/ou le Coefficient des rubriques. La Valeur des rubriques sera calculée selon la formule adéquate, comme si vous aviez introduit le Déterminant et/ou le Coefficient au clavier lors de la saisie du salaire. Si vous importez, par exemple, le nombre d’heures travaillées – @Coef:Heures travaillées le salaire horaire sera calculé selon le salaire horaire de base tel qu’il est déterminé dans la fiche de l’employé. Si vous importez @Déterm :Salaire horaire et @Coef:Heures travaillées, le salaire horaire sera calculé en fonction du déterminant et du coefficient importés. Les éléments importés sont marqués d’un astérisque.

Vous pouvez aussi forcer la valeur d’une rubrique. Dans notre exemple, en important @Ind:Salaire horaire, le calcul Déterminant * Coefficient ne se fera pas, c’est le montant importé qui fera foi, comme si vous l’aviez entré au clavier lors de la saisie du salaire du mois. Les résultats des calculs dont la valeur est importée ne sont pas vérifiés, les éléments importés sont traités tels quels.

Le calcul des rubriques non importées se fait automatiquement, comme lorsque vous traitez un salaire manuellement.

Déterminez sous Séparateur de champs le caractère de séparation des valeurs dans le fichier importé. Il peut s’agir d’un tabulateur, un point-virgule, une virgule, une barre oblique arrière ou un tabulateur vertical.

Il faut également spécifier à partir de quelle ligne le fichier importé comporte des données. Par exemple, il se peut que la première ligne contienne le nom de rubriques.

Le nom du fichier à ouvrir peut être défini par le calcul édité en cliquant Nom du fichier… Ce fichier sera proposé automatiquement lorsque vous ouvrez le dialogue d’importation.

Vous pouvez également inclure le nom donné au fichier renommé. Par exemple, si le calcul contient :

« Salaires-import.txt|Salaires-traités.old »

Salaires-import.txt sera proposé automatiquement, et sera renommé en Salaires-traités.old après traitement.

Utilisez les boutons Exporter / Importer le modèle pour exporter une définition d’un fichier et l’importer tel quel dans un autre fichier. L’extension des fichiers de définition d’exportation est .IFSX

20.5Exporter des données

Utilisez la commande Employés – Exporter pour exporter les données des employés, de l’employeur et des salaires dans le presse-papiers ou un fichier afin de faire un traitement ultérieur dans un tableur ou dans un éditeur de texte.

Crésus Salaires est livré avec 6 modèles d’exportation prédéfinis pour lesquels vous pouvez choisir la période et/ou le groupe d’employés concernés :

  • Adresse : uniquement l’adresse de l’employé par exemple pour faire des étiquettes ou du courier personnalisé.
  • Adresse étendue : numéro d’employé, adresse de l’employé et numéros de téléphone
  • Tableau salaires bruts / salaires payés / salaires versés : tableaux récapitulatifs des montants pour toute l’année.
  • AVS simple : N° AVS, Nom et prénom, Salaire AVS, Année courante, Date d’entrée, Date de sortie, N° d’affilié de l’entreprise.

Vous pouvez choisir d’exporter la liste dans le presse-papier afin de le copier manuellement dans un texte, un tableur ou n’importe quel document. Ou alors vous définissez le nom du fichier et le dossier dans lequel celui-ci sera exporté.

  • L’option Copie le chemin d’accès au fichier dans le presse-papiers sert à récupérer le chemin afin de le coller ailleurs, par exemple dans l’explorateur Windows, ou dans le dialogue Ouvrir de l’application utilisée.
  • L’option Remplace un fichier existant écrase le fichier précédemment créé par la nouvelle exportation s’il existe déjà un fichier portant le nom donné.
  • En utilisant l’option Mémorise le nom du fichier, Crésus propose automatiquement de créer un fichier du même nom.
  • Cliquez le bouton Modes pour accéder à certains choix pour le format du fichier exporté.
20.5.1Créer un masque d’exportation

Si vous utilisez une version LARGO ou supérieure de Crésus Salaires vous pouvez créer, modifier, renommer et supprimer des modèles d’exportation selon vos besoins grâce aux boutons correspondants. Les explications qui suivent ne s’appliquent pas aux versions PRO ou PE de Crésus Salaires.

En mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié), cliquez le bouton Créer pour créer un nouveau modèle d’exportation ou le bouton Dupliquer pour créer une copie du modèle sélectionné.

Utilisez le dialogue suivant pour définir le contenu et la mise en forme des éléments à exporter.

Après avoir défini le nom du modèle, il convient de préciser son format.

  • Format texte, par lignes : le fichier sera composé d’éléments de longueur variable, séparés par le caractère choisi dans la liste. Le séparateur peut également être précisé élément par élément.
  • Format texte, par colonnes : le fichier sera composé d’éléments de longueur variable, chaque élément sur une ligne séparée.
  • Vous pouvez choisir d’exporter en 1ère ligne le nom des rubriques exportées, et de mettre les chaînes de caractères entre guillemets ou non.
  • Format à champs fixes : le fichier sera composé d’éléments de longueur fixe, dont la longueur sera spécifiée pour chaque rubrique ou calcul, séparés par le caractère choisi dans la liste (qui peut également être précisé élément par élément). Chaque champ pourra être aligné selon les besoins.
  • Le Nom du fichier peut être donné par calcul. Si ce calcul est vide, Crésus demande de saisir le nom à chaque exportation.

Tous les éléments exportables sont listés dans la colonne de gauche. Pour chercher un élément dans cette colonne, vous pouvez taper une partie de son libellé dans la case contient. Crésus réduit la liste aux éléments correspondants à ce critère.

Vous pouvez affiner le choix en sélectionnant le type d’information cherché : cochez les cases correspondantes dans la marge gauche du dialogue.

Utilisez les boutons Met>> et <<Enlève pour ajouter ou supprimer des rubriques dans la liste de droite. Ce sont les éléments de cette liste qui seront pris en compte pour l’exportation.

  • Le séparateur entre les champs sera par défaut celui défini dans la liste déroulante Séparateur de champ, mais il peut également être propre à chaque rubrique ou bloc selon ce qui est introduit dans la case Séparateur fin.

Le séparateur peut être composé de plusieurs caractères.Entrez \t si le séparateur doit être un tabulateur.Entrez \n si le séparateur doit être un retour à la ligne.

  • Les boutons Monte et Descend modifient l’ordre des éléments dans la liste : sélectionnez l’élément à déplacer dans la liste, puis cliquez le bouton.
  • Cliquez le bouton Ajoute un calcul pour insérer un calcul dans l’exportation, à la place d’une rubrique. L’éditeur de calculs est décrit au §31 L’éditeur de calculs.

Les blocs permettent de spécifier des groupes d’éléments à exporter.

  • Cliquez le bouton Ajoute un bloc pour définir un nouveau bloc sous la ligne actuellement sélectionnée. Pour créer un bloc à l’intérieur d’un bloc existant, le curseur doit être sur un des éléments du bloc existant.

Pour faciliter la lecture du script, il est recommandé de donner un nom explicite aux blocs. Plusieurs blocs peuvent être imbriqués les uns dans les autres.

Utilisez la liste déroulante associée au bloc pour préciser si les éléments exportés dans le bloc doivent l’être pour une ou plusieurs occurrences. On peut spécifier si les opérations d’un bloc doivent être effectués une seule fois, cumulés ou répétés, pour l’ensemble des employés, pour chaque employé ou groupe d’employés, pour chaque mois ou l’année entière.

L’exportation des lignes du bloc peut être soumis à un calcul conditionnel : sélectionnez le début du bloc et cliquez le bouton Calcul (§31 L’éditeur de calculs).

Utilisez les boutons Exporter / Importer le modèle pour exporter un modèle et l’importer dans un autre fichier. L’extension des fichiers de définition est .IESX.

Le dialogue suivant montre comment définir l’exportation de la récapitulation annuelle des remboursements de km.

  • Le taux de remboursement des km privés est une donnée fixe pour l’entreprise, il n’est pas nécessaire de le répéter pour chaque employé, ni pour chaque mois. Par contre, on doit effectivement exporter pour chaque employé et chaque mois le nombre de km et le montant du remboursement.

  • La première ligne du modèle exporte un libellé : c’est un calcul dont le contenu est « Montant unitaire :  »  (§31 L’éditeur de calculs)
  • La 2e ligne exporte le taux unitaire.
  • La 3e ligne marque le début du bloc « Employé » à répéter pour chaque employé.

  • Ce bloc contient le prénom et le nom de chaque employé, puis un 2e bloc « Remboursements », répété pour chaque mois et qui contient le nombre de km et le montant du remboursement.
  • Le séparateur fin du nombre de km est « km = »

Ainsi, on obtient pour chaque mois une information du genre 123.00 km = 92.25

Montant unitaire : 0.75
AUMOIS Bernard 123.00 km = 92.25 427.00 km = 320.25 81.00 km = 60.75
DUPONT Jacques 45.00 km = 33.75 40.00 km = 30.00
SCHMIDT Laurie 412.00 km = 309.00 75.00 km = 56.25 117.00 km = 87.75
20.5.2Les opérateurs spéciaux TOTEMPLOYESCSV() et TOTANNEECSV()

Dans une exportation, les totalisateurs TOTEMPLOYESCSV() et TOTANNEECSV() permettent de cumuler les valeurs des lignes dont le critère défini est identique.

TOTEMPLOYESCSV(critère ; colonne 1 ; colonne 2 ; … ; colonne n)

Si le critère est une chaîne vide ou un nombre inférieur à 1, l’employé courant est ignoré.

Par exemple :

TOTEMPLOYESCSV(@Brut:Montant versé>2500

; @Ind:Salaire mensuel

; @Ind:Salaire horaire)

retourne dans 2 colonnes séparées le total du salaire mensuel et le total du salaire horaire versé à tous les employés dont le montant versé est supérieur 2’500.– ce mois.

Les modes facultatifs « + » et « − » permettent de générer un tableau en plusieurs étapes :

  • Les « + » génèrent le contenu dans la mémoire, en cumulant les lignes dont le critère est identique.
  • Le « − » retourne le contenu de la mémoire dans un tableau, en classant les lignes d’après le critère.

TOTEMPLOYESCSV(« + » ; @Donnée:Nom du groupe ; @Ind:Salaire mensuel)

TOTEMPLOYESCSV(« -« )

  • La 1ère passe génère les lignes en mémoire, en cumulant le salaire mensuel des employés de chaque groupe.
  • La 2ème passe retourne le tableau en le classant d’après le nom des groupes.
  • Le tableau est classé par ordre croissant de critère.

On peut choisir le séparateur à utiliser pour les colonnes et les lignes :

TOTEMPLOYESCSV(« – » ; « \t » ; « \r\n »)

retourne le tableau en séparant les colonnes par un tabulateur et les lignes par un « return ».

Exemple :

Dans une boucle « répété pour chaque indemnité », en utilisant les appels spéciaux COMPTA() et SPECIALOP() décrits au §31 L’éditeur de calculs :

TOTEMPLOYESCSV(« + » ; COMPTA(;1)+ »/ »+COMPTA(;2)+ »/ »+COMPTA(;3)

; COMPTA(;1) ; COMPTA(;2) ; COMPTA(3) ; SPECIALOP(91))

TOTEMPLOYESCSV(« -« )

génère un tableau de 4 colonnes, Cpte débit ; Cpte crédit ; Libellé ; Montant avec 1 ligne par indemnité, les colonnes étant séparées par un point-virgule. Les lignes dont le compte débit, compte crédit et libellé sont identiques sont cumulées.

Si la fonction est utilisée dans une exportation, le caractère FINLIGNE() est filtré. Il faut le remplacer par un CODECAR(1) pour que le résultat final soit avec un saut de ligne. La 2ème passe devient donc TOTEMPLOYESCSV(« – » ; « ; » ; CODECAR(1))

Pour obtenir un export tabulé :

TOTEMPLOYESCSV(« – » ; « \t » ; CODECAR(1))

Les mêmes explications s’appliquent au totalisateur TOTANNEECSV() :

 

TOTANNEECSV(« 1 » ; @Déd:Cotisation AC ; @Déd:Cotisation LPP)

retourne dans 2 colonnes séparées le total annuel des cotisation AC et LPP de l’employé courant.

TOTEMPLOYES(TOTANNEECSV(« 1 » ; @Déd:Cotisation AC ; @Déd:Cotisation LPP))

retourne dans 2 colonnes séparées le total annuel des cotisation AC et LPP de tous les employés.

TOTEMPLOYES(TOTANNEECSV(@Donnée :Nom de l’employé

; @Déd:Cotisation AC

; @Déd:Cotisation LPP

)

)

retourne un tableau 2 colonnes séparées le total annuel des cotisation AC et LPP de chaque employé, classés par ordre alphabétique du nom.

S’il y a plusieurs employés avec le même nom de famille, ils seront cumulés. Il est alors préférable de traiter (également) le numéro de l’employé.

21.1Dossier de travail

Cette option est disponible en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié). Vous pouvez choisir le dossier utilisé par défaut par Crésus Salaires pour l’ouverture ou la création d’un nouveau fichier. Ce choix ne dépend pas du fichier couramment ouvert.

Spécifiez également le dossier où doivent se faire les sauvegardes automatiques (fichiers Autosave). Par défaut, ces fichiers sont enregistrés dans un dossier .sav dans le même dossier que le fichier salaires.

Si les données sont accédées depuis plusieurs postes de travail, il est important que les autosave soient enregistrés dans le même dossier depuis tous les postes.

21.2Définitions

Ce dialogue est accessible en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié).

Activez l’exportation Swissdec et OFSTAT pour pouvoir utiliser ces fonctionnalités.

La norme Swissdec exige que tous les salaires d’une année soient générés de la même manière. Il n’est donc pas possible d’activer le mode Swissdec en cours d’année, à moins de supprimer tous les salaires existants.

Dans certains cas, il peut être nécessaire de différencier la base AC et/ou la base pour la contribution professionnelle de la base AVS. Il suffit alors de désactiver la case à cocher correspondante.

Par défaut, Crésus affiche un cadenas à côté des salaires bloqués, et 3 pièces de monnaie à côté des salaires comptabilisés. Désactivez l’option Affiche les icônes pour les cacher.

  • Enregistre toujours le fichier sans demander confirmation : dans ce mode, lorsque vous quittez Crésus Salaires, le fichier est automatiquement enregistré sur le disque.
  • Paiements en format ISO : les logiciels Crésus permettent de produire des fichiers OPAE ou DTA (§5 Paiements par DTA et/ou OPAE) au format international XML ISO 20022, connu sous le nom de « pain 001 ». L’activation de cette option vous oblige à choisir un dossier pour la dépose des fichiers générés.

21.3Messages

Les principales nouveautés et modifications apportées au logiciel sont consignées dans des messages qui sont affichés à l’ouverture du fichier. Il est possible de relire ici ces messages en tout temps.

21.4Outils Swissdec

Cette commande ouvre le dialogue du transmetteur. Pour une description complète, reportez-vous au §22 Swissdec de ce site.

21.5Affichage

Les autres commandes du menu Options permettent d’activer ou de désactiver certains éléments de l’affichage, en particulier :

  • Palette d’objets : en mode de dessin, montre ou cache la palette d’objets
  • Règles : en mode de dessin, montre ou cache les règles millimétriques
  • Grille : en mode de dessin, active ou désactive la grille magnétique
  • Réglages grille : en mode de dessin, permet de choisir le pas de la grille magnétique
  • Police pour l’écran : permet de choisir la police utilisée pour le tableau général

21.6Mode complet, mode simplifié

Crésus Salaires propose les 2 modes de travail simplifié ou complet.

En mode simplifié, on peut traiter les salaires et les données principales, mais plusieurs fonctions avancées sont masquées.

Il est nécessaire de passer en mode complet pour pouvoir paramétrer le logiciel et accéder aux fonctions avancées. Le mode complet peut être protégé par un mot de passe (§19.16 Mots de passe).

Le mode de travail est affiché dans la barre de titre :

Pour passer d’un mode de travail à l’autre, utilisez la commande Options > Mode complet ou Options > Mode simplifié. Le raccourci-clavier Ctrl+Y bascule d’un mode à l’autre.

Par défaut, un fichier s’ouvre en mode simplifié.

22Swissdec

L’association Swissdec réunit la Suva, l’organisation eAVS/AI, l’Association Suisse d’Assurances ASA, l’Office Fédéral de la Statistique OFS, la Conférence suisse des impôts et des développeurs de logiciels salariaux. Son but est d’uniformiser le traitement des données salariales et de fournir une plate-forme d’échange pour la transmission informatisée de ces données. Swissdec est également un label de qualité pour les systèmes de comptabilité salariale.

Crésus Salaires a été certifié conforme à la norme salariale suisse ELM 4.0 en date du 12 décembre 2013, il a été re-certifié le 8 novembre 2017.

Le concept de Swissdec

La procédure unifiée de communication des salaires (ELM) permet à l’utilisateur d’envoyer par Internet toutes les données pour les différentes caisses sociales, assurances et administrations cantonales des impôts au répartiteur Swissdec, qui extrait les informations relatives à chaque partenaire et les transmet aux destinataires concernés. La transmission des fichiers utilise une connexion sécurisée.

Vous trouverez la liste complète des organismes à même de recevoir les données par voie électronique sur le site www.swissdec.ch, sous Destinataires des données salariales.

Pour que l’exportation soit possible, il est indispensable d’avoir complété les identifications de l’entreprise dans l’onglet Numéros de l’entreprise (commande Entreprise – Identité) ainsi que le numéro d’assureur, votre numéro de client et numéro de contrat pour chaque assurance (commande Entreprise – Assurances) ou encore votre numéro DPI si vous transmettez les décomptes d’impôt à la source aux ACI concernées (commande Entreprise – Impôt à la source).

L’envoi des décomptes finaux ne peut se faire que lorsque tous les salaires de l’année ont été calculés et ne changeront plus. Crésus ne permet l’envoi des données finales que lorsque l’on a confirmé que les salaires sont définitifs.

Le processus Swissdec est le suivant :

  • Quel que soit le décompte à émettre, Crésus génère un fichier, puis le parcourt et signale les éventuelles erreurs XML. Il s’agit d’erreurs que Crésus ne peut pas détecter avant la génération du fichier, et leur interprétation peut être parfois difficile. Dans la mesure du possible, le rapport indique l’élément ou l’employé concerné dans le dialogue.
  • S’il n’y a pas d’erreurs qui en interdisent l’envoi, le fichier est crypté et transmis au répartiteur Swissdec via une connexion sécurisée.
  • Le répartiteur fait suivre les dossiers aux destinataires finaux. Il peut y avoir plusieurs destinataires pour un même type de dossier, par exemple plusieurs ACI pour la transmission du décompte mensuel des impôts à la source.
  • L’état des dossiers transmis est affiché dans la fenêtre de transmission de Crésus.
  • Dans certains cas, il est nécessaire de valider l’envoi des données directement auprès du destinataire. Un lien permet de se connecter au portail de la caisse concernée.
  • Selon le type de dossier, une réponse peut être fournie par le destinataire via la plate-forme Swissdec. Crésus interroge la plate-forme et affiche un avertissement lorsqu’une réponse e

22.1Les outils Swissdec

Les outils Swissdec doivent être activés :

  • Passez en mode complet (commande Options – Mode complet).
  • Ouvrez le dialogue des définitions (commande Options – Définitions).
  • Cochez l’option Utilise l’exportation Swissdec.

  • Selon vos besoins, cochez les options Utilise l’exportation Swissdec pour l’OFS et/ou les impôts à la source. Ces 2 modes nécessitent l’introduction de données particulières et imposent certaines contraintes. N’activez l’option que si vous souhaitez exporter les données par Swissdec.
  • Activez l’option Utilise le mode EIV pour les certificats de salaires et l’OFS si vous préférez préparer les fichiers hors ligne et les transmettre manuellement plutôt que de passer par la plate-forme Swissdec comme décrit plus loin.

L’exportation ISeL ne concerne que l’ACI de Genève et ne s’utilise que pour la transmission finale de la LR. Il s’agit d’une extension séparée obsolète car l’exportation Swissdec est suffisante.

Cliquez sur l’icône  Interface Swissdec ou utilisez la commande Fenêtre – Interface avec Swissdec pour afficher les outils Swissdec.

22.1.1Modes de transmission
Le mode PIV

Le mode principal de transmission des données consiste à utiliser la passerelle Swissdec en ligne : Crésus Salaires prépare un dossier qu’il crypte et envoie directement par Internet à une plate-forme qui transmet les données aux destinataires.

Le mode EIV crypté

Si votre machine n’est pas reliée à Internet ou si vous préférez travailler en mode déconnecté et que le destinataire des données est relié à la plate-forme Swissdec, il est possible de préparer un fichier crypté enregistré localement. Une connexion manuelle à la plate-forme Swissdec permet ensuite l’upload des données depuis une autre machine.

Le mode EIV n’est pas disponible pour les annonces d’entrée/sortie AVS, ni pour les annonces LLP ou les décomptes IS, car celles-ci nécessitent un dialogue direct de Crésus Salaires avec Swissdec.

Le mode EIV non crypté

Certaines caisses AVS ou CAF ne sont pas connectées à la plate-forme Swissdec et ne peuvent pas recevoir les données via le canal sécurisé, mais savent tout de même lire le format du fichier XML. On peut donc préparer et enregistrer localement le fichier de données, puis le transmettre manuellement au destinataire sur le portail de la caisse.

22.1.2Mode pause / mode travail

Le transmetteur de Crésus Salaires peut passer en « mode pause », notamment si vous avez restitué un fichier (par ex. en cas d’échange entre la fiduciaire et son client). Dans ce mode, vous pouvez sans autre consulter l’historique des transmissions.

Pour passer au « mode actif » cliquez sur l’icône Activer.

22.1.3Vérification de la connectivité

À chaque utilisation, Crésus Salaires vérifie s’il y a une connexion internet et si l’horloge de votre machine est synchrone avec l’heure universelle. Si ce n’est pas le cas, il affiche un avertissement. Le serveur de la plate-forme Swissdec requiert que l’horloge de votre machine soit à l’heure.

Avant de procéder au premier export, assurez-vous que votre machine puisse atteindre le répartiteur Swissdec par Internet. Au bas de la fenêtre, cliquez sur le bouton Réglages.

Sélectionnez l’option Test de connexion pour tester la connexion avec le site Swissdec.
Dans le dialogue de test, cliquez sur le bouton Tester.

Le résultat s’affiche dans le dialogue.

Répétez l’opération pour le Test d’interopérabilité. Le résultat affiche plus d’informations.
Le résultat du test doit être Succès, faute de quoi les échanges via Swissdec ne seront pas possibles. En cas d’erreur, prenez contact avec notre assistance technique.

22.1.4Vérification des données

Lors du lancement des outils Swissdec, Crésus procède à une vérification des données d’entreprise et des employés.

C:\Users\David\AppData\Local\Temp\SNAGHTML6cb61cc.PNG

En cas d’erreurs, Crésus le signale.

Cliquez sur l’icône Informations pour obtenir les détails :

Certaines erreurs peuvent empêcher la génération du fichier Swissdec et seront répertoriées dans une section « obligatoire ».

La commande EntrepriseContrôle des données permet de lancer cette vérification à tout moment.

22.1.5Mode de travail

Crésus propose de travailler en mode réel ou en mode test :

Cliquez sur l’onglet pour passer d’un mode à l’autre.

En mode réel, les données seront traitées par le destinataire, sous réserve de la libération des données décrite plus loin.

En mode test, les données sont envoyées jusqu’au destinataire final, qui les ignore.

Nous vous conseillons de faire quelques essais avant de passer en mode réel.

22.2Le processus normal

Cette section présente le fonctionnement usuel de l’interface Swissdec.

22.2.1Transmettre le décompte

Tous les décomptes transmissibles sont affichés dans la fenêtre. Ceux dont les données ne permettent pas l’envoi sont cachés.

En mode réel, les décomptes finaux ne sont proposés que lorsqu’on a coché la case Tous les salaires de l’année sont complets et définitifs au bas de l’écran.

Sélectionnez le type d’exportation voulu, Crésus propose les éléments à traiter (ici une annonce pour l’AVS) :

Cliquez sur l’icône Détails pour afficher un aperçu des données qui seront traitées.

Cliquez sur l’icône Envoyer pour transmettre le dossier.
L’icône animée indique que la transmission est en cours.

 

22.2.2Libérer le dossier

Pour qu’un dossier entre en traitement chez le destinataire, il doit être libéré. C’est une étape qui est automatique ou manuelle selon le destinataire.

Lorsque le processus l’exige, Crésus affiche cette icône sur laquelle il suffit de cliquer pour atteindre le portail concerné. Il faut alors suivre les indications qui sont propres à chaque caisse ou assureur.

Le délai pour valider le dépôt d’un décompte est souvent très court, ne tardez pas.

Si le destinataire utilise la version 3 d’ELM, Crésus ne peut pas savoir si la libération a été faite. Il faut alors valider vous-même le dialogue qui demande si vous avez libéré les données.

22.2.3Dossier en attente

Le traitement du dossier implique parfois un délai chez le destinataire.

Dans ce cas, Crésus affiche ce pictogramme et fournit un un délai estimé
22.2.4Télécharger la réponse

Le destinataire peut mettre à disposition une réponse à la suite du dépôt d’un dossier.

Il peut s’agir d’une simple quittance (ACI auxquelles on a envoyé un décompte d’impôt à la source), d’un document à imprimer et remettre à l’employé (annonce à la caisse AVS d’une entrée), ou d’un fichier contenant des informations et données qu’il s’agira de remonter dans la base de données (caisses LPP).

Le système interroge régulièrement la plate-forme Swissdec pour savoir si une réponse est disponible. Dès que c’est le cas, le fichier est automatiquement téléchargé sur votre machine.

Avant l’intégration, l’icône Détails montre les données transmises, après l’intégration, elle montre la réponse.
Si la réponse contient un message particulier, l’icône Attention remplace Détails.
22.2.5Une réponse est disponible

À l’ouverture du fichier, Crésus vérifie si des réponses ont été fournies et sont en attente de traitement. Le cas échéant, il affiche ce dialogue :

 

22.2.6Intégrer la réponse

Lorsque la réponse à un dossier doit être traitée, l’icône Intégrer s’affiche.

Cliquez sur l’icône : la réponse peut contenir des données qui devront être mises à jour dans votre fichier.

Dans ce cas, le processus affiche un dialogue qui présente les données de votre fichier en les comparant aux données contenues dans la réponse.

Le cas échéant, Crésus affiche un dialogue dont l’entête signale les différences à traiter, comme ici pour la réponse reçue de l’ACI Vaud après une annonce d’impôts à la source.

Les messages précédés de l’icône  sont des informations.

Les messages affichés en jaune  sont des avertissements concernant des conflits qui doivent être traités dans les données des employés.

En parcourant la liste, les conflits sont affichés en rouge dans leur contexte.

Les éléments mis en évidence en rouge sont des conflits entre les valeurs actuellement enregistrées dans votre fichier (colonne Crésus) et les valeurs retournées par l’administration (colonne Réponse reçue). Il s’agit de sélectionner la valeur que vous choisissez de conserver, qui s’affiche alors dans la colonne À utiliser.

Les cases à cocher signalent les ambiguïtés relevées. Si la case est cochée, on a opté pour passer à la valeur reçue, sinon, on a opté pour conserver la valeur actuelle.

Les messages affichés en rouge mettent en évidence les divergences non résolues.

Pour choisir la valeur à utiliser, on peut cliquer pour activer ou désactiver la case à cocher, ou cliquer directement sur la valeur choisie.

Lorsque toutes les ambiguïtés ont été levées, vous pouvez cliquer sur le bouton OK, ce qui modifie les données des employés dans le fichier Crésus en fonction des choix effectués.

 

22.2.7Fin du processus

Après la réception et l’éventuelle intégration de la réponse, l’état du dossier passe à Fini.

22.3Situations spéciales

Messages d’erreur

Il peut arriver que le processus affiche un message d’erreur concernant le dossier transmis.

Si l’erreur est détectée par Crésus au moment de l’envoi, une icône le met en évidence. Alors, le dossier n’est pas transmis au distributeur Swissdec. Le dialogue permet de localiser l’erreur, bien que le contenu soit parfois difficile à comprendre.

Dans le cas présent, l’employé a été rattaché à la même assurance LPP et LPP complémentaire.

Si c’est la plate-forme ou le destinataire qui retourne une erreur, l’icône s’affiche sans dialogue. Un survol de la souris fait apparaître le message dans une bulle d’aide.

Ici, la caisse AVS n° 333.000 ne peut pas recevoir de données par Swissdec.

Cliquez sur l’icône Erreur pour réafficher l’erreur signalée pendant le processus.

Renvoyer un dossier en cas d’erreur
   Si la transmission s’est mal passée, vous devrez renvoyer le dossier après avoir corrigé la source de l’erreur.
Substituer un dossier
L’icône pour substituer un dossier s’affiche si des données ont été modifiées depuis l’envoi du dossier. En cas de nécessité, et après avoir obtenu l’accord du destinataire, on peut utiliser cliquer sur cette icône pour faire une nouvelle transmission qui remplace l’envoi précédent.
Forcer le renvoi d’un dossier
Il est possible de faire une nouvelle transmission d’un dossier à l’état Fini.Pour renvoyer un dossier sans changement, cliquez sur l’icône Fini. Le décompte est envoyé avec les mêmes données que l’envoi précédent. Pour provoquer l’envoi du dossier avec de nouvelles données, maintenez la touche Ctrl pressée et cliquez sur l’icône Fini.

22.4L’état du dossier

Pendant tout le processus d’envoi et de réception, une barre d’avancement est affichée sous le dossier en traitement :

Chaque segment représente une étape de l’avancement :

  1. Dossier en cours d’envoi.
  2. Dossier en attente de libération.
  3. Dossier en cours de traitement, cet état peut durer plusieurs jours.
  4. Réponse téléchargée en attente d’intégration.
  5. Traitement terminé.

22.5Les impôts à la source

Les employés soumis à l’impôt à la source doivent figurer dans chaque décompte jusqu’à la fin de l’année. Il est donc nécessaire de générer le salaire de décembre de tous les employés soumis, même s’ils ne touchent pas de salaire. Ce dernier salaire de l’année peut par ailleurs générer des corrections rétroactives d’impôt à la source.

De même, si vous complétez la date de sortie d’un employé après avoir transmis le décompte, il faut générer un salaire après sortie pour que la sortie de l’employé soit annoncée à l’ACI lors de la prochaine transmission.

Transmission des données

Les données doivent être transmises aux ACI chaque mois, même pour les cantons ne tenant compte que des totaux annuels.

On ne pourra pas calculer les salaires d’un mois si les salaires précédents n’ont pas été transmis.

Crésus exige que la case Tous les salaires du mois sont complets et définitifs soit cochée avant de proposer l’envoi des données aux ACI.

Procédez à l’envoi des listes récapitulatives proposées.

Le dialogue suivant affiche la liste des employés concernés et les événements liés :

Réponse à intégrer
  L’ACI met à disposition un fichier réponse, qui est téléchargé selon le processus décrit ci-dessus. Il s’agit d’une quittance avec les montants annoncés et validés par l’ACI.

Depuis septembre 2016, l’ACI vaudoise retourne un fichier de réponse complet qui doit être intégré comme décrit au §22.2.6 Intégrer la réponse. Il y a un délai de quelques jours entre l’envoi du dossier et le retour de la réponse de l’ACI.

L’impression de la réponse propose un document avec cette quittance ainsi que l’état des montants annoncés et corrigés pour les mois précédents.

S’il y a plusieurs quittances, chaque dossier est affiché avec un bouton Détails individuel.

Si la réponse contient des corrections à apporter au fichier, Crésus affiche un tableau comparatif avec les valeurs proposées par l’administration dans la colonne Valeur reçue et celles de votre fichier Salaires dans la colonne Valeur actuelle.

Il s’agit de choisir chaque valeur à conserver. Cliquez sur la valeur voulue, elle s’affiche dans la colonne Valeur à utiliser (voir le §22.2.6 Intégrer la réponse).

Lorsque toutes les valeurs ont été sélectionnées, cliquez sur le bouton Importer pour les intégrer directement dans le fichier Crésus.

Corrections rétroactives

Le fichier transmis peut contenir des corrections rétroactives pour les mois précédents (pour l’année courante uniquement).

Exemple :

  • Le salaire de février a été établi avec un code d’impôt B1 alors qu’il aurait dû l’être avec le code B2.
  • L’utilisateur change le code dans les données de l’employé, en signalant que le changement de barème IS doit s’appliquer dès le 1er mai.

La bulle d’information signale que l’effet sera effectif à la date spécifiée :

Le salaire suivant inclut la correction :

La correction apparaît sur le bulletin de salaire, accompagnée d’une justification. Il est possible que la correction rétroactive touche plusieurs cantons.

Les corrections rétroactives ne sont possibles que pour l’année courante. Les salaires de décembre de l’année précédente ne peuvent pas être corrigés avec les salaires déclarés en janvier de l’année courante. En cas de nécessité, ouvrez votre fichier de l’année précédente et transmettez un décompte de substitution pour le mois de décembre.

22.6Mutations AVS

Transmission des données

Les entrées et sorties d’employés peuvent être communiquées à la caisse AVS concernée par le biais de Swissdec :

Réponse à intégrer

La caisse traite les données annoncées et met à disposition un fichier de réponse à intégrer.

Dans le cas de l’annonce d’un nouvel employé, l’employeur doit imprimer une Preuve d’assurance AVS, dont le contenu est retourné dans la réponse à intégrer.

Après avoir intégré les réponses, cliquez sur l’icône Détails pour afficher les PDF qu’il faudra imprimer et fournir aux employés concernés.

22.7Transfert des données pour la LPP

Le mécanisme permet un échange en deux temps avec la caisse LPP :

L’annonce des employés

Cette opération peut être faite dans le fichier de l’année courante avant l’ouverture de la nouvelle année, ou directement dans le fichier de la nouvelle année. Elle permet de vérifier la concordance de la liste des affiliés.

  • La comptabilité salariale envoie la liste des employés à la caisse.
  • La caisse vérifie que les données fournies correspondent aux données enregistrées chez elle et retourne le résultat de la vérification (réponse à télécharger).
  • Les données retournées sont comparées aux données actuelles, les corrections sont apportées selon les cas.
La demande des primes à prélever

Cette opération sert à obtenir de la caisse les cotisations mensuelles à retenir. Comme elle modifie les montants des retenues LPP fixes dans les données des employés, elle doit se faire dans le fichier de la nouvelle année, après avoir adapté les données des employés.

  • La comptabilité salariale envoie la liste des salaires prévus à la caisse, qui retourne un fichier avec les montants à prélever.
  • La comptabilité salariale intègre ces montants.
Annoncer les données des employés pour la LPP

Certaines caisses LPP ont des entités comptables séparées, définies sous Enterprise – Assurances – LPP. Dans ce cas, chaque entité est traitée séparément.

Cliquez sur l’icône Détails pour afficher la liste des employés qui seront annoncés.

Lorsque vous procédez à l’envoi, la liste des employés annoncés est affichée pour confirmation.

Réponse à intégrer

Le fichier réponse met en évidence les divergences de données personnelles selon le processus décrit au §22.2.6 Intégrer la réponse.

Lorsque toutes les ambiguïtés ont été levées, cliquez sur le bouton Importer, ce qui modifie les données des employés en fonction des choix effectués.

Demander les cotisations pour la LPP

Cliquez sur l’icône Détails pour afficher la liste des employés qui seront annoncés.

Lorsque vous cliquez sur Envoyer, Crésus affiche un dialogue dans lequel vous pouvez consulter et modifier les salaires annoncés :

Salaire à annoncer : Crésus propose un salaire calculé sur la base du salaire annuel total soumis à la LPP. Dans le cas d’un employé salarié à l’heure qui rejoint l’entreprise cette année, ce montant est à zéro.

L’annualisation prend en compte toutes les rubriques affectées à la base LPP, en considérant les coches rubrique prévisionnelle ou montant annuel unique (voir la définition des rubriques dans le manuel d’utilisation) :

  • Employé mensualisé :
  • salaire mensuel et autres composants prévisionnels × 12
  • + 13ème salaire et autres montants uniques
  • Employé payé à l’heure / à la journée :
  • salaire horaire * nombre d’heures effectuées l’année précédente
  • + 13ème salaire et autres montants uniques
  • Le nombre d’heures effectuées l’année précédente est ramené à une année entière si la période de travail de l’année précédente est inférieure à 360 jours.

Vous pouvez forcer un montant dans la case Salaire à annoncer.

Cliquez sur le bouton Détails pour accéder à la composition du salaire à annoncer calculé par Crésus :

Détails : affiche les montants pris en compte pour l’estimation. Les onglets Prévisionnel et Rétroactif montrent les rubriques prévisionnelles, respectivement les montants uniques.

Réponse à intégrer

Le fichier réponse contient les cotisations à retenir à chaque employé. Pour chaque ligne mise en évidence en rouge, sélectionnez la valeur que vous voulez affecter à l’employé. Lorsque vous cliquez sur le bouton Importer, le processus met à jour les champs LPP fixe – part employé et part employeur – dans les données des employés, selon le processus décrit au §22.2.6 Intégrer la réponse.

22.8Transmettre les décomptes de fin d’année

En mode réel, les décomptes annuels ne peuvent être transmis que lorsque tous les salaires ont été calculés et sont définitifs. Vous devez donc confirmer que les salaires sont prêts à être transmis en cochant la case au bas de la fenêtre :

Une fois la case cochée, elle ne peut plus être modifiée.

Cette option bloque tous les salaires de l’exercice. En cas de nécessité, vous pouvez passer dans le tableau général et utiliser la commande Employés – Débloquer des salaires, disponible en mode complet.

22.9Répondre à l'enquête de l’OFS

Les années impaires, l’OFS tire au sort un certain nombre d’entreprises qui doivent remplir et renvoyer le questionnaire sur la structure des salaires de l’année précédente. Pour plus d’informations, visitez cette page de l’OFS.

Si votre entreprise a été retenue, vous devez livrer les données avant le 31 mars. N’envoyez pas le décompte si votre entreprise n’a pas été contactée par l’OFS.

Pour activer la transmission par Swissdec du décompte, passez en mode complet, puis dans le dialogue Options > Définitions et cochez l’option

Si votre poste de travail n’a pas d’accès Internet, activez l’option Utilise le mode EIV décrit au §22.1.1 Modes de transmission ci-dessus, qui permet d’envoyer le fichier XML depuis un autre poste de travail.

L’exportation Swissdec nécessite de compléter le Numéro REE dans les données de l’entreprise (Menu Entreprise > Identité, onglet Numéros de l’entreprise), ainsi que les données de l’onglet Statistiques de chaque employé.

Dans la présentation Swissdec de Crésus Salaires, cliquez sur le bouton Envoyer de la section OFS :

Envoyer les données à l’OFS

Crésus envoie les données du questionnaire à l’OFS.

Le nom et le prénom de l’employé sont filtrés par le répartiteur swissdec, l’OFS ne reçoit que les numéros AVS. Les pages récapitulatives avec les genres de salaire ne sont pas transmises à l’OFS.

Quand la transmission est terminée, le bouton Envoyer se transforme en un bouton Libérer.

Libérer les données

Libérer les données

Cliquez sur le bouton Libérer pour libérer les données envoyées à l’OFS. Crésus ouvre alors automatiquement la page correspondante de l’Office Fédéral de la Statistique :

La page de libération de l’OFS

Valider la libération

Pour valider la libération des données transmises, cliquez encore sur le bouton Libérer de la page web de l’OFS, puis retournez à Crésus Salaires. Il affiche désormais que le processus est terminé :

Processus terminé

Pour de plus amples informations, nous vous laissons le soin de vous référer à l’article Participer à l’enquête de l’OFS sur la structure des salaires.

22.10Voir l’historique

L’historique affiche l’ensemble des transmissions qui ont été effectuées pour tous les dossiers. On y trouve la trace de tout ce qui a été traité en mode réel et en mode test.

L’état d’avancement et les boutons décrits ci-dessus s’appliquent aussi ici.

Le même destinataire peut apparaître plusieurs fois dans la liste si on lui a envoyé plusieurs dossiers.

Un dossier qui a été renvoyé sera signalé comme étant Remplacé ou Substitué :

Pour revenir au mode de travail, cliquez sur le bouton

Transmettre un fichier EIV

Lorsqu’on choisit de travailler en mode déconnecté, on prépare un fichier EIV qu’on enregistre localement et qu’on transmet manuellement au destinataire, soit par l’intermédiaire du portail de la plate-forme Swissdec, soit sur le portail de la caisse ou sous forme de pièce jointe ou toute autre forme d’envoi.

Si la caisse utilise les mécanismes Swissdec, il faut générer un fichier EIV crypté. On passera par le portail Swissdec pour téléverser manuellement les données.

Si on passe par le portail de la caisse, ou si on envoie le fichier par tout autre moyen, il faut générer un fichier EIV non crypté.

Le mode de transmission se définit dans les données de l’assurance dans le menu Enterprise – Assurances.

Les outils Swissdec proposent d’enregistrer les données au lieu de les envoyer :

Cliquez le bouton pour enregistrer les données sous le nom et l’emplacement de votre choix. C’est ce fichier qu’il faut ensuite transmettre à la caisse.

Utiliser le portail Swissdec

Pour transmettre via le portail Swissdec le fichier EIV crypté généré comme ci-dessus, ouvrez la page internet suivante :

https://distributor.swissdec.ch/webapps/elm/SalaryDeclaration/20130514/

et suivez les instructions.

L’adresse fournie est valide en septembre 2017, mais pourrait changer sans préavis.

C:\Users\David\AppData\Local\Temp\SNAGHTML1f2532da.PNG

Cette méthode permet de transmettre les données, mais pas de recevoir les réponses.

Utiliser le portail d’une caisse

Reportez-vous aux indications fournies par votre caisse pour la transmission du fichier EIV non crypté généré comme ci-dessus.

23Crésus Partout

Crésus Partout pour Crésus Salaires permet aux collaborateurs de modifier leurs données personnelles par Internet. Ce service est disponible dans toutes les versions de Crésus Salaires sous contrat : il suffit de faire une demande d’activation auprès d’Epsitec SA.

23.1Fonctions de Crésus Partout

La maintenance des données personnelles représente une tâche lourde pour le responsable des RH, sans parler de la difficulté d’obtenir les données nécessaires.

Crésus Partout permet d’envoyer les données personnelles des collaborateurs dans le cloud, où chacun peut accéder à sa fiche et y apporter des modifications. Le mécanisme de synchronisation de Crésus Salaires détecte l’existence de modifications dans la base distante et propose à l’administrateur du fichier de salaires d’examiner les différences, qu’il peut alors accepter ou refuser.

Avec Crésus Partout :

  • Vous avez accès de manière totalement sécurisée aux données de vos employés, directement depuis Internet, mandat par mandat.
  • Vous choisissez quel collaborateur peut accéder à ses données personnelles.
  • Vous pouvez réintégrer dans Crésus Salaires les saisies faites sur Internet. Mais avant cela, vous devrez valider chaque modification.
  • Vous restez totalement maître de vos données.

Les données sont cryptées et ne peuvent être vues que par l’employé correspondant ou par le responsable RH (la personne qui utilise Crésus Salaires). Les données ne sont jamais stockées en clair; même Epsitec SA ne dispose d’aucun moyen technique pour les décoder.

23.2S'inscrire au service Crésus Partout

Il n’y a pas besoin de s’inscrire au service Crésus Partout il suffit d’avoir un compte client Crésus.

Si vous n’en avez pas, vous pourrez le créer lors de l’activation du service décrit ci-après.

 

23.3Activer Crésus Partout

Dans Crésus Salaires, cliquez l’icône Crésus Partout représentée par un petit nuage :

Barre d’icônes de Crésus Salaires et nuage

Le dialogue vous demande de vous identifier. Complétez-le avec les données reçues en réponse à votre demande d’adhésion au service Crésus Partout :

Saisissez vos identifiants Crésus (les mêmes que ceux que vous utilisez pour vous connecter au site www.cresus.ch) puis cliquez sur Activer Crésus Partout.

Vous pouvez traiter plusieurs mandats avec le même identifiant.
Répétez l’opération pour chaque fichier.

23.4Configurer l’e-mail

Le mécanisme communique les codes d’accès de chaque collaborateur par e-mail. Il faut donc configurer les paramètres sous EntrepriseIdentitéEnvoi par mail :

  • Adresse mail de l’entreprise
    Adresse e-mail de l’émetteur du message, en général la personne responsable de l’établissement des salaires. Si le collaborateur répond à votre message, c’est à cette adresse que vous allez recevoir la réponse.
  • Serveur SMTP pour envoi de mail
    Serveur de courrier sortant. En cas de doute, utilisez le même serveur sortant que votre logiciel de messagerie, par exemple smtpauths.bluewin.ch.
  • Numéro du port
    Numéro du port utilisé pour la communication avec le serveur de courrier sortant. Pour les clients Bluewin par exemple, il faut en général spécifier le port 465. Si rien n’est spécifié, Crésus utilise par défaut le port 25.
  • Authentification: Login (adresse mail)
    Si votre serveur nécessite une authentification supplémentaire, saisir ici le login d’utilisateur. C’est en général votre adresse e-mail principale. Dans ce cas, le mot de passe vous sera demandé lors de l’envoi des mails.
  • Adresse e-mail pour copie carbone (BCC)
    Peut rester vide. Vous pouvez mettre votre adresse ou l’adresse de l’un de vos collaborateurs pour recevoir une copie de l’envoi; l’envoi se fait en copie carbone invisible et n’apparaît pas dans l’en-tête du mail.Ceci permet de garder une copie des mails envoyés, car ceux-ci ne se trouveront pas dans la boîte « Courrier envoyé » de votre messagerie.

23.5Considérations légales

L’usage de l’e-mail pour l’envoi de données sensibles ne devrait être fait qu’avec l’accord explicite du collaborateur, car il tombe sous le coup de la loi sur la protection des données (LPD).

Le collaborateur doit accepter tant la transmission par Internet que l’utilisation de l’adresse e-mail spécifiée pour l’envoi des codes d’accès au service Crésus Partout.

LPD Art. 4 al.5 Lorsque son consentement est requis pour justifier le traitement de données personnelles la concernant, la personne concernée ne consent valablement que si elle exprime sa volonté librement et après avoir été dûment informée. Lorsqu’il s’agit de données sensibles et de profils de la personnalité, son consentement doit être au surplus explicite.

Toutes les messageries ne garantissent pas une transmission sécurisée des données; selon la loi, c’est à l’employeur de s’assurer que le canal de communication utilisé est sûr.

LPD Art. 10a al.2Traitement de données par un tiers : Le mandant doit en particulier s’assurer que le tiers garantit la sécurité des données.

Les données gérées par Crésus Partout sont stockées et transmises de manière chiffrée et entièrement sécurisée ; seul le code d’accès destiné au collaborateur est envoyé par e-mail. Voir également les Conditions générales d’Epsitec SA.

23.6Inviter un nouveau collaborateur à saisir ses données

Lorsque vous engagez un nouveau collaborateur, vous pouvez l’inviter à saisir lui même ses propres données dans Crésus Salaires grâce à Crésus Partout. Il peut ainsi saisir lui même la majorité des informations relatives à sa personne, sa famille ou ses coordonnées bancaires. Naturellement il n’a pas accès à des données telles que le montant du salaire.

Cliquez sur l’icône Crésus Partout et utilisez la fonction Créer un nouvel employé:

Vous pouvez alors choisir son titre puis saisir son nom, prénom et adresse mail comme suit :

Votre mot de passe pour l’envoi de mail vous est alors demandé:

et un message vous confirme l’envoi correct du message

Votre nouveau collaborateur reçoit alors un mail qui comprend notamment un lien pour ouvrir le formulaire à compléter :

Pour accéder à ses données dans le nuage, le collaborateur doit suivre ce lien qui donne accès à la page d’accueil du formulaire sécurisé de Crésus Partout :

Le bouton Accéder à mes données ouvre la première page d’édition du formulaire sécurisé, qui comporte plusieurs écrans.

  • Si un champ est entouré d’un liseré rouge, c’est qu’il s’agit d’une donnée essentielle qui doit impérativement être renseignée.
  • Certains champs sont protégés et ne peuvent pas être modifiés par l’employé.

Si l’employé modifie une donnée (ici le N° d’assurance sociale), il doit cliquer sur le bouton Enregistrer pour valider la modification, respectivement Annuler pour l’invalider.

Pour quitter le formulaire sécurisé, il faut cliquer sur Menu et utiliser l’option Terminer :

L’accès par l’administrateur

Le responsable du fichier peut accéder aux données Crésus Partout en cliquant l’un des boutons dans l’onglet Divers de la fiche de l’employé :

  • L’URL pour Crésus Partout ouvre le formulaire sécurisé de l’employé en mode normal : certains champs ne peuvent pas être modifiés.
  • L’URL manager pour Crésus Partout ouvre le même formulaire en mode administrateur : tous les champs peuvent être modifiés, même ceux qui sont protégés en mode normal.
Langue

Si le collaborateur préfère remplir ces formulaires dans une autre langue que le français ou l’allemand qui sont les deux langues par défaut, il peut choisir sa langue de prédilection en cliquant sur l’icône . Les libellés des champs sont alors traduits automatiquement de façon basique.

Dans les données personnelles de chaque employé, il est également nécessaire d’introduire l’adresse e-mail à utiliser.

Étant donné que le lien donnant accès aux données dans le nuage sera communiqué par mail à cette adresse, il est important que l’employé fournisse une adresse mail qu’il est le seul à accéder.

23.7Préparer les données dans le nuage

Pour préparer les données la première fois, cliquez sur l’icône Crésus Partout et utilisez la fonction Synchroniser les données des employés pour envoyer les données personnelles des collaborateurs dans le nuage :

Les données sont chiffrées individuellement avec des clés différentes pour chaque collaborateur. Il est donc exclu qu’une personne puisse décoder les données d’une autre avec ses propres codes d’accès.

23.8Inviter les employés

Dans ce même dialogue, utilisez la fonction Inviter des employés à Crésus Partout. Cette opération ouvre un dialogue dans lequel vous pouvez préciser le sujet du mail, en composer le texte et choisir les destinataires.

Le texte peut faire appel à des calculs qui servent à insérer les éléments propres au collaborateur, comme du publipostage.

Les éléments substitués apparaissent entre accolades dans la zone de texte.

Pour ajouter un calcul, positionnez le curseur à l’emplacement voulu, puis cliquez le bouton Insère un calcul. Il suffit d’éditer la formule et de la valider, les accolades sont ajoutées automatiquement.

Pour modifier un élément calculé, positionnez le curseur dans l’élément entre accolades et cliquez Modifie le calcul.

Voici le calcul pour l’insertion de « Cher » ou « Chère » (« Sehr geehrter » ou « Sehr geehrte » en allemand) selon le sexe de l’employé :

L’éditeur de formules est décrit dans la section §31 L’éditeur de calculs.

Le texte en dehors des accolades peut être tapé directement dans la zone Texte du mail.

Le bouton Adresses mail permet également d’introduire une formule. Elle est évaluée pour chaque employé pour déterminer l’adresse mail à utiliser. Le calcul le plus utile étant simplement :

@Donnée:Adresse e-mail de l’employé

23.9Accéder aux données dans le nuage

L’accès par le collaborateur

Chaque collaborateur concerné reçoit un e-mail semblable à celui-ci :

 

23.10Synchroniser les données

Cliquez sur l’icône Crésus Partout et utilisez la commande Synchroniser les données des employés :

Crésus se connecte au nuage et vérifie l’état des données. Le cas échéant, le processus affiche une fenêtre présentant les employés concernés et les différences :

Il s’agit de sélectionner la valeur à imposer à Crésus en cliquant soit la Valeur reçue, soit la Valeur actuelle.

La valeur choisie s’affiche dans la colonne Valeur à utiliser :

Cliquez sur OK pour importer les valeurs choisies.

Le mécanisme modifie les données des employés dans Crésus Salaires, puis réexporte ces données dans le nuage.

24Envoi de documents par e-mail

Crésus Salaires propose en standard la possibilité d’envoyer un document par e-mail à un ou plusieurs destinataires sous forme de pièce jointe.

Le sujet et le contenu du mail sont définissables pour chaque document.

Le destinataire du mail peut être l’employé ou n’importe quel destinataire avec une adresse mail valide.

L’envoi du mail se fait directement depuis le dialogue d’impression.

Les mails sont envoyés directement par Crésus Salaires, sans passer par un client de messagerie. Ils ne s’affichent pas à l’écran avant et ne laissent pas de trace dans les éléments envoyés.

24.1Configuration du mail sortant

Il faut configurer les paramètres sous Entreprise / Identité / Envoi par mail

Adresse mail de l’entreprise : adresse e-mail de l’émetteur du message, en général la personne responsable de l’établissement des salaires.
Si le collaborateur répond à votre message, c’est à cette adresse que vous allez recevoir la réponse.

Serveur SMTP pour envoi de mail : serveur de courrier sortant.
En cas de doute, utilisez le même serveur sortant que votre logiciel de messagerie, par exemple smtpauths.bluewin.ch.

Le bouton Tester permet d’ouvrir un dialogue permettant de faire des essais d’envoi de mails (voir paragraphe suivant)

Numéro du port : numéro du port utilisé pour la communication avec le serveur de courrier sortant.
Pour les clients Bluewin, il faut en général spécifier le port 587.
Si rien n’est spécifié, Crésus utilise le port 25.

Nom d’utilisateur pour le serveur SMTP : si votre serveur nécessite une authentification, saisir ici le login d’utilisateur. C’est en général votre adresse e-mail principale.
Dans ce cas, le mot de passe vous sera demandé lors de l’envoi des mails.

Adresse e-mail pour copie carbone (BCC) : peut rester vide.
Vous pouvez mettre votre adresse ou l’adresse de l’un de vos collaborateurs pour recevoir une copie de l’envoi; l’envoi se fait en copie carbone invisible et n’apparaît pas dans l’en-tête du mail.
Ceci permet de garder une copie des mails envoyés, car ceux-ci ne se trouveront pas dans votre boîte « Courrier envoyé ».

24.2Tester l'envoi des mails

Ce dialogue permet de vérifier le fonctionnement de l’envoi des mails.

On y retrouve les paramètres du paragraphe précédent.

Serveur SMTP : serveur de courrier sortant.

Numéro du port : numéro du port utilisé pour la communication avec le serveur de courrier sortant.

Autorise l’envoi de mails sans certificat SSL/TLS : ce mode n’est pas conseillé, ne cochez cette case que si votre SMTP ne correspond pas au certificat sur le serveur.

Votre adresse mail : login d’utilisateur de la boite mail.

Mot de passe : mettre le mot de passe de votre boite mail.

Adresse mail destinataire : le mail de test sera envoyé à cette adresse.

Sujet et corps du mail : texte utilisé pour le mail envoyé.

Résultats : Ce cadre affiche les messages d’erreur rendus par le serveur SMTP.

Cliquez sur le bouton Envoyer le mail pour faire le test.

24.3Compléter les données des employés

Pour pouvoir transmettre un mail à un collaborateur, il faut que son adresse mail soit disponible dans ses données personnelles.

Etant donné que les données jointes au mail peuvent être sensibles, il est important que l’employé fournisse une adresse mail qu’il sera le seul à accéder.

24.4Paramétrer un envoi

Dans le dialogue d’impression, cliquez Plus >>, sélectionnez le document à envoyer et cliquez Réglages mail…

Cette opération ouvre un dialogue dans lequel vous pouvez préciser le sujet du mail, en composer le texte et définir l’adresse des destinataires.

Le texte peut faire appel à des calculs qui servent à insérer les éléments propres au collaborateur, comme du publipostage.

Les éléments substitués apparaissent entre accolades dans la zone de texte.

Pour ajouter un calcul, positionnez le curseur à l’emplacement voulu, puis cliquez le bouton Insère un calcul. Il suffit d’éditer la formule et de la valider, les accolades sont ajoutées automatiquement.

Pour modifier un élément calculé, positionnez le curseur dans l’élément entre accolades et cliquez Modifie le calcul.

Voici le calcul pour l’insertion de « Cher » ou « Chère » (« Sehr geehrter » ou « Sehr geehrte » en allemand) selon le sexe de l’employé :

Référez-vous au §31 L’éditeur de calculs.

Le texte en dehors des accolades peut être tapé directement dans la zone Texte du mail.

Le bouton Adresses mail permet également d’introduire une formule. Elle est évaluée pour chaque employé pour déterminer l’adresse mail à utiliser. Le calcul le plus utile étant simplement :

@Donnée:Adresse e-mail de l’employé

24.5Envoyer les e-mails

Dans le dialogue d’impression, sélectionnez le document à envoyer.

Définissez s’il faut envoyer le document à l’employé sélectionné, tous les employés ou un groupe d’employés et cliquez Envoyer par mail…

Dans le dialogue suivant, vous pouvez éditer le texte du mail ainsi que le sujet. Dans la liste des employés, cochez ceux à qui vous souhaitez envoyer le mail.

Validez, vous devrez ensuite saisir le mot de passe de votre boite mail.

25Produire des documents PDF

Crésus Salaires permet en standard de produire des documents au format PDF/A. Tous les documents qui peuvent être imprimés peuvent aussi être enregistrés comme PDF.

Le format PDF/A est reconnu légalement pour la conservation des données selon l’Olico. Consultez cet article pour plus d’informations.

Les fichiers PDF générés sont enregistrés avec un nom configurable ou demandé au moment de leur production, dans un répertoire défini d’avance ou sélectionné à chaque production.

Pour produire un PDF, sélectionnez le document dans le dialogue d’impression puis cliquez sur le bouton Produire un fichier PDF:

Régler les paramètres pour la production des PDF

Dans le dialogue d’impression, cliquez sur le bouton Plus >> puis cliquez sur le bouton Réglages PDF…

La partie Pour toutes les présentations du dialogue propose des réglages globaux liés au fichier.

Si vous traitez plusieurs fichiers Crésus Salaires sur la même machine, l’option tous les fichiers salaires utilisent les mêmes réglages par défaut force Crésus à enregistrer les PDF générés par chaque fichier *.salx dans un même dossier défini plus bas. Il est probablement préférable de séparer les fichiers des divers mandats.

Si l’option Ouvrir le dialogue pour enregistrer le fichier est décochée, le fichier PDF sera créé selon les réglages ci-dessous. Si l’option est activée le mécanisme affiche le dialogue dans lequel on saisit le nom du fichier à générer, en proposant le nom et l’emplacement selon les réglages ci-dessous.

Le dossier par défaut est l’emplacement où seront enregistrés tous les documents PDF dont l’emplacement n’a pas été spécifié au point suivant.

La liste déroulante propose d’utiliser les dossiers tels qu’ils ont été définis dans l’onglet Réglages 2 de la commande Entreprise > Coefficients décrit au §19.6.1 Onglets Réglages 1 et 2.

Si vous préférez utiliser un dossier spécifique, cliquez sur le bouton Parcourir et sélectionnez le dossier souhaité.

La seconde partie du dialogue détermine le comportement pour le document sélectionné.

Le document peut être enregistré dans le dossier par défaut défini ci-dessus, ou dans un emplacement spécifique :

La liste déroulante propose d’utiliser les dossiers tels qu’ils ont été définis dans l’onglet Réglages 2 de la commande Entreprise > Coefficients décrit au §19.6.1 Onglets Réglages 1 et 2.

Si vous préférez utiliser un dossier spécifique, cliquez sur le bouton Parcourir et sélectionnez le dossier souhaité.

Le dossier associé à l’employé est défini dans l’onglet Identité des données de l’employé. Si le dossier n’a pas été spécifié, le mécanisme enregistre le document dans le dossier courant du fichier.

Le nom du fichier PDF peut être défini directement ou obtenu par calcul.

Si le fichier généré doit toujours porter le même nom, entrez le nom directement dans la ligne éditable :

Dans l’exemple ci-dessus, le document s’appellera toujours Attestation AVS.pdf.

Le nom du fichier peut inclure des symboles qui seront remplacés lors de la génération du fichier PDF :

Dans l’exemple ci-dessus, le nom du fichier serait
BKG – AVS – Attestation de salaires_20181231_222337.pdf
et il serait enregistré dans le dossier C:\Documents Crésus\BKG.

Les chaînes de substitution à disposition sont :

  • %DATE%

    Remplacé par la date d’impression (format aaaammjj ou année, mois, jour)

  • %FIRM%

    Remplacé par le nom de l’entreprise

  • %FULLNAME%

    Remplacé par le nom complet de l’employé (NOM Prénom)

  • %GROUP%

    Remplacé par le nom du groupe d’employés

  • %NUM%

    Remplacé par le numéro de l’employé (sur 3 chiffres)

  • %PRES%

    Remplacé par le nom de la présentation d’impression

  • %TIME%

    Remplacé par l’heure d’impression (format hhmmss ou heure, minute, seconde)

L’utilisation du caractère \ dans le nom du fichier permet de spécifier le nom d’un dossier.
Vous pouvez ainsi écrire :

%FIRM%\%NUM%.%FULLNAME%.%DATE%

pour que les fichiers de chaque entreprise soient enregistrés dans un dossier au nom de l’entreprise, avec un fichier par employé. Exemple:

001.DUPONT Jean.20150120.pdf
002.MEIER Dora.20150120.pdf

Le nom du fichier généré peut être le résultat d’un calcul. Cliquez sur le bouton Calcul et éditez la formule :

Dans cet exemple, le nom du PDF produit pour les bulletins de salaires est de la forme
2019-01_BSal-Dupont.pdf

Si le calcul inclut le nom de l’employé (ou n’importe quel élément propre à l’employé), Crésus génère un fichier PDF par employé. Si le nom du fichier n’inclut aucun élément propre à l’employé, il génère un seul document PDF de plusieurs pages.

Vous pouvez copier la formule ci-dessous et la coller dans l’éditeur pour obtenir un fichier
aaaa-mm_Bulletin-de-salaire_Nom-prénom_Numéro de l’employé.pdf

CHAINE(@Donnée:Année courante (à traiter)) +"-"+ DROITE("0"+CHAINE(NOMBRE(@Donnée:Mois sélectionné)) ; 2)
+"_Bulletin-de-salaire_"
+ @Donnée:Nom de l'employé + "-" + @Donnée:Prénom de l'employé
+ "_" + CHAINE(@Donnée:Numéro d'employé) + ".pdf"

L’éditeur de formules est décrit sur ce site au §31 L’éditeur de calculs.

26Export au format csv

Exports dans Crésus Salaires

Dans Crésus Salaires, le dialogue d’impression permet aussi de produire des fichiers PDF et d’envoyer des e-mails. En exportant par exemple la présentation 4-5 Tableau salaires bruts comme PDF, un document similaire à celui-ci s’affiche :

Export PDF des salaires bruts

Exports au format CSV

Il est désormais aussi possible d’exporter le contenu des présentations au format CSV (compatible avec Excel) depuis toutes les versions actuelles de Crésus Salaires :

En cliquant sur le bouton Exporter en CSV un fichier tabulé est créé et Excel s’ouvre automatiquement. Les données sont dès lors prêtes pour être retravaillées ou mises en forme :

Excel avec l’export des salaires bruts

Export universel

Cette fonction d’export est universellement disponible, quelle que soit la présentation sélectionnée. Il devient dès lors très simple d’exporter les données depuis Crésus Salaires : il suffit de choisir une présentation et d’utiliser la commande d’export.

L’export CSV fonctionne bien entendu aussi avec des présentations personnalisées. Il est désormais possible de produire aisément des exports pour toutes les données qui peuvent être imprimées.

Réglages avancés

Après avoir étendu le dialogue d’impression avec le bouton Plus il est possible d’accéder aux Réglages CSV :

Les réglages de l’export permettent une personnalisation du processus de génération du fichier CSV :

27Configurer la saisie

Cette fonction est disponible en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié).

Dans la plupart des dialogues de saisie, le bouton Configurer permet de définir les éléments à afficher dans les onglets, de créer de nouveaux onglets et de choisir l’ordre des onglets.

Les onglets provenant du fichier modèle ne peuvent pas être supprimés, mais il est possible d’y ajouter ou de supprimer des rubriques.

27.1Définition des onglets

Dans la première partie du dialogue, il est possible de renommer ou de supprimer des onglets (sauf ceux du modèle), d’en ajouter de nouveaux et de les permuter.

  • Utilisez les boutons << et >> pour déplacer l’onglet courant avant ou après sa position actuelle.
  • Cliquez le bouton + pour ajouter un nouvel onglet après l’onglet courant.
  • Cliquez le bouton pour supprimer l’onglet courant.
  • Un onglet peut être affiché ou caché par calcul. Le bouton Condition sert à éditer un calcul. Si le résultat du calcul est nul, alors l’onglet sera caché (§31 L’éditeur de calculs).
  • Le bouton Ouverture sert à éditer un calcul qui est exécuté chaque fois qu’on ouvre cet onglet, par exemple pour positionner le curseur dans une rubrique particulière (§31 L’éditeur de calculs).
  • Si l’option Affiche les totaux et les cumuls est activée, une ligne est ajoutée en bas du dialogue avec les totaux des colonnes pour les valeurs.
  • Si l’option Nouvelles rubriques ici est activée, les indemnités ou déductions nouvellement créées sont automatiquement ajoutées dans cet onglet (§19.7.7 Création de rubriques personnalisées).

27.2Rubriques de l’onglet

La seconde partie du dialogue présente toutes les rubriques. Les cases à cocher servent à déterminer quelles rubriques sont disponibles dans l’onglet courant.

L’ordre des rubriques est défini dans la commande Entreprise – Rubriques (§19.7 Définition des rubriques)

  • La première liste déroulante permet de choisir quel type de rubriques est traité dans l’onglet. Si vous sélectionnez Déterminants indemnités ou Déterminants déductions, vous pourrez afficher les déterminants (et coefficients) associés aux indemnités ou aux déductions comme des valeurs indépendantes dans les données des employés.
  • Les listes suivantes permettent de choisir d’afficher l’un des éléments associés aux rubriques, ce peut être : Déterminant, Coefficient, Valeur, E.Valeur, ou l’un des Bruts déterminants.

Le mode Spécial sert à afficher les valeurs, même si elles ne sont pas versées à l’employé. Par exemple la part de 13e salaire non payée.

Tous les choix ne sont pas possibles et dépendent de l’emplacement du dialogue (Entreprise – Coefficient, Employés – Modifier l’employé ou Employés – Salaire du mois) et du type de rubrique sélectionné.La liste des rubriques proposées varie en fonction des colonnes choisies.Certaines rubriques, bien que cochées pour être présentes dans un onglet peuvent ne pas apparaître si leur affichage est conditionnel (§19.7.2 Éléments communs – Modes).Il n’est pas possible de faire figurer dans le même onglet des rubriques de types différents (comme par exemple mélanger des indemnités et des déductions).Les rubriques apparaissent toujours dans l’ordre où elles ont été définies dans le dialogue de définition des rubriques (§19.7 Définition des rubriques).E.Valeur correspond à la part employeur d’une déduction, de même que E.Coefficient pour le taux de la part employeur.

  • Cliquez le bouton Mémoriser pour enregistrer la configuration. Les modifications apportées à la configuration sont conservées même si vous fermez le dialogue de saisie du salaire sans l’enregistrer.
  • Cliquez le bouton Annuler pour quitte la configuration sans enregistrer les changements.

28Gestion des présentations

Les fonctions décrites dans ce chapitre sont disponibles en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié).

Crésus Salaires utilise des présentations pour afficher l’information à l’écran ou pour imprimer divers documents. Il s’agit de masques qui définissent les emplacements des rubriques à afficher, ainsi que leurs caractéristiques de mise en page.

Utilisez la commande Fenêtre – Liste des présentations ou cliquez l’icône  pour accéder au dialogue de sélection des présentations.

Le dialogue Choix de la présentation propose 3 groupes de présentations :

  • Modèles : présentations fournies avec Crésus Salaires, non certifiées swissdec.
  • Swissdec : présentations officielles certifiées.
  • Perso : vos présentations personnalisées.

Les présentations Modèles ne peuvent pas être modifiées ou supprimées, mais vous pouvez cliquer le bouton Dupliquer pour en faire une copie dans vos présentations personnelles. Vous pouvez alors modifier la copie pour l’adapter à vos besoins.

Les présentations Swissdec doivent être utilisées telles quelles. Elles ne peuvent ni être modifiées, ni copiées.

En cochant la case dans la colonne de gauche, la présentation sélectionnée est ajoutée à la liste de vos présentations favorites, qui est proposée lorsque vous demandez l’aperçu  ou l’impression  d’un document.

Les autres présentations peuvent être utilisées en passant dans l’onglet concerné.

Cliquez le bouton Créer pour ajouter une nouvelle présentation écran ou pour l’impression. Cette présentation figurera dans la liste de vos présentations Perso.

Il est souvent préférable de partir de la copie d’une présentation existante.

Le dialogue mode d’impression est décrit au §29 Dialogue mode d’impression et l’édition d’une présentation est décrite en détail au §30 Dessin des présentations.

29Dialogue mode d’impression

Les fonctions décrites dans ce chapitre sont disponibles en mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié).

Après avoir créé une nouvelle présentation ou sélectionné une présentation personnelle dans Choix de la présentation (§28 Gestion des présentations), cliquez le bouton Mode d’impression.

On définit ici le format du papier utilisé (par exemple A4 vertical ou horizontal) ainsi que les marges indicatives, qui servent de repères lors du dessin de la présentation (§30 Dessin des présentations).

29.1Types de présentations

Cette section précise les types de présentation pour l’écran, pour l’impression ou partielles.

29.1.1Présentation pour l’écran

La présentation est destinée à afficher de l’information à l’écran et pas à l’imprimer. Elle ne peut que présenter des données de l’entreprise ou liées à un employé à la fois. Elle peut afficher des calculs.

29.1.2Présentation pour l’imprimante

La présentation est destinée à produire un document papier d’une ou plusieurs pages. Elle sera proposée dans la liste des présentations Perso. Les réglages sont décrits au §29.2 Réglages

Si vous affichez une liste à l’écran, seules les données de l’employé courant sont montrées. Pour obtenir la liste complète, il faut imprimer ou pré-visualiser le document (§3.8 Imprimer un document). Dans les en-têtes et pieds de page d’une liste, il ne doit pas y avoir de champs propres à un employé, seules doivent y figurer des rubriques totalisées pour l’ensemble des employés, ou le total ou le cumul sur les pages.

29.1.3Présentation partielle

Le mécanisme permet de créer des parties de présentations qui peuvent être reprises dans d’autres présentations. Par exemple, l’en-tête de l’entreprise n’est dessinée qu’une seule fois, mais elle est réutilisée dans plusieurs documents. Ainsi, il n’est nécessaire de modifier l’en-tête que dans la présentation partielle pour que tous les documents qui l’impriment soient mis à jour.

Ces présentations partielles se créent et se travaillent comme n’importe quelle présentation papier (§30 Dessin des présentations). Elles ne peuvent toutefois pas contenir de frontières.

Pour personnaliser les présentations partielles existantes, il faut en créer une copie dont le nom est identique à l’originale. Par exemple, pour remplacer l’en-tête proposé dans le modèle, il faut dupliquer la présentation partielle _En-tête Entreprise A4 existante, sans changer son nom. Vous pouvez modifier votre copie personnelle à volonté. Crésus utilisera en priorité la présentation personnelle dans toutes les présentations qui font appel à _En-tête Entreprise A4.

Il est possible de modifier les dimensions de la présentation partielle sans avoir à modifier les présentations où elle est utilisée.

Pour intégrer une présentation partielle à un document, passez en mode Edition de la présentation de destination (§30.6.15 Présentation partielle).

29.2Réglages

Cadre La présentation est :

  • Pour l’entreprise : imprime des données d’entreprise ou un résumé sur le total des employés.
  • Pour chaque employé : imprime un document d’une ou plusieurs pages par employé.
  • Liste des employés : imprime l’information pour tous les employés concernés sur un seul document, avec une ligne par employé.

Cadre Période :

  • Pour le mois : les éléments du document dépendent du mois sélectionné.
  • Pour le trimestre : les éléments sont considérés dans le trimestre qui inclut le mois sélectionné dans le tableau général.
  • Pour l’année : le document concerne l’année entière.

Cadre Calculs :

  • Employé divisé selon : dans certains cas, le même employé doit figurer plusieurs fois dans la même liste. Ce calcul permet de spécifier la condition pour ce cas (par exemple dans la liste pour la LAA, en cas de changement d’assurance).
  • Init… et Liste… : les calculs définis ici seront exécutés une seule fois, au début de l’impression. Entre autres, dans Liste, on peut initialiser une vartemp PRINTER (§31.8 Spécialités) avec le texte qui doit apparaître au bas du dialogue d’impression.

Attention à ne pas mettre en conflit ces réglages et les éléments dessinés (§30 Dessin des présentations). Par exemple, un élément qui est dessiné comme pour le mois courant dans une présentation pour l’année n’affichera rien.

  • Impression par défaut : définit le mode d’impression « seulement l’employé … » ou « tous les employés » proposé par défaut.

Les options pour les en-têtes et pieds de page sont décrites au §20.2.11 Déductions employeur.

  • Impression selon les GS triés : par défaut, les rubriques sont imprimées dans l’ordre où elles figurent dans la liste des rubriques. Une présentation peut être définie pour imprimer les rubriques dans l’ordre croissant des numéros de genre de salaire (§19.7.1 Le numéro du genre de salaire).
  • Numérotation continue : si un document se compose de plusieurs pages, ce mode définit si la numérotation doit se poursuivre lors d’un changement d’employé (option activée), ou s’il doit reprendre à 1 (option désactivée).
  • Présentation chaînée : force Crésus à imprimer directement un document et son correspondant. Par exemple, un bulletin de salaire et son double.
  • Présentation monolingue : le contenu d’un document peut être imprimé dans la langue de l’employé. Si le document ne doit être produit que dans la langue du logiciel, activez cette option.

29.3Les zones d’impression

Les présentations pour l’impression sont divisées en 5 zones distinctes. Les barres grises – représentant les frontières entre les zones – peuvent être déplacées pour agrandir chaque partie de la page.

La première zone correspond à l’en-tête de la première page. Pour un document de plusieurs feuilles, il n’est donc imprimé que sur la 1ère page.

La deuxième zone correspond à l’en-tête pour les pages suivantes. Il est également possible d’avoir ce deuxième en-tête sur la première page (en plus du premier en-tête) en cochant l’option Deuxième en-tête aussi sur la première page. Ceci est par exemple utile pour mettre des titres de colonnes à répéter sur chaque page. Il est également possible de faire un en-tête commun pour toutes les feuilles en n’utilisant que le second en-tête (définir le premier en-tête de hauteur nulle).

La troisième zone est la partie centrale, ou corps du document. Elle est prévue pour mettre les données d’un élément d’une liste. Cette partie sera répétée pour tous les employés pour former un tableau sur plusieurs lignes.

Cas particuliers :

  • Si des données propres à un employé sont mises dans les en-têtes ou pieds de page, l’impression pour tous les employés générera une feuille par employé (c’est le cas du bulletin de salaire).
  • Pour mettre des résultats chiffrés dans les en-têtes et pieds de page, il est nécessaire de forcer la valeur pour le total des employés (ou de la page). Autrement, nous retombons sur le cas ci-dessus (§30.7.8 Cumul sur l’année et §31.2 Les totalisateurs).

La quatrième zone est un pied de page qui vient sur toutes les feuilles, y compris sur la dernière page, selon l’option Premier pied de page aussi sur la dernière page.

Ce pied de page peut être placé directement sous le dernier élément du corps ou le plus bas possible sur la feuille, selon l’option Premier pied de page toujours en bas.

La dernière zone correspond à un pied de page n’apparaissant que sur la dernière feuille d’un document de plusieurs pages. Il peut être mis directement sous le texte précédent ou le plus bas possible sur la feuille, selon l’option Deuxième pied de page toujours en bas.

30Dessin des présentations

En mode complet (§21.6 Mode complet, mode simplifié), vous pouvez créer et modifier des présentations personnelles.

Pour créer une nouvelle présentation, cliquez le bouton avec l’œil , puis vous pouvez à choix cliquer le bouton :

  • Dupliquer pour copier une présentation existante ou modèle (mais pas swissdec) pour la retravailler.
  • Créer pour construire une présentation de toutes pièces.

Il est également possible de créer des présentations partielles qui peuvent être utilisées dans plusieurs présentations d’impression (§30 Dessin des présentations).

Cliquez le crayon  pour accéder au mode de dessin, équivalent à la commande Edition – Dessin de la présentation.

Le crayon n’est pas actif si vous avez sélectionné une présentation modèle ou swissdec. Si vous désirez faire des modifications dans une présentation modèle, il faut commencer par la dupliquer pour en faire une copie Perso.

Dans l’écran d’édition des présentations, la barre d’icônes est remplacée par une série d’options, la liste des employés à gauche est cachée, des règles graduées sont ajoutées et une palette flottante d’icônes est mise à disposition.

Durant l’édition de la présentation, la commande Edition – Annuler opération (Ctrl+Z) permet de revenir en arrière jusqu’à 10 actions. La commande Edition – Refaire opération (Ctrl+A) récupère les opérations annulées.

30.1Choix de la langue

Chaque présentation peut être définie en 4 langues. Les objets dessinés figurent dans la présentation quelle que soit la langue de travail, mais les textes saisis sont liés à la langue sélectionnée. Lors d’une impression ou d’un affichage à l’écran, la langue du document sera adaptée à la langue de l’employé (§20.1 Données des employés) ou à celle imposée au moment de l’impression (§3.8 Imprimer un document).

30.2Valider les modifications

Pour quitter le mode de dessin et enregistrer les modifications apportées à la présentation, cliquez l’icône valider  dans la barre d’outils (F12).

30.3Annuler les modifications

Pour quitter le mode de dessin sans enregistrer les modifications, cliquez l’icône annuler  dans la barre d’outils (Esc).

30.4Affichage de la grille

L’icône grille  Affiche ou cache une grille, qui peut être magnétique, pour faciliter le positionnement des éléments, textes et graphismes.

30.5Choix pour la grille

L’icône  définit le pas de la grille indépendamment en X et en Y.

  • Unités en millimètres : lorsque cette option est choisie, les dimensions sont données en millimètres (et en quart de millimètres). Sinon, les dimensions sont données en points.
  • Grille magnétique : utilisez cette option pour activer la grille. Le dessin des éléments est alors forcément aligné sur la grille visible.

30.6Palette d’outils

Une palette flottante de 15 icônes permet de choisir la fonction à utiliser. Pour changer d’outil, cliquez l’icône correspondante.

La souris prend la forme d’une flèche lorsqu’elle sert à sélectionner les objets de la présentation, dans tous les autres cas, elle prend la forme d’un crayon.

30.6.1Sélectionner

L’outil  permet de sélectionner des éléments déjà en place dans la présentation, de les modifier, les déplacer ou les supprimer.

Pour sélectionner un élément, il suffit de le cliquer avec la flèche. L’élément sélectionné apparaît alors avec huit poignées rouges qui permettent de modifier ses dimensions.

Lorsque vous survolez les poignées, la souris se transforme en doigt. Appuyez alors sur le bouton gauche de la souris, puis déplacez la souris en maintenant le bouton pressé. Relâchez le bouton lorsque l’objet a la forme désirée.

Pour déplacer tout l’objet sélectionné, il faut mettre la souris sur l’élément : elle se transforme en rose des vents. Appuyez sur le bouton gauche de la souris et déplacez-la en maintenant le bouton pressé. Relâchez le bouton lorsque l’objet est à l’endroit désiré.

Lorsqu’un élément est sélectionné, la barre d’outils en haut de l’écran affiche les caractéristiques de l’élément. Les différents paramètres des objets sont décrits plus bas.

Il est possible de sélectionner plusieurs éléments en même temps, soit en encadrant les éléments avec la souris (débuter l’encadrement en pressant le bouton gauche en dehors de tout élément en place) ou en maintenant la touche Shift pressée pendant que l’on clique les éléments séparément. Un nouveau Shift+clic sur un élément déjà sélectionné le désélectionne. On peut alors déplacer ou supprimer tous les éléments sélectionnés. Cette sélection multiple permet aussi d’utiliser les fonctions de modification et les opérations d’ajustement (§30.8 Fonctions de modification).

30.6.2Texte fixe

Choisissez les caractéristiques voulues à l’aide de l’outil , puis dessinez le rectangle dans lequel le texte sera coulé, finalement tapez le texte.

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Justification, Couleur, Fonte.

La touche Delete détruit l’élément dans sa totalité, et pas juste le caractère à droite du curseur dans la ligne d’édition. Pour effacer un caractère, placez le curseur à sa droite, puis utilisez la touche pour corriger le texte.Si vous avez pressé Delete par erreur, appuyez sur Ctrl+Z pour annuler la suppression.

30.6.3Rectangle

Choisissez les caractéristiques voulues, puis étirez le rectangle .

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Epaisseur du trait, Trame de fond, Couleur.

30.6.4Groupe

Rectangle particulier , avec un texte dans sa partie supérieure. Choisissez les caractéristiques et dessinez le rectangle, puis tapez le texte de l’en-tête.

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Epaisseur du trait, Trame de fond, Couleur, Fonte.

30.6.5Ligne

L’outil  Permet de tirer des traits horizontaux ou verticaux. Choisissez les caractéristiques, puis dessinez le trait.

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Epaisseur du trait, Couleur.

30.6.6Image

L’outil  permet d’ajouter un logo à votre présentation. Le dessin doit exister sous la forme d’une image bitmap (*.bmp). À l’aide de la souris, dessinez le rectangle dans lequel doit s’afficher l’image.

Tapez ensuite le nom du fichier ou utilisez l’icône de recherche  sur la barre d’outils.

Il est préférable que l’image se trouve dans le même dossier que le fichier.

Lorsque vous modifiez les dimensions d’une image, elle conserve automatiquement ses proportions. Une pression de Ctrl contraint l’image à un multiple entier de sa taille d’origine. Une pression de Shift permet de déformer l’image.

30.6.7Rubrique alphanumérique

L’outil  permet d’insérer une rubrique de type alphanumérique. Il s’agit par exemple du nom de l’employé, de son numéro d’assurance sociale, de son adresse ou celle de l’entreprise.

Utilisez la liste déroulante dans la ligne d’outils pour choisir la rubrique, puis tirez un rectangle avec la souris dans lequel elle s’inscrira. Si la rubrique recherchée ne se trouve pas dans la liste déroulante, cliquez la case « autre » au bas de la liste. Le dialogue propose alors toutes les rubriques. Vous pouvez taper une partie du nom de la rubrique et utiliser les options pour affiner la recherche.

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Justification, Aspect, Fonte.

30.6.8Rubrique oui/non

L’outil Oui/Non  permet de choisir si une rubrique est cochée ou non. Déterminants et données de type « cases à cocher », par exemple :

@Donnée:Employé soumis à l’AVS

@Déterm :Paie les vacances ce mois.

Si la rubrique est cochée, la case affiche un X, sinon elle est vide.

Les rubriques de type liste sont également présentées dans ce groupe (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités)

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Aspect

30.6.9Rubrique date

L’outil date  permet de saisir une date, par exemple :

@Donnée:Date d’entrée de l’employé.

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Justification, Aspect, Fonte, Format.

30.6.10Rubrique déterminant

Déterminants  associés aux indemnités et aux déductions, ainsi que les données d’entreprise de type numérique, par exemple :

@Déterm :Salaire par jour ou @Donnée:Taux AVS

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Justification, Aspect, Fonte, Format.

30.6.11Rubrique monétaire

Pour  tous les montants composant les salaires (indemnités, déductions, bases), par exemple :

@Ind:Salaire mensuel ou @E.Déd:Cotisation AVS

Les rubriques @Ind:*, @Déd:*, @E.Déd :* et @Brut:* sont particulières. Lorsqu’elles sont placées dans un document imprimé, toutes les rubriques de ce type dont la valeur est différente de 0 seront imprimées, chacune sur une ligne (§19.7 Définition des rubriques).

Pour les indemnités, un filtre (§30.7.10 Filtre) permet de limiter la liste selon les éléments soumis ou non aux différents bruts déterminants.

Caractéristiques ({{x575}}) : Justification, Aspect, Fonte, Format, Cumul.

30.6.12Rubrique coefficient

Coefficients  associés aux indemnités et aux déductions, par exemple :

@Coef:Heures suppl. A%

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Justification, Aspect, Fonte.

30.6.13Les calculs

L’outil calcul  vous permet d’insérer une expression quelconque, un texte ou une date. L’éditeur de calculs est décrit en détail au §31 L’éditeur de calculs.

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Justification, Aspect, Fonte.

30.6.14Ligne conditionnelle

L’objet  va permettre de faire disparaître une zone lors de l’impression si

  • le montant de la rubrique choisie dans la liste déroulante est nul ou si
  • le calcul associé retourne un résultat nul.
  • La ligne cache toujours toute la largeur de la page.

Attention : la ligne hachurée doit couvrir toute la hauteur des cellules correspondantes (le mieux est d’aligner tous les éléments de la ligne sur la grille) sans quoi certaines cellules peuvent se superposer à l’impression.

La ligne conditionnelle peut mesurer plus qu’une ligne de hauteur. Elle permet ainsi d’occulter toute une partie d’une présentation.

Caractéristiques (§30.7 Les caractéristiques) : Calcul, Compression.

Si l’option de compression associée à la ligne conditionnelle est activée, la zone est supprimée du document et les lignes suivantes sont remontées, sinon la zone est vide mais occupe la même hauteur que si elle était imprimée.

Dans cet exemple, la ligne conditionnelle teste le contenu de la rubrique @Ind:Indemnités vacances (solde). Si le contenu de cette rubrique est différent de 0.–, la ligne entière sera imprimée. Si elle vaut 0.–, la ligne sera supprimée complètement.

30.6.15Présentation partielle

Sélectionnez la présentation partielle à intégrer dans la liste.

Positionnez le coin supérieur gauche de la présentation partielle dans votre document. La présentation partielle est représentée sous forme d’un rectangle hachuré, dont les dimensions sont celles de la présentation partielle.

La présentation partielle peut être imprimée sous condition. Si le calcul associé rend une valeur supérieure à 0, la présentation partielle est imprimée, s’il rend une valeur inférieure à 0 elle n’est pas imprimée.

30.7Les caractéristiques

Les différents éléments dans chaque présentation peuvent être paramétrés en fonction des icônes apparaissant sur la barre d’outils :

30.7.1Justification

Les textes affichés dans chaque cadre peuvent être alignés à gauche, à droite ou centrés dans le cadre grâce aux icônes .

30.7.2Fonte

Chaque objet peut être affiché en utilisant sa fonte propre. Utilisez le bouton  pour accéder au dialogue standard du choix de la fonte. Choisissez de préférence une fonte TrueType qui assure l’impression sans problème du document.

30.7.3Épaisseur

Pour les traits et les rectangles, on peut choisir 3 épaisseurs de pinceau par les outils  .

30.7.4Couleur

L’outil  définit la couleur des traits et des textes. Pour les rectangles, c’est la couleur de l’intérieur.

30.7.5Aspect

Les diverses rubriques peuvent être affichées avec un cadre grâce à l’outil   ; le contenu et le fond sont également paramétrables.

Tous les bords identiques : la modification apportée à l’un des bords se répercute sur tous les bords. Enlevez la coche pour créer un encadrement partiel, par exemple laisser le bord droit sans trait.

  • Rayon : le cadre est un rectangle à coins arrondis.
  • Couleur : couleur utilisée pour le cadre, pour le fond, et pour le texte.
  • Sans fond : la rubrique est transparente et ne couvre pas l’arrière-plan.
  • Pas imprimé : la rubrique s’affiche à l’écran mais ne s’imprime pas.
  • Aspect : montre un exemple du résultat obtenu avec les choix sélectionnés.
30.7.6Format des rubriques

Représentation des nombres fractionnaires : 

Par défaut, les nombres sont affichés avec 2 décimales.

  • Format spécial permet de définir une représentation autre, propre à la rubrique sélectionnée.
  • Nombre de décimales min. et max. détermine combien de zéros non significatifs s’affichent au minimum et combien de chiffres significatifs s’affichent au maximum après la virgule. Les autres menus déroulants permettent de spécifier les différents séparateurs, le remplacement des zéros par des tirets et la représentation des nombres négatifs.
  • Déduction en négatif : affiche un signe − devant la valeur des déductions.
  • N’imprime pas les montants nuls : laisse un vide si le montant est nul.
  • Heures sert à déterminer comment les heures doivent être affichées.

Spécial permet d’imprimer dans un document non pas la valeur d’une rubrique mais plutôt :

Compta permet d’afficher l’une des données introduites pour la comptabilisation de cette rubrique :

  • Débit : le numéro de compte à débiter.
  • Crédit : le numéro de compte à créditer.
  • Libellé : le texte choisi comme libellé.
  • Mode : 0 s’il y a une écriture par employé, 1 s’il n’y a qu’une écriture pour tous les employés ou 2 s’il y a une écriture par groupe d’employés.
  • Ordre : le rang défini dans le dialogue de comptabilisation.
30.7.7Format des dates

L’icône date  permet de saisir le format de la date :

 

Les trois menus déroulants sont identiques. Ils permettent de modifier l’ordre d’affichage et la mise en page des dates.

Entre les menus déroulants, indiquez le séparateur voulu (espace, point, …).

Aspect présente une date telle qu’elle s’afficherait avec le format choisi.

Les trois options en bas du dialogue définissent comment afficher une date si elle est hors de la période.

  • Rien si hors période : la date n’est pas affichée ou imprimée si elle n’est pas incluse dans la période (mois, trimestre, année) pour laquelle le document est généré. Par exemple pour n’afficher la date d’entrée ou de sortie de l’employé que si elle se trouve dans la période considérée.
  • Limité à la période : la date affichée est ramenée au début ou à la fin de la période (mois, trimestre, année) considérée, si elle est en dehors. Ainsi pour la date d’entrée d’un employé, si celui-ci était déjà dans l’entreprise depuis longtemps, c’est la date du début de période qui sera imprimée.
  • Sans limite à la période : la date est imprimée telle qu’elle est réellement. Ce mode est le seul qui ait un sens en ce qui concerne la date de naissance des employés notamment.
30.7.8Cumul sur l’année

Par défaut, les rubriques monétaires concernent le mois courant (case sélectionnée dans le tableau général). Pour des résumés annuels ou trimestriels, il est nécessaire d’obtenir la valeur cumulée sur l’année ou le trimestre ou encore la valeur d’un mois quelconque de l’année. Cela s’effectue par l’icone Cumul sur l’année  qui conduit à l’écran suivant :

  • Pour le mois courant : imprime la valeur calculée pour le mois actif.
  • Cumul au mois courant : fait la somme pour la rubrique jusqu’au, et y compris, mois courant.
  • Trimestre courant : fait la somme des valeurs sur les trois mois du trimestre actif.
  • Pour toute l’année : fait la somme de la rubrique sur l’année entière.
  • Somme des mois suivants : retourne la valeur totale pour les mois sélectionnés.

Si les périodes de salaire sont différentes des mois, les options sont traitées ainsi :Pour le mois courant : valeur pour la période de paie actuellement sélectionnée.Cumul au mois courant : somme de toutes les périodes précédentes, y compris la courante.Trimestres et Janvier à Décembre : prend en compte le total des périodes ayant été marquées comme cumulées pour le mois donné (§19.13 Périodes).

30.7.9Cumul sur les employés

Grâce à l’icône Cumul sur les employés  on peut définir les éléments suivants :

La rubrique peut afficher un montant pour 1 ou plusieurs employés :

  • Employé courant : seulement la valeur pour l’employé courant.
  • Tous les employés : fait le total pour l’ensemble des employés.
  • Report pages précédentes : dans le cas d’une liste imprimée sur plusieurs pages, affiche le total pour les employés des pages précédentes.
  • Cumul en fin de page : toujours pour une liste sur plusieurs pages, donne le total des pages précédentes et de la page courante.
  • Total de la page : imprime le total pour les employés figurant sur la page courante.

Les options Report, Cumul, et Total de la page, ne sont pas affichées à l’écran, mais uniquement lors de l’impression ou de la prévisualisation.

Cette fonction peut bien entendu être associée avec le cumul sur l’année pour obtenir le total pour tous les employés sur toute l’année (§30.7.8 Cumul sur l’année).

30.7.10Filtre

L’option filtre icone filtre n’est disponible que pour les éléments @Ind:* et @Déd:* (rubriques monétaires). Le dialogue permet d’introduire un critère de sélection des bruts déterminants dont dépend ou non chaque indemnité.

Voici quelques exemples :

BRUT Seulement les rubriques entrant dans le Salaire brut.
!BRUT Les rubriques non comprises dans le Salaire brut.
BRUT&AVS Les rubriques soumises à la fois au brut et à l’AVS.
BRUT&!AVS Les rubriques soumises au brut mais pas à l’AVS.
AVS|LAA Les rubriques soumises à l’AVS ou à la LAA.
!AVS|LAA Les rubriques non soumises à l’AVS ou soumise à la LAA.
10.1|10.2 Seulement les déductions figurant aux points 10.1 ou 10.2 du nouveau certificat de salaires.

Vous trouverez une liste des termes qui peuvent être utilisés au §31.2 Les totalisateurs.

30.8Fonctions de modification

Lorsqu’un ou plusieurs objets sont sélectionnés (§30.6.1 Sélectionner), une seconde palette d’icônes flottante est affichée. Elle permet d’effectuer une série d’opérations sur les objets sélectionnés.

30.8.1Suppression d’un objet

Utilisez l’icône , ou la touche Delete, pour supprimer les objets sélectionnés.

30.8.2Aligner sur la grille

Par l’icône  on force tous les objets sélectionnés à s’aligner sur la grille magnétique (pour mettre les objets au pas).

Les 3 fonctions suivantes s’utilisent lorsque plusieurs objets ont été sélectionnés en même temps, soit en les entourant, soit en les cliquant l’un après l’autre en maintenant la touche Shift enfoncée (§30.6.1 Sélectionner). L’objet dont les poignées sont pleines est l’objet de référence. Vous pouvez changer d’objet de référence en maintenant la touche Ctrl enfoncée et en cliquant sur le nouvel objet de référence.

30.8.3Aligner à gauche ou à droite

Grâce aux icônes  tous les objets seront alignés à gauche ou à droite sur l’objet de référence.

30.8.4Aligner en haut ou en bas

Grâce aux icônes  tous les objets seront alignés en haut ou en bas sur l’objet de référence.

30.8.5Même largeur / hauteur

Grâce aux icônes , les objets sélectionnés prendront la même largeur ou la même hauteur que l’objet de référence.

30.8.6Déplacer à gauche, à droite, en haut, en bas

Les icônes  déplacent tous les objets sélectionnés d’un point dans la direction choisie. Cette opération s’applique également si un seul objet est sélectionné.

30.8.7Copier la sélection

Il est possible de mettre les objets sélectionnés dans le presse-papier pour les copier ailleurs dans la présentation, ou dans une autre présentation.

Utilisez la commande Edition – Couper / Copier / Coller, ou les raccourcis clavier habituels Ctrl+X, Ctrl+C et Ctrl+V.

31L’éditeur de calculs

Les rubriques font très souvent appel à des formules plus ou moins compliquées, que ce soit pour retourner des montants, des phrases ou toute sorte d’information.

Les calculs associés aux rubriques se définissent dans le dialogue Entreprise – Rubriques (§19.7.4 Rubriques de type Indemnités et §19.7.7 Création de rubriques personnalisées).

L’éditeur de calculs est le même que l’on travaille dans les rubriques ou dans une présentation.

Dans une présentation, l’objet calcul  permet de placer une valeur, une chaîne de caractères, une date autre que les rubriques prévues en standard. Le résultat d’un calcul dans une présentation ne peut qu’être affiché et ne peut pas être mémorisé pour un autre usage. Pour modifier un calcul existant dans une présentation, il faut sélectionner l’objet, et cliquer l’icône « calcul » de la barre d’outils, ou double-cliquer l’objet.

La première zone du dialogue permet de construire la formule. Vous pouvez y taper ce que vous voulez au clavier. Les noms des rubriques, plutôt complexes, doivent être scrupuleusement respectés, y compris leur préfixe. Pour faciliter l’introduction des noms de rubriques, utilisez de préférence les listes. Les chaînes de caractères doivent être tapées entre guillemets.

La liste Opération présente toutes les opérations connues par le module de calcul. Celles-ci sont réparties en 6 sous-groupes :

  • Opération : les 4 opérations et des totalisateurs.
  • Tests : opérateurs conditionnels.
  • Conversion : transformation des formats.
  • % : calculs de pourcentages.
  • Date : traitement sur les dates et heures.
  • Chaîne : traitement sur les chaînes de caractères.

Chaque fonction sélectionnée affiche un texte d’aide dans la partie droite du dialogue. Les opérations sont détaillées ci-après.

La liste Variable affiche toutes les rubriques utilisées par Crésus. Elle est dynamique : lorsque vous tapez une partie du libellé de la rubrique dans le calcul ou dans la case éditable au bas du dialogue, Crésus affiche les rubriques correspondantes.

Vous pouvez utiliser les cases à cocher de la partie de gauche pour affiner la recherche.

La liste affiche en priorité les rubriques récemment utilisées, et regroupe si possible les déterminants, coefficients et valeurs d’une même rubrique.

Pour ajouter l’élément sélectionné dans la formule en édition, cliquez le bouton Insérer ou double-cliquez l’élément.

Les rubriques qui n’ont pas de contenu (rubrique vide) sont traitées comme des nombres nuls dans la plupart des cas. Il peut être nécessaire d’utiliser la fonction DEFAUT dans certains cas particuliers. Par exemple :3 * @Coef:Heures maladie CM retourne zéro s’il n’y a pas d’heures maladie CM3 * DEFAUT (@Coef:Heures maladie CM ; 0) retourne également zéro s’il n’y a pas d’heures de maladie3 * DEFAUT (@Coef:Heures maladie CM ; 2) retourne 6 s’il n’y a pas d’heures de maladie

31.1Opération

Les quatre opérateurs de base (+, −, *, /) ont la fonctionnalité usuelle pour additionner, soustraire, multiplier et diviser des nombres. Les multiplications et divisions se font avant les additions et les soustractions.

Addition Le + peut en outre être utilisé pour concaténer deux chaînes de caractères pour n’en faire plus qu’une : « Bon »+ »jour » retourne « Bonjour »
MIN() Cherche la valeur minimale dans une liste de nombres.
MIN(12;45;-3;28) retourne la valeur -3
MAX() Cherche la valeur maximale dans une liste de nombres.
MAX(12;45;-3;28) retourne la valeur 45
SOMME() Calcule la somme d’une liste de nombres.
SOMME(12;45;-3;28) retourne la valeur 82
MOYENNE() Calcule la moyenne d’une liste de nombres.
MOYENNE(12;45;-3;28) retourne la valeur 20.5

 

31.2Les totalisateurs

Les six fonctions suivantes se trouvent aussi dans la liste des opérations.

Elles permettent d’obtenir non pas la valeur d’une rubrique pour un employé au mois courant, mais le cumul soit sur les employés, soit sur l’année ou encore sur le trimestre courant.

TOTEMPLOYES()  Total pour tous les employés.
TOTEMPLOYES(@Brut:Salaire versé) Il est également possible d’appliquer le cumul sur les employés décrit au §30.7.9 Cumul sur les employés sur l’objet Calcul dessiné dans la présentation.
TOTANNEE() Total pour toute l’année, limité aux périodes ayant un salaire calculé.
TOTANNEE(@Déd:Cotisation AC) donne le total des cotisations AC sur les salaires versés.
Il est également possible d’appliquer le cumul sur la période décrit au §30.7.8 Cumul sur l’année sur l’objet Calcul dessiné dans la présentation.
 TOUTANNEE()  Total pour toute l’année courante, prend en compte aussi les mois sans salaire calculé.
TOUTANNEE(DEFAUT(@Déd:Cotisation AC ; 200)) retourne le total des cotisations AC déjà calculées plus 200.– par période vide.
 TOTTRIMESTRE() Total pour le trimestre qui comprend le mois sélectionné
TOTTRIMESTRE(@Ind:Remboursement de km)
 PRECEDENT()  Valeur d’une expression calculée pour la période précédente. PRECEDENT(@Brut:Salaire versé) retourne le montant du salaire versé le mois passé. Au début de l’année, PRECEDENT() retourne la valeur du dernier salaire de l’année précédente.
 TOTPRECEDENT()  Total de l’ensemble des périodes précédentes.
TOTPRECEDENT(@Déd:Prime AANP) retourne le montant total des primes AANP déjà prélevées les mois précédents.
Cette fonction accepte un second paramètre optionnel pour limiter les périodes additionnées à celles qui ont le même critère.
TOTPRECEDENT(@Coef:Jours de maternité
; @Déterm:Date de l’accouchement)retourne le nombre de jours de maternité des périodes précédentes concernant la même date d’accouchement.

Dans le calcul d’un salaire, ces opérations de total sur l’année ne dépassent pas le mois courant. Par exemple, le salaire calculé en février ignore les salaires de mars et des périodes suivantes.

CUMUL() Fait la somme de toutes les indemnités selon qu’elles sont soumises ou non à divers bruts déterminants.
CUMUL(« AVS ») retourne le total des montants soumis à l’AVS,
CUMUL(« 2.1 ») retourne le total des montants affichés au pt 2.1 du certificat de salaire.

Les termes utilisables avec la fonction CUMUL() sont les suivants :

BRUT compris dans le salaire brut.
NET compris dans le salaire net.
VERSE compris dans le montant versé à l’employé.
AVS soumis à la cotisation AVS.
AC soumis à la cotisation chômage.
LAA soumis à l’assurance accidents.
LAAC soumis à l’assurance accidents complémentaire.
LPP pris en compte pour la prime LPP.
FT soumis à l’assurance frais de traitement.
IJM soumis à l’assurance indemnité journalière maladie.
CPROF soumis à la contribution professionnelle.
IMP soumis à l’impôt à la source.
VAC considéré pour les indemnités vacances.
FERIE considéré pour les indemnités pour jours fériés.
13E considéré pour le calcul du 13e salaire.
DIV  ajouté à la base « DIVERS ».
SPE ajouté à la base « SPECIAL ».
FORFAIT considéré pour les frais AVS forfaitaires.
ALLOC. ajouté aux allocations familiales.
IJ. total des indemnités journalières.
TIERS total des prestations de tiers.
ACCMAL. total des indemnités accident et maladie.
PTX indemnités proportionnelles pour les IS (§32 Calcul des impôts à la source).
PH. indemnités « salaire horaire de base » pour les IS (§32 Calcul des impôts à la source).
TX0. indemnités qui n’influencent pas le taux pour les IS (§32 Calcul des impôts à la source).

Le code pour les accumulations des bases personnalisées peut aussi être utilisé (§19.7.6 Rubriques de type Bases).

La fonction CUMUL() peut également traiter les positions de 1. à 13.2.3 liées au certificat de salaire.

Tous ces termes peuvent également être utilisés dans le filtre icone filtre associé à @Ind:* et @Déd:* (§30.7.10 Filtre)

Si vous créez vos propres bases (§19.7.6 Rubriques de type Bases), vous pouvez spécifier le Code pour les accumulations. Ce code peut être utilisé pour la fonction CUMUL()

Il est possible d’évaluer plusieurs critères en les séparant par le caractère & (fonction ET) qui s’obtient par Shift+6 ou le caractère « barre verticale » | (fonction OU) qui s’obtient sur un clavier Windows par AltGr+7.

AVS&LAA&LPP soumis AVS et soumis LAA et soumis LPP.
AVS|LAA|LPP soumis AVS ou soumis LAA ou soumis LPP.

Il n’est pas possible de mettre à la fois des & (ET) et des | (OU).

On peut aussi faire des cumuls sur les indemnités non soumises à un brut déterminant donné en utilisant le caractère point d’exclamation ! devant le code.

!AVS indemnités non soumises à l’AVS.
BRUT&!LPP indemnités payées à l’employé, mais non soumises à la LPP.

Les fonctions peuvent être enchâssées les unes dans les autres :
TOTEMPLOYES(TOTANNEE(@Brut:salaire AC))
retourne le total pour tous les employés et pour toute l’année du salaire AC déterminant.

La procédure peut être combinée avec des tests (§31.3 Les tests) pour obtenir un total partiel sur une catégorie d’employés ou une période de dates. Par exemple pour avoir le total d’une valeur pour toutes les femmes :
TOTEMPLOYES(SI(@Sexe de l’employé=1 ; @Brut:salaire LAA ; 0))
Dans le cas où le sexe de l’employé vaut 1 (c’est une femme), on additionne le salaire LAA, dans le cas contraire, on additionne zéro.

Autre exemple pour obtenir le montant d’une rubrique pour le mois précédent :
TOTANNEE(SI(@Mois courant=@Mois sélectionné-1 ; @Ind:salaire; 0))
Pour comprendre cette formule, il faut savoir que @Mois sélectionné correspond au mois où se trouve le curseur dans le tableau général, donc le mois pour lequel on imprime le document. @Mois courant par contre change de 1 à 12 (ou plus selon le nombre de périodes de paie) durant le calcul de TOTANNEE. La formule entre parenthèses sera donc calculée n fois, en changeant le mois courant à chaque fois, lorsque le mois courant sera égal au mois sélectionné moins un, on additionne l’indemnité voulue, sinon on ajoute zéro. Le résultat est donc la valeur de l’indemnité pour le mois précédent.

D’une manière similaire, on peut obtenir une valeur pour une période spécifique :
TOTANNEE(SI(@Mois courant=2
; @Ind:salaire mensuel + @Ind:salaire horaire
; 0))
retourne le total des salaires pour février, quel que soit le mois actuellement sélectionné dans le tableau général.

31.3Les tests

Il est possible de faire des comparaisons entre des éléments pour exécuter ensuite une opération plutôt qu’une autre.

Le résultat d’un test est toujours soit 1 (vrai) soit 0 (faux). Pour le programme toute valeur supérieure à 0 est considérée comme vraie, et toute valeur nulle ou négative est considérée comme fausse.

SI(test; sivrai; sifaux)

Si le résultat de test est vrai, évalue l’expression sivrai sinon évalue l’expression sifaux :
SI(@Brut:Salaire versé > 0; « à verser »; « à retenir »)
Signifie Si le salaire est supérieur à 0.–, il faut écrire « à verser », sinon il faut écrire « à retenir »

= Teste si deux nombres sont identiques.
<> Teste si deux nombres sont différents.
< Teste si le premier nombre est plus petit que le second.
<= Teste si le premier nombre est plus petit ou égal au second.
> Teste si le premier nombre est plus grand que le second.
>= Teste si le premier nombre est plus grand ou égal au second.
ET() Fait le ET logique entre plusieurs expressions. Toutes doivent être vraies pour donner un résultat vrai.
ET(3 > 2 ; 4 < -1 ; 1 >= 0) retourne 0 (« faux »), car 4 < -1 est faux.
OU() Fait le OU logique entre plusieurs expressions. Il suffit qu’une des expressions soit vraie pour donner un résultat vrai.
OU(3 > 2 ; 4 < -1 ; 1 >= 0) retourne 1 (« vrai »),
car 3 > 2 et 1 >= 0 sont vrais.
NON() Inverse le résultat d’un test. NON(4<-1) retourne 1 (vrai).
SEXE() Retourne 0 ou 1 selon le sexe de l’employé :
0 = homme, 1 = femme.
Il est aussi possible d’utiliser @Donnée:Sexe de l’employé(e).
HOMME() Évalue l’expression entre les parenthèses en considérant la valeur pour les hommes :
HOMME(@Donnée:Age retraité AVS)
retoune l’âge de retraite AVS pour les hommes.
FEMME() Évalue l’expression entre les parenthèses en considérant la valeur pour les femmes :
FEMME(@Donnée:Age retraité AVS)
retourne l’âge de retraite AVS pour les femmes.
SISOUMIS() et SINONSOUMIS() Ces tests ne figurent pas dans la liste. Ils sont décrits au §31.8 Spécialités

31.4Les conversions

ARRONDI(nombre; arrondi; excès) Arrondit un nombre au multiple le plus proche, par excès ou par défaut. Si on omet le dernier paramètre, l’arrondi se fait par excès.
ARRONDI(12.775) retourne 12.80.
ARRONDI(12.775; 0.05) retourne 12.80
ARRONDI(12.775; 0.05; 0) retourne 12.75

Attention : le format de la rubrique affichée ou imprimée provoque également un arrondi (§30.7.6 Format des rubriques).

INT(nombre) Ne garde que la partie entière du nombre.
INT(12.775) retourne 12.
FRAC(nombre) Ne garde que la partie fractionnaire du nombre.
FRAC(12.775) retourne 0.775.
DEFAUT(rubrique ; valeur de substitution) Si la rubrique est vide, elle est substituée par la valeur spécifiée (voir la note au §31 L’éditeur de calculs).
DEFAUT(@Ind:Salaire mensuel;100) retourne 100 s’il n’y a aucune valeur dans la rubrique Salaire mensuel.
VIDE() Donne un nombre vide (inexistant), peut être utile en relation avec la fonction DEFAUT() (voir la note au §31 L’éditeur de calculs).
SI(@Coef:Jours travaillés>0
; @Coef:Jours travaillés
; VIDE()
)
n’affiche rien au lieu de 0 si le nombre n’est pas plus grand que 0.
VIDE(rubrique) Retourne la valeur 1 (vrai) si la rubrique est vide, 0 (faux) dans le cas contraire.
SI(VIDE(@Ind:Salaire mensuel)
; « à l’heure »
; « au mois »
)
affiche (imprime) « à l’heure » si le salaire mensuel est vide et « au mois » dans le cas contraire.
CHAINE(valeur ; décimales) Convertit un nombre ou une date en chaîne de caractères.
Le paramètre optionnel décimales spécifie le nombre de chiffres significatifs à afficher (imprimer).
« Montant :  » + CHAINE(@Ind:Salaire mensuel;2)
« Nous sommes le  » +CHAINE(AUJOURDHUI())
CHAINEMOIS(mois ; langue) Retourne le nom du mois (1 à 12). Le second paramètre est optionnel et précise la langue voulue (0 = français, 1 = allemand, 2 = anglais, 3 = italien). Par défaut, la fonction retourne le nom dans la langue du document.
CHAINEMOIS(2) retourne « février »,
CHAINEMOIS(7;1) retourne « Juli ».
CHAINEJDLS(jour ; langue) Retourne le jour de la semaine (1 à 7). Le second paramètre est optionnel et précise la langue voulue (0 = français, 1 = allemand, 2 = anglais, 3 = italien). Par défaut, la fonction retourne le nom dans la langue du document.
CHAINEJDLS(2) retourne « mardi »,
CHAINEJDLS(1;2) retourne « Monday ».
FINLIGNE() ou \n Génère une fin de ligne, pour mettre une chaîne sur deux lignes.
@E.Donnée:Nom de l’entreprise + FINLIGNE() +
@E.Donnée:Adresse de l’entreprise
affiche (imprime)
« Espitec SA
Chemin du Fontenay »
@E.Donnée:Nom de l’entreprise + « \n « +
@E.Donnée:Adresse de l’entreprise
est équivalent.

31.5Les pourcentages

C%(montant ; taux) Calcule le pourcentage d’un montant.
C%(20;7) retourne 1.40.
A%(montant ; taux) Ajoute un pourcentage à un montant.
A%(20;7) retourne 21.40,
A%(20;-7) retourne 18.60.
S%(montant ; taux) Calcule la valeur qu’avait un montant avant qu’on ne lui ajoute un pourcentage.
S%(21.4;7) retourne 20,
S%(18.6;-7) retourne 20.
M%(montant ; taux) Calcule la valeur ajoutée à un montant augmenté d’un pourcentage.
M%(21.4;7) retourne 1.40,
M%(18.6;-7) retourne 1.40.
T%(montant ; montant) Calcule le pourcentage entre deux montants.
T%(21.4;20) retourne 7,
T%(18.6;20) retourne -7.

31.6Les dates

Lors de la saisie d’une date, si vous n’entrez que les 2 derniers chiffres de l’année, Crésus la complète pour ajouter le millésime 1900 ou 2000. Selon le type de date, la date charnière n’est pas la même. Par exemple :

  • Pour une date de naissance, 00 à 19 est transformé en 2000 à 2019, 20 à 99 est transformé en 1920 à 1999.
  • Pour la date d’entrée, 40 à 99 est transformé en 1940 à 1999, 00 à 39 est transformé en 2000 à 2039.
  • S’il s’agit d’une date de calcul du salaire, tout est transformé en 2000.

Vérifiez donc toujours que l’année complète est correcte.

De manière interne, le programme convertit les dates en nombres de jours depuis le 1.1.1900.

Les fonctions suivantes s’appliquent à ces dates.

AUJOURDHUI() Retourne la date du jour. Il est également possible d’utiliser la rubrique @Donnée:Aujourd’hui qui est équivalente.
DATE(jour ; mois ; année) Retourne le nombre représentant la date correspondante (en jours depuis le 1.1.1900).
Si le calcul ne traite qu’une date, il affiche (imprime) la date spécifiée.
DATE(25;12;18) retourne 25.12.2018,
DATE(25;12;18) – 15 retourne 10.12.2018.
Dans un calcul avec plusieurs dates, c’est bien le nombre représentant la date qui est utilisé, ce qui permet de calculer des intervalles entre des dates :
DATE(25;12;2018) – AUJOURDHUI()
retourne le nombre de jours entre aujourd’hui et Noël 2018.
JOUR(date) Retourne le jour du mois (1 à 31) correspondant à la date.
JOUR(DATE(3;2;2014)) retourne 3.
MOIS(date) Retourne le numéro du mois (1 à 12) correspondant à la date.
MOIS(DATE(3;2;2014)) retourne 2.
Le résultat est affiché sous forme de texte, à moins que la fonction ne soit utilisée dans un calcul numérique.
« Nous sommes en « +MOIS(AUJOURDHUI()) retourne « Nous sommes en mars ».
MOIS(DATE(3;2;2014)) + 3 retourne 5.
Pour afficher le rang du mois, il faut utiliser la fonction NOMBRE(MOIS(DATE())).
ANNEE(date) Retourne l’année (1900 à 2099) correspondant à la date.
Si l’année est entrée sous la forme de 2 chiffres,
00 à 49 retourne 2000 à 2049,
50 à 99 retourne 1950 à 1999.
ANNEE(DATE(5;6;51)) retourne 1951,
ANNEE(DATE(25;12;2051)) retourne 2051.
JDLS(date) retourne le jour de la semaine (1 = lundi à 7 = dimanche) correspondant à la date.
JDLS(DATE(28;3;14)) retourne 5 (vendredi).
SEMAINE(date) Convertit une date en numéro de semaine (0 à 53). La partie fractionnaire correspond au nombre de jours en centièmes depuis le début de la semaine.
Lundi = 0, mardi = 0.14 .. dimanche = 0.86
SEMAINE(DATE(28;3;14))
retourne 13.57 (c’est le vendredi de la 13e semaine).
INT(SEMAINE(DATE(28;3;14))) retourne 13.
ADDMOIS(date ; nombre) Ajoute un ou plusieurs mois à une date.
ADDMOIS(DATE(15;5;18);2) retourne 15.07.18
ADDMOIS(DATE(31;12;17);2) retourne le 29.02.2018
Le paramètre nombre est optionnel. Si on ne le précise pas, ADDMOIS() ajoute 1 mois par défaut.
DEBUTMOIS(date) Retourne la date du premier jour du mois.
DEBUTMOIS(DATE(3;2;18)) retourne 01.02.2018.
FINMOIS(date Retourne la date du dernier jour du mois.
FINMOIS(DATE(3;2;18)) retourne 29.02.2018.
MAINTENANT() Retourne le nombre de secondes écoulées depuis minuit.
 TEMPS(heure ; minute ; seconde)  Retourne le nombre de secondes de l’heure donnée en heures, minutes, secondes écoulées depuis minuit.
TEMPS(13;40;35) retourne 49’235.
Les paramètres absents sont complétés par l’heure courante.
TEMPS(;0;0) correspond au début de l’heure courante.
HEURE(temps) Convertit un temps en nombre d’heures (0 à 23). La partie fractionnaire exprime les minutes en 1/100e d’heure.HEURE(MAINTENANT())
HEURE(TEMPS(13;40;35))retourne 13.68.
MINUTE(temps) Retourne le nombre de minutes (0 à 59) écoulé à partir de l’heure pleine. La partie fractionnaire exprime les secondes en 1/100e de minute.
MINUTE(MAINTENANT())
MINUTE(TEMPS(13;40;35)) retourne 40.58.
SECONDE(temps) Convertit un temps en nombre de secondes (0 à 59) écoulées depuis la minute pleine. La partie fractionnaire est toujours nulle.
SECONDE(MAINTENANT())
SECONDE(TEMPS(13;40;35)) retourne 35.00.
PERIODE(date) Limite une date à la période courante. Une date inférieure à la période prend la valeur du début de la période, une date supérieure à la période prend la valeur de la fin de la période.
PERIODE(AUJOURDHUI())
DEBUTPERIODE() Retourne la date de début de la période courante. Le paramètre optionnel permet de spécifier la période à évaluer.
DEBUTPERIODE(3) retourne la date de début de la 3ème période.
FINPERIODE() Retourne la date de fin de la période courante. Le paramètre optionnel permet de spécifier la période à évaluer.
FINPERIODE(11) retourne la date de la fin de la 11ème période.
JFERIE(n) Retourne le ne jour férié du mois courant, en fonction de la liste introduite dans Entreprise – Jours fériés (§19.14 Jours fériés). Attention : le 1er jour de la liste est le JFERIE(0)
JOURS360(date1 ; date2) Détermine le nombre de jours entre deux dates en se basant sur une année commerciale de 12 x 30 jours.
JOURS360(DATE(1;2);DATE(1;3)) retourne 30, soit un mois commercial complet entre le 1er février et le 1er mars.

31.7Les chaînes de caractères

MAJUSCULE(chaîne) Transforme toute la chaîne en majuscules.
MAJUSCULE(« BonJour ») retourne « BONJOUR ».
MINUSCULE(chaîne) Transforme toute la chaîne en minuscules.
MINUSCULE(« BonJour ») retourne « bonjour ».
NOMPROPRE(chaîne) Transforme en majuscule la première lettre de chaque mot de la chaîne et les autres lettres en minuscules.
NOMPROPRE(« BonJour mONsieur louis ») retourne « Bonjour Monsieur Louis ».
GAUCHE(chaîne ; n) Extrait les n caractères de gauche de la chaîne.
GAUCHE(« Bonjour »;3) retourne « Bon ».
DROITE(chaîne ; n) Extrait les n caractères de droite de la chaîne.
DROITE(« Bonjour »;4) retourne « jour ».
MILIEU(chaîne ; position ; n) Extrait n caractères à partir de position (0 à n-1).
MILIEU(« Bonjour »;1;4) retourne « onjo ».
LONGUEUR(chaîne) Retourne le nombre de caractères composant la chaîne.
LONGUEUR(« Bonjour ») retourne 7.
TROUVE(chaîne ; critère) Cherche où se trouve le critère dans la chaîne.
TROUVE(« Bonjour »; »jou ») retourne 3.
Si le critère est au début, retourne la valeur 0.
TROUVE(« Bonjour »; »Bon ») retourne 0.
Si le critère n’est pas trouvé, la fonction retourne la valeur -1.
TROUVE(« Bonjour »; »x ») retourne -1.
REMPLACE(chaîne ; critère ; chaîne de substitution) remplace les occurrences du paramètre critère par le paramètre chaîne de substitution.
REMPLACE(« Bonjour »; »jou »; »SOI ») retourne « BonSOIr ».
Il est possible de mettre plusieurs couples critère – chaîne de substitution, dans ce cas chaque critère trouvé dans la chaîne est remplacé par la chaîne de substitution correspondante.REMPLACE(« Bonjour Mme Bijou »; « jou » ; « soi »

; « Mme » ; « M. »)

retourne « Bonsoir M. Bisoi ».

Le paramètre chaîne peut bien entendu être une rubrique.
REMPLACE(@Donnée:Nom de l’employé; »jou »; »soi »).

 NOMBRE(chaîne) Convertit une chaîne représentant un nombre, en nombre.
NOMBRE(« 1’123.45 ») retourne 1123.45.
MOT(chaîne ; position ; séparateurs) Extrait le nème élément (selon position) d’une chaîne, en considérant le séparateur défini.
MOT(« aa/bb/cc/dd »;2; »/ ») retourne « bb ».
Un séparateur ne peut pas être un mot ou une suite de caractères.
Si on spécifie plusieurs séparateurs, chaque séparateur est considéré individuellement. La fonction retourne la première occurrence trouvée.
MOT(« aa+bb/cc/dd »;2; »/+& ») retourne « bb ».
Si le séparateur à considérer est un caractère spécial, comme un tabulateur, il faut chercher son code ASCII avec la fonction CODECAR() décrite ci-dessous.
MOT(« aa<TAB>bb<TAB>cc/dd »;2;CODECAR(9)) retourne « bb ».
LIGNE(chaîne ; position) Extrait la nème ligne (selon le paramètre position) d’une rubrique de plusieurs lignes.
LIGNE(@Donnée:Adresse;2)
CODECAR(code_ascii) Retourne un caractère en fonction de son code ASCII. On peut donner une liste de codes.
CODECAR(65;66;9;67) retourne « AB<TAB>C ».
NOMRUBRIQUE() Retourne le nom de la rubrique. Utile pour permettre la modification du nom de la rubrique par un calcul (§19.2 Lieux de travail).
NOMRUBRIQUE()+ » « +@Donnée:Code d’impôt à la source
Il est également possible de mettre une rubrique en paramètre, la fonction retourne alors le texte correspondant au nom de la rubrique.
NOMRUBRIQUE(@Ind:Salaire horaire)
retourne le libellé de la rubrique tel qu’il a été modifié par l’utilisateur (§19.2 Lieux de travail).
TROUVEUNPARMI(chaîne ; caractères) Donne la position du premier caractère de la liste trouvé dans le texte. Le paramètre caractères est une chaîne donnant la liste des caractères à chercher.
TROUVEUNPARMI(« A B,C;D » ; « ;,. : ») retourne 3, soit la position de la première virgule. L’espace n’est pas trouvé car on n’a pas mis d’espace dans la liste des séparateurs.
OTE(chaîne ; position ; critères) Enlève les espaces, tabulateurs ou fins de ligne d’une chaîne.
OTE( » Bonjour « ) retourne «Bonjour».
Le paramètre position est optionnel :
S’il est omis, les caractères sont supprimés au début et à la fin de la chaîne.
S’il vaut 0, les caractères sont supprimés au début de la chaîne.
S’il vaut 1, les caractères sont supprimés à la fin de la chaîne. .
S’il vaut 2, les caractères sont supprimés au début et à la fin de la chaîne.
OTE( » Bonjour  » ; 0) retourne «Bonjour » .
OTE( » Bonjour  » ; 1) retourne « Bonjour».
OTE( » Bonjour  » ; 2) retourne «Bonjour».
Le paramètre optionnel critères est une liste de caractères qui seront tous supprimés s’ils se trouvent au début ou à la fin du texte traité. Chaque caractère de critères est considéré individuellement. Dès que le caractère de la chaîne n’est pas un des caractères listés dans critère, le traitement s’arrête.
OTE( » Bonjour » ; 0 ; « jour ») retourne «  Bonjour».
OTE( » Bonjour » ; 1 ; « jour ») retourne «  Bon».
OTE( » Bonjour » ; 2 ; « ujro ») retourne «  Bon».
OTE(« Bonjour  » ; 0 ; « ojur ») retourne «Bonjour ».
OTE(« Bonjour  » ; 1 ; « ojru ») retourne «Bonjour ».
OTE( » Bonjour  » ; 2 ; « jour ») retourne «  Bonjour  » (le caractère espace n’est pas spécifié dans la liste caractères à supprimer.
OTE(« Bonjour  » ; 2 ; « jo ur ») retourne «Bon».
OTE( » rujo Bonjour  » ; 2 ; « ur jo ») retourne «Bon».

31.8Spécialités

Les fonctions décrites ci-dessous ne se trouvent pas dans les listes des opérations du dialogue. Elles peuvent être utilisées en les tapant directement dans la formule.

SISOUMIS(« mode » ; expression) Evalue l’expression en ne prenant en compte que les rubriques soumises aux bruts déterminants selon le mode (voir la fonction CUMUL §31.2 Les totalisateurs).
SISOUMIS(« LPP »
; @Ind:Prime ancienneté
; @Ind:Salaire mensuel)
fait la somme des valeurs trouvées dans les champs pour autant qu’elles soient soumises à la base LPP.
Si l’une des valeurs est soumise mais pas l’autre, la valeur soumise sera prise en compte. Il n’est pas nécessaire que les 2 rubriques soient soumises.
SISOUMIS(« AVS »
; @Ind:Prime ancienneté
; @Ind:Salaire mensuel)
ne fonctionnera pas si l’une des deux rubriques est vide car l’addition d’un nombre avec vide donne encore vide (voir note §31 L’éditeur de calculs).
SINONSOUMIS(« mode » ; expression) Evalue l’expression en ne prenant en compte que les rubriques non soumises aux bruts déterminants selon le mode (voir CUMUL §31.2 Les totalisateurs).
SINONSOUMIS(« LPP »
; @Ind:Prime ancienneté
; @Ind:Salaire mensuel)
fait la somme des valeurs si elles ne sont pas soumis à la base LPP.
Si l’une des valeurs est soumise mais pas l’autre, la valeur soumise sera prise en compte. Il n’est pas nécessaire que les 2 rubriques soient soumises.
SINONSOUMIS(« AVS »
; @Ind:Prime ancienneté
; @Ind:Salaire mensuel)
ne fonctionnera pas si l’une des deux rubriques est vide car l’addition d’un nombre avec vide donne encore vide (voir note §31 L’éditeur de calculs).
AGELIMITE(limite ; mode) Détermine si l’âge de l’employé est inférieur à un âge limite.
AGELIMTE(18) retourne zéro si l’employé a 18 ans (dans l’année courante) ou plus. Retourne 1 s’il a 17 ans ou moins.
Le paramètre mode est optionnel. S’il vaut 1, la fonction tient compte du mois de naissance et retourne la valeur zéro dès le mois suivant l’anniversaire de l’âge concerné.
AGELIMTE(65;1) retourne zéro dès le mois suivant le 65e anniversaire.
POURPERIODE(colonne ; expression) Retourne la valeur de l’expression pour la période donnée.
La période peut être donnée par un nombre (n° de la colonne) ou une date.
POURPERIODE(DATE(15;3;2014);@Ind:Salaire mensuel)
retourne le salaire mensuel du mois de mars 2014.
FANIONPERIODE(colonne ; paramètre) Retourne 1 (=vrai) ou 0 (=faux) selon les réglages faits pour paramètre dans Entreprise – Périodes pour la colonne (1 à n) concernée.
paramètre = 1 : le 13e salaire doit être payé.
paramètre = 2 : les vacances doivent être payées.
paramètre = 3 : les vacances incluent le mois courant.
FANIONPERIODE(6;1)
retourne 1 si le 13e doit être versé en juin.
MONTANTPERIODE(valeur) Ramène un montant mensuel au prorata de la période courante.
Par exemple, si on a fait un salaire du 1er février au 15 mars inclus, MONTANTPERIODE(1000) retourne 1500 puisque la période correspond à un mois et demi.
NOMPERIODE(colonne) Retourne le nom de la colonne (1 à n) du tableau général.
NOMPERIODE(1) retourne habituellement « Janvier ».
POURLANGUE(langue ; expression) Evalue l’expression dans une langue donnée (0 = français, 1 = allemand, 2 = anglais, 3 = italien).
POURLANGUE(2;NOMPERIODE(1)) retourne « January ».
ASSURANCE(rubrique ; type ; mode) Retourne les valeurs en fonction de l’assurance de l’employé.
Le premier paramètre doit être la rubrique du nom de l’assurance attribué à l’employé (@Donnée:Assurance LPP, @Donnée:Assurance IJM, @Donnée:Assurance LAAC, …).
Le second paramètre (valeur 1 à 9) détermine le type d’information souhaitée :
1 : taux à appliquer (selon la tranche d’âge si LPP)
2 : plafond mensuel
3 : valeur de « soumis à partir de » pour la LPP, pour les assurances c’est la valeur de déduction fixe
4 : « montant à déduire » pour la LPP
5 : « montant minimum » pour le salaire coordonné de la LPP
8 : état du fanion « calcule sur base annuelle » pour la LPP
11 : taux de la cotisation employeur
31 : valeur fixe pour l’employeur
Toutes ces valeurs sont adaptées automatiquement à la période traitée et à l’âge de l’employé.
ASSURANCE(@Donnée:Assurance IJM;1)
retourne le taux de cotisation à l’assurance IJM de l’employé.
Le troisième paramètre est facultatif et permet de spécifier si la valeur retournée est calculée en mode mensuel ou annuel. Par défaut, le mode est mensuel. Ajoutez le paramètre 1 pour forcer le mode annuel.
ASSURANCE(@Donnée:Assurance IJM ; 4 ; 1)
retourne le montant à déduire, rapporté à la durée de la période le cas échéant.
IMPOT(code ; mode ; déterminant annuel) Retourne le taux à appliquer pour l’imposition à la source.
Le paramètre code doit obligatoirement être la rubrique donnant le code de l’impôt (@Donnée:Code d’impôt à la source).Le paramètre mode détermine le type d’information souhaité, cela peut être :
1 : taux selon le montant déterminant en 3ème paramètre
2 : retourne 1 si le calcul est annuel (0 pour mensuel)
3 : retourne 1 si le calcul annuel ne doit se faire qu’en fin de l’année
4 : retourne 1 si le calcul annuel n’est possible que si l’employé était présent toute l’année
5 : retourne 1 si le calcul final doit se faire selon le code de la dernière période
6 : retourne le nombre d’heures par mois à considérer
7 : retourne l’adresse de l’office tel qu’introduit sous Entreprise – Impôt source
8 : retourne le n° de contribuable de l’entreprise
9 : retourne le taux de la commission de perception
0 : retourne 1 si le calcul mensuel doit se faire rétroactivement.
ANNUEL(mode ; brut ; occasionnel ; prévision ; déduction) Fait une estimation du salaire déterminant annuel.
Le paramètre mode peut être :
0 : estimation en cours d’année
1 : détermination lors du dernier salaire
2 : extrapolation à partir du mois courant uniquement
3 : comme 1 mais limité aux dates d’entrée et de sortie de l’employé.
Le paramètre brut doit être le montant cumulé des indemnités soumises à l’impôt à la source pour la période courante.
Le paramètre occasionnel doit être le cumul des indemnités exceptionnelles soumises. Ces montants ne seront donc pas ramenés proportionnellement à l’année.
Le paramètre prévision permet d’ajouter les montants non encore payés, mais qui devraient l’être à la fin de l’année (indemnités vacances, 13e salaire).
Le paramètre déduction doit être les montants payés à l’avance sur les vacances et le 13e salaire.
Le logiciel prend encore en compte les dates des périodes ainsi que les dates d’entrée et de sortie de l’employé.
LISTEDEF(nombre ; texte) S’utilise pour définir le contenu à choix d’une rubrique de type liste. Chaque élément de la liste se compose d’une valeur numérique et d’un texte associé. Voyez l’exemple au §6.3 Les bases.
VARTEMP(nom ; expression) Mémorise le résultat de expression dans l’une des 50 variables temporaires à disposition. La valeur mémorisée peut être reprise avec VARTEMP(nom) sans second paramètre.
VARTEMP(« essai » ; 250) met la valeur 250 dans la variable « essai ».
VARTEMP(« essai ») retourne alors 250.
SI (VARTEMP(« essai » ; CUMUL (« AVS »)) > 0 ;
VARTEMP(« essai ») ;
VIDE())
Dans cet exemple, le calcul commence par mémoriser le total des montants soumis à l’AVS dans la variable temporaire « essai ».
Puis il teste si le cumul est > 0. Si oui, l’expression retourne le contenu de la variable « essai » (=le montant cumulé), sinon elle retourne vide.
C’est l’équivalent de
SI (CUMUL (« AVS ») > 0 ;
CUMUL (« AVS ») ;
VIDE())
mais cela évite de faire deux fois le cumul.
La variable temporaire (nom) est initialisée à VIDE() au début d’une impression, ou au début de chaque calcul si elle est utilisée ailleurs que pour une impression.
VARTEMP(index ; expression) Mémorise le résultat de expression dans l’une des 9 variables temporaires à disposition (index = 0 .. 9). La valeur mémorisée peut être reprise avec VARTEMP(index) sans second paramètre.
SI (VARTEMP(7 ; CUMUL (« AVS »)) > 0 ;
VARTEMP(7) ;
VIDE())
Ce calcul mémorise le total des valeurs soumises à l’AVS dans la variable temporaire 7 et retourne le contenu si le cumul est > 0.
La variable temporaire (index) est initialisée à VIDE() au début de chaque calcul, même lors d’une impression.
RECURSIF(rubriques) S’utilise pour forcer Crésus à faire un calcul itératif sur une valeur dépendant d’elle-même.
Exemple : pour déterminer la part employeur des charges sociales en partant d’un salaire brut-brut, qui inclut donc ces charges, il faut évaluer le total de ces charges, les déduire du salaire brut-brut, pour déterminer le salaire brut sur lequel on calculera les charges sociales, puis recommencer. Les charges sociales vont donc varier en fonction d’elles-mêmes.
RECURSIF(@Brut:Total des cotisations employeur)
DEBUG(expression) Affiche la formule et les étapes de son évaluation.
Expression peut être un calcul ou une rubrique.
DEBUG(C%(@Brut:Base AVS;@Coef:Taux AVS))
affiche
@Brut:Base AVS[Janvier] ==> 6500.
@Coef:Taux AVS[Janvier] ==> 5.15
C%(6500. ; 5.15) ==> 334.75

CACHE(expression)
Cache l’objet entier si le résultat de l’expression est nul.
CACHE(SI(@Donnée:Sexe de l’employé(e) = 0
; « Monsieur »))
S’il s’agit d’une employée, tout l’objet est caché, y compris son cadre et/ou fond.
COMPTE(chaîne ; critère) Compte le nombre d’occurrence de critère dans chaîne.
COMPTE(@Donnée:Divers1 ;  » ! ») compte le nombre de points d’exclamation trouvé dans la rubrique Divers1.
SWITCH(condition 0 ; 0 ; condition 1 ; 1 ; condition 2 ; 2 ; … ; condition n ; n) Retourne le résultat de l’expression 0 à n selon l’état de la dernière condition 0 à n évaluée.
Si la condition 0 est vraie, retourne le résultat de l’expression 0, si la condition 1 est vraie, retourne le résultat de l’expression 1,

C’est le résultat de l’expression de la dernière condition vraie évaluée qui est retourné.
SWITCH(@Donnée:Mois sélectionné >=1 ; « 1er trimestre »
; @Donnée:Mois sélectionné >=4 ; « 2e trimestre »
; @Donnée:Mois sélectionné >=7 ; « 3e trimestre »
; @Donnée:Mois sélectionné >=10 ; « 4e trimestre »)
retourne 1er, 2e, 3e ou 4e trimestre selon le mois où se trouve le curseur.
CASE(condition ; 0 ; 1 ; .. ; n) Retourne le résultat de l’opération 0 à n en fonction de la valeur de condition. Si condition vaut 0, retourne le résultat de l’opération 0, si condition vaut 1, retourne le résultat de l’opération 1, …
POURCHAQUE(objet ; expression) Répète expression pour toutes les occurrences de objet. Par exemple pour chacune des assurances LAA définies ou pour chaque code d’impôt à la source.
POURCHAQUE(@Donnée:Assurance LPP ; expression)
objet doit être la rubrique qui fait référence à l’assurance, au code d’impôt à la source ou au lieu de travail.
LIEUTRAVAIL(expression) Les lieux de travail définis pour l’entreprise – anciennement « succursales » – sont référencés par un n° d’identification supérieur ou égal à 300.
@Donnée:Lieu de travail de l’employé affiche ou imprime ce n° d’identification.
LIEUTRAVAIL(@E.Donnée:Lieux de travail)
retourne le nom du lieu de travail de l’employé.
Pour imprimer l’adresse et la localité du lieu de travail :
LIEUTRAVAIL(@E.Donnée:Adresse de l’entreprise)
+ « \n »
+ LIEUTRAVAIL(@E.Donnée:Localité de l’entreprise)
Cette expression peut également être formulée ainsi :
LIEUTRAVAIL(@E.Donnée:Adresse de l’entreprise
+ « \n »
+ @E.Donnée:Localité de l’entreprise)
Si le document concerne toute l’entreprise, la fonction LIEUTRAVAIL() retourne les données du siège principal de l’entreprise.
LIMITEPERIODES(condition ; expression) Permet de ne traiter que les mois où l’employé garde la même condition.
LIMITEPERIODES(@Donnée:Date d’entrée de l’employé
; TOTANNEE(@Brut:Salaire versé))
retourne le total du salaire versé pour la période d’engagement courante (jusqu’au mois courant).
COMPTA(rubrique ; paramètre)  Retourne les définitions comptables d’une rubrique (§19.11 Comptabilisation des rubriques).
La valeur retournée dépend du paramètre :
COMPTA(rubrique ; 1) : compte débit
COMPTA(rubrique ; 1.1) : compte débit employeur
COMPTA(rubrique ; 2) : compte crédit
COMPTA(rubrique ; 2.1) : compte crédit employeur
COMPTA(rubrique ; 3) : libellé
COMPTA(rubrique ; 3.1) : libellé de la part employeur
COMPTA(rubrique ; 4) : mode
COMPTA(rubrique ; 5) : code analytique
COMPTA(rubrique ; 5.1) : code analytique de la part employeur
COMPTA(rubrique ; 6) : code tva
Dans un bloc d’exportation « pour toutes les indemnités » (§20.5 Exporter des données), si le critère rubrique est vide, la fonction traite la rubrique courante de la boucle :
COMPTA(; 1.1) retourne le compte débit employeur de chaque rubrique traitée dans la boucle.
SPECIALOP(paramètre) Opérations particulières effectuées lors d’une impression ou lors d’une exportation. SPECIALOP() traite toutes les rubriques @Ind:* ou @Déd:*d’une ligne imprimée ou d’un bloc exporté « répété pour » (§20.5 Exporter des données).
SPECIALOP() s’applique sur la rubrique courante, en fonction de la valeur de paramètre.
SPECIALOP(90)
retourne le type du coefficient de la rubrique :
-1 : type vide
0 : jours
1 : heures
2 : %
3 : sans type (-)
SPECIALOP(91) retourne la valeur de la rubrique.
SPECIALOP(92) retourne le déterminant de la rubrique.
SPECIALOP(93) retourne le coefficient de la rubrique.
SPECIALOP(94) retourne le coefficient employeur de la rubrique.
SPECIALOP(95) retourne la valeur employeur de la rubrique.

SPECIALOP() est une valeur positive, même pour les déductions. Pour imprimer un signe « + » devant une déduction négative (un remboursement), il faut faire un calcul commeREMPLACE(« + » + CHAINE(0 – SPECIALOP(91) ; 2) ; « +- » ; « – » ; « +0.00 » ; «  »)

INFOASSURANCE(donnée:assurance ; paramètre) Retourne les diverses informations associées à l’assurance.
Tous les éléments retournés sont des textes.
La donnée:assurance peut être l’une des rubriques
@Donnée:Code LAA de l’employé
@Donnée:Assurance LAAC
@Donnée:Assurance LAAC (2ème)
@Donnée:Assurance IJM
@Donnée:Assurance IJM (2ème)
@Donnée:Assurance FT (Frais de traitement)
@Donnée:Assurance LPP
@Donnée:Assurance LPP (2ème)
La valeur retournée dépend du paramètre. Dans les exemples ci-dessous, on teste l’assurance AA complémentaire d’un employé, dont le code est A et qui concerne le groupe Personnel du bureau.
0 : retourne le nom complet avec le code.
INFOASSURANCE(@Donnée:Assurance LAAC (2ème) ; 0)
retourne A2 : Personnel du bureau, cat. 2
1 : retourne le code seul.
INFOASSURANCE(@Donnée:Assurance LAAC (2ème) ; 1)
retourne A2
2 : retourne le nom et la catégorie.
INFOASSURANCE(@Donnée:Assurance LAAC (2ème) ; 2)
retourne Personnel du bureau, cat. 2
3 : retourne le code et le nom seul.
INFOASSURANCE(@Donnée:Assurance LAAC (2ème) ; 3)
retourne A2 : Personnel du bureau
4 : retourne la catégorie seulement, par exemple
INFOASSURANCE(@Donnée:Assurance LAAC (2ème) ; 4)
retourne cat. 2
5 : retourne le nom seul, par exemple
INFOASSURANCE(@Donnée:Assurance LAAC (2ème) ; 5)
retourne Personnel de bureau
6 : retourne le type, par exemple
INFOASSURANCE(@Donnée:Assurance LAAC (2ème) ; 6)
retourne A2
7 : retourne le groupe de personnes, par exemple
INFOASSURANCE(@Donnée:Assurance LAAC (2ème) ; 7)
retourne A
8 : retourne la catégorie
INFOASSURANCE(@Donnée:Assurance LAAC (2ème) ; 8)
retourne 2
11 : retourne le numéro Swissdec de l’assureur
12 : retourne le numéro de client
13 : retourne le numéro de contrat
14 : retourne le nom de l’assureur
15 : retourne l’adresse de l’assureur
16 : retourne le npa de l’assureur
17 : retourne la ville de l’assureur
TOTEMPLOYESCSV(critère ; colonne 1 ; colonne 2 ; … ; colonne n) et
TOTANNEECSV(critère ; colonne 1 ; colonne 2 ; … ; colonne n)
S’utilisent lors d’une exportation pour produire un tableau avec le cumul des données qui répondent au critère (§20.5.2 Les opérateurs spéciaux TOTEMPLOYESCSV() et TOTANNEECSV())
ADRESSE(mode ; rubrique) Retourne l’élément mode du champ rubrique de type NPA/Rue/Localité (§19.7.3 Rubriques de type Données).
La valeur retournée dépend de mode :
0 : NPA Localité
1 : Rue
2 : NPA
3 : Localité
4 : Canton
5 : Pays (code ISO)
6 : Pays (en toutes lettres)
ADRESSE(0 ; @Donnée:Adresse du mandataire)
retourne le NPA et localité du mandataire.
SETDATA(rubrique ; expression ; paramètre)  S’utilise pour affecter une valeur à une rubrique. Peut être utilisé dans des expressions complexes.
paramètre est facultatif et spécifie la période de paie concernée. S’il est omis, l’expression est affectée à la valeur globale de la rubrique.
SETDATA(@Ind:Autres frais forfaitaires ; 200 ; 2)
met 200.– dans les frais forfaitaires de l’employé en février.
TOTEMPLOYES(SETDATA(@Donnée:Jours vacances par année;25))
met 25 jours dans la valeur globale de tous les employés.

Attention : Aucun contrôle n’est fait lors d’un SETDATA(), il est possible de modifier des salaires existants, mais ils ne sont pas recalculés.

OP (expression 1 | expression 2 | … | expression n) S’utilise pour effectuer plusieurs calculs dans la même formule.
OP(VARTEMP(« base »
; DEFAUT(@Ind:Salaire mensuel
; @Ind:Salaire horaire))
| VARTEMP(« taux » ; 12)
| VARTEMP(« bonus » ; C%(VARTEMP(« base »)
; VARTEMP(« taux »)))
| SETDATA(@Ind:Bonus ; VARTEMP(« bonus »)))
MESSINFO(mode ; texte) S’utilise dans le calcul Obligatoire selon de la définition d’une rubrique pour affiche un message dans une bulle d’aide ou après avoir entré une valeur lors de la saisie de données.
Le paramètre mode détermine l’icône affichée dans le champ et le niveau du message :
« INFO » : le message est une information.
« WARNING » : c’est un avertissement, mais il n’est pas impératif de s’y conformer pour quitter la saisie. Le point d’exclamation est rouge pâle, mais le champ de saisie est blanc.
« ERROR » : c’est un avertissement important, mais il n’est pas impératif de s’y conformer pour quitter la saisie. Le point d’exclamation et le champ de saisie sont rouge pâle.
« KO » : c’est un avertissement incontournable, tant que la valeur entrée ne répond pas au critère, il ne sera pas possible de valider la saisie. Le point d’exclamation est rouge vif.

 

POURFICHIER(fichier ; expression_debut ; expression_ligne ; expression_fin) Permet d’ouvrir un fichier de type texte et d’en traiter le contenu.
expression_début est évaluée une fois au début du traitement
expression_ligne est appliquée sur chaque ligne du fichier
expression_fin est évaluée à la fin du traitement.
La fonction n’est évaluée qu’une seule fois par fichier, ensuite elle retourne toujours le résultat évalué cette fois-là.
Si on souhaite plusieurs résultats, il faut mettre un critère à la suite du nom de fichier après l’un des caractères |;¦?*/ par exemple
« %EXEPATH%ListeCommunes.txt; » + @Donnée:NPA de l’employé
Dans ce cas POURFICHIER sera évalué pour chaque NPA différent rencontré dans le fichier Crésus.
expression_ligne est évaluée pour chaque ligne du fichier lu.
Le contenu de la ligne est retourné dans VARTEMP(« #Line »).
On peut utiliser les fonctions habituelles sur la variable, comme
MOT(VARTEMP(« #Line »); 5 ; « ; ») dans un fichier CSV pour trouver le 5ème élément.
Le résultat de l’expression (toujours une chaîne de caractère) est ajouté à la chaîne retournée par la fonction.
Par exemple :
POURFICHIER
(« %EXEPATH%\\NuPost.TXT » ;
« villes:  » ;
SI(MOT(VARTEMP(« #Line ») ; 3 ; « \t ») = « 1400 » ;
MOT(VARTEMP(« #Line ») ; 5 ; « \t ») + « , « ) ;
« npa = 1400 »
)
ouvre le fichier NuPost.txt
met le texte villes: au début de la chaîne à retourner
évalue chaque ligne du fichier : si le 3e mot de la ligne est 1400, ajoute le 5e mot de la ligne et une virgule à la chaîne à retourner
ajoute le texte npa = 1400 à la fin de la chaîne à retourner
ce calcul retourne ceci
villes: Cheseaux-Noréaz, Yverdon-les-Bains, Yverdon 1, Yverdon 2, Yverdon 3, Yverdon car postal, Yverdon 1 Dist, Yverdon Caserne, npa = 1400